3ème tour des départementales : une simple formalité qui rime avec facilité pour le Républicain Patrick GENDRAUD

« Seul candidat à affronter les suffrages du troisième tour des Départementales, le Républicain Patrick GENDRAUD présidera de nouveau la destinée de l’institution ces six prochaines années après avoir obtenu 34 voix de la part des 42 votants... ». « Seul candidat à affronter les suffrages du troisième tour des Départementales, le Républicain Patrick GENDRAUD présidera de nouveau la destinée de l’institution ces six prochaines années après avoir obtenu 34 voix de la part des 42 votants... ». Crédit Photos : Thierry BRET.

Simple formalité que ce scrutin du 01er juillet ! Sans l’once d’un quelconque suspense puisque la candidature à l’élection du président de la vénérable institution départementale était unique. Celle du sortant, le Républicain Patrick GENDRAUD. Il renouvèle son bail avec son territoire de prédilection jusqu’en 2027. Hormis sept bulletins blancs (un peu plus que les estimations prévues) et la désignation inattendue de François BOUCHER à ce poste sans qu’il n’en ait eu la moindre prétention officielle, cette élection ne fut entachée d’aucune réelle surprise, en vérité… 

 

AUXERRE: Silence monastique digne de l’abbaye de la Pierre-Qui-Vire dans l’hémicycle auxerrois. La Pyramide, lieu d’accueil du Conseil départemental de l’Yonne, n’aura jamais aussi bien porté son appellation si ésotérique, lors du dépouillement des quarante-deux bulletins de vote devant élire à la responsabilité suprême, le président. Pas un bruit n’est venu troubler le cheminement de ces élus, devant accomplir une demi-heure durant le sacro-saint rituel du vote dans le respect absolu des règles.

Munis de l’unique billet où était noté le patronyme du seul prétendant aux saints des saints de cet organe collégial (le Républicain Patrick GENDRAUD), les conseillers départementaux, appelés tour à tour par ordre de canton pour exprimer leurs choix, s’enfermèrent un court instant dans l’isoloir avant de glisser leur bulletin dans l’urne.

Les premiers à se présenter devant l’isoloir furent le binôme composé d’Emmanuelle MIREDIN et de Michel DUCROUX. Soit les vainqueurs du canton d’Auxerre 1. Najiba HADJALLI et Yves VECTEN, élus du canton de Vincelles, devaient clore le processus électoral que l’on désigne le plus souvent comme le troisième tour.

 

 

Une progression arithmétique à peine perturbée par sept bulletins blancs…

 

A 9h43, le scrutin se termina. Sans que l’on perçoive le vrombissement de la moindre mouche dénoté dans cette atmosphère de cathédrale. Faisant fi de toutes incertitudes ! Seul candidat à s’être déclaré, suffisamment tôt par ailleurs à sa succession, l’ancien édile de Chablis Patrick GENDRAUD connaissait comme la totalité des observateurs présents lors de ce scrutin l’amorce du résultat.

Il ne restait plus qu’à évaluer avec exactitude le score définitif qu’obtiendrait l’intéressé en guise de suspense. Mais, l’expectative fut de courte durée.

Hormis deux bulletins blancs qui vinrent jeter le trouble après seulement cinq billets dépouillés (soupçon de frémissement parmi l’assistance !), la suite correspondit à un parcours de parfaite plénitude pour le président sortant.

Assis au beau milieu de l’assemblée, Patrick GENDRAUD ne présentait pas les marques de l’inquiétude et du stress sur son visage, même dissimulé par le sempiternel masque protecteur.

 

 

De temps à autre, un bulletin blanc cassait la très nette progression arithmétique enregistrée par l’élu sortant vers sa confirmation. Sur l’estrade, Frédérique COLAS ouvrait l’enveloppe avec dextérité avant de transmettre le bulletin à sa coreligionnaire Isabelle FROMENT-MEURICE qui en faisait lecture.

« Monsieur Patrick GENDRAUD... Monsieur Patrick GENDRAUD…Monsieur Patrick GENDRAUD… ». L’exercice oratoire répétitif de l’élue de Cœur-de-Puisaye lui provoqua même un début de fou rire, très vite étouffé par sa protection anti-COVID !

 

 

Un socle de voix confortable pour le président sortant…

 

Heureusement, la note d’humour de cet exercice un tantinet soporifique survint à l’annonce d’une voix obtenue par le maire de Migennes, François BOUCHER !

Ce dernier, au préalable, n’ayant pas fait acte de candidature. Un vote qui fit éclater de rires l’assistance et ses observateurs privilégiés dont le président de l’Agglo de l’Auxerrois Crescent MARAULT, accompagné de son directeur de cabinet, Yves LASMARTRES, suiveurs dès le début de ce scrutin matinal.

In fine, le résultat fut proclamé à l’issue du dépouillement : Patrick GENDRAUD l’emportait avec un confortable socle de 34 voix. On dénombrera sept bulletins blancs, légèrement plus que les calculs effectués par les observateurs avant l’enjeu. Une voix revint enfin à François BOUCHER sans que nul n’en revendique l’origine !

Emu, les premiers mots de Patrick GENDRAUD reconduit au perchoir de l’assemblée départementale pour six ans furent des remerciements chaleureux envers les élus de sa majorité. Mais, également aux autres, issus des rangs de l’opposition. Un président de l’exécutif, heureux, qui ne répond qu’à un seul désir de citoyen : servir les intérêts des habitants de l’Yonne.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil