Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
banque_populaire_bfc.png
logo-edf-site.jpg
logo-cm.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Les élus de l’opposition d’Auxerre tâtent le pouls de leurs concitoyens pour connaître leur vision de la ville en 2030

« Parce que les élus de l’opposition éprouvent le besoin d’avoir un substrat intellectuel sur les visions prospectivistes de leur ville, ils ont conçu leur première enquête d’opinion publique afin de solliciter les Auxerrois à donner leur avis personnel. Dépouillés et analysés d’ici la fin de l’année, les informations nées de cette enquête susciteront une conférence de presse au cours du premier trimestre 2019 afin d’en connaître les enseignements définitifs… Les concepteurs de cette enquête sont Elisabeth GERARD-BILLEBAULT, Jean-Pierre BOSQUET, Maryline SAINT-ANTONIN, Isabelle JOAQUINA, Michèle BOURHIS et Sébastien DOLOZILEK. ». « Parce que les élus de l’opposition éprouvent le besoin d’avoir un substrat intellectuel sur les visions prospectivistes de leur ville, ils ont conçu leur première enquête d’opinion publique afin de solliciter les Auxerrois à donner leur avis personnel. Dépouillés et analysés d’ici la fin de l’année, les informations nées de cette enquête susciteront une conférence de presse au cours du premier trimestre 2019 afin d’en connaître les enseignements définitifs… Les concepteurs de cette enquête sont Elisabeth GERARD-BILLEBAULT, Jean-Pierre BOSQUET, Maryline SAINT-ANTONIN, Isabelle JOAQUINA, Michèle BOURHIS et Sébastien DOLOZILEK. ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Conçu avec le concours bénévole de spécialistes de la communication et d’étudiants féru de marketing, « Imaginons Auxerre en 2030 » n’est pas un antépénultième sondage de plus, émanant d’un cabinet de consulting aux origines franciliennes. Ce document qui a fleuri sur les réseaux sociaux depuis quelques jours est l’œuvre réfléchie d’élus communautaires et municipaux de l’Auxerrois. Celles et ceux qui revendiquent et se réclament de l’opposition. Faisant référence aux multiples strates inhérentes à l’attractivité du chef-lieu de l’Yonne (économie culture, environnement, transport…), cette enquête publique devrait permettre après quelques semaines de circulation numérique et physique de collecter son lot de précieuses informations devant agrémenter de futurs débats. Ceux qui ponctueront les prochaines échéances de 2020 pour les municipales ?  

AUXERRE : Présent sur les réseaux sociaux au minimum pendant un mois, le questionnaire résultant du travail collectif des élus de l’opposition locale sera consultable sur papier. Celles et ceux des Auxerrois qui fréquentent les marchés ou les rues commerçantes du cœur de ville en deviendront les destinataires privilégiés. Il n’est d’ailleurs pas exclu que les représentants de l’opposition politique à l’actuelle majorité de la Ville diffusent leur fascicule au gré des galeries marchandes de la grande distribution.

On l’aura compris au plan stratégique pour ses concepteurs : cette enquête d’opinion doit être relayée à très large échelle parmi les habitants de la cité de Paul Bert afin d’en révéler sa réelle pertinence. Celle d’obtenir in fine suffisamment d’avis personnels des résidents de la capitale de l’Yonne et d’en extraire la substantielle moelle correspondante à leur vision de l’avenir.   

Partant du postulat que « belle et agréable à vivre, Auxerre était passablement fragilisée au plan économique et surtout démographique », les élus de l’opposition (LR/UDI/Divers droite) souhaitent initier une relation quasi directe avec les Auxerrois par le biais de cette démarche consultative. Une fois ces renseignements collectés et analysés, ils les restitueront de manière intégrale sous la forme de débats publics.

Pas de velléité électoraliste dans la démarche…

« Aucun d’entre nous n’a une quelconque volonté d’occuper un poste stratégique lors des futures échéances municipales de 2020, lâche l’un des instigateurs de cette enquête, le conseiller municipal Jean-Pierre BOSQUET, lancer une réflexion de citoyenneté qui amènera ensuite à la conception de plusieurs débats avec la population intègre les missions naturelles des élus que nous sommes…Par cette initiative, nous souhaitons construire une vision de développement de la ville sur une décennie… ».

Les items choisis par ce questionnaire ouvert sont multiples. Le volet comportemental autour de la jeunesse en est un en particulier. Avec des questions qui font mouche sur les difficultés que peuvent rencontrer la jeune génération (Y ou Z) à se former, à se loger, à s’insérer dans la vie active ou à se divertir. L’emploi des adultes et les problématiques existentielles des seniors poursuivent ce besoin analytique de bien comprendre la situation.

Sont ensuite passées au crible la connaissance du réseau de transport en commun de l’agglomération et son efficience, la récurrente question inhérente à l’offre de stationnement, la sempiternelle approche informative faisant référence à la déviation sud qui pourrait réduire le trafic et son corollaire, la pollution…

Un peu plus loin, l’enquête scrute les différents visages d’Auxerre. Sur la salubrité. Sur l’éclairage. Sur son fleurissement. Sur le tri sélectif ou encore l’entretien des voiries. Le commerce n’a pas été omis par les préconisateurs de cet interrogatoire. Quant aux degrés de satisfaction personnelle sur l’attractivité économique de la ville, ils devront être notés par les sondés.

Plus troublant, néanmoins, les items incitatifs devant tracer le portrait-robot du futur maire d’Auxerre. Les Auxerrois ont-ils une appétence pour un homme ? Une femme ? Un âge requis ? Voire un parcours professionnel préféré ?

Quant à la citation par les personnes interrogées de trois actions prioritaires devant être le socle représentatif du futur édile pour 2020, cela pourrait s’apparenter à l’ossature d’un premier programme de campagne.

« Nous ne sommes pas dans l’idée ni la conception d’un programme, répète Jean-Pierre BOSQUET, nous souhaitons à l’issue de cette première initiative des élus de l’opposition mettre sur la place publique un certain nombre d’idées, de solutions concrètes, de projets à étudier. Sans par ailleurs qu’il n’y ait des altérations politiques. Ce qui importe, c’est la vision pérenne et futuriste de notre ville. Pour que chaque habitant s’y retrouve réellement… Il est grand temps d’aborder les vraies questions  relatives à l’évolution de notre ville et de se les approprier…».

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil