Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Représenté par le fils du récoltant vinificateur, Bastien, lui-même accompagné de son épouse, Carole, ce domaine viticole du Tonnerrois, cher à son propriétaire originel, Alain MATHIAS depuis 1982, a bénéficié d’une jolie carte de visite promotionnelle en répondant favorablement à l’invitation de la Jeune Chambre Economique d’Auxerre. Surtout en y dévoilant les subtilités olfactives et goûteuses de deux de ses nectars, primés au Concours général agricole cette saison : un chablis Premier cru « Côte de Jouan » tout en finesse et de très belle facture et un bourgogne Epineuil « Côte de Grisey », issu d’une parcelle idéalement située qui réunit toutes les conditions pour l’élaboration de grands vins rouges…

AUXERRE : Comme une dizaine d’autres viticulteurs avant eux, Carole et Bastien MATHIAS ont pu apprécier les vertus judicieuses des initiatives portées par la Jeune Chambre Economique à Auxerre. Il est vrai que le concept « Tous les 20 du mois, un vin du coin » ne manque pas de pertinence. Ni d’intelligence, en vérité. Profiter d’une opération de relations publiques, façon « after work », pour y mettre en valeur les producteurs du terroir local ne peut être que positif pour ces viticulteurs du Tonnerrois qui souhaitent davantage s’ancrer au plan de l’image et de la notoriété au cœur de l’Yonne.

Evoquer les particularismes de ce domaine familial de 13 hectares ne fut qu’une simple formalité pour ce  jeune couple, encore auréolé de ses très belles récompenses glanées au Concours général agricole cette saison. Les deux œnologues ont pris plaisir à expliquer leur approche authentique de la vinification, faisant déguster au passage un panel de quelques produits.

Des crus exprimant de nombreuses caractéristiques gustatives…

Les blancs, élaborés à base de chardonnay sur les terroirs de Chablis et du Tonnerrois, ont su marquer les esprits des épicuriens. En particulier, ce chablis Premier cru « Côte de Jouan » 2016 obtenu à partir de cépages plantés sur la commune de COURGIS au sud de la rive du Serein. Longueur en bouche, rondeur et salinité caractérisent ce nectar qui a pu bénéficier de la formation géologique si atypique du Chablisien. Mention positive également pour le bourgogne Tonnerre, un cru qui a été vinifié et élevé en cuve, offrant des arômes fins et subtils au nez. La cuvée 2017 révèle toute la complexité du chardonnay, entre la justesse de l’équilibre et une richesse suave au palais.

Le pinot noir, autre cépage vedette de ce vignoble, donne naissance à des rouges de grande qualité. Le bourgogne rouge Expression possède une dominante de fruits rouges, agrémentées de notes fumées, d’épices et de réglisse. Sa garde dépasse les cinq ans. Quant à la variante bio, obtenue grâce au bourgogne Epineuil « Côte de Grisey », elle a été élevée en fûts de chêne récents où elle gagne en rondeur et en structure.

Un mot, enfin, sur le rosé qui aura aussi servi de rampe de lancement à cette soirée de dégustation estivale. D’une saveur fruitée, il est obtenu par le pressurage des raisins de pinot noir. Gouleyant et rafraîchissant, c’est le breuvage idoine de ce type de soirée dardée de rayons de soleil.

De très belles perspectives pour le domaine créé par Alain MATHIAS…

C’est en 1982 que le propriétaire récoltant intègre la catégorie des vignerons pionniers sur le vignoble d’Epineuil, pourtant malmené jusque-là par le phylloxera. Alain MATHIAS achète des parcelles et plante de la vigne. Peu de temps après, il loue des vignes à Chablis. Avant de les acquérir et de les ajouter dans son escarcelle.

Afin d’optimiser une croissance en pleine expansion, il étend son domaine. Cet amoureux du métier de vigneron fait montre de dextérité. Il érige son chai au cœur d’une ancienne carrière. Se dotant ainsi d’un bâtiment aux trois quarts enterré offrant une température et une hygrométrie parfaitement adaptées à l’élevage du vin. Une première distinction, une médaille d’or obtenue au Concours général agricole à Paris en 1988, couronne de succès sa pugnacité. Aujourd’hui, le Domaine Alain MATHIAS exporte une large partie de sa production annuelle (60 000 bouteilles) vers les Etats-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne mais aussi la Scandinavie et le Japon.

La relève est assurée depuis 2015 avec la présence de Bastien, son fils et sa belle-fille, Carole, tous deux diplômés de la formation d’œnologie de l’université de Dijon. Ensemble, ils occupent brillamment la place de major de la promotion en étant ex-aequo ! La jeune femme ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Carole persévère sur cette voie en intégrant l’Ecole supérieure de commerce de la capitale bourguignonne. Elle y décroche un précieux sésame : un diplôme spécialisé dans le commerce de vins et spiritueux à l’international. Pendant ce temps, Bastien enrichit ses expériences en travaillant sur le secteur de Beaune auprès de la fine fleur de la filière.

Une fois intégré au sein du giron familial, le jeune couple développe une activité de négociant-vinificateur. La structure se nomme tout bonnement la Maison MATHIAS. Aujourd’hui, le domaine Alain MATHIAS et la Maison MATHIAS travaillent en totale connivence puisque tous les vins sont vinifiés et commercialisés par la même équipe.

Avec un taux de pénétration de près de 50 % obtenu en Bourgogne Franche-Comté (41 % au niveau national), l’établissement bancaire confirme son rang de premier établissement financier qui agit auprès des PME. Cette statistique devrait évoluer à la hausse au fil des prochains mois grâce au lancement, fin juin, de « BFC Croissance et Innovation », un nouvel accélérateur de projets destiné à booster les start-up déjà existantes ou celles en phase d’amorçage…

AUXERRE : La Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté accroît son engagement au service des PME du territoire. Et plus particulièrement, des start-up qu’elle souhaite accompagner dans les projets de croissance, de développement et de transmission d’entreprise.

Grâce à sa filiale, « BFC Croissance », devenue entre-temps « BFC Croissance et Innovation », l’établissement bancaire régional veut s’inscrire dans l’action dès qu’il s’agit d’accélérer le développement et la capacité novatrice des entreprises du territoire.

Trois leviers d’engagement ont ainsi été définis à travers ce mode opératoire, considéré comme un véritable véhicule d’investissement : une nouvelle structuration de ses interventions, un accompagnement prioritaire des start-up et des entreprises innovantes, enfin, le renforcement des compétences de ses équipes.

La nouveauté de ce programme d’aide au développement réside dans les interventions proposées dès la phase d’amorçage des projets de la start-up. Grâce au capital-risque amorçage, la Banque Populaire se positionne presque en amont de la création d’une entreprise. Seconde intervention possible : la mise en place du capital-transmission qui s’active dans le cadre d’une reprise d’entreprise mais aussi au cours de sa réorganisation capitalistique ou lors d’une optimisation du patrimoine du dirigeant. Troisième hypothèse : le capital-développement en intervenant dans le haut de bilan (renforcement de la structure financière de la société, croissance interne-R&D, BFR, recrutements…, et croissance externe).

Pas de spécificités sectorielles au plan stratégique…

Responsable de la cellule entreprise de la Banque Populaire BFC dans l’Yonne, Jean-Philippe BEZIN le confirme : l’accompagnement concernera tous secteurs professionnels sans exception. « Notre intervention n’a pas pour objectif de s’immiscer dans la gestion de la start-up, précise-t-il, mais d’agir en toute transparence avec son dirigeant qui en sera le pilote… ».

Proposant un réseau de partenaires (financier, dirigeants d’entreprise…), la banque matérialisera son soutien en injectant une enveloppe de 15 millions d’euros dès la première année. La somme évoluera par la suite si le succès est au rendez-vous ce dont on ne peut douter. Cette aide se cumulera avec celle d’autres acteurs dans l’accompagnement aux entreprises à l’instar de la BPI France ou de business angels.

La Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté s’appuie sur une équipe d’experts spécialisés en matière d’investissement qui disposeront de toute la latitude pour prendre les décisions. Elle épaulera les six professionnels de la filiale « BFC Croissance et Innovation », basés aux sièges de Besançon et de Dijon. Côté valeurs, le mot d’ordre s’articulera sur le respect de certains principes orientés autour de la confidentialité, la proximité, la confiance, l’engagement, la durée (l’horizon de sortie en capital est de sept ans) ou la réactivité (avec l’implication d’acteurs régionaux qui décident très vite).

Depuis le lancement du concept, deux à trois contacts officiels ont déjà été initiés dans l’Yonne. L’idéal, selon Jean-Philippe BEZIN, serait d’analyser autant de dossiers par mois. La concrétisation d’une demi-douzaine de projets représente l’objectif à atteindre en rythme de croisière annuel.

Le réseau leader de l’équipement et de la prestation de santé à domicile en France, créé en 1993 sous une autre dénomination, s’est rapproché de PLATINA EQUITY SOLUTIONS. Cette structure gère le programme d’investissement en private equity de family offices européens, dont le capital est confié par d’anciens entrepreneurs. En prenant une participation majoritaire au sein de CAP VITAL SANTE, PLATINA EQUITY SOLUTIONS investit aux côtés du fondateur de l’entreprise, Régis NAULIN, et du management de cette société à la tête d’un réseau de 250 vitrines commerciales spécialisées dans la vente et la location de matériel médical à destination des personnes âgées et des handicapées, adhérentes à ce réseau.

NITRY : Disposant d’une couverture nationale qui lui permet de générer un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros, CAP VITAL SANTE est en croissance soutenue depuis sa création. La société de tête du réseau, dans laquelle PLATINA EQUITY SOLUTIONS investit, fournit des prestations de services à ses adhérents : marque, négociations avec les fournisseurs, informatique, formation, assistance commerciale, publicité, communication et logistique.

Par cette opération, PLATINA EQUITY SOLUTIONS se positionne sur un marché stratégique, dans lequel son équipe avait déjà étudiée plusieurs opportunités au cours de ces trois dernières années. L’objectif de cet investissement est de donner à la société CAP VITAL SANTE les moyens nécessaires pour financer son développement, notamment en apportant davantage de services à valeur ajoutée aux magasins adhérents et en optimisant le réseau.

Un acteur incontournable du secteur du maintien à domicile et des personnes âgées en France…

Intervenants sur l’opération pour PLATINA EQUITY SOLUTIONS, Charles DUBAR et Christophe GICQUEL expliquent : « Le marché du maintien à domicile profite de bons « drivers » sociétaux et économiques, liés au vieillissement de la population et au souhait des seniors de vieillir à domicile. Le secteur, encore aujourd’hui essentiellement composé de magasins indépendants, va être amené à davantage se concentrer et se professionnaliser dans les prochaines années. Nous sommes convaincus que CAP VITAL SANTE, compte tenu de sa taille et de la qualité de son réseau, est d’ores et déjà très bien positionné pour tirer profit de la croissance et des évolutions de son marché… ».

PLATINA EQUITY SOLUTIONS met en œuvre des solutions sur mesure, souvent pour des durées plus longues que celles des fonds traditionnels en apportant des fonds propres à des entrepreneurs et à des managers qui portent une vision innovante de leur activité et un plan d’action pour conduire les changements. L’entité peut ainsi investir dans des opérations de transformation atypiques : consolidation sectorielle, réorganisation financière et/ou opérationnelle, financement de nouvelles initiatives, capital développement, simplification de tour de table, transmission en plusieurs étapes.

PLATINA EQUITY SOLUTIONS est mandatée pour investir et gérer activement un montant global de capitaux de 150 millions d’euros dans des opérations requérant un investissement unitaire en fonds propres ou quasi fonds-propres allant jusqu’à 30 millions d’euros.

Une étape clé dans le développement de CAP VITAL SANTE…

Gérant-fondateur de CAP VITAL SANTE, Régis NAULIN a réagi à cette prise de participation. « Cette opération est fondamentale pour le développement de notre structure. Notre société recherchait un partenaire financier pour l’accompagner dans sa structuration et son expansion. PLATINA EQUITY SOLUTIONS est particulièrement adaptée à notre projet par leur connaissance du secteur, par la souplesse de leur intervention en termes de durée d’investissement, comme par leur expérience de l’accompagnement et de la structuration de PME en forte croissance… ».

L’un des objectifs avoués de CAP VITAL SANTE est justement de positionner ce réseau comme une entité extrêmement professionnelle, tout autant que citoyenne. « Elle ne doit plus être reconnue uniquement sous un label purement commercial, ajoute Régis NAULIN. Il s’agit pour nous de continuer de renforcer cet esprit de citoyenneté et de solidarité qui lui est propre, via des partenariats avec les associations préoccupées par la situation des personnes handicapées en France, notamment des seniors. Nous continuons très régulièrement de faire monter l’expertise de nos équipes sur le terrain afin que la notion d’offre globale ne soit justement pas qu’une simple notion ! ».

