Colette incarnée au théâtre : un miroir qui n’a rien de narcissique et qui dévoile une grande femme de lettres

« L’incarnation de Colette par l’actrice Valentine REGNAUT (au centre) est pour le moins surprenante, à la limite du sublime. Le spectateur se plonge avec délectation dans un récit théâtral proposé sous la forme d’une enquête qui révèle au fil du jeu bien des surprises… ». « L’incarnation de Colette par l’actrice Valentine REGNAUT (au centre) est pour le moins surprenante, à la limite du sublime. Le spectateur se plonge avec délectation dans un récit théâtral proposé sous la forme d’une enquête qui révèle au fil du jeu bien des surprises… ». Crédit Photos : Mérouan MOKADDEM.

« Colette, de l'autre côté du miroir » est une pièce d'après l'œuvre de l'écrivaine, écrite par Samia BORDJI qui marque volontairement son style sur le mode de l'enquête théâtrale. Aux commandes : il y a Valentine REGNAUT, actrice. La mise en scène est signée de Sylvie POTHIER. A laquelle il faut ajouter son assistante-chorégraphe Louise GRENIER. Sublime, ce spectacle a été donné, pour sa première, au théâtre d'Auxerre. Avant une rencontre avec l'équipe artistique et le public.

 

AUXERRE : Créée en octobre 2020, lors d’une résidence au théâtre de l'Atelier Bleu à Fontaine-en-Puisaye, la pièce est une production de la Structure Compagnie. Un spectacle évoquant l'enfance rêvée à Saint-Sauveur, auprès de Sido, sa mère, et leurs relations contradictoires.

Le décor est simple. L’efficience s’apprécie autour de la scénographie, avec juste un grand castelet de métal, tour à tour maison, lit, geôle, agrès, écritoire. Valentine REGNAUT incarne seule l'univers de Colette sur le plateau. Dès lors, le spectateur plonge en immersion dans les souvenirs de l’écrivaine qui vont de l'enfance, au cœur de pures émotions, en traversant les âges, jusqu'à ce qu’elle soit chaussée d’escarpins et porte un manteau de fourrure, symbolisant la vieillesse.

Le récit, presque tramé comme un conte fantastique, éclaire une autobiographie tracée, liée, fixée, et révélée par une écriture ciselée, faite sur mesure, à haute couture et sans la moindre improvisation.

Cette œuvre théâtrale de Samia BORDJI dépeint une Colette aux différents portraits. En ce sens, Valentine REGNAUT y rayonne par son talent de comédienne, danseuse, par ses pantomimes et ses jeux de mimes. Elle offre à ce rendez-vous la quintessence du divin.

C'est par un enchantement captivant que le public de la scène studio du théâtre d'Auxerre découvre par touches et évocations littéraires, extraites du roman de «  Sido », suivi des « Vrilles de la vigne », cette galerie de personnages montrant ainsi, « de l'autre côté du miroir » l'itinéraire de cette grande femme de lettres.

 

 

Une construction scénographique qui n’a rien de fortuite…

 

Le spectateur découvre lors de cette évocation une myriade de souvenirs d'enfance, une graduation dans l'alchimie d’émotions mises en lumière dans une esthétique de clair-obscur.

Colette reste l'une des écrivaines importantes du XXème siècle, première femme nommée présidente de l'Académie Goncourt. Journaliste, danseuse de music-hall notamment dans la mythique salle de spectacle de l'Olympia de Paris, directrice d'un institut de beauté, fervente femme engagée durant la Première Guerre mondiale, toute acquise à la défense des droits de la cause féminine.

Le jeu de l'actrice se révèle dans un ballet de mouvements fluides. Tout respire ici le naturel et la grâce : la comédienne est surprenante. Elle restitue avec une jolie fraîcheur, un pan de l'œuvre de Colette.

« Colette, explique Sylvie POTHIER, est toujours attachée à quelqu'un. Elle a été peut-être été une femme libre, mais dépendante des métiers qui ont réussi à la faire vivre, à la force du temps et des époques de son parcours, de ses maris dont Willy qui l'obligeait au devoir rituel de l'écriture ».

De ce fait, l'adaptation de l'œuvre et les constructions scénographiques ne sont pas simplement fortuites. Comme le témoigne cette étoffe, bout de tissu blanc bien choisi, qui est une allégorie au cordon de la vie, qui nous lie tous quelque part.

Samia BORDJI réussit par l'excellence de son adaptation théâtrale à faire passer les spectateurs « de l'autre côté du miroir ». Sans narcissisme, aucun mais au final avec beaucoup d’émotion…

 

Merouan MOKADDEM

 

Articles

Bannière droite accueil