Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Le Sénonais reprend goût à la vie avec la relance du sport et de la culture mais selon des conditions particulières

« Les activités culturelles et sportives reprennent leur droit dans la capitale du Sénonais mais en respectant des règles qui frisent parfois avec l’incohérence des règles gouvernementales. Véronique FRANTZ est en revanche satisfaite du lancement de Culturissimo le 26 mai… ». « Les activités culturelles et sportives reprennent leur droit dans la capitale du Sénonais mais en respectant des règles qui frisent parfois avec l’incohérence des règles gouvernementales. Véronique FRANTZ est en revanche satisfaite du lancement de Culturissimo le 26 mai… ». Crédits Photos : Floriane BOIVIN et Service Presse de la Ville de Sens.

La punition a été levée pour les bars et restaurants. Les terrasses entendent de nouveaux rires et confidences. C’est au tour du sport et de la culture de retrouver un nouveau souffle. La ville de Sens a présenté un calendrier plutôt encourageant, avec une reprise d’activités dès la fin mai, doucement mais sûrement…

 

SENS: Des renforcements de protocoles sanitaires aux rétropédalages, la girouette gouvernementale aura bien donné le tournis aux collectivités ainsi qu’aux acteurs de la culture et du sport. Du fil à retordre, tous en ont à vau l’eau depuis près d’un an et demi avec, parfois, des règles inapplicables.

Malgré des incohérences récurrentes, l’optimisme reste en lice dans l’esprit des élus.  « Le 30 juin, c’est l’idéal, on oublie tout !» s’est exclamée Véronique FRANTZ, adjointe chargée de la culture et de la mise en valeur du patrimoine.

La municipalité l’a annoncé cette semaine : le territoire va enfin pouvoir sortir de l’ornière. Cette date marquera un quasi retour à la normalité, pour le plus grand plaisir des millions d’adeptes de la « vie d’avant ». Toutes les jauges seront levées. Les infrastructures culturelles et sportives pourront pleinement accueillir visiteurs et spectateurs.

En attendant, élus et organisateurs devront composer avec les restrictions encore en vigueur, dont certaines subiront encore un petit lifting favorisant le remue-méninge.

 

Le festival Culturissimo ouvre le bal dès le 26 mai…

 

La ville inaugurera cette nouvelle ère le 26 mai avec le festival « Culturissimo » dédié aux lycéens. Un évènement organisé par le centre E. Leclerc. L’opération se poursuivra le 10 juin pour le grand public, avec une jauge de 65 %, par groupes de 10 personnes.

« Sens sera la première ville à lancer le festival des établissements Leclerc » précise aussi l’adjointe.

Le timing a laissé peu de temps à la municipalité qui a privilégié un programme plutôt local. « C’était la façon la plus évidente pour nous de redémarrer » admet Véronique FRANTZ. Une façon, néanmoins, de fêter ce retour à la vie en toute intimité, notamment avec l’association « Reed & Blues » qui propose deux concerts les 28 mai et 11 juin.

 

 

Les lieux de spectacle rouvriront le 9 juin. Le théâtre municipal aura une capacité d’accueil de 133 personnes dans un premier temps. Les musées de Sens inaugureront une nouvelle exposition temporaire dans la salle Napoléon le 29 mai. Les visiteurs pourront contempler le masque funéraire et le bicorne de l’empereur, d’abord par groupes de trois personnes.

Du côté de l’enseignement, l'école du cirque rouvre ses portes, mais uniquement pour les mineurs, ainsi que le Conservatoire. L’espace Saviniens sera accessible aux jours habituels mais avec des horaires adaptés en fonction du couvre-feu.

Depuis le 19 mai, le centre nautique Toinot est ouvert au public uniquement sur le bassin extérieur avec réservation selon jours et créneaux prédéfinis. La jauge s’élève à cent personnes par créneau. La piscine Tournesol accueille, quant à elle, uniquement les scolaires. Rien n’est encore établi pour le mois de juin.

De l’optimiste mais toujours plus d’absurdités ! Les nageurs devront porter leur masque jusqu’au bassin, « sauf sous la douche » se sentent obligées de préciser certaines communes.

C’est la dernière note d’humour du gouvernement, vrai boute-en-train depuis le début de la crise sanitaire. Les élus se demandent comment les usagers vont pouvoir concrètement gérer cette règle un peu particulière.

 

Floriane BOIVIN

 

Articles

Bannière droite accueil