Gilles DEMERSSEMAN est à la tête de la CDPPT 89 : la défense du service public ? Comme une lettre à La Poste !

 « La Poste est dans une dynamique positive de maintien et de retour de ses prestations régaliennes dans le cadre de la notion des services publics pour tous. Une dynamique qui enthousiasme le nouveau président de la CDPPT 89, l’élu régional Gilles DEMERSSEMAN, chantre de l’intérêt général… ». « La Poste est dans une dynamique positive de maintien et de retour de ses prestations régaliennes dans le cadre de la notion des services publics pour tous. Une dynamique qui enthousiasme le nouveau président de la CDPPT 89, l’élu régional Gilles DEMERSSEMAN, chantre de l’intérêt général… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

L’équation était assez simple à résoudre. Le président de la Commission départementale de Présence Postale Territoriale (CDPPT) Xavier COURTOIS n’ayant pu renouveler son mandat électoral lors des échéances cantonales en juin dernier, la place se libérait de facto pour y accueillir un nouveau prétendant. En l’occurrence, c’est l’élu régional Gilles DEMERSSEMAN qui a repris le flambeau de cet organe. Une succession logique, en somme : il en était jusque-là l'un des éléments prépondérants au sein du Conseil d'administration.

 

AUXERRE : Il est toujours hyper actif, le conseiller régional socialiste de Bourgogne Franche-Comté ! Gilles DEMERSSEMAN promène sa silhouette et son sens de la relation publique entre Dijon et Auxerre, de Toucy au moindre coin reculé de la campagne de Puisaye.

Enthousiaste et investi. On dirait que le temps n’a pas d’emprise sur lui, même s’il évoque à demi-mots une hypothétique retraite d’ordre professionnelle plutôt que citoyenne d’ici peu. On peine à le croire tant le garçon aime avoir des responsabilités. Ne serait-ce que pour faire bouger les lignes stratégiques d’organes institutionnels tels que la Région ou La Poste où il vient d’hériter de la fonction de président de la CDPPT, la Commission départementale de Présence Postale Territoriale.   

 

Une charge qui s’appuie sur de nombreuses années d’expérience…

 

Un appareil institutionnel qu’il connaît comme le fond de sa poche. Logique, il en était l'une des éléments prépondérants sous le mandat de son prédécesseur, l’ancien conseiller départemental Xavier COURTOIS, qui n’a pu retrouver son fauteuil en juin dernier.

Privilégier la concertation entre les élus et La Poste fait partie des axes prioritaires de cet outil qui a pour vocation de maintenir et de développer des liens. La présence postale est indispensable dans le cadre de la défense des services publics au cœur de la ruralité.

Reprendre le flambeau et succéder à Xavier COURTOIS s’apparentaient donc à une évidence légitime pour Gilles DEMERSSEMAN.

« Je n’avais pas trop le choix, plaisante-t-il, après les élections municipales, départementales et régionales, qui ont provoqué bon nombre de surprises dans le sérail ; au sein de cet organisme, j’étais l’un des rares à posséder ce regard fait d’expériences sur le fonctionnement de la CDPPT sur plusieurs exercices dans le temps ! ».

 

 

Un travail mutualisé avec tous les élus du territoire…

 

Membre de ladite structure depuis 2016, qui d’autres, hormis Gilles DEMERSSEMAN pouvait incarner cette salvatrice continuité au sein de cet organe vital pour le développement du relationnel pratico-pratique nécessaire avec les élus de proximité au moment même où le délégué départemental de La Poste quittait ses fonctions ? Marielle SOMMET faisant valoir ses droits à une retraite amplement méritée a laissé depuis sa place à Christine MORANGE, qui prend ses marques sur le département petit à petit.

Autre argument plaidant en la faveur de l’élu socialiste de la Région, sa volonté de travailler de façon mutualisée avec l’ensemble des élus de notre territoire. Qu’ils soient nommés dans un environnement urbain ou provenant d’horizons champêtres. Sans omettre le peu d’importance fait à la couleur politique ! 

« Ce qui compte en définitive lorsque l’on travaille avec des élus, précise Gilles DEMERSSEMAN, c’est le sens de l’intérêt commun au développement du territoire. Défendre le maintien du service public nous concerne tous. C’est mon sentiment le plus profond : nous devons travailler ensemble et sans parti pris pour le bien-être de nos territoires ».

 

 

Renforcer la présence postale dans les zones rurales : une certitude…

 

Sans ambages sur son rôle dont il esquisse les contours, le président évoque le devenir de la CDPPT. Elle veille à ce que le nombre de points contacts de La Poste ne baisse pas. Il en va de cette notion de service public à offrir à tous, et de l’accomplissement de ses missions régaliennes.

« La nature peut être aménagée, ajoute-t-il, on peut analyser les besoins réels des utilisateurs selon la configuration géographique, on peut y adopter l’ajout de nouvelles prestations et services, mais une chose est sûre : on ne doit pas supprimer cette présence postale de nos territoires. On va même aller encore plus loin dès cette année, comme l’a rappelé Philippe WAHL, le président de La Poste en novembre lors de la réunion des présidents de CDPPT : on devrait voir grossir le nombre de ces points contact dans les prochains mois… ».

A ce jour, le chiffre n’a pas encore été officialisé par les instances suprêmes de l’entreprise. Mais, l’initiative s’avère rassurante pour celles et ceux qui émettaient encore des doutes de voir s’éloigner cette présence postale, indispensable à la pérennité d’un territoire. La CDPPT et son président veillent au grain.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil