L’AJ Auxerre (14ème) affronte le FC Sochaux (17ème) ce vendredi : malheur aux vaincus !

 « Le maintien est une affaire collective où chacun doit donner le maximum de lui-même, y compris les supporters : on a besoin d’eux et de renouer des liens avec ce public dans la confiance ». Pour Cédric DAURY, l’entraîneur de l’AJ Auxerre, le club doit rester un acteur de son projet, en s’engageant à fond dans les duels sportifs qui doivent mener son groupe à poursuivre l’aventure en Ligue 2. En vrai compétiteur qu’il est… ». « Le maintien est une affaire collective où chacun doit donner le maximum de lui-même, y compris les supporters : on a besoin d’eux et de renouer des liens avec ce public dans la confiance ». Pour Cédric DAURY, l’entraîneur de l’AJ Auxerre, le club doit rester un acteur de son projet, en s’engageant à fond dans les duels sportifs qui doivent mener son groupe à poursuivre l’aventure en Ligue 2. En vrai compétiteur qu’il est… ». Crédit Photos : Thierry BRET

Dire que la rencontre opposant l’AJ Auxerre au FC Sochaux ce vendredi soir à l’Abbé Deschamps lors de la 33ème journée de Ligue 2 possède déjà des relents de mélodrame ne serait qu’une simple gageure. En cruel manque de points, la formation nord-bourguignonne qui se morfond dans la seconde partie de tableau doit impérativement s’imposer face à ses cousins francs-comtois. Si elle ne veut pas connaître les affres d’un doute irréversible qui la rapprocherait davantage des abîmes de la relégation…

AUXERRE : Sur le papier, l’affiche est belle. Entre ces deux clubs au glorieux passé de l’histoire footballistique de Ligue 1 et de Ligue 2. Mais, la réalité pourrait en être tout autre. Un dénominateur commun existe entre ces équipes : le ratage significatif de leur saison. La formation de Montbéliard n’a rien à envier à celle de la capitale de l’Yonne. L’une figure à la dix-septième place (33 points) d’un classement qui se profile de façon quasi définitive à quelques encablures de son terme. L’autre, l’AJA, reste engoncé dans le ventre mou du championnat, en quatorzième position avec un crédit de 35 points au compteur. Dans les deux cas, les tergiversations devront être exclues des esprits dès que les deux onze du départ occuperont le terrain.

Les Icaunais ont néanmoins des arguments positifs à faire valoir dans ce match que l’entraîneur Cédric DAURY considère comme « capital ». L’hémorragie a été jugulée après plusieurs défaites qui ont ramené les joueurs auxerrois à la dure réalité. Les nuls se succèdent depuis deux rencontres (Metz, Niort) sans que le moindre but n’ait été marqué à l’adversaire. Un dilemme délicat à encaisser.

Trouver le chemin des filets s’inscrit comme un leitmotiv dans la pensée du nouveau coach. C’est devenu une priorité. Lors des séances d’entraînement et au moment des traditionnelles conférences de presse où Cédric DAURY s’épanche.

« Il faut trouver des solutions à ce problème récurrent, concède-t-il, on cherche, on se créé des occasions, on déstabilise souvent l’adversaire mais on ne marque pas ! En restant humbles, nous retrouverons de l’efficacité… ».

A grand renfort de discussion et de travail sur la pelouse, l’entraîneur espère enfin remettre son équipe dans le sens de la marche. Un judicieux mélange auquel il croit.

« Quand les choses ne vont pas dans un collectif, il faut savoir mettre le doigt dessus. Afin de nous améliorer pour gagner en efficacité. Lié le geste juste à un engagement total, reprendre de la confiance, être dans la bonne posture, faire preuve de générosité et d’agressivité sur le terrain. On doit se préparer dans la tête afin de remporter le combat du mental… ».

Le maintien, c’est l’affaire de tous…

Désireux de satisfaire les supporters, Cédric DAURY souhaite que la victoire revienne vite auréoler ses joueurs. « Nous avons envie de battre ces adversaires d’un soir même si nous savons que ce match se présente tel une rencontre couperet ».

Une issue victorieuse à cette partie apposerait un baume salvateur à un cœur meurtri. Mais, la vigilance prédomine à vingt-quatre heures du coup d’envoi.

« Le FC Sochaux est une équipe très déterminée qui a obtenu des résultats intéressants, face entre autres, au Paris FC et Niort, argumente Cédric DAURY, face à un adversaire qui est engagé également dans la course au maintien, il n’y a pas d’expectative : il faut répondre présent ! ».

On aura compris le message du coach : une victoire contre le club franc-comtois permettrait de faire baisser un peu la pression. Même si tout ne serait pas terminé pour autant.

Articles

Bannière droite accueil