Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté

Des « Rues Barrées » ouvertes au rire et à la fête : Auxerre renoue avec le succès populaire grâce à un festival décalé…

« Le « dodo » que l’on croyait disparu a fait sa réapparition dans les rues d’Auxerre ! Il aura tout osé auprès des badauds ébahis. C’est même à ça qu’on le reconnaît aurait rajouté Michel AUDIARD ! Une cinquième édition des « Rues Barrées » de très belle facture où le public a répondu présent… ». « Le « dodo » que l’on croyait disparu a fait sa réapparition dans les rues d’Auxerre ! Il aura tout osé auprès des badauds ébahis. C’est même à ça qu’on le reconnaît aurait rajouté Michel AUDIARD ! Une cinquième édition des « Rues Barrées » de très belle facture où le public a répondu présent… ». Crédit Photos : Dominique BERNERD.

Après deux années d’absence, le festival des Rues Barrées a fait son grand retour dans les rues d’Auxerre. Une cinquième édition marquée par un soleil généreux et un public record qui n’a pas boudé son plaisir à savourer le menu proposé, mêlant acrobaties, jonglage, danse ou spectacles burlesques.

 

AUXERRE : Pas moins de quinze compagnies et collectifs au programme, pour un total de 43 représentations données en treize lieux répartis dans tout le centre-ville. Autant dire que tout festivalier désireux d’en faire le tour se devait d’avoir l’esprit marathonien !

Sans oublier dans ses bagages trois accessoires précieux : un siège pliant où poser son délicat postérieur, un couvre-chef pour se protéger du soleil ainsi que le guide détaillé avec plan et horaires des spectacles. Petit florilège de choses vues et entendues…

Direction l’Abbaye Saint-Germain, pour une première étape matinale à la rencontre d’Yldor LLACH, qui a trimbalé son petit vélo rouge dans toute l’Europe et le Canada. Une bicyclette qui, entre les mains de l’artiste catalan natif de Barcelone, se fait danseuse ou acrobate, en un spectacle mêlant performance, humour et poésie. A peine le temps de déjeuner, il faut déjà repartir du côté de la Place des Veens à la découverte du « Human Juke box » pour une exploration revisitée de l’histoire musicale à travers les siècles. Perchés en haut de leur castelet en forme de juke-box, Orfey et Chris The Odian, deux vocalistes passés maîtres dans l’art du « beatboxing », une pratique née dans les années 80 à New-York consistant à imiter des instruments de musique avec la bouche.

 

 

Attention à la parade gourmande des « dodos » !

 

Vous prendrez bien un peu de « Street Coffee » ? A la baguette, Claudio MUTAZZI, pour un solo burlesque sans paroles, place de l’Hôtel de Ville. Ses victimes ? Les passants entrant par mégarde dans son aire de jeux, pour autant de gags improvisés portés par une musique appropriée à chaque situation et une boîte à « claps » déclenchant les applaudissements. Un humour que n’aurait pas désavoué le grand Charlie CHAPLIN lui-même, salué de belle manière par un public sous le charme. Effet cumulé de la braderie et du festival, la circulation piétonne s’intensifie dans les rues du centre-ville, l’heure pour les « Dodos » d’entrer en scène. On croyait l’animal emblématique de l’Ile Maurice disparu depuis plus de trois siècles, il n’en est rien ! Deux gros « dindons » ventrus, chevauchés par d’audacieux explorateurs à l’accent germanique prononcé, ont investi la rue du Temple pour un safari urbain sans pareil. Une caresse en passant, mais gare au coup de bec, le « dodo » est gourmand ! Curieux et maladroits, rien ne leur résiste, pas plus l’entrée d’une boutique que le cornet glacé d’un passant ou le verre d’un consommateur en terrasse, broutant au passage quelques jardinières fleuries… Monsieur le maire ne va pas être content ! Une déambulation burlesque qui a provoqué beaucoup de rires mais aussi quelques frayeurs chez les plus jeunes et les chiens en laisse. Le « dodo » est farceur !

 

Bienvenue en Moldavie équatoriale !

 

La « Moldavie équatoriale », vous connaissez… ? Fraîchement débarqués de leur pays « natal », Drago POPOVITCH et Piota KATCHIEV, avaient donné rendez-vous aux curieux sur les quais de l’Yonne. Acrobates hors pair, mêlant jeu et performances physiques, les deux compères ont embarqué le public dans un voyage onirique brossant l’univers de la « Mère patrie », sur fond de gags, de musiques slaves et de dégustation de « jus d’patate », une boisson locale couleur vodka !

Une prestation bien décalée et sans retenue aucune, qui là encore a fait le plein de spectateurs. Le doute est permis… Faux slaves ou vrais Moldaves ? Vraie Delphine ou fausse Natacha ? Qu’importe ! A la fin de la prestation c’est gagné, tout le monde semble comprendre la langue moldave… L’effet « jus d’patate » sans doute !

 

 

On rit, on pleure, on se souvient et puis… on gagne avec l’AJA !


Comment en cette veille de rentrée scolaire, ne pas terminer en évoquant le spectacle « Cartable » et Madame TAPIS, une enseignante débordante de bonne volonté à la découverte de sa nouvelle classe de CE1 ?

Il y avait foule en cette fin d’après-midi sur la pelouse bordant l’abbaye Saint-Germain pour écouter la comédienne Gloria DA QUEIJA qui, une heure durant, a emmené le public à la rencontre de ses multiples personnages. On rit, on pleure, on ouvre la boîte à souvenirs… Un mélange unique et magique d’humour et de tendresse. Il se fait tard, le rideau va bientôt tomber. Au loin, quelques klaxons se font entendre…

Au soir de cette seconde journée des « Rues Barrées », peut débuter le festival des « Buts gardés ». La fête décidément est complète en ce samedi 27 août, elle envahit tout Auxerre, l’AJA a gagné !

 

Dominique BERNERD

 

 

NOUS CONTACTER

PRESSE EVASION - Mr Thierry BRET

Tél. : 06.20.31.05.53.

Mail : contact@presse-evasion.fr

Articles

Bannière droite accueil