Son rêve olympique n’est pas oublié : Cyrille CARRE durcit sa préparation physique grâce à l’hypoxie

« Le kayakiste Auxerrois peaufine sa préparation physique en Haute-Maurienne en multipliant les séances de ski de fond et d’hypoxie pour aller chercher sa qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo…Quitte à rester dans une tente spéciale durant 14 heures ! ». « Le kayakiste Auxerrois peaufine sa préparation physique en Haute-Maurienne en multipliant les séances de ski de fond et d’hypoxie pour aller chercher sa qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo…Quitte à rester dans une tente spéciale durant 14 heures ! ». Crédit Photos : Cyrille Carré Service Communication…

La crise sanitaire provoque toujours d’intenses poussées de fièvre dans le milieu sportif. Annulations à cadences répétitives et reports des épreuves aux calendes grecques : rien n’y fait. Le monde du sport peine à retrouver ses marques neuf mois après le début de la pandémie. Pourtant, ses objectifs sont inchangés : le kayakiste auxerrois peaufine sa préparation pour tenter une énorme performance aux J.O. de Tokyo…

AUXERRE : Que devient le pensionnaire emblématique de l’OCKA (Olympic Canoë Kayak Auxerrois) en ces premiers jours de janvier ? C’est à plus de 1 750 mètres d’altitude, au cœur de la Haute-Maurienne dans le petit village de BESSANS, que l’ancien champion du monde se prépare avec abnégation aux futures échéances qui l’attendent cette saison.

Profitant de la rigueur extrême des températures alpines, Cyrille CARRE enchaîne les séances de ski de fond afin de parfaire sa condition physique avant de rejoindre l’équipe de France au Portugal pour y effectuer un stage du 01er au 21 février.

Le moral se situe au beau fixe pour celui qui possède de réelles prétentions au podium lors des futurs Jeux Olympiques de Tokyo au Japon, au mois d’août prochain.

 

 

 

Un travail intensif en utilisant les techniques de l’hypoxie…

 

Outre le travail quotidien effectué sur les pistes de fond, le sportif multiplie les exercices de musculation et les séances de RSH, c’est-à-dire des répétitions de sprint en hypoxie. De quoi s’agit-il précisément ?

« En gros, explique le champion, muni d’un masque sur le nez , je reçois de l’air simulé à celui respirable à trois mille mètres d’altitude et je dois développer un maximum de puissance sur ergomètre ski durant trois séries de 6’10’’  avec vingt-cinq secondes seulement de récupération… ».

Autant dire que l’exercice est réservé uniquement à des costauds de l’activité physique tant il difficile à réaliser au niveau respiratoire.

Philosophe après le report prévisible des Jeux, initialement programmés à l’été 2020, Cyrille CARRE en a profité pour approfondir le travail en hypoxie débuté l’hiver dernier.

A l’aide d’une tente spéciale prêtée par l’un de ses partenaires (TREKALTI), le kayakiste de l’Yonne s’est exercé à cette délicate préparation à domicile durant dix-huit jours au mois de mai. S’enfermant parfois quatorze heures par jour dans cet espace minimal de deux mètres sur 1,6 mètre !

Ces premières séances se révélant concluantes, le sportif accepta une seconde expérience en juillet lors d’un stage effectué au Centre national de ski nordique et de moyenne montagne (CNSNMM) de Prémanon dans le Jura.

Optimiste de nature, Cyrille CARRE l’est également quant à la tenue de ces échéances olympiques cet été. Entre-temps, le comité d’organisation japonais a rendu son verdict favorable à la tenue des compétitions. Levant les doutes sur le maintien des Jeux.

 

 

Deux courses pour un podium qualificatif aux Jeux !

 

Néanmoins, l’Auxerrois devra passer par les phases sélectives obligatoires pour gagner sa place en équipe de France en avril. Pour se faire, il se doit de réaliser un podium sur l’une des deux manches de coupe du monde pour se qualifier.

Parmi ses autres objectifs de la saison qui lui tiennent à cœur, Cyrille CARRE espère conserver son titre de champion du monde de short race acquis en 2019, une course se disputant sur un  plan d’eau en Roumanie à l’automne. Il tentera aussi de conquérir son premier sacre sur le marathon en République Tchèque en octobre.

Son programme prévisionnel est plutôt bien garni : il est à découvrir ci-dessous :

-Stage équipe de France, Portugal (1erau 21 février) 

-Open d’Hiver (6 au 8 mars) 

-stage équipe de France, lieu à déterminer (9 au 21 mars) 

-Championnats de France de fond, Libourne (3 au 5 avril) 

-Open de printemps (9 au 11 avril) 

-Sélection équipe de France (1erau 3mai) 

-1èreCoupe du monde, Szeged, HONGRIE (10 au 16 mai) 

-2èmecoupe du monde, Barnaul, RUSSIE (17 au 23 mai) 

-Championnats d’Europe, Duisburg, Allemagne (31 mai au 6 juin) 

-Stage équipe de France (lieu et dates à caler en juin) 

-Championnats de France sprint, Gravelines (7 au 11 juillet) 

-stage terminal Olympique, Komatsu, JAPON (13 au 25 juillet) 

-JEUX OLYMPIQUES de TOKYO 2020 (2 au 7 aout) 

-Championnats de France surfski (26 au 29 aout) 

-Championnats de France marathon (4 et 4 septembre) 

-Championnats du monde SPRINT, Copenhague, DANEMARK (13 au 19 septembre) 

-championnats du monde SHORT RACE et MARATHON, Pitesti, ROUMANIE (27 septembre au 3 octobre) 

-Krumlowsky marathon, République Tchéque (9 et 10 octobre) 

-Adige marathon, Italie (15 au 17 octobre) 

-marathon international des gorges de L’Ardèche (13 novembre) 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil