" Chroniques nomades " : invitation à la rêverie et au voyage avec le travail de huit photographes…

« Le cellier de l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre accueille depuis le 26 octobre le festival « Chroniques Nomades » en y proposant le travail de huit photographes de belle facture. Une invitation à découvrir le monde et ses aspects insolites grâce à des clichés originaux… ». « Le cellier de l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre accueille depuis le 26 octobre le festival « Chroniques Nomades » en y proposant le travail de huit photographes de belle facture. Une invitation à découvrir le monde et ses aspects insolites grâce à des clichés originaux… ». Crédit Photos : Maryline GANDON.

Le festival de la photographie du voyage, « Chroniques Nomades » est visible dans le cellier de l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre, jusqu’au 31 décembre. La visite des œuvres est une excellente occasion de découvrir plusieurs contrées lointaines à travers l’œil de huit photographes internationaux…

AUXERRE : C’est à un véritable tour du monde que nous propose ce festival photographique de très belle facture. Huit artistes y exposent leurs clichés singuliers, emplis de lyrisme. Tour d’horizon rapide en guise d’invitation au voyage…

Hans SILVESTER nous éblouie par les couleurs de ces photos. Ces dernières illustrent les ornements du corps avec des articles piochés à même le sol de l’Ethiopie, soit de l’argile, de la cendre mélangée à de la bouse de vache, voire des végétaux. Ces tribus ne manquent pas d’imagination pour se servir de leur corps comme un tableau vivant.

Un peu plus bas, découvrons l’immense île de Madagascar où Pierrot MEN a passé sa vie à photographier ce décor exceptionnel. En noir et blanc, on découvre le travail de femmes et d’hommes. Avec à l’honneur : la pêche et la mer en ligne de mire…

Traversons l’Atlantique pour arriver au Cuba de l’année 1961. Celle que Luc CHESSEX a choisi pour témoigner d’une autre réalité, montrant l’adhésion du peuple à la révolution, et son affection pour le chef inconditionnel, Fidel CASTRO.

Puis, Pierre de VALLOMBREUSE nous convie dans l’archipel des Philippines. Il y a passé quatre années de sa vie auprès des « Taw Batu ». Il a pu immortaliser ces « hommes des rochers » dans leur quotidien qu’ils ont dû adapter avec l’arrivé d’entreprises privées. Celles qui achètent à bas prix les terres des Palawans afin d’y exploiter à grande échelle le palmier à huile et le cacao.

 

 

Jacqueline SALMON possède une démarche différente. Après avoir lu plusieurs poèmes de Misuzu KANEBO que l’on peut d’ailleurs découvrir sur l’exposition, elle est partie au Japon pour retrouver l’univers de la poétesse. Attrayant.

Pour clore ce tour du monde, poursuivons avec l’Islande et ses volcans. Elsa LAURENT plonge les visiteurs dans des paysages en perpétuelles mutations. On ne manquera pas de s’arrêter devant les œuvres de Bogdan KONOPKA consacrées à la Pologne. Un travail d’introspection pour l’artiste qui a replongé dans ses négatifs pour nous présenter une Pologne qui évolue au fil de ces quarante dernières années.

Mention particulière pour l’originalité de son travail à Juliette AGNEL, qui a immortalisé le Grand Nord à l’aide de très grands agrandissements pour mieux en saisir les icebergs du Groenland.

 

En savoir plus sur l’exposition :

 

http://www.chroniquesnomades.com

 

Maryline GANDON

 

 

 

Bannière droite accueil
Bannière footer