Vingt nuances de ciel en taille XXL : le beau tutoie les sommets à l’exposition « Grands Formats » de MOUV’ART

« Subjuguée par le travail des artistes qui savent « contempler » le ciel, Céline BAHR, adjointe de la Ville d’Auxerre à la Culture, devait féliciter le lauréat du Prix de la Ville Jean-Jacques PETIT, aux côtés du président de l’association « MOUV’ART » Dany PONNELLE… ». « Subjuguée par le travail des artistes qui savent « contempler » le ciel, Céline BAHR, adjointe de la Ville d’Auxerre à la Culture, devait féliciter le lauréat du Prix de la Ville Jean-Jacques PETIT, aux côtés du président de l’association « MOUV’ART » Dany PONNELLE… ». Crédit Photo : Agathe VAN DER LAAN/MOUV’ART.

« Ciels Grands Formats ». Passionnante initiative que celle-ci ! Consacrée à de talentueux artistes fréquentant ce collectif « MOUV’ART » que l’on ne présente plus, elle aura permis depuis novembre de se réapproprier ce qui nous manquait le plus durant la période de confinements : l’émerveillement face à des œuvres picturales ! Quant aux lauréats de cette édition 2022, le verdict est tombé. Jean-Jacques PETIT s’est vu attribuer le Prix de la Ville d’Auxerre. Florence BERTRAND suscitant tout l’intérêt du public…

 

AUXERRE : Le cadre, tout d’abord. A lui seul, il mérite le détour. Le Cellier de l’Abbaye Saint-Germain. Un pan historique de ce patrimoine local, cher aux Auxerroises et aux Auxerrois. Une plongée dans ce passé si réconfortant et envoûtant qui met du baume aux âmes.

En ce temps-là, l’humain se complaisait d’ingéniosité dans la construction d’édifices séculaires devant lesquels on se pâme encore. Un cellier propice pour l’accueil de manifestations artistiques du meilleur effet. Surtout lorsqu’elles sont pavées de bonnes intentions et réussies de surcroît !

Il est vrai que l’équipe du collectif « MOUV’ART » maîtrise allègrement son sujet. Organiser des expositions, c’est son dada !

Alors quand il s’agit de scénariser un rendez-vous aussi fondamental que peut l’être la réception d’artistes exerçant leur passion sur des toiles et supports grands formats, on ne s’inquiète pas outre mesure sur la qualité des peintres présents ni sur leur potentiel créatif.  

 

Un grand moment de profonde sérénité artistique et intellectuelle…

 

En témoigne, Céline BAHR ! Madame la conseillère régionale aime le beau, l’onirique et l’émotionnel dans la représentativité artistique. Elle ne devait pas être déçue à la découverte de cette manifestation dévoilant ses plus atours picturaux depuis novembre.

Le thème était connu : le ciel. Un sujet tout à fait en harmonie et approprié avec le lieu de l’exposition, enclin à des pensées spirituelles profondes, à défaut d’être strictement religieuses.

Commentaires avisés de la troisième adjointe de la Ville d’Auxerre, en charge du développement durable, de la culture, du patrimoine et de l’enseignement supérieur : « Les artistes du collectif « MOUV’ART » possèdent cette qualité rare de savoir chacun, à leur façon, contempler le ciel… ».

Une édition 2022 qui aura su véhiculer un véritable message d’espoir, en conquérant le public, malgré les aléas d’une crise sanitaire omniprésente dans les esprits.

Du pain béni (vu l’endroit !) pour l’une des chevilles ouvrières de l’association auxerroise, Agathe VAN DER LAAN, accompagnée de son président, Dany PONNELLE. Les organisateurs de ce moment de grande sérénité intellectuelle furent plébiscités par l’élue pour leur investissement.

 

Deux artistes récompensés pour la qualité de leur travail…

 

Du côté des accessits, il devait en être question au terme de ce premier grand rendez-vous de la nouvelle année. Deux artistes se détachaient du lot des prétendants pour décrocher la précieuse timbale.

Tout d’abord, celle offerte par la Ville d’Auxerre, décernée par un jury de professionnels indépendants. Le prix a été remis à Jean-Jacques PETIT. Sa réalisation, un tableau grand format conçu à partir d’acier, a subjugué les admirateurs.

« C’était une sacrée aventure de réaliser ce travail sur une tôle, confia après la remise de son trophée l’artiste, c’est une première pour moi mais qui m’a donné le goût de recommencer ! ».

Le public, habitué à s’exprimer en pareille circonstance, par la voie d’un scrutin, désigna la nivernaise Florence BERTRAND au décompte des bulletins obtenus qui lui étaient favorables.

Ce qui n’est pas une surprise en soi pour cette artiste, diplômée de l’ENSAD Paris, et habituée aux expositions individuelles et collectives entre l’Ile-de-France, la Nièvre et l’Yonne.

Qualité quand tu restes ancrée en nous !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil