La passe de deux pour Mani CAMBEFORT : le premier fédéral du PS dans l’Yonne renouvelle son bail…

« A trente ans tout pile, Mani CAMBEFORT incarne l’avenir décomplexé du Parti socialiste de l’Yonne, renouvelant sans l’once d’une difficulté son second mandat de premier fédéral du département. Une formation qui devra se prononcer le 14 octobre prochain sur le choix de son candidat pour les présidentielles… ». « A trente ans tout pile, Mani CAMBEFORT incarne l’avenir décomplexé du Parti socialiste de l’Yonne, renouvelant sans l’once d’une difficulté son second mandat de premier fédéral du département. Une formation qui devra se prononcer le 14 octobre prochain sur le choix de son candidat pour les présidentielles… ». Crédit Photos : Thierry BRET et D.R.

Le trentenaire s’arroge le droit d’être l’un des poils à gratter virulent du conseil communautaire de l’Auxerrois. Côté opposition, il va sans dire ! Viscéralement inféodé à la cause du parti à la rose, celui qui fit de François MITTERRAND et de François HOLLANDE les présidents socialistes de la Vème République, Mani CAMBEFORT renouvelle son bail en qualité de premier fédéral PS de l’Yonne. Réélu à l’unanimité. Le démarrage d’une autre histoire ?

 

AUXERRE : Certes, le garçon n’avait pour seul et unique adversaire à ce scrutin que lui-même ! Pas facile donc de faire campagne dans le giron interne quand on occupe seul l’espace représentatif de sa formation politique. Nonobstant, Mani CAMBEFORT se présentait à la reconduction de son mandat de premier fédéral de l’Yonne en soutenant la ligne d’orientation de l’actuel premier secrétaire général du Parti socialiste, Olivier FAURE.

Une ligne politique qui a recueilli 68 % des suffrages lors de son adoption, vu du prisme de l’Yonne, il y a quelques semaines. Ce même Olivier FAURE plébiscité à hauteur de 70 % des voix militantes au niveau hexagonal.

C’est dire si Mani CAMBEFORT repartait la fleur au fusil et sans inquiétude aucune dans cette joute électorale interne, ne devant réserver aucun suspense quant au résultat final.

Le jeune trublion de l’opposition auxerroise (Agglo et Ville) n’avait guère de soucis à se faire sur le verdict définitif de ce vote conçu en présentiel, ce jeudi entre 17 et 22 heures,  à la permanence socialiste de la capitale icaunaise.

D’autant que le vote numérique ne s’inscrivait pas encore parmi les principes électoraux prioritaires du parti à la rose. Il faudra donc s’armer de patience pour les militants les plus chevronnés es technologie !

 

 

Un mentor auprès de la jeune garde départementale du PS…

 

Obtenant l’unanimité des suffrages, le premier fédéral de l’Yonne prolonge son mandat. Au moins jusqu’au prochain congrès national du PS, prévu d’ici le terme de 2022, voire de 2023. Les choses ne semblent pas être encore arrêtées sur ce point.

D’ici là, aux côtés de son équipe de fidèles intégralement reconduite, le jeune homme continuera sur sa lancée. Défendant bec et ongles ses idées progressistes parmi les différentes instances représentatives du bassin auxerrois où il exerce sans l’once d’une timidité ses talents d’orateur. Il y a d’ailleurs un petit côté Nicolas SORET dans ce personnage à la tête bien remplie qui continue de faire ses gammes en s’inspirant du nouveau numéro trois de la région Bourgogne Franche-Comté.  

Lui-même devient un modèle, peut-être un mentor, auprès d’une frange de jeunes gens interpellés depuis peu par la politique : la section jeunesse du Parti socialiste départemental a enregistré en effet de nouvelles adhésions au fil de ces derniers mois.

 

 

Choisir le candidat le mieux placé pour les présidentielles…

 

Un sursaut salvateur vécu avec bienséance après l’hémorragie observée en 2017 suite à la débâcle socialiste aux présidentielles et le score insignifiant de Benoît HAMON, obtenant 6,35 %. Le plus faible score enregistré par le parti de gauche depuis sa création !

Les présidentielles : il en sera bientôt question pour la centaine d’adhérents encartés du PS du cru puisque le 14 octobre prochain il s’agira de se prononcer lors d’un vote de confirmation sur le choix du candidat à l’échéance nationale du printemps 2022.

Si Anne HIDALGO occupe le leadership de cette investiture, il ne faut pas omettre le second prétendant à la course élyséenne : Stéphane LE FOLL, l’ancien ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement.

La mobilisation des adhérents du PS sera sans doute nombreuse et souhaitée par le premier fédéral de l’Yonne. Mani CAMBEFORT estime que « les partis politiques sont indispensables au bon fonctionnement de la vie démocratique dans notre pays ».

Une idée que partagent 16 % des Français. Ils leur accordent encore de la confiance. Ce qui ne veut pas dire in fine que ces 16 % de nos compatriotes dévolus à l’existence des partis politiques placeront le candidat du PS en tête de gondole au soir du 10 avril 2022…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil