Au soir du second tour des législatives, l’Yonne s’est colorée un peu plus de bleu marine en envoyant deux députés du Rassemblement National siéger au Palais Bourbon. Dans l’Avallonnais, André VILLIERS signe un nouveau bail de cinq ans, mais de justesse. Des élections marquées une fois encore par une participation en berne…

TRIBUNE : A la pénurie d’huile, de moutarde, de pâtes, il faut désormais rajouter à chaque élection un manque d’électeurs ! Particulièrement les plus jeunes générations, dont la défiance vis-à-vis du monde politique n’a jamais été aussi grande. Les chiffres de l’abstention pour ce second tour des législatives sont tombés et la République n’en sort pas grandie : 53,77 % au national, pour 51,8 % dans le département. Une seule consolation, dont se sont emparés les médias : ces chiffres sont en léger retrait par rapport à 2017. A qui aura profité cette abstention ? Difficile à dire alors que les instituts de sondage ont toujours affirmé qu’elle pénalisait en priorité les partis extrêmes. Les résultats, notamment dans l’Yonne, ont fait preuve du contraire !

 

 

Le rouge a hissé le drapeau vert…

 

Dans la première circonscription, l’élimination dès le premier tour du député sortant a rebattu les cartes. Longtemps dévolue à Jean-Pierre SOISSON, puis à son poulain, Guillaume LARRIVÉ, la Puisaye a cette fois-ci tourné casaque et voté massivement pour le représentant du Rassemblement National Daniel GRENON. Un enfant du pays, né à Saint-Fargeau et ancien commerçant à Toucy, mais novice en politique. Arrivé en tête au second tour dans 70 communes de la circonscription, dont une grande partie de celles de Forterre et de Puisaye. C’est à Saint-Privé que le nouvel élu fait son meilleur score, avec 69,6 % des suffrages alors même qu’il n’était crédité que de 27 % des voix au soir du premier tour. Preuve s’il en était besoin d’un report massif sur sa personne, des 40 % d’électeurs qui avaient choisi Guillaume LARRIVÉ le dimanche précédent. Un scénario partagé par nombre communes du territoire. Si Florence LOURY l’emporte largement à Auxerre, comme dans d’autres communes de la périphérie auxerroise, c’est grâce notamment à un bon report de voix du candidat de la majorité présidentielle, Victor ALBRECHT. Cela n’aura pas suffi à la représentante écologiste qui ne cachait pas son amertume et sa colère ce dimanche soir. Elle pourra toujours se consoler autour d’un verre d’Irancy, la commune où elle a obtenu le meilleur résultat, avec plus de 67 % des suffrages exprimés. Le rouge a hissé le drapeau vert !

 

 

  

La déferlante Julien ODOUL s’abat sur la troisième circonscription…

 

Dans la troisième circonscription, la plus peuplée du territoire, avec 89 743 inscrits, mais au taux de participation le plus faible, 46,25 %, le résultat final n’aura pas été d’une grande surprise, tant la victoire du candidat RN, Julien ODOUL, était attendue. Quasiment un carton plein, avec près de 90 % des communes du territoire le plaçant en tête à l’issue du second tour. Un véritable camouflet pour la députée sortante et rivale, Michèle CROUZET, qui n’aura obtenu la pole position que dans une douzaine de communes. Le maillage du Rassemblement National est total, avec des résultats à plus de 60 % dans plus de la moitié des communes de la circonscription, dont sept à plus de 70 %. Julien ODOUL obtenant son meilleur score à Villeperot, avec près de 80 % des suffrages exprimés.

 

 

 

 

Migennes ou le triste record de l’abstention…

 

Le duel était inédit : d’un côté, un baron local, bien ancré dans ses bottes et dans le territoire, André VILLIERS, député sortant et de l’autre, une parachutée du RN dans cette deuxième circonscription, Audrey LOPEZ, élue d’opposition à Villeneuve-sur-Yonne et Conseillère régionale aux côtés de Julien ODOUL. Une circonscription qui a pour particularité d’être la plus étendue du département, avec des cantons qui s’étendent de Migennes à Quarré-les-Tombes, en passant par Brienon-sur-Armançon, Chablis et Tonnerre. Si le match a tourné en faveur du premier, ce fut de justesse, André VILLIERS ne l’emportant qu’avec 857 voix de plus que son adversaire. Sans surprise, l’ancien maire de Vézelay est sorti victorieux dans la majorité des communes de l’Avallonnais et pour partie, dans celles du Tonnerrois, mais également, dans la plupart des communes revendiquant l’appellation chablis. Comme quoi, en sa qualité d’éleveur de charolais, le « blanc » reste sa couleur fétiche ! Audrey LOPEZ pour sa part, profite d’un ancrage marqué de l’extrême droite sur les secteurs du Migennois et du Florentinois, pour sortir en tête dans un grand nombre de communes de ces territoires. C’est à Pimelles, village du Tonnerrois qu’elle réalise son meilleur score, avec 84,4 % des suffrages exprimés, là où au premier tour, elle était créditée de 54,5 % contre un peu plus de 24 % à son adversaire le plus direct, Philippe VEYSSIERE, de la NUPES. Un résultat semblant confirmer une certaine porosité entre les électorats de ces deux formations. Taux de participation sur la circonscription : 48,55 % avec de tristes records, comme à Migennes, où près de 63 % des électeurs inscrits ne se sont pas déplacés. Même constat à Brienon et Saint-Florentin, où la participation ne dépasse pas la barre des 38,5 %.

 

Dominique BERNERD

 

Les fins observateurs de la chose politique n’auront pas manqué de les apercevoir, au soir du second tour des législatives, salle des pas perdus à l’hôtel de la préfecture. L’un et l’autre sont en pleine discussion. Ils affichent un visage décontracté. Le verre à la main, ils scrutent l’écran, placé à l’autre extrémité de la pièce. Les résultats des trois circonscriptions de l’Yonne s’y affichent de manière très régulière. Minute après minute, les scores obtenus par les candidats se dévoilent. Farah ZIANI et Daniel DELVERT – ils revendiquent leur appartenance au Centre droit- analysent la situation…

 

AUXERRE : Ils le disent et le martèlent encore et encore auprès de qui veut les entendre : ces deux-là restent et resteront au Centre droit ! Même s’ils se sentent actuellement orphelins.

« Tous les partis du Centre perdent leurs électeurs donc a fortiori leurs élus ! C’est leur existence en propre qui est menacée… ». Une quasi-certitude, en effet !

Conseillère d’opposition à la Ville d’Auxerre, Farah ZIANI disserte avec Daniel DELVERT, féru de la chose publique. Leurs constats convergent dans la même direction.

« Le Centre possède tellement de chapelles différentes ! Entre UDI, Nouveau Centre, Parti Radical, MoDem, Horizons, il y en a pléthore ! Nous devons sûrement en oublier ! ».

De là à se remémorer avec une ironie souriante, l’une des références livresques de feu l’ancien Président de la République Valéry GISCARD D’ESTAING dont un de ses ouvrages, « Deux Français sur trois », était une invitation ouverte à rejoindre le Centre, il n’y a qu’un pas !

Soutiens de Maud NAVARRE – cette dernière s’est faite plutôt discrète durant le processus des législatives -, Farah ZIANI et Daniel DELVERT partagent le plus souvent des opinions identiques. Entre les deux tours de scrutin, ils ont appelé à voter blanc. En leur âme et conscience. Ils s’en expliquent et ne le regrettent pas…

« Les électeurs en 2022 sont des citoyens avec des opinions toutes personnelles et depuis des années, très motivées. Il n’est pas certain qu’il faille essayer de diriger leurs votes avec des consignes particulières. Il est même possible d’observer qu’à trop vouloir essayer de leur indiquer ce qui serait « le bon choix », on peut provoquer des réactions inverses… ».

Leurs positions, elles ont été connues de tous, à force de moult messages relayés via les réseaux sociaux. « D’ailleurs, rétorquent-ils en chœur, nous n’avons pas été les seuls ! ».

 

Les votes blancs sur l’Yonne : une analyse pertinente…

 

Il est vrai que la première circonscription de l’Yonne, pour le second tour, donne 9,76 % de votes blancs auxquels il convient d’y ajouter 2,78 % de votes nuls. Si l’on complète ces chiffres, il apparaît qu’au niveau national, les votes blancs s’établissent à 5,6 % et les nuls à 2 % au soir du 19 juin. Lors du premier tour de cette joute électorale guère enthousiasmante, sur la première circonscription icaunaise, les votes blancs représentaient 1,45 % des suffrages quant aux votes nuls, ils s’élevaient à 0,52 %.

Conséquence : les taux de votes blancs et nuls de la première circonscription sont bien supérieurs à ceux des deux autres circonscriptions de l’Yonne qui sont respectivement de 6,51 % (la deuxième) et de 5,87 % (la troisième).

 

 

Mais, in fine, à quoi servent ces chiffres ?

 

« A bien comprendre en le démontrant que la première circonscription a voté davantage blanc car les candidats ne faisaient pas recette de manière unanime, expliquent les deux interlocuteurs du jour. Ici, on parle des candidats, de leur profil, pas des partis politiques sous lesquels ils se présentaient. Ni Daniel GRENON, ni Florence LOURY, voilà le sens exact de ces votes blancs ! Et relisez nos prises de positions, vous pourrez vérifier que cela a été en grande partie la motivation de notre décision… ».

Conclusion évidente pour le tandem centriste de droite : « Peut-être que nos publications, nos déclarations faites auprès de nos réseaux relationnels ont eu un certain poids dans la balance le jour J. Certains de la justesse de notre position avant comme après les votes, si nous avons été des influenceurs, alors nous en sommes ravis ! Nous vous rappelons que notre engagement politique au Centre Droit existe pour créer des tendances… ».

Toutefois, à la sortie des courses, et au terme de ce scrutin engendrant son lot de  suspense, Florence LOURY sera battue de plusieurs centaines de voix face au représentant du Rassemblement National, l’imprévisible Daniel GRENON. Fustigeant les « irresponsables » qui ont appelé au vote blanc, brisant ainsi le front républicain, la candidate de la NUPES aura piqué une froide colère sur le parvis de la préfecture, soutenue par ses partisans défaits. Un résultat final qui satisfait pour autant Farah ZIANI et Daniel DELVERT ?

 

« Notre vote blanc : ce n’est pas le rejet de partis, mais bel et bien des candidats »…

 

« Faut-il vous rappeler, soulignent ensemble les deux interviewés, que pour les présidentielles, celles de 2017 comme celles de 2022, nous nous sommes clairement opposés à la candidate RN, Marine LE PEN ? Donc, ce vote blanc sur la première circonscription est davantage qu’un simple rejet de partis politiques, ni RN, ni NUPES, mais bel et bien, un refus de donner sa voix à Daniel GRENON ou à Florence LOURY. Ne pas voter Daniel GRENON, c’est clair : c’est à cause de son appartenance au RN et pour l’extrême faiblesse de sa campagne. Ne pas voter pour Florence LOURY correspond à ses positions successives prises avec son binôme habituel qu’elle forme avec Denis ROYCOURT. Tous les deux se présentent partout et à chaque élection : aux municipales à Auxerre, puis aux départementales, puis aux sénatoriales et maintenant aux législatives !

Nous avons donc le droit de douter de leurs convictions, de leur intérêt à l’élection où ils se présentent comme candidats. Nous pensons plutôt qu’il s’agit d’une tactique pour se faire connaître et collecter ainsi des voix en vue des prochaines municipales où ils chercheront probablement à diriger une liste. Encore en duo ? Dans quel ordre cette fois ? On recommence mais inversera-t-on l’ordre à la fin ? ».

On sent que les acrimonies sont nombreuses envers le duo d’Auxerre Ecologie Solidarités. Des reproches qui sont liés à « l’activisme presqu’obsessif à vouloir attaquer le maire d’Auxerre en organisant des concerts de casseroles, en introduisant des micros et de la sonorisation pour troubler les séances du Conseil municipal, voire de crier à la démission de l’édile dès que possible…».

« Les électeurs ne sont pas aveugles, expliquent Farah ZIANI et Daniel DELVERT, le duo LOURY/ROYCOURT, battu aux municipales, s’entraîne inlassablement en appliquant à la lettre la devise de Pierre de Coubertin pour les Jeux Olympiques, à savoir que le « plus important n’est pas de gagner mais de participer ». Ils oublient sans doute que la démocratie et le vote ne sont pas de ce registre-là ! ».

Cette réponse du berger à la bergère après les sous-entendus de la candidate écologiste qui ne cautionnait pas celles et ceux qui avaient appelé à voter blanc – en substance contre elle et le front républicain – augure de sacrées passes d’armes pour les futures municipales qui s’amorcent d’ici quatre ans du côté de l’opposition au maire sortant !

Il sera très difficile, pour ainsi dire improbable, de pouvoir recoller les morceaux entre les diverses composantes de l’opposition et de présenter une liste unie pour s’attaquer au bilan de Crescent MARAULT…

 

Thierry BRET

 

 

 

Cinquante ans. Pile poil ! Le bel âge pour ajouter une ligne supplémentaire à un CV qui est déjà bien fourni. Un parcours illustrant une carrière bien remplie au sein de l’un des corps préférés de nos concitoyens, les sapeurs-pompiers ! Successeur du colonel Jérôme COSTE – ce dernier a fait valoir ses droits à une retraite amplement méritée mais sans doute très active au printemps ! -, Sébastien BERTAU, colonel de son état, a pris ses nouvelles fonctions, celles de chef du corps départemental des sapeurs-pompiers de l’Yonne et de directeur départemental des services d’incendie et de secours le 01er juin…

 

AUXERRE : Il a réalisé sa première prise de commandement, le nouveau « patron » des sapeurs-pompiers de l’Yonne. Sous une étouffante chaleur estivale à l’occasion de la Journée nationale des sapeurs-pompiers, une manifestation qui s’est déroulée à travers l’Hexagone, ce samedi 25 juin. Sobre et solennelle, la cérémonie auxerroise rassemblait sur le site de la Plaine des Isles plusieurs personnalités de la sphère institutionnelle et politique. Dont le président du conseil d’administration du SDIS 89 (Service départemental d’incendie et de secours), le vice-président du Département Christophe BONNEFOND ou Marion AOUSTIN-ROTH, directrice de cabinet de la préfecture de l’Yonne.

L’opportunité pour le nouveau directeur du SDIS 89 de humer l’atmosphère ambiante de ce casernement qui lui sera désormais familier au fil de l’eau. Détenteur d’un master de droit et de gestion des collectivités territoriales, possesseur d’un certificat en sciences politiques, Sébastien BERTAU présente un parcours diplômant très riche. Il a ajouté à son escarcelle un master de gestion des risques de sécurité civile, obtenu à l’Université de Haute Alsace.

 

 

 

 

En provenance de la Moselle, où il assumait la direction adjointe et chef de corps départemental adjoint du SDIS de ce territoire de Lorraine, le colonel a connu de nombreux lieux d’affectation par le passé depuis ses premiers pas en qualité de sapeur-pompier.

Parmi ceux-ci : citons le Loiret, l’Ille-et-Vilaine ou encore Paris où l’officier supérieur exerça en qualité de lieutenant-colonel les fonctions de conseiller social du directeur général et du directeur des sapeurs-pompiers au ministère de l’Intérieur à la DGSCGC (Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises). Il va désormais devoir s’acclimater avec les typicités de l’Yonne…

 

Thierry BRET

 

 

Digérée la défaite du second tour aux législatives ? Pas si sûr ! D’autant que la candidate écologiste de la NUPES qui se présentait dans la première circonscription de l’Yonne a regretté de manière officielle « l’irresponsabilité de certains qui ont jeté aux oubliettes le sacro-saint principe du front républicain » afin d’empêcher l’extrême-droite de l’emporter. Nonobstant, Florence LOURY promet de continuer le combat. Et ce, dès la séance communautaire de ce jeudi où le dossier de l’eau potable risque de faire des éclaboussures…

 

AUXERRE : Remontée comme un coucou suisse, la représentante d’Europe Ecologie Les Verts de l’Auxerrois ! Celle qui a frôlé de peu la victoire au soir du 19 juin, battue sur le fil par l’inattendu candidat du Rassemblement National Daniel GRENON, ressort de l’expérience électorale plus combative que jamais.

Même si les résultats de ce scrutin lui laissent un profond goût d’amertume dans la bouche. Et certainement bon nombre de rancœurs envers celles et ceux qui ont appelé ouvertement à voter blanc plutôt que de soutenir sa candidature. Un choix arbitraire qui l’a placé dos-à-dos avec le RN.

 

Reprendre le combat dès la prochaine séance communautaire…

 

« C’est une très mauvaise nouvelle pour la jeunesse, les plus pauvres et la démocratie que ce succès souverainiste dans la circonscription, précise-t-elle.

Puis rageuse d’ajouter, « je n’abandonnerai ni notre territoire ni nos concitoyens ; le combat pour le progrès social, la protection de notre environnement et la défense des valeurs républicaines continuent… ».

Souhaitant y consacrer toutes ses forces, l’égérie d’EELV aura donc l’occasion de repartir dans la lutte âpre et pugnace dès ce jeudi 30 juin lors de la séance communautaire de l’Auxerrois où elle siège aux côtés de Denis ROYCOURT pour représenter les valeurs écologistes.

C’est précisément une délibération sur l’eau potable – celle-ci prévoit de confier la gestion du précieux liquide à un prestataire sur une durée de vingt ans avec en sus la construction de deux unités de traitement – qui provoque l’ire de l’élue écologiste.

Une proposition soumise au vote que la porte-parole d’Auxerre Ecologie Solidarités ne validera pas dans les urnes, invitant les élus de l’Auxerrois à en faire autant en rejetant la proposition de Crescent MARAULT.

 

Un non catégorique pour ne pas pénaliser les consommateurs…

 

« Ce choix est l’abandon d’une politique préventive de protection des captages engagée depuis vingt ans, souligne-t-elle, qui passait par une transition agricole vers le bio ou des cultures sous couverts sans pesticides. C’est donc un bouleversement dans la stratégie de protection de l’eau potable dans l’Auxerrois et cela aura des impacts importants sur la hausse des prix sans pour autant en assurer pleinement la qualité de la ressource… ».

S’appuyant sur les résultats d’études menées par l’agence de l’eau, Florence LOURY est vent debout contre ce projet.

« Les solutions curatives sont toujours plus chères et ne sont pas durables, explique-t-elle, c’est un non-sens écologique au moment où nous prenons conscience de l’importance de préserver la biodiversité et la santé humaine par une alimentation sans pesticides… ».

Et l’élue de rappeler qu’en septembre 2020, près d’un million et demi d’euros avaient été attribués par l’agence de l’eau à la communauté de l’Auxerrois afin d’accompagner financièrement les agriculteurs volontaires pour une transition vers l’agro-écologie.

« Je constate, ajoute-t-elle déçu, que notre collectivité n’a pas fait le nécessaire pour finaliser le projet… ».

Un vote négatif à attendre, donc pour Florence LOURY, qui considère qu’in fine ce seront les consommateurs qui devront payer la facture, signe d’une réelle injustice.

 

Thierry BRET

 

Seraient-ils chanceux les 164 collaborateurs de l’entreprise de service public, qui assure la gestion du réseau de distribution d’électricité dans l’Yonne ? Fichtre, oui ! A la contemplation des deux mille mètres carrés du flambant neuf édifice qui regroupe les activités tertiaires de la structure, on se prendrait presque à rêver de pouvoir exercer son savoir-faire dans un cadre aussi fonctionnel qu’idyllique. Erigé au beau milieu de la zone « AuxR_Parc », le nouveau site ENEDIS rassemble en un même lieu équipes techniques et administratives…

 

APPOIGNY: Ergonomique. Moderniste. Pratique. Esthétique. On pourrait continuer ainsi la liste à profusion ! Tant le nouveau site auxerrois d’ENEDIS se révèle aux yeux de ses visiteurs sous ses meilleurs atours. Ceux de la fonctionnalité et du confort réunis. Ceux de l’optimisation des surfaces et d’un agencement bien maîtrisé. L’idéal pour travailler en somme dans de bonnes conditions !

Sur un espace où folâtraient il y a peu encore lapins de garenne, lièvres, renards et perdrix ! Un endroit qui a changé totalement d’affectation au grand dam des chasseurs du cru ! Mais, ainsi va la vie…

Bienvenue donc dans cette fameuse zone – non pas la « 51 » ! – mais bien celle d’activités « d’AuxR_Parc », à la surprenante calligraphie nominative !

Une zone économique qui ne demande qu’à prospérer après les installations d’YCARE et d’ENEDIS. D’ailleurs, Magloire SIOPATHIS, édile local et vice-président du Conseil communautaire de l’Auxerrois en charge de la mobilité et de la politique de transport, le confirme dès les premiers mots de son intervention : « sur les vingt-cinq lots qui découpent ce vaste secteur, onze d’entre eux sont déjà réservés pour accueillir de nouvelles entreprises… ».

D’ici deux à trois ans, on devrait y voir un peu plus clair dans le plan d’occupation de ce concept de développement économique, qui est implanté à quelques encablures seulement de la bretelle de l’autoroute A 6.

 

 

Un site implanté rue Jules Verne : un sacré clin d’œil !

 

Pour l’heure, tous les regards convergent vers ces nouveaux locaux, dorénavant occupés par l’un des spécialistes de la distribution d’électricité ENEDIS. Opérationnel depuis le 01er février, le site de 22 000 mètres carrés qui se décompose en plusieurs édifices (celui du stockage de matériels, le pôle des activités tertiaires, et celui des locaux techniques) est implanté rue Jules Verne.

Un sympathique clin d’œil, (est-il volontaire ? Sans doute pas !), pour rappeler que le célèbre auteur de « Vingt mille lieues sous les mers », de « L’Ile mystérieuse » ou de « Robur le Conquérant » considérait l’électricité comme l’avenir de l’énergie.

Il la qualifiait d’ailleurs dans ses œuvres futuristes « d’âme de l’univers », voire « d’âme du monde industriel » ; son exploitation à des fins fantastiques illustrant plusieurs de ses ouvrages. En mettant en vedette le fameux submersible « Nautilus », vaisseau de l’emblématique Capitaine Némo !

 

 

Un seul mot pour résumer l’ensemble : la transversalité !

 

En coupant le ruban tricolore de cette vitrine professionnelle, située à proximité des grands axes routiers de l’Yonne, on peut se demander à quoi pensait réellement Robert POGGI, le directeur régional d’ENEDIS en Bourgogne. De la fierté de voir ses collaborateurs disposer d’un tel univers ? Sans doute ! De bénéficier désormais d’une implantation optimale afin de pouvoir rayonner avec davantage d’efficacité sur le territoire ? Il va sans dire !

Regrouper en un même endroit les équipes techniques et administratives de la société offre ainsi une réelle harmonisation dans l’approche du travail et plus de confort dans l’exercice des activités. C’est indéniable.

 

 

Transversalité est donc le qualificatif le plus approprié afin de définir les attributions novatrices de ce site. Un endroit répondant aux critères favorables des enjeux environnementaux. Le bâtiment bénéficie en effet du label Haute Qualité Environnementale (HQE). Des panneaux photovoltaïques couvrent précisément une quarantaine de places de l’immense parking adjacent qui peut en contenir cent-trente-trois.

Notons, au passage, que les véhicules bleus à l’estampille d’ENEDIS s’électrisent et se rechargent avant chaque déambulation à l’aide d’une vingtaine de bornes implantées in situ.

 

 

Un projet structurel qui n’est pas isolé…

 

La construction d’autres infrastructures similaires se prépare en Bourgogne à moyenne échéance. Robert POGGI le précisera durant son discours introductif à la cérémonie inaugurale : « ENEDIS souhaite s’inscrire pleinement dans la prise en compte de l’écologie pour la réalisation de ses projets immobiliers ».

Le curseur de ces investissements est placé sur la conciliation de la performance industrielle et celle de l’approche durable au cœur des territoires.

Rappelons que sur le département de l’Yonne, ENEDIS figure physiquement sur trois zones : à Sens où l’entité génère toutes les interventions sur le secteur de la partie septentrionale, à Auxerre qui permet de couvrir la zone centre-ouest du territoire et enfin à Avallon, où est administré la zone méridionale.

 

En savoir plus :

Parmi les personnalités présentes, on remarquera Jean-Noël LOURY, président du Syndicat départemental d'Energies de l'Yonne, Christophe BONNEFOND, vice-président du Département de l'Yonne, Dominique CHAPUIS, président de l'Association des Maires Ruraux de l'Yonne, Mahfoud AOMAR, président de l'Association des Maires de l'Yonne, Magloire SIOPATHIS, vice-président du Département de l'Yonne et maire d'Appoigny, Arminda GUIBLAIN, conseillère départementale et maire de Monéteau, Jean-Luc LIVERNEAUX, maire de Gurgy, Dominique CHAMBENOIT, maire de Chevannes, etc.   

 

Thierry BRET

 

 

Page 1 sur 487

Articles

Bannière droite accueil