Une forte houle vient à bout des efforts d’Arnaud CHASSERY : la prochaine fois, POSEIDON sera avec lui !

« Il a montré puissance, courage et détermination tout au long de sa nage. La Manche ne lui a pas facilité la tâche. Il était frais, prêt et plein d'énergie pour réaliser le retour vers l'Angleterre. Mais les conditions ont continué à se dégrader. C’est après 8 heures ce mardi matin que le nageur de Joigny a été contraint de jeter l’éponge…pour mieux revenir sur le théâtre de ses exploits ». « Il a montré puissance, courage et détermination tout au long de sa nage. La Manche ne lui a pas facilité la tâche. Il était frais, prêt et plein d'énergie pour réaliser le retour vers l'Angleterre. Mais les conditions ont continué à se dégrader. C’est après 8 heures ce mardi matin que le nageur de Joigny a été contraint de jeter l’éponge…pour mieux revenir sur le théâtre de ses exploits ». Crédit Photos : Arnaud CHASSERY.

Le « guerrier » qui sommeille en ce garçon si débonnaire et ô combien sympathique s’est bel et bien réveillé au terme de l’infructueuse tentative de double traversée de la Manche. Vingt heures après avoir nagé dans les eaux froides et verdâtres du Channel, Arnaud CHASSERY demeure plus combatif que jamais. Ne pouvant lutter à armes égales parmi les éléments aquatiques déchaînés, le nageur de l’extrême qui a été contraint à abandonner son audacieux pari se dit déjà prêt à réitérer l’aventure en espérant des conditions plus assagies…et la clémence de la houle !

SHAMPIRE HOE (Angleterre) : Il ne s’en est fallu de presque rien. Même si à l’aller, ce double parcours, au simple effet « Kiss cool », n’avait rien d’exaltant pour le champion. Balloté, bousculé, trépigné par des masses d’eau lui tombant sans cesse sur les reins, recouvrant son bonnet de nage, l’athlète de Joigny, au cœur gros comme ça, n’aura pu résister jusqu’au terme de son défi physique incroyable.

Bravant avec abnégation et courage des conditions déjà fort complexes qui l’attendaient pour rejoindre les côtes françaises, Arnaud CHASSERY, le valeureux, se résigna la mort dans l’âme à mettre un terme à ce challenge qu’il s’était fixé, les éléments étant devenus impossibles à maîtriser au retour.

La houle, ennemie d’un jour, lui aura réservée une mauvaise surprise avec des creux pouvant dépasser 2,5 mètres !

Poséidon, divinité grecque par excellence, s’était emparée des flots séparant la Perfide Albion (l’Angleterre aura bien porté son appellation en pareilles circonstances) et la France.

Ce qui était encore un tantinet praticable à l’aller avec des vagues latérales ne l’était absolument plus sur le chemin du retour. Frappant de face, la lancinante manifestation des vagues apporta un danger supplémentaire. Le théâtre de l’exploit devenant impraticable, c’est après concertation avec son staff et le pilote que le nageur de l’Yonne prit sa décision. Irrémédiable et lourde de conséquence dans l’instant « t ».

Parcourant la première partie de son périple en très bonnes conditions, Arnaud CHASSERY avait atteint le sable de la plage française après 14 heures et 21 minutes passées en mer.

On imagine la déception du garçon qui aura peaufiné sa phase de préparation depuis plusieurs semaines.

Mais, déjà, une seule chose obsède Arnaud CHASSERY : revêtir maillot de bain et bonnet de protection pour se lancer à l’eau à la conquête de ce « Two Day » qu’il désire accomplir au nom de tous les enfants handicapés de la planète. Et cette fois-ci, Poséidon sera avec lui !

 

Articles

Bannière droite accueil