Patrick GENDRAUD expose les orientations budgétaires du Département : l'attractivité à tout prix...

« Les orientations budgétaires du Département ont été abordées au cours de la séance plénière de ce vendredi 07 février. Mais, avant de laisser libre court à la parole au sein de l’hémicycle, le président Patrick GENDRAUD s’est fendu d’une longue intervention où il a explicité les priorités d’actions et d’engagements de l’organe institutionnel pour 2020… ». « Les orientations budgétaires du Département ont été abordées au cours de la séance plénière de ce vendredi 07 février. Mais, avant de laisser libre court à la parole au sein de l’hémicycle, le président Patrick GENDRAUD s’est fendu d’une longue intervention où il a explicité les priorités d’actions et d’engagements de l’organe institutionnel pour 2020… ». Crédit photos : Thierry BRET.

Il s’agissait de retrouvailles. Celles qui se manifestent après la supposée trêve salvatrice des confiseurs. Le Conseil départemental organisait sa première séance plénière de la nouvelle année ce vendredi 07 février. Avec pour objectif d’examiner les orientations budgétaires à la veille d’un rendez-vous pré-électoral qualifié d’important. Les échéances, attendues par certaines et certains, surviendront en effet au cours de 2021. Nonobstant, l’occasion fut donnée au président de l’hémicycle, Patrick GENDRAUD, de prononcer son discours d’intérêt général. Histoire de rappeler que l’institution se devait de rester un lieu d’expression légitime et respectable…

AUXERRE: Orateur qui s’affirme de sessions en séances depuis son accession au perchoir, l’ancien édile de Chablis aime remettre les points sur les i quand il le juge nécessaire. Et avant l’examen des orientations budgétaires de l’exercice en cours, l’élu de l’Yonne ne s’en est pas réellement privé. Dès l’amorce de ce long discours faisant office de préambule à la séance publique.

« Vous le savez, commença-t-il, je suis de ceux qui considèrent l’humain, le dialogue et le débat comme essentiels… ». Une pause. Avant de renchérir : « Car nous avons une responsabilité en servant l’Yonne et ses habitants de respecter l’institution en étant détaché de postures personnelles ou électoralistes… ».

Invitant l’assistance à adopter ce fil conducteur qu’il souhaite tisser tout au long de l’année 2020, Patrick GENDRAUD s’est ensuite plongé dans le bilan financier de l’exercice écoulé. Une année 2019 où la situation des comptes de la vénérable institution s’est améliorée.

« Notre épargne brute atteint aujourd’hui les 42 millions d’euros ; elle a ainsi pratiquement doublé depuis deux ans puisqu’elle s’établissait à l’époque à 24 millions d’euros… ».

La recette miracle déployée pour y parvenir se résume en une seule phrase : une gestion saine, responsable et rigoureuse que le président de l’exécutif a respectée.

« L’encours de notre dette s’établit à 216 millions d’euros au 31 décembre soit près de 30 millions de moins en trois ans… ».

 

L’attractivité nécessaire à l’Yonne : la priorité !

 

Quant à la durée de remboursement, elle est passée de dix ans en 2017 à cinq ans aujourd’hui. D’où le satisfecit mesuré de Patrick GENDRAUD qui en partage les bénéfices avec l’ensemble de ses coreligionnaires, ceux –cela semble naturel – de sa majorité, mais aussi, dans un souci de main tendue, à celles et à ceux des élus qui appartiennent à des groupes d’opposition.

« Vous êtes restés dans une démarche objective et sans arrière-pensée en contribuant aux travaux engagés par les commissions et en votant, en majeure partie, les rapports présentés devant cette assemblée… ».

Le consensus, toujours et encore, dans les propos du président.

Ce travail collégial qu’il affectionne, Patrick GENDRAUD ne souhaite pas en déroger les règles durant les onze mois à venir. Au contraire.

« Je sais que l’Yonne a besoin de toutes les énergies pour se développer et gagner en attractivité… ».

Un mot qu’il emploie pour donner de l’envie et du dynamisme à l’institution.  

