Gentiment érotiques et oniriques : les œuvres osées de Silvana VUCIC éveillent nos consciences

« Elle occupe la scène culturelle icaunaise de ce mois d’octobre avec quatre expositions : la photographe/plasticienne Silvana VUCIC nous invite à découvrir ses multiples facettes créatives autour du corps humain. Entre onirisme et sensibilisation… ». « Elle occupe la scène culturelle icaunaise de ce mois d’octobre avec quatre expositions : la photographe/plasticienne Silvana VUCIC nous invite à découvrir ses multiples facettes créatives autour du corps humain. Entre onirisme et sensibilisation… ». Crédit Photos : Elisabeth SAZERAT et Claude BLOT

Le travail de la photographe/plasticienne d’origine serbe se dévoile dans toute son intimité pour nous rappeler en notre âme et conscience la beauté esthétique du corps humain. Qu’il s’agisse de la fascination qu’elle éprouve pour les pieds –elle n’est pas la seule, d’autres s’y sont également essayés ! – ou la poitrine, vision incitatrice en pleine campagne de dépistage du cancer du sein…

AUXERRE: Rayonnante, épanouie, bien dans sa tête et dans son corps, Silvana VUCIC occupe le haut de l’affiche de l’actualité culturelle en ce premier mois automnal. Sa soif de créativité est inépuisable ; elle qui a su bonifier la longue période de confinement pour peaufiner avec minutie les quatre rendez-vous qui lui permettent de renouer aujourd’hui avec la vie publique.

Que ce soit à la Médiathèque de Saint-Florentin, à la galerie ART LAB de Tonnerre, à l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre et même, une fois n’est pas coutume, au centre hospitalier auxerrois : tous lui ont ouvert leurs portes pour l’accueillir au détour d’une exposition.

La jeune femme posséderait-elle un don d’ubiquité ou un hologramme pour parvenir à ce quadruple exploit ? Que nenni, assure-t-elle, elle a juste profité de toutes les opportunités d’accueil qui se présentaient à elle pour concrétiser avec abnégation et travail ces différents engagements.

Partant de sa source d’inspiration préférée, le corps humain dans toute sa splendeur, l’artiste se focalise par le prisme de son appareil photo sur la poitrine, celle de ses congénères, et surtout nous fournit une interprétation onirique de sa fascination pour les pieds.  

 

Vingt-sept nuances de Silvana accrochées aux cimaises florentinoises…

 

« Prends ton pied », car telle est l’appellation de l’évènement accueilli jusqu’au 31 octobre à la Médiathèque de Saint-Florentin, est avant tout un clin d’œil humoristique à cette partie des membres inférieurs nous offrant la possibilité de nous tenir debout et de nous mouvoir.

Cinq années de shooting auront été nécessaires pour recueillir les prises de vues les plus expressives et originales donnant naissance à cette exposition. Celle-ci met en lumière vingt-sept œuvres où le pied, nu ou chaussé, prend une toute autre dimension à nos yeux. Sensuel et original…

 

 

Ici, le cadrage, la lumière, la couleur mais aussi les souvenirs et les ressentis apparaissent comme autant d’axiomes ayant concouru à la sélection de l’œuvre. Pour autant, la créatrice ne sombre pas dans le fétichisme le plus abscons concernant son sujet. D’autres, à la renommée internationale, s’y sont déjà allègrement engouffrés, faisant parfois la une des médias !

L’exposition est amenée à bouger ; la piste de son itinérance vers la capitale de l’Hexagone s’étudie avec le plus grand des sérieux.

 

Œuvrer en faveur de la campagne d'Octobre Rose…

 

C’est un tout autre registre corporel qui est abordé au centre hospitalier d’Auxerre, dans les secteurs de l’imagerie, de la gynécologie et de l’oncologie.

Là, dans cet univers où l’art ne pénètre jamais, et ce jusqu’au 31 octobre pour faire écho à la campagne d’Octobre Rose, Silvana VUCIC y présente une fresque de plus de huit mètres carrés comprenant une soixantaine d’œuvres.

Ce sont des clichés de poitrines anonymes afin d’éveiller les consciences à la prévention de la pathologie.

Ses autoportraits « jusqu’à l’intimité » se découvrent également à la galerie d’art de Tonnerre, ART LAB, avec un travail visuel qui avait déjà été exposé à la Maison du Coulangeois l’hiver dernier.

Enfin, c’est avec le collectif d’artistes MOUV’ART que la prolifique créatrice icaunaise retrouvera le public auxerrois dans l’enceinte patrimoniale de l’abbaye Saint-Germain pour « Mise en Boîtes ».

Mais, au-delà de cette quadruple confrontation avec le public, 2021 se profile déjà très vite parmi ses projets.

Avec, sans doute dévoilée au printemps selon les circonstances, une exposition qui sera consacrée à la nouvelle discipline qui titille les neurones créatifs de la « Belle » : l’auto body painting. Une manière artistique de se peindre le corps afin d’en faire ressortir toutes les subtilités de l’imaginaire. Et de se fondre dans l’autre dimension que nous propose Silvana…

 

 

Articles

Bannière droite accueil