Pour mémoire, la plateforme nationale de CAP VITAL SANTE à Nitry a réalisé 8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017 et a connu une progression de 15,17 % par rapport à l’année antérieure. Trente-deux personnes y exercent leur savoir-faire professionnel. Deux nouveaux collaborateurs ont rejoint l’équipe l’année dernière…

Bénéficiant d’un accompagnement individuel ou d’une formation avec la Chambre d’agriculture de l’Yonne, les professionnels du monde agricole ayant opté pour la télédéclaration PAC 2018 ont déposé plus de 3 200 dossiers auprès des services de l’Etat cette année. Comme la saison dernière, la Chambre consulaire a proposé des formules clés en main aux agriculteurs. 20 % d’entre eux ont pu profiter de cycle formatif, voire d’une aide directe et personnalisée…

AUXERRE : Etre accompagné par les services de la Chambre d’agriculture dans le cadre de la déclaration de la PAC (Politique agricole commune) devient chose courante désormais parmi les professionnels des milieux agricoles icaunais.

44 % d’entre eux sollicitent leur organisme partenaire pour remédier à cette étape importante dans la vie de leur exploitation. Source de stress si elle n’est pas bien exécutée, cette formalité peut très vite tourner au cauchemar si les éléments informatifs sont mal remplis dans les cases de cet imposant dossier. En outre, est venu se greffer cette année un certain nombre de nouveautés dans la règlementation telle que le zéro phyto sur les SIE et la période de présence obligatoire départementale inter-cultures SIE (Surfaces d’intérêt écologique).

En quête de simplification et de sécurité…

596 exploitants de l’Yonne ont fait appel aux équipes de la Chambre d’agriculture pilotées par Sandra MARTINET, responsable de la cellule PAC dans l’Yonne. Il est vrai que le rôle des conseillers du partenaire consulaire est prépondérant. Car, les agriculteurs ne possèdent pas tous les connaissances spécifiques inhérentes à la règlementation. Ainsi, la Chambre d’agriculture permet d’éviter un certain nombre d’erreurs lors de la constitution du dossier.

Comme le précise Sandra MARTINET, l’action menée par l’organe consulaire est importante : « Certains viennent pour être rassurés sur leurs saisies, d’autres nous confient entièrement leur télédéclaration pour gagner du temps. La déclaration, via Mes p@rcelles, simplifie les enregistrements et l’export vers TéléPAC en quelques clics. Que ce soit pour les abonnés Mes p@rcelles ou les non abonnés, la saisie de l’assolement en groupé et les outils de découpe des parcelles permettent un réel gain de temps. Ainsi, le temps moyen passé par déclaration a été de soixante minutes…».

Un nombre élevé de conversions vers l’agriculture biologique…

2018 aura été marquée par la recrudescence du nombre de demandes de reconversions en agriculture biologique. Plus de 60 dossiers ont été enregistrés par les services de la chambre de l’Yonne. Une première, dans les annales. Ce chiffre confirme l’augmentation de 28 % du nombre d’exploitations en agriculture biologique sur le territoire nord-bourguignon. Cela place l’Yonne dans les toutes premières places à l’échelle nationale en surfaces bio…

AUXERRE : Les services communication de la Chambre d’Agriculture de l’Yonne, de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et de l’assureur mutualiste GROUPAMA Paris Val de Loire de l’Yonne ont annoncé de manière conjointe la date officielle correspondant à l’inauguration de leurs nouveaux locaux.

Identifié sous le vocable de Pôle Agriculture de l’Yonne, cet ensemble de bâtiments, rénovés de manière quasi intégrale depuis plus de deux ans, servira de prétexte à la conception d’un grand raout où se retrouveront des personnalités institutionnelles, des politiques et des représentants de la vie économique à la date du 15 décembre prochain.

Le site de la rue Guynemer à Auxerre, ayant subi la rénovation conjointe de ses bâtiments, propose désormais un complexe modernisé et opérationnel depuis quelques jours au service du monde agricole et rural. Il aura nécessité plusieurs millions d’euros de travaux.

Les présidents de la Chambre d’agriculture de l’Yonne, Etienne HENRIOT, de la Mutualité Sociale Agricole, Dominique BOSSONG en charge de la caisse régionale MSA de Bourgogne, et Pascal MAUPOIS, nouvellement élu à la tête de la Fédération départementale de l’Yonne pour le compte de GROUPAMA Paris Val de Loire, ont cosigné l’invitation. Celle-ci a été adressée à de multiples invités qui ne manqueront pas d’assister à l’un des ultimes événementiels marquant de l’année 2018…

Page 1 sur 46
Bannière droite accueil