Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

La « Nouvelle Dynamique » de Jean-Philippe BAILLY en chevalier blanc de la transparence et de l’intégrité…

« C’est en pourfendeur des systèmes « occultes et parallèles » que se présentent les candidats de la « Nouvelle Dynamique » sur le canton d’Auxerre 1. Au-delà des projets inévitables à réaliser, Jean-Philippe BAILLY, associé à Halima Georgette GUTSCHE, Christian BRUNEAUD et Christine AUGE veulent faire de la transparence et de l’intégrité leur cheval de bataille… ». « C’est en pourfendeur des systèmes « occultes et parallèles » que se présentent les candidats de la « Nouvelle Dynamique » sur le canton d’Auxerre 1. Au-delà des projets inévitables à réaliser, Jean-Philippe BAILLY, associé à Halima Georgette GUTSCHE, Christian BRUNEAUD et Christine AUGE veulent faire de la transparence et de l’intégrité leur cheval de bataille… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

S’il devait y en avoir une sur le territoire, ce serait celle-là ! Une équipe qui fait de la transparence et de la probité ses principaux atouts fédérateurs. Redonnant ainsi tout son sens au terme initial du mot politique, issu du vocabulaire grec qui posa les premiers jalons du débat démocratique uniquement au service du peuple. Sous les couleurs de « La Nouvelle Dynamique », ces quatre-là prennent fait et cause pour la pratique de l’intégrité absolue. Un terme devenu tabou dans cet univers si hermétique ?

 

AUXERRE : Ce n’est pas une énième candidature de plus pour résoudre les problématiques bassement matérielles du quotidien des habitants du canton d’Auxerre 1 qui nous est proposée là.

Certes, parmi les priorités de ce programme éclectique qui est minutieusement dévoilé sous l’œil d’une caméra avide d’images à placer en archives (on sent la patte du professionnel en communication qui a régenté cette conférence de presse bien ficelée), figurent nécessairement le contournement sud de la capitale de l’Yonne et les conséquences (à peine digérées par ce binôme et ses suppléants) de la fermeture du collège Bienvenu Martin.

Des items dont se font écho à l’unisson la plupart des prétendants aux fauteuils de l’hémicycle départemental, voire régional, toutes obédiences confondues.

La composante de cet attelage au patronyme vivifiant de « Nouvelle Dynamique » ne pouvait immanquablement pas squeezer de sa profession de foi ces thèmes incontournables de campagne.

De toute évidence, la déviation méridionale de la ville d’Auxerre devait donc s’inscrire parmi les réflexions prédominantes de ce quatuor positionné sur l’échiquier politique dans le camp d’un centrisme incliné un peu vers la droite. Normal que ces orateurs qui ont pris soin de décliner leurs identités et fonctions dès le préambule de cette causerie face aux journalistes souhaitent prendre ce dossier interminable à bras le corps en cas de succès au soir des 20 et 27 juin.

Le canton d’Auxerre 1 s’étale sur les localités de Lindry, Saint-Georges-sur-Baulche et Villefargeau. Sans omettre la partie occidentale d’Auxerre. D’où l’intérêt à porter au crédit de ce projet tentaculaire cofinancé par toutes les parties institutionnelles en présence : depuis l’Etat jusqu’au Département, en passant par la Région et l’Agglo de l’Auxerrois.

 

 

"Les élus de terrain doivent être à porter de baffes des électeurs…"

 

A ce propos, celui du financement, le leader de cette équipe (elle se veut fonctionnelle plutôt à quatre têtes au lieu du binôme traditionnel) Jean-Philippe BAILLY estime que « le Conseil départemental se doit d’être le fer de lance de cette réalisation ». En devenant le coordinateur légitime de cet assemblage hétéroclite qui in fine mettra la main au gousset pour en financer l’ouvrage.  

« C’est cela être un élu de terrain, ponctue le patron du « Nouveau Centre » dans l’Yonne qui durant les six dernières de la mandature FEREZ gérait en sa qualité d’adjoint au commerce la destinée de la vie artisanale et commerçante de la ville.

Aux côtés d’Halima Georgette GUTSCHE, dont c’est la première titularisation officielle en qualité de candidate alors qu’elle a gravité longtemps parmi le sérail politique pour ses appétences à la vie sociale, de Christine AUGE, ancienne secrétaire de feu l’UMP 89 dans une vie antérieure et de Christian BRUNEAUD, qui joua les premiers rôles en étant l’un des élus de Saint-Georges-sur-Baulche, Jean-Philippe BAILLY souhaite incarner ce renouvellement au sein de l’hémicycle.