 

 

Un budget établi sans hausse de la fiscalité

 

Présenté au vote au mois d’avril, ce budget 2020 repose sur deux priorités. Le contrôle continu des dépenses de fonctionnement, d’une part, et la relance immédiate des investissements structurants.

D’un montant de 346 millions d’euros, les dépenses resteront maîtrisées. Celles se rapportant au personnel qui travaillent au sein de l’organisme (59 millions d’euros) viseront la stabilité.

Patrick GENDRAUD persiste et signe lorsqu’il évoque le « bon social ». Ce socle indispensable qui permet de préserver la cohésion d’une équipe.

« Nous pouvons être fiers de l’action conduite et nous n’avons pas à rougir d’assumer, pleinement et totalement, les missions qui nous sont dévolues, précise-t-il.

Le patron du département fait alors allusions aux domaines de compétences régaliennes de l’organisme : l’insertion, l’enfance, le handicap, l’aide aux personnes âgées. D’ailleurs, 228 millions d’euros devraient encore consacrées à l’ensemble des dépenses sociales en 2020.

Pour autant, les territoires et l’animation des zones urbaines et rurales ne seront pas dispensées de ressources. Il en va de même pour les acteurs du monde sportif, culturel et touristique. L’enveloppe affectée à ces postes équivaut à 5,5 millions d’euros.

 

  

Des efforts en termes d’organisation et de rationalisation…

 

Des efforts, le Conseil départemental a en fait. La vente de l’ancienne Maison du tourisme, sise sur les quais de l’Yonne, l’atteste. La cession des ex-locaux du Département le prouve. Le parc automobile a réduit la voilure. Le mot d’ordre est aux économies : elles vont permettre  à l’institution de se repositionner sur d’autres registres prioritaires.

En particulier, grâce au déploiement de la fibre optique, à la suite de la délégation de service public conclue avec le groupe ALTITUDE Infrastructure, récemment. Un projet qui s’élève à 260 millions d’euros d’investissements in fine mais qui ne coûte rien à la collectivité.

Pour ce qui est du socle d’intervention plus traditionnel, le président GENDRAUD entend bien réinjecter des fonds à l’amélioration de l’entretien et du renouvellement des chaussées.

« Nous allons pouvoir multiplier pratiquement par trois ces investissements en 2020, devait-il préciser.

C’est ainsi que près de dix millions d’euros vont être consacrés aux travaux de voirie. Plus de onze millions de crédits de paiement iront au financement de la déviation de Sens et la réhabilitation du pont, à Pont-sur-Yonne. Signalons, enfin, que plus de 20 millions d’euros serviront à rénover les ouvrages d’art et les infrastructures routières. Contre sept millions d’euros l’an passé.

Reste le volet des collèges et des EHPAD. Ceux-ci ne sont pas oubliés par ces directives budgétaires. Près de 13 millions d’euros de crédits de paiement se destinent aux investissements dans les établissements scolaires du second degré. L’objectif est simple : y déployer la qualité pédagogique, la sécurité, mais aussi l’amélioration thermique des bâtiments.

Quatre millions d’euros seront proposés au renforcement de la performance énergétique des collèges.

« Il est impératif que notre action environnementale ne se cantonne pas à la seule alimentation ou à la gestion des déchets dans nos établissements, souligna Patrick GENDRAUD, notre action doit être plus volontariste, peut-être à travers des expérimentations plus originales… ».

Du côté des EPHAD, son de cloches similaire : une aide à l’investissement qui pourrait s’élever à 15 % des dépenses éligibles engagées dans un plafond de 75 000 euros par place est prévue dans les tuyaux.

Patrick GENDRAUD donna ensuite une définition précise du rôle de ce que doit être le Département au quotidien : « C’est un animateur du changement, toujours sérieux et responsable ; un fédérateur capable d’engager ses partenaires dans des dispositifs vertueux, favorables et utiles pour nos concitoyens… ».

Laissant le pessimisme et l’opportunisme à d’autres, comme il se plût à le signaler au moment de conclure…

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil