Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Laurent VOULZY, ménestrel de l’âme et de lumière, en quête de son Graal intérieur…

« La passion de l’histoire, de la chevalerie et du Moyen-Age anime l’existence de l’un des artistes les plus populaires de sa génération. A 69 ans, Laurent VOULZY n’est plus l’éternel adolescent qui faisait vibrer jadis les filles de ses « Bubble Star » et autres « Cœur grenadine ». Son parcours initiatique l’a amené à s’interroger depuis le cap de ses 30 ans sur le sens de la vie et de la mort, en quête de réponses et de vérités où la spiritualité, le mysticisme, l’ésotérisme et la symbolique des cathédrales tiennent une large part… Des thèmes qui s’invitent régulièrement dans ses chansons… ». « La passion de l’histoire, de la chevalerie et du Moyen-Age anime l’existence de l’un des artistes les plus populaires de sa génération. A 69 ans, Laurent VOULZY n’est plus l’éternel adolescent qui faisait vibrer jadis les filles de ses « Bubble Star » et autres « Cœur grenadine ». Son parcours initiatique l’a amené à s’interroger depuis le cap de ses 30 ans sur le sens de la vie et de la mort, en quête de réponses et de vérités où la spiritualité, le mysticisme, l’ésotérisme et la symbolique des cathédrales tiennent une large part… Des thèmes qui s’invitent régulièrement dans ses chansons… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

« Où que j’aille, j’aime visiter les édifices religieux bien que je ne possède pas de foi particulière… ». Dans la pénombre relative de la cathédrale Saint-Etienne de Sens, référence majeure de l’art gothique puisqu’elle fut édifiée en 1135 avant d’être consacrée en 1164, l’artiste français au plus de quarante années de carrière se livre à un entretien impromptu au terme de deux heures de répétition intense en compagnie de ses musiciens et techniciens. A quelques heures du premier récital qui inaugure une tournée de vingt-cinq dates au détour de sites religieux de France et de Belgique, ce mélodiste hors pair nous explique sa démarche artistique en évoquant sa passion immodérée pour le Moyen-Age et… l’invisible.

SENS : Primé aux Victoires de la Musique 1993, l’album « Caché derrière » faisait déjà la part belle aux « choses qui se cachent derrière les choses ». Une allusion à peine voilée au monde de l’invisible, de l’au-delà et des mystères d’un univers peut-être parsemé de mondes parallèles. Conçu avec son complice et ami de toujours, Alain SOUCHON, cet opus renferme des pépites (« Le rêve du pêcheur », « Le pouvoir des fleurs » ou « Paradoxal système »). Une garantie de diversités mélodiques qui fit de ce disque paru en 1992 un énorme succès au niveau de ses ventes.

Mais, l’auteur-interprète et compositeur ultra perfectionniste ne dévoile-t-il pas à travers les textes de SOUCHON une part de lui-même et cette irrésistible envie d’en découvrir plus sur le monde où il se meut, ne serait-ce qu’à l’écoute de la chanson éponyme qui donnera son titre à l’album ? Il y parle de la forêt de Brocéliande, de cette Bretagne celtique si mystérieuse, des pierres érigées depuis la nuit des temps à Stonehenge (Angleterre), de cette lande brumeuse qui renferme tant de secrets.

Laurent VOULZY voue depuis l’âge de 18 ans une passion sans borne aux vieilles pierres. Pas de celles de sombres bâtisses en ruine, érigées au fin fond d’une zone champêtre. Non, celles qui ont été consacrées et sanctifiées. Ou qui ont eu leurs heures de gloire, chargées d’histoire. Les églises, les cathédrales, les primatiales, les abbayes, les manoirs, les châteaux…constituent le panel représentatif de son patrimoine intellectuel et culturel intimes, voire spirituel, où le chanteur aime à se ressourcer.