« Nous ne serons jamais des gens de bureau, éloignés de la réalité du terrain, ajoute-t-il, nous deviendrons des interfaces constantes à l’écoute de la population afin de construire ensemble leurs projets d’avenir… ».

Puis, prémonitoire ou un tantinet prophétique, le responsable de la « Nouvelle Dynamique » lâche tout de go « qu’un élu de terrain se doit d’être à porter de baffes des citoyens ». L’argument aurait-il donc inspiré l’auteur du soufflet envers l’auguste personne du président de la République quelques jours plus tard dans la Drôme ?!

 

 

 S’appuyer sur la diaspora du canton pour aider les jeunes…

  

L’autre versant de ce remède à appliquer contre l’inertie et l’immobilisme tels que l’imaginent ces futurs « conseillers territoriaux » (une idée qu’avait suggéré en son temps un certain Nicolas SARKOZY !) concernera la réhabilitation de l’ancien collège Bienvenu Martin. Une fermeture qui visiblement leur est restée en travers de la gorge !

« C’est toujours une plaie béante pour la population de ce quartier d’Auxerre, souligne Jean-Philippe BAILLY, et même si notre désir en cas de victoire est de soutenir la majorité départementale qui se dégagera des urnes, j’étais à cette époque en profonde divergence avec les décisions prises par le Département… ».

Que faire de cet ancien site pédagogique ? « Nous voulons créer un établissement d’accueil éducatif orienté vers la réussite sous le prisme de la culture, du sport, de la cohésion sociale… Ce serait autre chose que d’y déposer de simples archivages comme le désire le Conseil départemental ! ».

Même si la compétence économique n’est pas d’actualité au sein de la vénérable institution, il n’empêche que le quartette semble vouloir jouer sa partition sur son secteur géographique en cas de succès.

 

 

 

« Travailler avec les acteurs du terrain, faire l’interface avec les investisseurs, rencontrer les entreprises qui n’ont pas pleine conscience des aides financières qu’elles peuvent obtenir dans le cadre de leurs projets incombent à nos responsabilités d’élu de proximité… ».

Quant au commerce et à sa résurgence, notamment à Saint-Georges, il est dans le viseur de ce team bien décidé à redonner vie coûte que coûte à cette activité.

Le complexe du Phare entre également en ligne de compte des préoccupations de cette équipe se présentant officiellement sans étiquette. L’aide apportée aux structures y travaillant (AMIDON 89 à titre d’exemple) ne sera pas fortuite.

Les jeunes ayant des difficultés à acquérir de l’emploi feront l’objet de parrainage citoyen avec le concours d’entrepreneurs et de partenaires ad hoc.

Originalité de la démarche : « On va contacter la diaspora de ce canton pour qu’ils viennent parler de leur métier avec nos jeunes ! ». Ambitieux.

 

 

Jean-Philippe BAILLY en héraut d’une opération « mains propres » ?

 

Au-delà de cette déclinaison à la Prévert d’un programme copieux et réfléchi, il restait en guise d’offrandes conclusives l’inattendu, le savoureux, le surprenant, voire le décalé propre à cette candidature.

Une volonté chevillée au corps du leader de la formation, adoubés par ses coreligionnaires, de se placer au-dessus de la mêlée en matière d’intégrité et de transparence.

Inévitablement, Jean-Philippe BAILLY ne manquera pas l’occasion de faire référence à l’affaire juridique actuelle qui concerne l’édile d’Auxerre, Crescent MARAULT. « Ce n’est pas une élection comme les autres pour nous ! ».

Disant tout haut ce que d’autres pensent tout bas, l’ancien adjoint de Guy FEREZ endosse la vêture d’un chevalier blanc, devenant le porte-étendard d’une croisade opération « Mains propres » locale dont il revendique la légitimité au nom de la démocratie et de la lutte antisystème (à mots découverts contre les « magouilles » !).

« C’est une des raisons pour laquelle je me présente, affirme-t-il, en qualité de candidats épris de valeurs humanistes, de liberté et de solidarité… ».

D’ailleurs, s’il était élu, le chef de file  du « Nouveau Centre » dans l’Yonne passerait aux actes en suggérant la constitution d’une commission dédiée à la transparence et à l’exemplarité au sein de l’hémicycle départemental. Chiche ?

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil