Et une distinction officielle de plus : Jean-Marc FURLAN, le « faiseur » de rêves de l’AJA, honoré par la Ville d’Auxerre

« Une nouvelle récompense pour le coach auxerrois, Jean-Marc FURLAN, après la victoire synonyme de retour en Ligue 1 pour l’AJA : la médaille de la Ville d’Auxerre que lui a remise l’édile Crescent MARAULT lors d’une réception officielle, lundi matin, à l’Abbaye Saint-Germain… ». « Une nouvelle récompense pour le coach auxerrois, Jean-Marc FURLAN, après la victoire synonyme de retour en Ligue 1 pour l’AJA : la médaille de la Ville d’Auxerre que lui a remise l’édile Crescent MARAULT lors d’une réception officielle, lundi matin, à l’Abbaye Saint-Germain… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

L’emblématique coach de l’AJ Auxerre, victorieuse de l’AS Saint-Etienne au terme d’une rencontre à suspense qui ne s’est achevée que tard dans la soirée dominicale par la sacro-sainte séance des tirs au but, a été longuement ovationné sous un tonnerre d’applaudissements dans la cour ensoleillée de l’Abbaye Saint-Germain. L’occasion pour le maire Crescent MARAULT de lui passer la médaille de la Ville autour du cou…

 

AUXERRE : La casquette à l’estampille de l’AJA bien rivée sur la tête, sans doute un chewing-gum collé au palais afin de mieux le mâcher, Jean-Marc FURLAN, l’air fringuant et ultra décontracté malgré une nuit écourtée par l’évènement footballistique de la saison, a profité des rayons de soleil matinaux ce lundi matin pour se voir remettre, ainsi que la totalité des joueurs et du staff de l’AJ Auxerre, la médaille de la Ville.

La cérémonie où le protocole fleurait bon l’esprit d’initiative cocardière et l’humour bon enfant se déroulait dans la cour de l’Abbaye Saint-Germain, qui n’était pourtant pas pavoisée aux couleurs du club blanc et bleu. Dommage ! Cela aurait donné une ambiance de théâtralisation encore plus importante à ce moment fort de la vie sportive de notre territoire où officiaient les élus auxerrois, Crescent MARAULT, en tête, accompagné dans cet exercice oratoire par Hicham EL MEHDI, en charge des Sports, et Sébastien DOLOZILEK, adjoint à la Sécurité et à la Tranquillité Publique, qui micro en main, assurait le rôle d’animateur, lors de la remise de médailles aux nouveaux promus en Ligue 1.

 

 

Une dynamique collective synonyme de résultats…

 

Comme à son habitude, Jean-Marc FURLAN, le « monsieur remontée » du football hexagonal – il en est à sa cinquième accession de Ligue 2 en Ligue 1 après les expériences réussies de Brest et de Troyes – évoqua dans un large sourire son émotion intense au coup de sifflet final, soit après le dernier tir au but d’un joueur « Vert » qui devait condamner l’ASSE au purgatoire. Et sans doute dans les limbes de l’Enfer, pour un sacré bout de temps, au vu de la pitoyable démonstration de force de supporters déçus qui envahirent la pelouse du stade Geoffroy-Guichard, munis de fumigènes et de feux d’artifice balancés au grand dam des forces de l’ordre vers la tribune des officiels. On ne doute pas que les sanctions de la Ligue professionnelle seront terribles…

Puis, se saisissant du micro, l’ancien défenseur de Bordeaux, reconverti depuis avec brio comme entraîneur, devait saluer et remercier le staff du club et l’ensemble de ses joueurs.

« Pour arriver à ce résultat, devait-il ajouter, il faut créer une dynamique collective très importante. Le système de jeu doit être mis en place et être respecté. Les joueurs ont eu du cran hier soir, avec du courage… ».

 

 

L’émotion à fleur de peau et le souvenir de ses parents…

 

En vingt-cinq années de coaching, devait-il souligner un instant plus tard, « c’est la première fois que j’ai vécu autant d’enthousiasme et d’engouement au cours de ces deux derniers mois… ».

On sent poindre l’émotion à fleur de peau – l’endroit de la cérémonie matinale, l’Abbaye Saint-Germain lui évoque le souvenir de ses parents -, avant que n’apparaisse sur son visage ce sourire franc qui met un terme définitif à cette prise de parole impromptue.

Lui glissant quelques mots de sympathie, avant qu’ils ne se donnent l’accolade, Crescent MARAULT aura eu le temps de passer au-delà la casquette la médaille de la Ville, sous un flot d’applaudissements nourris. Parce que Jean-Marc FURLAN et sa patte personnelle qu’il a su apporter à l’AJ Auxerre le méritent amplement…

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil