Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

La Journée mondiale consacrée au diabète se déroulera le 14 novembre. Deux jours auparavant, le bilan des Etats généraux 2017 sera rendu public lors d’une intervention à l’Assemblée nationale. La Bourgogne Franche-Comté, quant à elle, ne restera pas en retrait. Elle organise ce samedi à CHARNAY-LES-MACON son congrès annuel. Celui-ci devrait rassembler près de trois cents adhérents issus des comités départementaux de ce territoire. Plus que jamais, la menace sournoise qui plane avec les effets pernicieux de cette pathologie doit être dénoncée. Par le biais de la sensibilisation et de l’information à outrance…

CHARNAY-LES-MACON (Saône-et-Loire) : La dix-huitième opération « Vivre bien avec son diabète » n’a d’autre vocation, à l’instar des précédentes éditions, d’apporter son lot de renseignements pratiques et d’informations scientifiques utiles sur la maladie.

Alors que certains départements connaissent une forte hausse de la désertification médicale, la région Bourgogne Franche-Comté enregistre plus de 121 000 cas de malades déclarés. Or, beaucoup de personnes ne savent pas qu’ils sont diabétiques aujourd’hui. Pourtant, les programmes préventifs existent. Ceux déclinés par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), avec le concept « Sophia », en sont un juste exemple.  

L’AFD : un rôle précieux pour accompagner les malades…

Analysée au niveau de l’Hexagone, la pathologie fait des ravages. De manière insidieuse. 800 000 individus en seraient atteints sans même le savoir, faute de dépistage. La CPAM, par ailleurs, ne cesse de tirer la sonnette d’alarme depuis longtemps. Première cause de cécité et d’amputation en France, 19 milliards d’euros sont ainsi dépensés chaque année pour tenter d’en soigner les effets néfastes.

L’Association française des diabétiques (AFD) ne demeure pas silencieuse face à la hausse du nombre de cas. Elle contribue à la propagation de cette information qui concerne toutes les strates de la société. En développant un partenariat avec l’Agence régionale de Santé depuis 2017, des actions ont pu être programmées à travers le territoire, sous le sceau de la communication et de la prévention.

Tests, diffusion de documents, accompagnement des familles, défense des intérêts des malades…, l’AFD Bourgogne Franche-Comté, présidée de manière intérimaire par Philippe RACLET, jusqu’au prochain conseil d’administration prévu au printemps 2019, profite de ces rendez-vous grand public pour informer.

milieu articles

De l’éclectisme et de la réflexion durant ce congrès

Ce 10 novembre, en Saône-et-Loire, et sous l’impulsion de la structure départementale dirigée par Martine SIGNORET, quatre conférences médicales de belle envergure s’égrèneront durant la journée. Animée par le président du Conseil territorial de santé, Rémi REBEYROTTE, député de la troisième circonscription de Saône-et-Loire, l’intervention abordera le quotidien de l’institution médicale et le parcours diabète mis en place par l’Agence régionale de santé. La Bourgogne Franche-Comté demeure à ce jour le seul territoire à l’avoir adopté.

Une seconde conférence, présentée par un diabétologue hospitalier, mettra l’accent sur les innovations en termes de traitement via l’emploi de l’insuline et du matériel adéquat (pompes, capteurs, etc.). La chirurgie vasculaire, traduisant les complications du diabétique, sera le terreau du troisième volet de ces rendez-vous avec le public. L’ultime séance explicative se rapportera aux affections bucco-dentaires.

De nombreux ateliers, tenus par des praticiens (podologues, diététiciens, nutritionnistes, éducateurs sportifs…) fonctionneront en parallèle de ces conférences. Signalons la présence du camion de dépistage de la rétinopathie qui suit depuis seize ans la manifestation régionale.

Enfin, les partenaires des services et des milieux industriels de la santé occuperont des stands favorisant l’échange de savoir et de démonstrations.

Profitant de l’affiche footballistique de Ligue 2 qui opposera l’AJ Auxerre aux Chamois Niortais, le distributeur indépendant de matériels d’équipement destinés aux professionnels de l’artisanat et du bâtiment proposera une table ronde sur les évolutions techniques de la couverture et de l’isolation. Celle-ci sera accueillie dans les salons d’honneurs ce vendredi à l’Abbé Deschamps. Il y sera question d’un secteur d’activité en pleine effervescence grâce aux nouveaux produits qui inondent depuis quelques mois les vitrines commerciales de BIGMAT GOURMAND…

AUXERRE : Laine de roche, tuiles à fortes potentialités de résistance thermique, laine de verre, fenêtres de toit. C’est tout un ensemble de nouveaux produits, affectés au domaine de la couverture et à l’isolation, qui seront mis en vedette lors de cet évènementiel concocté par BIGMAT GOURMAND. L’enseigne, spécialiste de la distribution d’équipements destinés aux artisans de la construction et de la rénovation, réitère une expérience de communication directe qu’elle avait déjà menée à pareille époque l’année dernière, avec brio, auprès de ses partenaires et de sa clientèle.

Pour cette seconde édition, organisée sous un mode opératoire similaire à 2017, avec la complicité logistique de l’AJ Auxerre, la direction commerciale de BIGMAT GOURMAND a jeté son dévolu thématique sur le marché de la couverture et de l’isolation. Un sujet dont on ne parle pas souvent malgré les innombrables apports techniques offerts par ce secteur.

milieu articles

Une kyrielle de spécialistes de la couverture et de l’isolation…

Directeur de la fonction commerciale et des achats chez BIGMAT GOURMAND, Lionel MION aura le plaisir de poser les jalons introductifs de cette soirée. En présentant les différentes enseignes, assorties à la réussite de ce rendez-vous.

Découpée en trois parties, la manifestation fera la part belle aux tuiliers, aux références de l’isolation et à ceux de la couverture. Une segmentation affinée qui prend toute sa dimension sur ce secteur d’activité malgré sa complémentarité.

Les sociétés participantes à cette séance d’échanges constructifs seront les suivantes : SIPLAST, spécialiste étanchéité toits et terrasses, TERREAL, tuilerie, KORAMIC, marque de la tuilerie WINERBERGER qui préside à la destinée de la fameuse structure de l’Yonne, ALEONARD, MONIER tuilerie, IMERYS, ROTO FRANK, fenêtre de toits, ISO 2000 qui évoquera les caractéristiques d’un produit multi couche thermo-réflecteur, ISOVER, isolation laine de verre, ISONAT, isolation à base de laine de bois et ROCKWOOL, isolation à base laine de roche.

Un plateau débat auquel les partenaires du distributeur auxerrois seront conviés à poser toutes les questions qui leur passent par la tête.

 

 

 

Promouvoir la transition énergétique vers les territoires urbains mais aussi ruraux, par le prisme de la mobilité électrique, intègre les priorités absolues du délégué régional du groupe EDF en Bourgogne Franche-Comté. Au cours d’une conférence de presse, tenue sur le circuit de Dijon PRENOIS où se déroulait une importante manifestation vantant les qualités émérites des nouveaux véhicules, Yves CHEVILLON a démontré, exemples à l’appui, que ce futur n’était pas aussi éloigné de nous et qu’il devient tangible dans notre présent…

DIJON PRENOIS (Côte d’Or) : « Rien ne vaut la démonstration que par la pratique... ». L’épilogue de la récente conférence de presse tenue par le responsable du groupe EDF en Bourgogne Franche-Comté, Yves CHEVILLON, se sera vérifié à bien des égards sur l’asphalte du circuit de Côte d’Or. En invitant une quinzaine de concessionnaires automobiles à cette présentation, l’opérateur énergétique a voulu prendre date avec les enjeux fondamentaux de la mobilité électrique.

Alors que l’envolée des carburants issus des produits fossiles atteint des sommets à la pompe, plus que jamais, nous sommes dans l’obligation de repenser nos méthodes et moyens de transport. Ceci dans un laps de temps qui est très court.

« En préparant cet évènement avec l’ensemble de nos partenaires, précise Yves CHEVILLON, nous avons réalisé combien cette mobilité devient un véritable sujet de société, dans un contexte de réchauffement climatique et de nécessité impérative de réduire nos rejets de gaz à effet de serre… ».

Commentant le dernier rapport du GIEC qui illustre clairement cette situation, devenue inéluctable, Yves CHEVILLON se veut prophétique : « on ne pourra dire que nous n’étions pas prévenus : c’est dès aujourd’hui qu’il est nécessaire d’édifier un monde bas carbone… ».

Les experts du climat des Nations Unies se montrent très alarmistes. Le réchauffement climatique se produit à un rythme plus rapide que prévu ; entraînant déjà de très lourdes conséquences sur les écosystèmes.

 Etre le moteur de la troisième transition énergétique…

 La lutte contre les effets du réchauffement climatique passe par le développement d’une économie résolument hors carbone.

