Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
banque_populaire_bfc.png
logo-edf-site.jpg
logo-cm.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Maurice PIANON (CD 89) : « S’attaquer à son programme éducatif, c’est signer l’arrêt de mort du Tonnerrois… »

« Alors que le Conseil départemental de l’Yonne a approuvé une motion en faveur du maintien de la filière des sciences de l’ingénieur au lycée Chevalier d’Eon à Tonnerre, lors de la séance plénière du 14 décembre, le premier vice-président Maurice PIANON n’accepte plus que le secteur géographique du Tonnerrois soit malmené au plan sociétal, économique et, désormais, éducatif… ». « Alors que le Conseil départemental de l’Yonne a approuvé une motion en faveur du maintien de la filière des sciences de l’ingénieur au lycée Chevalier d’Eon à Tonnerre, lors de la séance plénière du 14 décembre, le premier vice-président Maurice PIANON n’accepte plus que le secteur géographique du Tonnerrois soit malmené au plan sociétal, économique et, désormais, éducatif… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Premier vice-président du Conseil départemental de l’Yonne, l’édile d’Yrouerre se dit très préoccupé par le contexte actuel du Tonnerrois. Surtout après le nouveau coup du sort qui semble s’acharner sur cette contrée. « Si l’on perdait définitivement la filière pédagogique des sciences de l’ingénieur, prophétise-t-il, ce serait une fois de plus un sale coup porté à ce secteur géographique qui ne le mérite pas... ». Une zone sectorielle qui n’est plus bénie des dieux depuis longtemps…

TONNERRE : Trente ans d’indicibles souffrances. Trois décades d’une lente et immuable agonie dont les habitants paient encore les pots cassés aujourd’hui. De cela, Maurice PIANON, premier vice-président du Département de l’Yonne et maire de la petite commune d’Yrouerre, ne veut plus entendre parler.

« Ce bassin de vie a déjà vécu l’ère de la désindustrialisation à outrance en y perdant ses entreprises (une quinzaine d’entre elles et non des moindres sont parties ou ont été liquidées), ses salariés (plus de 1 500 personnes exerçaient leur savoir dans ce bassin industrialisé et ont été les victimes collatérales de ce naufrage économique sans précédent) et son âme, explique désabusé l’élu icaunais, quant aux compétences locales, elles ont été totalement déstructurées… ».

Amer, Maurice PIANON n’a toujours pas digéré l’annonce surprenante faite par le rectorat de l’Académie de Dijon de supprimer l’une des filières essentielles au cursus pédagogique enseigné au lycée Chevalier d’Eon. Celui des sciences de l’ingénieur, qui englobe les connaissances techniques et scientifiques.

« Et que dire du rôle et du poids de l’Etat sur ce secteur ?, s’interroge l’élu du Conseil départemental, le désengagement du pouvoir étatique s’est effectué progressivement avec le départ des services de proximité, y compris dans le domaine de la santé… ».

Maurice PIANON ne manque pas d’égratigner au passage la qualité de l’offre médicale (« disparue » à ses yeux). Alors que la démographie médicale est loin de le satisfaire en l’état actuel des choses.

milieu articles

Un dernier bastion doit tomber : celui de la formation et de l’éducation…

L’ultime rempart dans lequel les contribuables les plus mal lotis pouvaient encore espérer et avoir la foi, celui de la formation et de l’éducation, semble vaciller sur ses bases. La faute à l’Etat, selon le premier vice-président du Conseil départemental, qui se dit désarçonné par tant d’initiatives malvenues prises envers celles et ceux qui ne possèdent pas un avenir tracé à l’avance.

« Est-ce que nous autres, les élus du Département, avons été réellement entendus depuis toutes ces années ? Est-ce que nous nous sommes intéressés à ces femmes et à ces hommes sans réel avenir ? ».

Pourtant, le Tonnerrois a connu ses heures d’espérance grâce à plusieurs projets de réindustrialisation, sortis tout droit de certains cartons.

« Las, cela n’a pas abouti aux effets escomptés, concède avec tristesse Maurice PIANON, tout cela n’était que du pipeau supplémentaire qui s’est soldé par de nouveaux échecs au plan économique… ».

Observant que ce démantèlement successif de ces clés de voûte économiques aura conduit à fragiliser davantage le tissu artisanal et commerçant de ce bassin local, l’élu n’accepte plus que des décisions soient prises à l’emporte-pièce. Sans la connaissance approfondie du territoire et la concertation auprès des élus.

« Le Tonnerrois demeure encore l’un des territoires oubliés de la Bourgogne Franche-Comté. Or, c’est un enjeu de survie qui nous anime tous lorsque l’on s’attaque à cette zone qui était naguère prospère. Toucher à ce territoire, au niveau des connaissances éducatives à prodiguer, c’est signer son arrêt de mort ! ».

Un vibrant hommage aux enseignants

Néanmoins, et malgré cet environnement délétère, Maurice PIANON salue le travail fourni par les équipes enseignantes. « Supprimer l’une de ses filières éducatives, c’est aussi les laisser pour compte, voire les mépriser, assène-t-il sans ambages, si on autorise cela, c’est envoyer un très mauvais signal aux pédagogues de l’Education nationale. Moi, je n’ai pas envie de les décourager malgré le travail accompli… ».

L’élu du Tonnerrois ne pouvait conclure cet entretien sans se désoler de la situation actuelle vécue, en parallèle, au plan du développement du numérique. Un autre paramètre qui paralyse l’activité de bon nombre d’entreprises dans l’Yonne…

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil