Thierry GALISOT : « Le Centre d'examens de santé de la CPAM détecte la fragilité sociale et médicale des assurés de l'Yonne… »

« Le directeur général adjoint de la Caisse Primaire d’assurance maladie Thierry GALISOT réagit à la commémoration du cinquantième anniversaire du Centre d’Examens de santé de l’Yonne… ». « Le directeur général adjoint de la Caisse Primaire d’assurance maladie Thierry GALISOT réagit à la commémoration du cinquantième anniversaire du Centre d’Examens de santé de l’Yonne… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

En marge de la célébration du cinquantième anniversaire du Centre d’Examens de Santé de la CPAM de l’Yonne, son directeur général adjoint, Thierry GALISOT, apporte des éléments de réponse quant à la pertinence et à la déontologie de cette infrastructure ô combien opérationnelle dans l’environnement sanitaire de notre territoire…

AUXERRE: Quel regard portez-vous sur cet anniversaire ?

Je tiens à saluer le travail réalisé. Derrière chaque consultant, il y a tout un travail de préparation, d’accompagnement et de suivi qui demande une grande expertise et un savoir-faire, tout en respectant une qualité de travail et un professionnalisme apprécié. Les personnes qui sont considérées comme prioritaires sont les assurés qui se trouvent le plus en difficultés d’accès aux soins, en marge parfois de notre système de santé.

C’est sa capacité de détection de la fragilité sociale et médicale que le CES met au service de l’assuré/consultant pour anticiper, accompagner, et orienter selon la situation de la personne concernée.

Peut-on considérer que le Centre d’examens de santé veille à ce que chaque assuré bénéficie d’une couverture de santé adaptée ?

Oui, à ce titre, le CES est aussi acteur de la promotion des différents dispositifs et offres de service de l’Assurance Maladie notamment auprès des publics les plus fragiles, nécessitant un accompagnement renforcé aux démarches d’accès aux droits et aux soins.

Dans ce cadre, et compte tenu de l’implication du personnel du Centre d’Examens de Santé dans le repérage des difficultés liées à l’absence de complémentaire santé, la nouvelle réforme va trouver un soutien dans l’action du Centre. Je veux parler de la réforme et des changements induits par l’entrée en vigueur de la Complémentaire santé solidaire qui va conduire à expliquer, accompagner et orienter les assurés.

Le Centre d’examens de santé représente un service à part entière de la Caisse Primaire d’Assurance maladie. Existe-t-il une transversalité avec d’autres dispositifs en vigueur ?

Oui, le CES apporte son soutien à la Plateforme d'intervention départementale pour l'accès aux soins et à la santé (PFIDASS). Dans ce cadre, le CES détecte les cas de renoncement aux soins et les signale au service concerné. Le CES intervient aussi dans le Plan Local d'Accompagnement du Non Recours aux soins, des Incompréhensions et des Ruptures (PLANIR).

La structure participe au partenariat mis en place avec les Missions locales en réalisant des bilans pour les jeunes. Le Centre peut aller jusqu’à donner un dossier de CMU (terme utilisé pour simplifier, et qui va devenir la Complémentaire Santé Solidaire)  pour les assurés entrant dans le champ des ressources.

Donc, cette articulation qui se fait ne peut être que profitable aux consultants/assurés ?

C’est exact. Le Centre d’examens de santé et les autres services de la CPAM agissent dans leur intérêt. A ce titre, la promotion du DMP, le « Dossier Médical Partagé », c’est-à-dire le carnet de santé numérique, montre la complémentarité au service de l’assuré.

 

Bannière droite accueil
Bannière footer