« Dans ce contexte, ajoute Yves CHEVILLON, EDF exploite et soutient un mix de production énergétique bas carbone tout en encourageant les solutions qui contribuent à préserver l’environnement. En Bourgogne Franche-Comté, EDF produit une électricité 100 % renouvelable, à partir d’hydraulique, de solaire, d’éolien et de biomasse ».

Le Plan mobilité électrique groupe annoncé le 10 octobre à Paris traduit la volonté d’accélérer du futur leader énergétique.

« Aujourd’hui, toutes les conditions sont requises pour que la mobilité électrique progresse dans nos territoires, précise le dirigeant du groupe EDF, la prise de conscience n’a rien de virtuelle. Le secteur du transport va connaître par le biais de la mobilité électrique une croissance soutenue au cours de ces prochaines années. L’électricité « décarbonée » représente la solution d’avenir pour des transports propres. Avec un mix énergétique à 87 % sans CO2, au niveau national, gageons que le groupe EDF a bien un rôle majeur à jouer dans cette partition… ».

milieu articles

Les territoires ruraux ne sont pas oubliés…

Puis, Yves CHEVILLON a cité deux exemples d’accompagnement de son groupe sur le territoire régional. Car, devait-il préciser, « en matière de mobilité, les territoires ruraux possèdent leurs spécificités, leurs besoins particuliers et aussi des opportunités qu’il est nécessaire de comprendre et auxquels il faut répondre… ».

C’est le cas de la Communauté de communes du Grand Autunois Morvan.

« Cette dernière a réalisé, il y a deux ans, une étude de ses besoins globaux en mobilité. A l’issue de cette étude, elle a commandé à EDF une étude sur la mobilité électrique et les besoins d’infrastructures de charge adaptées à ce territoire, à horizon 2030. EDF a ensuite identifié un potentiel de véhicules électriques sur le territoire ainsi qu’un nombre d’infrastructures et des propositions d’emplacements  sur le domaine public. On en est aujourd’hui à la réalisation concrète de ce projet,  avec des solutions de mises en place de bornes de recharge, notamment sur un projet d’ombrières associées à des bornes de recharges, situées sur les cinq zones d’activités de la communauté de communes… ».

Autre exemple : il s’agit de l’accompagnement de la Communauté de communes Loire, Vignobles et Nohain (dans la région de Cosne sur Loire) pour répondre à un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) « French Mobility », initié par l’ADEME.

« L’organisme institutionnel a été lauréat de cet appel à projets en septembre, explique Yves CHEVILLON, dans la foulée, et en partenariat avec lui, nous avons écrit le cahier des charges d’une étude des besoins de mobilité, afin de faire émerger les usages et d’expérimenter des solutions de mobilité ».

Le président de cette communauté de communes, Thierry FLANDIN, s’exprimera un peu plus tard lors d’un plateau conférence à propos de cette expérimentation.

Enfin, le délégué régional du groupe précisa qu’EDF avait également réalisé une étude approfondie dans l’accompagnement du Grand Dijon. « Les résultats de cette étude ont été présentés en avril dernier dans l’objectif d’aider la collectivité dans sa réflexion… ».

Pour conclure, Yves CHEVILLON fit référence au concept « CORRO-DOR », le réseau de bornes de recharge rapide, dont SODETREL (devenue entre-temps IZIVIA) est propriétaire et exploitant. La filiale 100 % EDF exploite ce réseau sur les autoroutes avec la présence de deux cents bornes de charge rapides en France, à raison d’une unité tous les quatre-vingts kilomètres en moyenne. Elle prévoit l’implantation de trois cents bornes supplémentaires. Une vingtaine de ces appareils de recharge sont opérationnels en Bourgogne Franche-Comté.

 

Vice-présidente en charge de la transition écologique et de l’environnement à la Région Bourgogne Franche-Comté, Frédérique COLAS possède aussi une appétence en matière de développement culturel sur son territoire de prédilection, le département de l’Yonne. L’élue régionale a réagi à la nouvelle carte de visite obtenue par le théâtre d’Auxerre : « scène conventionnée d’intérêt national »…

AUXERRE : « Je souhaite une longue vie à cette magnifique scène théâtrale de l’Yonne… ». Par ses propos, prononcés au terme de la cérémonie mettant en exergue le contenu de la convention entre les pouvoirs publics et le théâtre auxerrois, Frédérique COLAS  a voulu féliciter le travail quotidien fourni par les équipes de Pierre KECHKEGUIAN, directeur du théâtre auxerrois, en faveur de la culture.

Vecteur du vivre ensemble, la discipline culturelle représente une question fondamentale depuis les années 1950 dans notre pays. D’où l’émergence de moult conventionnements et labellisations qui se sont répandus.

« Je constate, devait poursuivre l’élue de Bourgogne Franche-Comté, que l’activité théâtre gagne en puissance sur notre territoire. Avec désormais, cinq scènes conventionnées d’intérêt national qui y sont reconnues… ».

milieu articles

La culture représente 17 % du budget de la Bourgogne Franche-Comté

Représentant un budget de 17 % de l’enveloppe globale de la Région, la culture demeure l’une des priorités majeures de l’organe institutionnel.

« C’est un levier de cohésion légitime entre toutes les composantes de notre population, affirma Frédérique COLAS. Aujourd’hui, nous favorisons l’accueil et le développement des compagnies artistiques régionales. Cette forme d’expression artistique doit s’ouvrir davantage aux scolaires mais aussi à l’ensemble de nos concitoyens. Le théâtre n’est plus un lieu culturel réservé uniquement à une élite intellectuelle… ».

Dans l’Yonne, comme devait le rappeler l’élue, la Région demeure un partenaire efficient à l’organisation de grands évènements culturels comme le festival annuel CATALPA.

 

Le dirigeant du groupe SCHIEVER et président de l’antenne icaunaise du réseau Entreprendre Bourgogne s’est livré à un exercice oratoire des plus stimulants pour accueillir les représentants de 32 entités influentes de l’Yonne lors du second Dîner des réseaux, organisé par son organisme à Auxerre…

AUXERRE : « Nous sommes tous des acteurs impliqués de l’économie et vous êtes avant tout des entrepreneurs investis de cette mission de représentativité parmi les sphères influentes de notre environnement… ».

Avec sa faconde coutumière et son parlé vrai, Vincent PICQ, responsable du réseau Entreprendre Bourgogne dans le département de l’Yonne, toujours assorti de son célèbre nœud papillon, s’est fendu d’une intervention orale comme il en a le secret à l’occasion des retrouvailles des participants du second Dîner des Réseaux.

Un parterre d’invités très attentif aux propos de ce chef d’entreprise responsable qui a pris soin il y a trois ans d’étendre sur son territoire de prédilection l’influence de ce réseau Entreprendre Bourgogne, connu et reconnu de tous aujourd’hui.

Arguant des principes vertueux du bénévolat, le critère d’excellence qui fait avancer ce réseau associatif vers ses objectifs et ambitions, l’entrepreneur bourguignon se montra très satisfait de ce rassemblement d’un soir, initiateur de partages fructueux et d’échanges fournis dans une parfaite convivialité.

Rejoint par Arnaud GRAVEL, nouvel encadrant emblématique de la structure (ce dernier s’est substitué avec intelligence et subtilité à l’inusable André RENARD qui est parti depuis sous les cieux constructifs de l’entrepreneuriat), Vincent PICQ a dressé un tableau plutôt flatteur de l’association.

milieu articles

Création, reprise et  développement : les thèmes d’interventions du réseau…

2018 fut en soi une année record pour Entreprendre Bourgogne. Même s’il est un peu prématuré de l’évoquer déjà au passé ! Vingt-quatre lauréats ont été plébiscités et soutenus par la structure très attentive à leurs besoins. Soit un équivalent de plus de 150 emplois, créés ou préservés.

Ce réseau, consensuel avec tous les acteurs de l’économie, agit en faveur de la création et la reprise d’entreprise. Mais, cette année, il a ajouté une nouvelle corde d’expertise à son arc : le développement des sociétés.

Une valeur ajoutée, passionnante et légitime, qui offre ainsi de nouvelles perspectives d’évolution à brève échéance pour ce réseau, très bien positionné à l’international, sur trois des cinq continents de la planète.  

« Mais, il n’est pas encore introduit aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, comme le signifiait avec un large sourire Arnaud GRAVEL, expliquant les attendus du récent Congrès de Bruxelles où se pressaient 1 300 participants.

Dernièrement, Entreprendre Bourgogne s’est attaché les services d’un chargé de mission régional. Celui-ci aura pour tâches de coordonner l’accompagnement des entreprises bénéficiaires de la bienveillance du réseau.

Page 1 sur 63
Bannière droite accueil