Le mois de mars sera parisien pour BMO : l'agenceur a été choisi pour aménager le ministère de la Culture

« L’ensemble immobilier des Bons-Enfants dans le premier arrondissement de la capitale est constitué de deux bâtiments qui accueillent les services du ministère de la Culture et de l’Information. A partir de mars, l’agenceur de Joigny BMO, dirigé par François RICHARD, y interviendra pour aménager de quatre à cinq étages de bureaux et d’espaces de travail… ». « L’ensemble immobilier des Bons-Enfants dans le premier arrondissement de la capitale est constitué de deux bâtiments qui accueillent les services du ministère de la Culture et de l’Information. A partir de mars, l’agenceur de Joigny BMO, dirigé par François RICHARD, y interviendra pour aménager de quatre à cinq étages de bureaux et d’espaces de travail… ». Crédits Photos : Thierry BRET et Ministère de la Culture et de l’Information Hervé ABBADIE EMOC.

L’affaire s’est contractualisée durant la période des fêtes. Une excellente manière de tourner la page et d’oublier la sinistre année 2020. Le mois prochain, une équipe de huit menuisiers poseurs investira l’immeuble des Bons Enfants, situé rue Saint-Honoré à Paris. Le siège du ministère de la Culture et de l’Information suit depuis novembre son long processus de réhabilitation. Un lifting où par chance BMO en sera…

JOIGNY : Le chantier mobilisera dès le mois de mars une équipe de huit menuisiers pendant plusieurs mois dans le premier arrondissement de Paris.

C’est le temps nécessaire pour que ces spécialistes de la pose puissent aménager de multiples bureaux et espaces de travail sur le site.

De quatre à cinq étages de ce bâtiment érigé au XXème siècle qui reçoit en ses murs le ministère de la Culture et de l’Information intègrent le copieux cahier des charges devant être respecté à la lettre par la PME de l’Yonne.

L’agenceur devra avoir terminé son intervention bien avant le mois de novembre, date définitive de livraison du chantier.

Grâce à un appel d’offres, BMO a eu l’opportunité d’être retenue sur ce très beau projet qui lui permettra de mieux démarrer le nouvel exercice qu’elle ne l’avait achevée en cette triste année 2020.

La rénovation de l’immeuble des « Bons-Enfants » qu’occupent les services du ministère depuis 1994 sera synonyme d’une jolie enveloppe budgétaire à ajouter à son chiffre d’affaires. Soit 540 000 euros à son crédit !

 

 

C’est par biais de l’une des nombreuses filiales que compte le groupe VINCI que la PME de Joigny a eu vent de cet appel d’offres et de pouvoir y candidater. Grand bien lui en a pris puisque le verdict est revenu positif après quelques semaines de délibération et d’attente.

Outre l’agencement de bureaux, l’entreprise de Joigny interviendra également sur l’aménagement de plusieurs escaliers, d’un espace de service ou d’une cafétéria devant accueillir le personnel.

La PME sectorisera les niveaux d’intervention par zones selon les besoins du ministère qui continuera d’y exercer ses activités selon la formule consacrée.

 

 

C’est en 2016 que le ministre de la Culture de l’époque avait opté pour une rationalisation de l’implantation mobilière de son administration en la regroupant sur trois sites au cœur de la capitale plutôt que sur sept. Sachant toutefois que l’immeuble des Bons-Enfants demeurait le vaisseau amiral de cet édifice pour recevoir le maximum de services et d’effectifs.

Se positionnant aussi bien sur le secteur du luxe, des arts de vivre, de l’hôtellerie-restauration mais aussi les boutiques de mode ou de grandes enseignes de la distribution, BMO a comme cœurs de cible prioritaires les marchés franciliens et ceux de la capitale. Des marchés qui lui permettent de travailler trois matières nobles que sont le bois, la résine minérale et le métal depuis ses ateliers.

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil