Les polémiques autour des vœux d’Auxerre en présentiel ne retombent pas : le préfet de l’Yonne devra-t-il trancher ?

« A l’unisson, tous les conseillers municipaux de l’opposition d’Auxerre sont les signataires d’une lettre adressée au préfet de l’Yonne demandant le retrait physique de la cérémonie de vœux toujours programmée le 20 janvier. Le représentant de l’Etat Henri PREVOST devra sans doute statuer de manière définitive sur ce dossier dont on aura beaucoup parlé, y compris hors des frontières de l’Yonne… ». « A l’unisson, tous les conseillers municipaux de l’opposition d’Auxerre sont les signataires d’une lettre adressée au préfet de l’Yonne demandant le retrait physique de la cérémonie de vœux toujours programmée le 20 janvier. Le représentant de l’Etat Henri PREVOST devra sans doute statuer de manière définitive sur ce dossier dont on aura beaucoup parlé, y compris hors des frontières de l’Yonne… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

A l’heure où se rédigent ces lignes, le représentant de l’Etat Henri PREVOST a pris connaissance de la lettre que lui ont adressée plusieurs signataires résolument opposés à la tenue des vœux en présentiel de la Communauté de l’Auxerrois prévus en date du 20 janvier. Une missive paraphée à plusieurs mains : tous les conseillers municipaux de l’opposition d’Auxerre, cette fois-ci, auxquels se sont ajoutés deux élus communautaires. Ils se prononcent contre le maintien de ladite manifestation. Celle qui doit pourtant être animée par Jean-Pierre PERNAUT…

 

AUXERRE : Après le courrier envoyé à l’ancien présentateur vedette de TF1, fruit d’une pétition adoubée par plus de sept cents signataires il y a quelques jours, c’est au tour du préfet de l’Yonne, Henri PREVOST, haut fonctionnaire de l’Etat, d’être le destinataire de la nouvelle missive critiquant l’initiative du maire-président de l’Auxerrois.

A savoir le maintien coûte que coûte en présentiel de la cérémonie des vœux de l’organe communautaire le 20 janvier au soir alors que tous les évènements similaires de la place sont déjà passés à la trappe des pertes et profits depuis belle lurette pour marquer tristement le passage à la nouvelle année une fois de plus perturbée par la crise sanitaire.

 

L’opposition unanime pour demander l’annulation physique de l’évènement…

 

Particularisme à signaler avec cette prose datée du 12 janvier, elle est cette fois-ci l’œuvre scripturale de tous les conseillers municipaux d'opposition de la Ville d’Auxerre sans aucune exception. Un consensus général où il est bon d’insister sur la forme parce que pas toujours systématique dans les faits.

Mais, cette fois-ci, comme un seul homme (ou une seule femme afin de respecter les valeurs équitables de la parité !), Sophie FEVRE, Florence LOURY, Maud NAVARRE, Isabelle POIFOL-FERREIRA, Farah ZIANI, Mani CAMBEFORT, Mathieu DEBAIN, Rémi PROU-MELINE et Denis ROYCOURT sont à l’unisson sur la même longueur d’ondes de la revendication protestataire.

Une union de circonstance entre les différents courants politiques représentés par ses auteurs qui atteste bien que, décidément, la première manifestation officielle de l’année à Auxerre, version collectivité, fait plus que jamais grincer des dents dans le microcosme. Pour ne pas dire plus, à l’énoncé des détails logistiques de son organisation et de ses coûts que certains considèrent comme prohibitifs.

D’ailleurs, deux élus communautaires, les maires d’Augy, Nicolas BRIOLLAND et de Vallan, Bernard RIANT, y ont été également de leurs griffes sur le document adressé à la préfecture, marquant leur total soutien avec les signataires auxerrois.

La conclusion de ce pli ne fait aucun doute au terme de la lecture. L’annulation en présentiel dudit rendez-vous est demandé par les auteurs de la démarche qui rappellent leur opposition au maintien en public de cette manifestation.

 

Faire respecter les mesures de freinage de la pandémie voulues par l’Etat…

 

Mais, alors, pourquoi avoir adressé une telle lettre à l’occupant de l’hôtel de la préfecture de l’Yonne ?

C’est simple. Les parapheurs du courrier s’en remettent à l’autorité de l’Etat et à son garant afin de faire respecter les recommandations émises en haut lieu par le gouvernement.

En l’occurrence, lors de sa déclaration du 27 décembre 2021, le Premier ministre Jean CASTEX avait stipulé que « toutes les cérémonies de vœux prévues en janvier seraient annulées ».

Quatre jours plus tôt, les services de la préfecture de l’Yonne faisaient circuler auprès de chaque élu de notre département un message sans aucune équivoque possible où il était écrit que « des mesures seraient prises pour limiter la propagation du virus donc l’annulation des traditionnelles cérémonies de vœux en présentiel ».

 

 

Arguant du fait que ces manifestations conduisent à des rassemblements et des brassages de population, alors que la cinquième vague de la COVID connaît une accélération tonitruante avec des taux d’incidence exponentiels, les signataires de la lettre s’interrogent ouvertement sur l’opportunité de maintenir cette cérémonie au parc des expositions d’Auxerre, même ramenée à une jauge réduite à mille personnes au lieu des deux mille spectateurs initiaux.

« L’organisation de ces vœux nous semble totalement incompatible avec les déclarations des plus hautes autorités de l’Etat et les efforts demandés à nos concitoyens, écrivent en substance et en parfaite osmose les auteurs de la lettre.

 

Une cérémonie de vœux en présentiel suspendue aux décisions du préfet…

 

La conclusion de ce courrier étant connue d’avance, reste à savoir désormais ce que sera la réponse du principal intéressé l’ayant eu en main, le préfet de l’Yonne.

Devra-t-il trancher dans le vif du sujet en mettant un terme définitif à ce projet évènementiel dans sa phase présentielle ?

S’accordera-t-il encore un court délai en compulsant les ultimes statistiques sanitaires fournies par l’Agence régionale de Santé d’ici le début de la semaine prochaine avant d’acter enfin sa décision ?

Une chose est sûre : jamais une cérémonie de vœux élaborée à Auxerre n’aura autant fait parler d’elle dans l’Yonne et hors de nos frontières !

Mais, finalement, n’était-ce pas ce que souhaitait dans son for intérieur le maire-président Crescent MARAULT : que l’on parle le plus possible de l’Auxerrois et de son attractivité via cette manifestation unique dans sa conception ?

Auquel cas, au vu des remous qui ne cessent de tourbillonner autour de ce projet incitant aux relations publiques, sa réussite est totale en matière de communication, de relais d’information et de commentaires les plus exacerbés sur les réseaux sociaux !

Même s’il est, in fine, condamné par la préfecture à un profond remodelage après l’annulation de sa représentation physique …

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil