Malika OUNES/Patrick PICARD sur la droite ligne de Robert BIDEAU : un ticket fibré aux attentes sociétales d’Auxerre 2

« L’ombre bien visible de Robert BIDEAU, ancien édile de MONETEAU et conseiller départemental sortant, plane au-dessus des têtes de cette équipe « Unis pour l’Yonne », soutenue par les poids lourds de la majorité départementale. Le tandem Malika OUNES et Patrick PICARD, ainsi que leurs remplaçants Emilie LAFORGE et Emmanuel CHANUT, placent l’intérêt général bien au-dessus de toutes leurs priorités économiques et sociétales… ». « L’ombre bien visible de Robert BIDEAU, ancien édile de MONETEAU et conseiller départemental sortant, plane au-dessus des têtes de cette équipe « Unis pour l’Yonne », soutenue par les poids lourds de la majorité départementale. Le tandem Malika OUNES et Patrick PICARD, ainsi que leurs remplaçants Emilie LAFORGE et Emmanuel CHANUT, placent l’intérêt général bien au-dessus de toutes leurs priorités économiques et sociétales… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

Le clapotis de l’eau ne semble nullement gêner les orateurs. L’astre diurne illumine le quintette réuni à l’heure H, telle qu’elle a été convenue. Drôle d’endroit pour tenir une conférence de presse à vocation politique ! Les rives de l’Yonne se prêtent néanmoins à cet exercice qui ne souffre ni de mélancolie ni de morosité. Pourtant, l’un des cinq, l’ancien édile et conseiller départemental Robert BIDEAU n’est plus de la partie. Qu’importe ! Faisant fi de tous regrets, sa présence est un soutien inconditionnel aux quatre mousquetaires qui reprennent le relais !

 

GURGY : C’est bien le flambeau de l’actuelle majorité départementale dont il est question avec la présentation de ces quatre candidats qui s’attaquent à la conservation du canton d’Auxerre 2. Un secteur géographique qui avait vu la victoire nette et sans bavure de la doublette composée de Malika OUNES et de Robert BIDEAU au printemps 2015.

A l’époque, l’ancien maire de MONETEAU et la future présidente d’INIACTIVE 89 arboraient les couleurs d’une droite modérée, oscillant entre une UDI bon teint et un centre droit enclin à un futur ralliement présidentiel. Le tandem avait expédié d’un revers de main dans leurs pénates les porte-voix du Front national d’alors, Sylviane BOURGEOIS et Julien GUIBERT. Un large succès réunissant plus de 63,35 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 52,26 %.

Or, une question brûle sur toutes les lèvres aujourd’hui dans ce canton très prisé par les diverses candidatures : en sera-t-il de même lors de cette double échéance du 20 et 27 juin, associant les élections régionales ?

Des quatre patronymes d’il y a six ans, il n’en reste plus qu’un seul qui souhaite poursuivre son rôle majeur, voire victorieux, à l’issue de ces retrouvailles électives si importantes.

Il s’agit naturellement de la conseillère départementale sortante Malika OUNES. Cette dernière revendique et surfe aujourd’hui sur le bilan positif obtenu par Patrick GENDRAUD au terme de la mandature dont elle fut l’un des porte-voix les plus communicatifs. Avec en filigrane, la réduction d’une dette maîtrisée et surtout le retour à des velléités excédentaires qui permettent d’envisager l’avenir sous de meilleurs auspices, grâce de nouveaux investissements.

 

 

L’indéfectible soutien de Patrick GENDRAUD au nom de la droite, du centre et des indépendants…

 

Et, sur ce registre, la tour de contrôle du développement numérique du territoire icaunais a le regard qui s’illumine comme autant de diodes d’un ordinateur lorsqu’elle évoque son unique priorité à tenir : servir l’intérêt général.

Dès l’annonce sans surprise de sa candidature, une pluie de témoignages empathiques s’est abattue comme une giboulée de mars au-dessus de ses épaules.

Ceux des fidèles d’entre les fidèles, le saint des saints des suiveurs inféodés à son dynamisme et à sa verve qui n’a pas pour habitude d’être mâtinée de langue de bois ni de circonvolutions alambiquées !

Dans ce « fan-club », on y retrouve, quoi de plus naturel en somme, la moitié masculine de l’ancien binôme qui l’a porté sur le perchoir de l’hémicycle départemental, en sa qualité de vice-présidente en charge du numérique : Robert BIDEAU.

Retiré définitivement de la vie politique, l’ancien édile de MONETEAU qui a claqué la porte sans crier gare du conseil municipal le mois dernier ? En tout cas, son influence demeure très prégnante. Cela se voit. A l’identique de son bilan dont beaucoup se revendiquent aujourd’hui…

 

 

 

 

 

 

On ne peut effacer indubitablement vingt-cinq années de vie publique (municipalité et département confondus) en deux coups de cuillère à pot ! Même l’adversaire d’hier, Patrick PICARD, rallié à sa cause désormais, vit comme un état de grâce ce privilège de marcher dans les pas de l’auguste personnage, omnipotent de ce canton.

Autre figure politique qui cautionne l’existence de ce binôme, bénéficiant de son « indéfectible soutien et son appui total » : le président de l’exécutif départemental en personne !

Patrick GENDRAUD considère en effet ses deux représentants ainsi que leurs suppléants, la trentenaire Emilie LAFORGE, nouvellement élue à Branches en charge des cheminements doux à l’Agglo de l’Auxerrois, et Emmanuel CHANUT, édile de Perrigny depuis 2014, comme membres à part entière de la majorité départementale droite, centre et indépendants. Un choix qui s’est fait au nez et à la barbe du binôme pourtant estampillé divers droite qui est piloté par Arminda GUIBLAIN et Magloire SIOPATHIS !

Ce quitus accordé par le président de la vénérable institution ressemble à s’y méprendre à un cadeau déposé dans la corbeille de la mariée pour ce nouveau couple politique constitué de deux personnages à tempérament.

 

Des axes prioritaires dont la santé, le numérique et la mobilité…

 

Sans ambages, du côté des ralliements à leur cause, le député de la deuxième circonscription, et ancien homme fort du Département, André VILLIERS, ajoute une couche de Ripolin supplémentaire sur le binôme d’Auxerre 2. « Une liste qui est la plus représentative à ses yeux… ».

Mais, le plus étonnant de ces soutiens VIP émane du milieu sportif. A commencer par l’inénarrable ancien entraîneur de l’AJ Auxerre, le toujours charismatique Guy ROUX. Entre deux séances de dédicaces servant à la promotion de son ultime opus (« Confidences »), l’homme au bonnet bleu transforme le pénalty en faveur de la pasionaria de la fibre optique, de l’économie sociale et solidaire. Un but à zéro, la balle dans le rond central avant de réengager la partie !

Enfin, avant de se lancer dans son long raid cyclotouriste qui le mènera d’ici peu au pied de l’une des plus grandes tours de la planète à Dubaï, Abderrazzack EL BADAOUI s’est fendu, lui aussi, de son message honorifique. Il a salué une vieille amitié qui perdure avec Malika OUNES, une relation qui s’est bonifiée depuis vingt ans, empreinte d’humanisme et d’altruisme…

 

 

 

Bref, tous ces compliments s’amoncellent façon « Très Haut Débit » pour celle des candidates qui désire porter un intérêt tout particulier au monde associatif, clé de voûte de la cohésion sociale d’un territoire.

De son côté, l’ancien vice-président du SDEY (Syndicat départemental des Energies de l’Yonne) Patrick PICARD entend bien jouer lui aussi les notes harmonieuses de sa partition.

Pour se faire, l’ex-premier adjoint de MONETEAU décline son engagement dans cette campagne autour de trois axiomes prioritaires : la lutte contre la désertification sanitaire, à son paroxysme avec les effets de la COVID, favoriser le contournement sud de la ville d’Auxerre sans omettre d’évoquer la nécessaire déviation septentrionale de la même agglomération et enfin un fort accompagnement des communes dans la réalisation de leurs projets.

Un autre dossier domine les préoccupations de cette équipe : le développement de l’aérodrome d’Auxerre Branches via l’essor de l’aviation d’affaires tout en préservant et en défendant l’environnement. Sans que le moindre végétal ne soit abattu in fine. Cet item crucial dans des perspectives favorables à l’économie fera l’objet d’un article à paraître prochainement dans nos colonnes…

D’ici là, les héritiers légitimes de Robert BIDEAU vont tenter de convaincre leur électorat pour que se poursuive au quotidien après le 27 juin le travail prospectif entamé initialement par ce dernier…

 

Thierry BRET

 

 

banniere article client arts de vivre

Articles

Bannière droite accueil