Un alchimiste des mots fait rêver un parterre d’entrepreneurs : Malek BOUKERCHI, sportif de l’extrême

« Conteur, anthropologue, philosophe, l’ultra-marathonien Malek BOUKERCHI a fait passer un vent de bonheur lors de sa conférence dans les esprits des entrepreneurs conviés par la CPME et la société EPONA COACH à Auxerre. Du rêve à la réalité ! ». « Conteur, anthropologue, philosophe, l’ultra-marathonien Malek BOUKERCHI a fait passer un vent de bonheur lors de sa conférence dans les esprits des entrepreneurs conviés par la CPME et la société EPONA COACH à Auxerre. Du rêve à la réalité ! ». Crédit Photos : Thierry BRET et Séverine IDXPROD

Dans la vie, tout est possible. Rien n’est programmé. Cette théorie tord le cou de manière définitive aux adeptes de la destinée qui pensent que tout est déjà inscrit au plus profond de nos codes génétiques. Celui qui pense cela, n’est pas un être humain ordinaire. Même si son humilité transpire à chaque prise de parole. C’est un cas à part. Un extra-terrestre de l’impossible, capable de courir en les enchaînant des ultra-marathons sur des centaines de kilomètres dans le désert de Mauritanie ou sur la glace de l’Antarctique. Un homme qui est allé au bout de sa folie beaucoup plus maîtrisée qu’il n’y paraît…

AUXERRE: Le plaisir de l’écoute se boit à satiété dans la moindre de ses paroles. Prolixe, l’orateur transporte son public avec ses mots à lui. Avec lesquels il interprète tel un slam une narration qui n’en finirait jamais. Il y a du lyrisme et de la poésie dans ces propos minutieusement choisis qui inondent la salle et son auditoire. Un sens profond, aussi qui ne fait pas la part belle au hasard.

Conteur, poète mais surtout athlète d’exception, Malek BOUKERCHI n’a pas son pareil pour emmener avec lui dans ce saut vers l’inconnu qui se nomme l’aventure celles et ceux qui écoutent et comprennent ses messages.

Spécialiste des courses de l’extrême, le personnage est incroyable. Le palmarès est éloquent. Bien qu’il ne soit pas compétitif dans l’esprit de gagner une médaille.

Que ce soit en altitude à plus de quatre mille mètres au sommet d’une montagne, sur les surfaces cuites par le soleil d’un désert de sable ou dans la froidure d’un hiver polaire sans fin, cet anthropologue/philosophe de métier partage sa passion du sport « no limite » (ou presque) lors de cycles de conférence destinés à booster le moral des troupes. C’est-à-dire celui de ces dirigeants et cadres d’entreprises qui en éprouvent l’immense besoin. Et ils sont légion depuis l’apparition de la pandémie de ce coronavirus de triste mémoire qui aura plombé pour un temps incertain la vie économique.

Pourtant que l’on ne s’y méprenne point mais notre sportif émérite n’est pas un professionnel de ces disciplines qui forgent le mental et renforcent l’endurance à grand renfort de biceps. Ou de cohésion d’équipe !

Il se définit plutôt comme un chantre de la « métamorphose silencieuse ». Celle qui fait muer un être lorsque ce dernier prend le soin de redonner enfin un sens à son existence. Il rêvait de se dépasser physiquement ? Alors, il est passé aux actes !

Démontrant ainsi par la force des choses que rien n’est jamais acquis sur notre chemin terrestre et qu’il est bon de remettre sans cesse l’ouvrage sur la table de travail chaque jour que Dieu créé !

 

 

Prendre son destin en main en s’émerveillant chaque jour…

 

Alors, se transcender intérieurement pour repousser les limites du possible est envisageable pour chacun d’entre nous. C’est la substance idéologique de ce rendez-vous qui nous aura été proposé de suivre grâce à la CPME de l’Yonne et à la société EPONA COACH (Sandra CACHON).

Une double combinaison destinée à conforter les chefs d’entreprise dans leur envie d’autre chose, mise en scénographie par l’incontournable IDX PROD, avec Yannick DAVOUSE, son responsable aux manettes.

L’ultra-marathonien a su délivrer son lot de belles formules qui ont peut-être encanaillées un peu plus ce public de décideurs auxerrois (majoritairement issus de la gent féminine) pour redéfinir leur mission dans leur vie professionnelle de chaque jour.

En voici, un petit florilège. « Nous sommes éternellement des enfants ! ». Enfin, il faut le reconnaître et cela fait du bien à entendre en nous redonnant ce vrai bol de jouvence salvatrice !

« L’ultra-marathon me permet de traverser les territoires de façon sensible… ». Ou encore cette citation pour évoquer les risques et les dangers de ces échappées sauvages au beau milieu de nulle part : « Est-ce qu’il faut tutoyer la mort pour se sentir mieux pour exister ? ».

Retenons aussi, la formule plus mystique sur la réalité de notre monde : « Dans la course, on passe par des frontières ; ce sont surtout des frontières invisibles… ».

Enfin, par rapport au silence, seul compagnon de course autorisé par ce sportif hors normes, membre du club très hermétique des 700 pratiquants de course extrême au monde : « Cultiver le silence dans la course, permet de transformer ensuite les mots de façon juste… ».

Effectivement, les participants de cette conférence unique agrémentée de visuels à couper le souffle (Antarctique) purent s’en rendre compte de manière formelle. Le sourire aux lèvres et la tête dans les nuages. Une vraie bouffée d’air pur inhalée dans la stratosphère !

 

 

Articles

Bannière droite accueil