M-G DUFAY chez SAS MICHEL : les déchets de la déconstruction deviendront-ils les matériaux de demain ?

« C’est sur l’un des sites de la SAS MICHEL que la présidente de la Région Marie-Guite DUFAY découvrira ce vendredi 28 mai à Auxerre les subtilités de la valorisation des déchets liés à la démolition de bâtiment…Elle y sera accueillie par l’entrepreneur et président de la Fédération départementale du bâtiment Didier MICHEL ». « C’est sur l’un des sites de la SAS MICHEL que la présidente de la Région Marie-Guite DUFAY découvrira ce vendredi 28 mai à Auxerre les subtilités de la valorisation des déchets liés à la démolition de bâtiment…Elle y sera accueillie par l’entrepreneur et président de la Fédération départementale du bâtiment Didier MICHEL ». Crédit Photos : Thierry BRET et D.R.

La valorisation des déchets de la déconstruction est à l’ordre du jour des spécialistes de la filière du bâtiment. En diminuant leur empreinte carbone, les entreprises positionnées sur ce secteur veulent ainsi économiser les ressources naturelles. Une décision salutaire pour préserver la planète et faire progresser l’économie circulaire. Ce sera le thème de la visite de la présidente de la Région, conviée sur l’un des sites de la SAS MICHEL ce vendredi…

 

AUXERRE : A quoi peuvent donc servir des déchets issus de la démolition ? C’est une question que bon nombre d’entre nous peuvent légitimement se poser à l’heure du développement de l’économie circulaire et de la sauvegarde de la planète.

Une interrogation que, peut-être un jour au détour de l’inauguration d’un chantier traditionnel, est venue titiller l’esprit avisé de la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté Marie-Guite DUFAY ! Si cela n’a été fait, la représentante de l’exécutif régional recevra nécessairement les réponses adéquates lors de sa visite en terre de l’Yonne, vendredi 28 mai, sur l’un des sites de la SAS MICHEL à Auxerre.

Elle y découvrira, aux côtés de l’entrepreneur et président de la Fédération départementale du bâtiment Didier MICHEL, une paroi en gabions édifiée en matériaux de démolition concassée. Cette surface remplace un mur de soutènement en béton.

De manière générale, la gestion des déchets de la filière varie selon de nombreux critères : nature du bâtiment démoli, composants utilisés. Les traiter s’impose comme une priorité absolue pour la corporation car le secteur du bâtiment représente 19 % de la production de déchets issus du BTP. Soit 46 millions de tonnes par an ! Pour mémoire, les déchets ménagers correspondent à un volume annuel de seulement trente millions de tonnes…

 

 

 

Or, il s’avère dans le détail que 49 % de ces détritus sont issues de la seule démolition. Leur revalorisation oscille entre 48 et 64 % selon la typologie des matériaux à recycler. Dont 60 à 80 % pour la spécificité de la démolition.

Aujourd’hui, l’ADEME s’est engagée sur un projet baptisé « DEMOCLES », une démarche collaborative fédérant une quarantaine d’acteurs, qui vise à développer le tri et le recyclage de ces déchets particuliers : plâtres, moquettes, produits ouvrants, etc.

Sensibilisée par cet item propre au développement durable, l’un de ses chevaux de bataille, la présidente de la Région devrait être tout ouïe à l’écoute des professionnels de la filière.

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil