Les effets de l’écosystème devraient ruisseler sur l’Auxerrois : Crescent MARAULT plein gaz sur l’hydrogène

 « Il y croit et cela ne peut que marcher ! Dixit Crescent MARAULT qui ne parle plus de transition énergétique mais bel et bien de transition industrielle sur l’Auxerrois avec l’inauguration du premier écosystème hydrogène. Un projet sur lequel la précédente gouvernance avait déjà travaillé… ». « Il y croit et cela ne peut que marcher ! Dixit Crescent MARAULT qui ne parle plus de transition énergétique mais bel et bien de transition industrielle sur l’Auxerrois avec l’inauguration du premier écosystème hydrogène. Un projet sur lequel la précédente gouvernance avait déjà travaillé… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

L’innovation sur l’Auxerrois, c’est possible ! Tel un mathématicien soucieux d’en démontrer la preuve devant un parterre d’élèves studieux, le maire-président s’est longuement exprimé lors de l’évènement inaugural de la station hydrogène. Pédagogue, utilisant à bon escient l’humour et faisant part de son émotion quant à la solennité de l’instant, du concept et de ses enjeux, Crescent MARAULT ne jure plus que par une seule expression : écosystème !     

 

AUXERRE : Avec ou sans micro, instrument dont il n’aime guère faire usage lors de ses prises de parole, le résultat est identique ! L’édile d’Auxerre et président de l’Agglomération de l’Auxerrois s’est donc exprimé haut et clair face à une copieuse assistance de VIP et autres personnalités en ce jour inaugural de la station hydrogène. Ce fameux complexe technologique qui représente l’un des maillons essentiels du nouvel écosystème en phase de développement in situ.

Certains diront qu’il est avare en communication. Lui, affichant toujours un large sourire, rétorquera qu’il ne parle seulement et seulement s’il a des choses à dire ! Et là, visiblement, la verve de l’élu était intarissable sur le sujet du jour. Avec en toile de fond, un unique mot à retenir : écosystème !

En voilà devenu un ardent défenseur. Presqu’un ambassadeur vertueux qui n’hésitera pas à rencontrer certains de ses collègues maires pour leur proposer ses services en matière d’accompagnement. Un message non codé à l’attention du socialiste François REBSAMEN, le premier des élus de la capitale régionale !

Surtout que désormais, en accueillant près de la pépinière d’entreprises de la CCI ce complexe futuriste et unique dans l’Hexagone, Auxerre brille de mille feux grâce à cette énergie renouvelable ! Et l’énorme potentiel qui en découle avec justement cet écosystème aux ramifications hybrides.

 

 

 

De la transition énergétique à la transition industrielle il n’y a qu’un pas !

 

Pédagogue, persuasif, ne négligeant pas l’humour en faisant souvent référence à l’intervention élyséenne la veille où Emmanuel MACRON dévoila le plan énergétique France 2030 qui fait la part belle précisément à l’hydrogène verte (« On a calé notre évènement sur l’agenda présidentiel ! »), Crescent MARAULT avoua même la part d’émotion qui l’habitait en l’instant présent, empreint quelques minutes auparavant de solennité lors de la découpe du ruban tricolore.

Puis, endossant de nouveau la vêture d’un docte professeur, le maire précisa : « S’il le faut, je peux tout vous expliquer sur le mode opératoire de cet écosystème qui prend naissance aujourd’hui… ». Précisant l’instant d’après qu’il avait été lui aussi très bien briefé par l’un des spécialistes de la question.

Plus sérieusement, Crescent MARAULT qui remercia tous les acteurs institutionnels et partenaires économiques engagés dans ce projet d’avenir, l’un de ceux qui intègre le Projet de Territoire 2031 (« Nous faisons mieux que le Président de la République s’amusa-t-il en gagnant d’une année de plus sur notre vision !), se doit désormais de tenir qu’un seul cap vis-à-vis de ce concept révolutionnaire à bien des égards : convaincre !

« Il faut y croire, martela-t-il à maintes reprises, ça va marcher ! Nous ne devons plus être fatalistes dès que l’on parle de l’Auxerrois et de ses capacités de réussite à l’avenir... ».

 

 

Pourtant, de son propre aveu, le pari est osé. Parce qu’il est expérimental. Parce qu’il est surtout très novateur.

« C’est un pari sur l’avenir que nous avons choisi de porter là, poursuivra l’élu de l’Yonne, un pari qui risque de s’avérer payant très rapidement… ».

Même s’il y a nécessairement un surcoût à l’allumage des feux ! Mais, selon le maire-président, l’effet de massification devrait faire le reste. Les retours sur investissements devraient très vite porter leurs fruits.

« Pour n’importe quelle collectivité, la mobilité représente un coût. Souvent élevé, ajoute l’orateur durant son intervention, mais, dans ce cadre-là, nous allons générer des recettes ; parce que nous n’avons pas tout misé sur la mobilité verte mais sur un écosystème… ».

Nous y revoilà ! Le fameux écosystème n’est jamais très éloigné de son raisonnement. Grâce à lui devrait ruisseler (selon l’expression chère au locataire de l’Elysée – décidément !), de sérieuses retombées économiques qui seront bénéfiques sur l’Auxerrois, cela va de soi, mais également sur la totalité du territoire de Bourgogne Franche-Comté. Que l’on habite Chalon-sur-Saône, Nevers, Besançon ou Belfort, là où l’hydrogène et ses évolutions n’ont pas dit leurs derniers mots !

« Nous sommes en avance sur tant d’autres territoires, rappela Crescent MARAULT, il ne s’agit plus de vivre la transition énergétique mais de nous plonger vers la transition industrielle ! ».

 

 

Des innovations ? Ce n’est que le début !

 

Remerciant au passage l’ensemble des élus car, devait-il le remémorer, « ce projet est avant tout une œuvre collective », le président de l’Auxerrois évoqua l’intérêt général et l’osmose qui auront régné avec la Région, pourtant d’une orientation politique bien différente.

Un petit clin d’œil fut adressé aux agents de l’agglomération, mobilisés depuis de longues années sur la finalité de ce dossier. Des agents ayant parfois à subir le côté disruptif dans la manière de travailler !

Quant à la suite, Crescent MARAULT s’y attardera. « Vous savez, l’Auxerrois est une terre d’innovation et d’expérimentation, et ce n’est que le début ! ».

Ainsi, dans l’absolu, l’accompagnement de cette transition se fera via un incubateur, installé au Pôle environnemental. Le concept aidera les start-up et initiera de la recherche et développement autour des questions énergétiques. Après coup, cet incubateur se muera telle une chrysalide en un technopôle permettant l’accueil de formations supérieures afin de répondre aux ressources humaines nécessaires dans le cadre du déploiement du projet.

« Je souhaite que nous soyons proactifs. Il nous faut donc réfléchir désormais sur les formations à mettre en place pour avoir des compétences et avoir un coup d’avance… ».

Enfin, pour clore ce long exposé didactique, le maire évoqua un autre usage de cette énergie avec l’éclosion de l’hydrogène stationnaire. Destiné à alimenter des bâtiments.

« On est dorénavant en capacité à conceptualiser des bâtiments à énergie positive. Ce qui était autrefois très complexe à réaliser sera simplifié avec plus de souplesse avec l’hydrogène stationnaire. Cela va répondre aux cahiers des charges des collectivités qui ont pour obligation de mener des politiques publiques sur l’efficacité énergétique… ».

Rendant ainsi autonomes en énergie les édifices auxerrois ! Et, sans omettre le potentiel d’emplois allant de pair…

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil