Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Nathalie GRIESBECK (MODEM) : « L’Europe ? Ce n’est pas une chance, c’est la solution ! »

« Table ronde et boîte à idées attendaient la députée européenne du MODEM, Nathalie GRIESBECK, lors de sa récente visite à Auxerre dans le cadre de l’opération du « Joli mois de l’Europe », concoctée par la direction du lycée Vauban. L’élue du Grand Est de la France et de Moselle a pu s’entretenir directement et sans langue de bois avec les élèves de classes de cuisine et de services à la personne ». « Table ronde et boîte à idées attendaient la députée européenne du MODEM, Nathalie GRIESBECK, lors de sa récente visite à Auxerre dans le cadre de l’opération du « Joli mois de l’Europe », concoctée par la direction du lycée Vauban. L’élue du Grand Est de la France et de Moselle a pu s’entretenir directement et sans langue de bois avec les élèves de classes de cuisine et de services à la personne ». Crédit Photos : Thierry BRET.

Le « Joli mois de l’Europe », opération pédagogique initiée par le lycée Vauban d’Auxerre auprès de ses élèves s’est décliné, entre autres, par la visite d’une délégation du parlement européen conduite par la députée en charge de la commission sur la lutte contre le terrorisme et élue de l’Est de la France, la démocrate Nathalie GRIESBECK. La conseillère générale de Moselle s’est prêtée avec aisance et subtilité au jeu d’une table ronde constructive en dialoguant ouvertement avec une trentaine de jeunes gens, issus des classes de première professionnelle en cuisine et de terminale suivant le cursus de la filière des services à la personne…

AUXERRE : En guise de préambule à cet entretien des plus insolites pour le jeune public icaunais fréquentant l’établissement auxerrois, la question suivante à laquelle il était judicieux de plancher au préalable : « que veut dire être citoyen européen dans notre société actuelle ? ».

Peut-être qu’une large majorité de cette trentaine de lycéens possédaient déjà une esquisse de réponse après leur séjour, vécu quarante-huit heures auparavant, au Parlement de Strasbourg et au mémorial d’Alsace. Rencontrant plus d’une heure durant lors d’un exercice oral la députée européenne Nathalie GRIESBECK dans leur salle de classe, les représentants de la nouvelle génération ont pu soupeser les aspects favorables ou négatifs de cette participation à l’Europe, parfois décriée par certaines formations politiques.

Etre députée européenne, un rôle de « soldat nomade »…

Invitant son jeune auditoire à venir s’immerger une fois prochaine au sein du Parlement de Bruxelles, l’élue de Lorraine débutait son propos en expliquant réellement les enjeux imputables à l’exercice de son mandat. Tout en apportant d’intéressantes précisions sur la couverture de sa zone géographique, la circonscription de l’Est, à laquelle ce maître de conférences en droit est rattaché.

« Soixante-quatorze députés européens représentent la France auprès des institutions de Strasbourg et de Bruxelles, commença-t-elle, à titre personnel, mon secteur d’intervention englobe l’Alsace, la Lorraine, la Champagne Ardennes, la Bourgogne et la Franche-Comté. Soit un total de dix-huit départements pour un peu plus de 8,5 millions d’habitants. Le deuxième député européen n’est autre qu’Arnaud DANJEAN (ce dernier était intervenu à l’automne dernier à l’invitation du député Les Républicains Guillaume LARRIVE à Auxerre dans le cadre d’une conférence dont le thème faisait la part belle à la défense et aux risques de conflit potentiels à travers la planète). Face à cette taille critique de la circonscription, je me considère telle un « soldat nomade » qui doit plaider à l’échelon européen toutes les causes dont me font part la population hétéroclite de ce vaste secteur… ».

Puis, ralliant ses explications à l’actualité immédiate du parlement, Nathalie GRIESBECK aborda un point qui interpella de longues minutes les élèves des deux classes de Vauban, écoutés attentivement par l’équipe enseignante. La lutte contre l’emploi des pesticides et la dégradation de leurs effets impactant la nature offrirent de belles possibilités d’échange aux orateurs.

L’élue se félicita, que le matin même de sa visite (le vendredi 27 avril), le conseil de l’Europe avait adopté à la majorité l’interdiction d’employer certains de ces pesticides sur les cultures. Seize pays sur les vingt-huit états membres se prononçant en faveur de cet arbitrage.

L’appartenance de la France à l’Europe : la véritable solution…

Interrogée sur la construction européenne et le couple franco-allemand, la représentante du MODEM insista sur l’impérieuse nécessité pour notre territoire de jouer les premiers rôles au sein de l’appareil exécutif. Défavorable à un nouvel élargissement des frontières, alors que divers pays frappent à la porte, Nathalie GRIESBECK penche pour une modification irrémédiable du vote des traités. « Un seul pays peut bloquer l’ensemble des décisions collégiales, ce qui n’est pas normal… ».

Quant à la position des Britanniques dans le concert européen depuis le Brexit, elle est, selon la présidente de la commission de la lutte contre le terrorisme, peu enviable et le plus souvent ambigüe.

« On s’aperçoit depuis leur prise de décision que les Britanniques ne cessent de nous solliciter mais l’Europe s’en remettra ! C’est trop tard… ».

Près de 640 accords seront d’ailleurs à renégocier avec les Anglais à l’avenir sous la houlette d’un seul et unique négociateur, le Français Michel BARNIER.

« Les Britanniques ont choisi d’emprunter la voie de la Norvège sur ce dossier de l’Europe, être ami et partenaire sans avoir réellement voix au chapitre des décisions. Forcément, ils en subiront les effets… ».

Parmi les autres thèmes évoqués entre les lycéens et la députée, l’emploi et les opportunités de stage à travers le programme Erasmus. Des pistes à privilégier selon elle pour faciliter l’intégration de cette génération au cœur de la vie économique…

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil
Bannière footer