Dès lors, rien de surprenant qu’il ait choisi de donner une série de vingt-cinq concerts à l’intérieur d’églises et de cathédrales. Dont celle de Sens et à Auxerre, courant novembre. Il jouera de larges extraits de « Lys & Love », publié en 2011, faisant références à des textes aux origines moyenâgeuses.

Un rêve de toujours enfin assouvi : chanter dans les églises

« A Saint-Eustache près du quartier de Westminster à Londres comme à la Basilique de Saint-Denis, mes deux tours de chant furent des expériences fortes et magiques, confie-t-il, avec le coin de l’œil pétillant, j’ai toujours espéré interpréter un jour des chansons dans ces lieux auréolés d’une présence. C’est ma part de mysticisme qui s’exprime de la sorte… ».

S’interrogeant sur le sens profond de l’existence, Laurent VOULZY est un féru d’histoire. Dévorant dès qu’il en a le temps des livres traitant de ce sujet.

« A Chartres, je me suis immergé dans la cathédrale, parcourant le moindre recoin de l’édifice, ajoute-t-il, je me suis intéressé à son fameux labyrinthe. J’ai appris que la cathédrale de Sens en possédait un jadis… ».

Par petites touches, le chanteur nous éclaircit sur son cheminement intérieur. Fait de curiosité, de soif de découvrir, bien qu’il n’y ait pas une affirmation de la foi plus affirmé que cela. D’ailleurs, sa quête l’entraîne aussi vers la connaissance des autres religions et les approches philosophiques telles que le bouddhisme.

Cette passion chevillée au corps de l’histoire lui a permis de rencontrer Franck FERRAND. Avec l’écrivain-journaliste, vulgarisateur de cette discipline auprès d’un large public, l’artiste travaille à la conception d’une pièce musicale qui aura pour thématique l’un des personnages clefs et représentatifs (voire très mystérieux) de notre patrimoine séculaire : Jeanne d’Arc.

« Ce sera le prolongement de « Lys & Love » qui prenait en compte les fabliaux du Moyen-Age. Sur ce disque, j’ai eu la chance de m’entourer le temps d’un morceau (« Ma seule amour ») du légendaire chanteur des WHO, Roger DALTREY. Ce fut une rencontre exceptionnelle et inoubliable, comme celle que j’ai eu avec Paul Mc CARTNEY. Depuis, avec Roger, nous sommes devenus amis… ».

« La mort ne m’obsède pas mais je cherche des réponses… »

Musicien éclectique (l’album « Bélem » fait référence aux airs traditionnels du Brésil), Laurent VOULZY est beaucoup plus qu’un touche-à-tout de génie. Possédant un vaste palmarès de tubes, il représente à 69 ans l’un des grands poids lourds de cette génération de chanteurs issus des années 70 à surfer encore sur le succès. Sa tournée de 2015 avec son compère Alain SOUCHON (et le premier album envisagé sous la forme d’un duo à l’instar d’un tandem à la LENNON/Mc CARTNEY) furent d’immenses réussites.

Mais, c’est dans ces instants-là, aux alentours de 22 heures au cœur d’une nef de ce vaisseau architectural d’un autre temps que Laurent VOULZY se pose les ultimes questions. La mort ? « Je ne suis pas du tout obsédé par cela même si je cherche des réponses depuis que je suis trentenaire. Je me situe sur un plan intermédiaire. Dans la vie, il y a ceux qui croient. Et les athées qui ne croient en rien. Et puis, il existe une troisième voie. Celles des gens qui doutent. Avec deux subdivisions : ceux qui doutent mais ne croient en rien. Et les personnes qui émettent un doute en se disant au fond d’eux-mêmes qu’il pourrait bien y avoir quelque chose quand même ! C’est dans cette dernière catégorie que je me positionne aujourd’hui… ».

D’ailleurs, cette éternelle quête vers l’invisible ne serait-elle pas sa substantielle moelle intellectuelle et spirituelle qui le nourrit depuis si longtemps ?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil
Bannière footer