Jean-Marc FURLAN en quête de repères : l’AJ Auxerre débute le championnat face à un cador, le FC Sochaux

« Premier test de vérité pour le coach auxerrois Jean-Marc FURLAN samedi soir lors de la réception de l’athlétique formation du FC Sochaux à l’Abbé Deschamps ! Une victoire placerait les Bourguignons dans de bonnes conditions avant leur premier déplacement à Châteauroux… ». « Premier test de vérité pour le coach auxerrois Jean-Marc FURLAN samedi soir lors de la réception de l’athlétique formation du FC Sochaux à l’Abbé Deschamps ! Une victoire placerait les Bourguignons dans de bonnes conditions avant leur premier déplacement à Châteauroux… ». Crédit photos : Thierry BRET.

Dans un contexte sportif marqué à la culotte par l’omniprésence du coronavirus et la physionomie nouvelle de rencontres avec très peu de public, le coach auxerrois navigue à vue. Il le reconnaît sans fard : le manque de repères est bien réel. Y compris sur l’état physique et mental de ses joueurs. Même si son groupe sera presque au grand complet pour affronter l’un des premiers ténors de ce championnat, le FC Sochaux samedi soir…

AUXERRE : C’est la rentrée des classes avant l’heure pour le milieu footballistique national ce week-end. Ligue 1 et Ligue 2 reprennent du service sur les pelouses de l’Hexagone après un long semestre de coupure inopportune, due à la pandémie de coronavirus.

Une impatience qui transparaît à fleur de peau dès la prise de parole de l’entraîneur de l’AJ Auxerre Jean-Marc FURLAN lors du traditionnel point presse d’avant match. Un exercice dans lequel le sémillant technicien se prête volontiers sans langue de bois. Comme à son habitude.

Affublé de son t-shirt à l’estampille du club auxerrois, l’ex-coach de Strasbourg et de Brest retrouve ses marques à la tribune. Répondant avec minutie et réflexion à chacune des interrogations posées par les journalistes. Une manière créative de brosser un état des lieux exhaustif des items incontournables qui interpellent le tacticien.

Grand retour à la compétition, phase préparatoire inachevée après l’annulation de l’alléchante rencontre amicale face aux Girondins de Bordeaux (« cela m’a mis hors de moi, déclare celui qui fut formé dans le club du Sud-Ouest), contexte sanitaire très particulier… : rien n’aura manqué dans cette copieuse série de questions ouvertes qui appelaient des réponses précises.

A 62 ans, le cadre entame sa seconde saison au sein du club bourguignon avec la ferme intention de se distinguer face aux meilleurs. D’ailleurs, le tempo aura été donné quelques heures auparavant par le président Francis GRAILLE, qui ambitionne parmi les objectifs une place parmi le Top Cinq à l’issue de cette longue compétition d’endurance.

Un projet réalisable à bien des égards tant les potentialités individuelles et collectives de l’équipe existent cette saison même si le recrutement ne semble pas être encore terminé pour autant. Jean-Marc FURLAN plaide en faveur d’un ou deux éléments supplémentaires afin de renforcer ses blocs offensifs et défensifs même si la concurrence s’annonce rude dans le secteur de l’attaque déjà bien pourvu de compétences.

 

Deux contrôles PCR chaque semaine depuis deux mois…

 

Certes, le coach de l’équipe icaunaise était partisan de la poursuite de ce championnat tronqué qui aura permis in fine à l’AJA de se classer parmi le ventre mou de l’épreuve à la onzième place.

Un classement définitif qui engendre toutefois l’ombre d’un regret persistant : où se serait réellement situé le club si les dix dernières rencontres avaient été disputées jusqu’à leurs termes ?

Faisant montre d’humilité, l’entraîneur pédagogue confie s’adapter à la réalité des choses en appliquant les règlements sanitaires. Ne se voilant pas la face sur les risques possibles de contamination de ces joueurs.

« C’est notre plus grande crainte, explique-t-il, et nous nous appliquons à respecter les consignes en procédant à deux tests PCR hebdomadaires depuis deux mois… ».

Chantre du positivisme, Jean-Marc FURLAN pense que cette période délicate à traverser influencera de la meilleure manière ses protégés. Peut-être au niveau psychologique et dans l’implication.

En revanche, l’homme est catégorique sur la nécessaire présence des supporters dans les travées de l’Abbé Deschamps. « Jouer au football dans un stade, c’est comme si l’on évoluait devant sa famille ! ». Une enceinte vide pourrait impacter le moral des troupes.

 

Etre en Ligue 2, c’est développer du caractère et de la personnalité…

 

Même si la perspective de jouer les premiers rôles en espérant un accessit en division supérieure s’imprègne dans son esprit, le coach de l’AJ Auxerre n’en reste pas moins lucide sur la façon de mener son groupe d’une vingtaine d’unités cette saison.

« Je leur demande de la solidarité, de la dynamique, de l’implication, des compétences…Mais, il est vrai que j’ai une meilleure perception des choses cette année qu’à pareille époque la saison dernière… ».

En parfaite connexion identitaire avec le président Francis GRAILLE et le directeur sportif Cédric VAURY sur les axes de travail à mettre en place pour franchir un nouveau pallier, Jean-Marc FURLAN sait qu’il peut compter sur la maturité de ses joueurs pour réussir l’entame de ce championnat au flou artistique.

La réception du FC Sochaux-Montbéliard, dans un derby bourguignon-franc-comtois très relevé, fait déjà office de test sérieux en guise de mise en bouche.

Athlétique, solide, la formation du Doubs opposera sans aucun doute une très belle résistance face à des Auxerrois avertis. D’autant qu’elle n’encaisse très peu de buts.

Il faudra toute la science et l’apport des premiers repères pour que Jean-Marc FURLAN en vienne à bout avec succès !

 

Articles

Bannière droite accueil