La photographe Sylvie VUCIC prolonge son invitation suggestive et onirique au « 87 » à Auxerre

« Entre sensualité et quête ouverte vers une réflexion intérieure non dénuée de questionnement, l’exposition « Nina & Michka » se déroulera au bar « 87 » à Auxerre en septembre. Le vernissage est prévu ce vendredi 07 en soirée Avis aux amateurs de photographie onirique !  ». « Entre sensualité et quête ouverte vers une réflexion intérieure non dénuée de questionnement, l’exposition « Nina & Michka » se déroulera au bar « 87 » à Auxerre en septembre. Le vernissage est prévu ce vendredi 07 en soirée Avis aux amateurs de photographie onirique ! ». Crédit Photos : Thierry BRET.

Enigmatique, sensuel, à la limite de la provocation, avec son zeste d’érotisme à peine voilé contenu dans son œuvre, le travail iconographique de l’artiste « London Eye », alias Sylvie VUCIC dans le civil, intrigue l’observateur qui ne peut décemment pas rester de marbre face à ces étonnantes réalisations, pleines de facéties oniriques. Fruit d’une spontanéité débridée et assortie d’une perception visuelle nourrie de talent, l’exposition estivale de la jeune femme se poursuit après le Domaine BROCARD sur les cimaises, et ce dès le 07 septembre, du bar-restaurant le « 87 » à Auxerre…

AUXERRE : « Nina & Michka » sont les prénoms de deux adorables félins que la photographe a pris sous son aile. Deux chattes, espiègles et joueuses, aimant se chamailler à longueur de journée et que parfois tout oppose. Une dualité faite de complicité, de tendresse, de colère, de joie. C’est cette relation binaire entre ces animaux de compagnie qui sera la source d’inspiration de l’artiste pour cette exposition qu’elle a baptisée du nom de ses petits protégés.

Des prises de vue éparses, morcelées, immortalisant des faits et gestes de la vie courante au détour de grandes capitales européennes, Prague, Londres dont la jeune femme a une passion sans borne, Paris. Des villes de province, aussi à l’image de Troyes ou d’Auxerre.

C’est précisément dans cette dernière agglomération que Sylvie VUCIC présentera l’inventivité de son travail dans l’un des lieux de loisirs, le bar-restaurant « 87 » ce vendredi 07 septembre. Soit in fine 23 représentations de ce que l’artiste a voulu partager avec le public en assemblant les morceaux de ce kaléidoscope étrange et suggestif, où l’érotisme fourmille à fleur de peau. Suscitant la curiosité de spectateurs dont l’imaginaire et la sensibilité sont mis à contribution.

Oser sans choquer pour susciter la réflexion…

On ne peut rester indifférent devant la finesse psychologique de ces assemblages de pellicules. Les questions pleuvent intérieurement. Et l’on ose s’aventurer vers ce chemin où la sensualité nourrit des réactions. A la limite de la provocation. Celle qui est suggérée par petite touche humoristique, voire déconcertante. Oser sans choquer : tel pourrait être le credo de « London Eye » qui se joue du regard scrutateur du public.

Le coup de cœur n’est jamais exclu quand on visionne de plus près la qualité de ce travail. La preuve, un collectionneur néerlandais ne vient-il pas d’acquérir l’une des pièces de cette exposition. Un satisfecit supplémentaire pour l’ancien mannequin free-lance qui était elle-même la muse de plusieurs photographes de mode dans une vie antérieure.

Bannière droite accueil
Bannière footer