Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Lycée Saint-Joseph de la Salle
chambre des métiers et de l'artisanat
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Le trading algorithmique implique l'utilisation de systèmes d'IA complexes, pour prendre des décisions commerciales à des vitesses supérieures à celles de tout humain, réalisant souvent des millions de transactions par jour sans aucune intervention humaine. Les systèmes de négociation automatisés sont généralement utilisés par les grands investisseurs institutionnels.

 

TRIBUNE : Aujourd’hui, plusieurs grandes institutions financières ont investi dans des moteurs d'IA pour les aider dans leurs pratiques d'investissement. Les systèmes peuvent analyser les comportements des investisseurs (finance comportementale). Ils ont de plus la capacité d’envoyer des ordres de bourse à la nanoseconde. L’un de ses systèmes, testé grandeur nature, a fait chuter le Dow-Jones de 10 % en dix minutes… Un collectif de financier a demandé une règlementation afin de limiter la vitesse de circulation des ordres de bourse !

Les robots sont devenus courants dans de nombreuses industries et on leur attribue souvent des emplois considérés comme dangereux pour les humains. Les robots se sont révélés efficaces dans des tâches très répétitives qui peuvent conduire à des erreurs ou à des accidents en raison d'un manque de concentration et d'autres emplois que les humains peuvent trouver dégradants. En 2014, la Chine, le Japon, les États-Unis, la République de Corée et l'Allemagne représentaient ensemble 70 % du volume total des ventes de robots. Dans l'industrie automobile, secteur particulièrement automatisé, le Japon possède la plus forte densité de robots industriels au monde.

Du côté de la médecine, les réseaux de neurones artificiels sont utilisés comme systèmes de soutien à la décision clinique pour le diagnostic médical. D'autres tâches en médecine peuvent potentiellement être réalisées par intelligence artificielle et qui commencent à être développées comprennent : interprétation assistée par ordinateur d'images médicales, analyse du son du cœur, robots compagnons pour les soins aux personnes âgées, concevoir des plans de traitement, création de médicaments… Des robots accompagnent l’homme dans le cadre d’opérations chirurgicales : on peut noter le cerveau dans les applications, et aussi des possibilités d’interventions dans des contrées particulièrement isolées !

 

L’emploi de l’IA y compris dans la guerre

 

La division des opérations aériennes américaine (AOD) utilise l'IA pour les systèmes experts basés sur des règles. L'AOD utilise l'intelligence artificielle comme un opérateur de substitution pour les simulateurs de combat et d'entraînement, les aides à la gestion de mission, les systèmes de soutien à la prise de décision tactique et le post-traitement des données du simulateur en résumés symboliques.

La Chine et les États-Unis ne se sont pas engagés à bannir les armes autonomes létales. Dans le domaine des équipements militaires, cette technologie pourrait constituer la troisième révolution majeure, après l’invention de la poudre à canon et de la bombe atomique. Robots, drones, torpilles… grâce à des technologies allant de la vision informatique à des capteurs sophistiqués, toutes sortes d’armes peuvent être transformées en systèmes autonomes, régis par des algorithmes d’IA. Ces systèmes d’armes létales autonomes sont aussi surnommés « robots tueurs », une formule qui évoque des androïdes tous droits tirés de la science-fiction.  Les sous-marins, bateaux et avions autonomes doivent permettre de faire de la reconnaissance, de la surveillance ou du soutien logistique dans des zones dangereuses ou éloignées. Ces véhicules, tout comme les drones, sont au cœur du programme « Replicator » lancé par le Pentagone pour contrer la Chine en termes d’effectifs et de matériel militaire, notamment dans la région Asie-Pacifique où les États-Unis essaient de regagner en puissance.

 

 

Boostés à l’IA et capables de synthétiser des montagnes de données recueillies par les satellites, radars, capteurs et services de renseignements, les logiciels tactiques servent de puissants assistants pour les états-majors.

« Le Pentagone doit comprendre que dans une guerre de l’IA, les données sont les munitions », a fait valoir Alexandre Wang, le patron de Scale AI, lors d’une audition au Congrès en juillet. « Nous disposons de la plus grande flotte de matériel militaire au monde. Elle génère 22 téraoctets de données par jour. Si nous réussissons à organiser correctement ces données pour les analyser avec l’IA, nous aurons un avantage assez insurmontable en termes d’utilisation de cette technologie à des fins militaires ». C’est clair, l’IA entre en guerre…

« L’IA ne doit pas prendre de décisions sur la manière et le moment d’utiliser une arme nucléaire, ni même être dans la boucle, a déclaré le secrétaire d’État Antony Blinken à Tokyo le 8 novembre 2023. Est-on rassuré ?

 

Même l’âge de notre mort peut se calculer !

 

L’IA c’est aussi des accompagnements pour la police, la justice, pour la gestion des ressources humaines et le recrutement, les arts visuels, la musique, les hot lignes, les jeux comme les fameux Tamagotchis. Divers outils d'intelligence artificielle sont également largement déployés dans les domaines de la sécurité intérieure, de la reconnaissance vocale et textuelle, de l'exploration de données et du filtrage du courrier indésirable par courrier électronique. Des applications sont également développées pour la reconnaissance gestuelle (compréhension de la langue des signes par les machines), la reconnaissance vocale individuelle, la reconnaissance vocale globale (provenant de diverses personnes dans une pièce bruyante), la reconnaissance faciale pour l'interprétation des émotions et les signaux non verbaux. D'autres applications sont la navigation par robot, l'évitement d'obstacles et la reconnaissance d'objets. Des applications ont vu le jour dans le secteur de la pornographie… Aux USA, une expérience liée à l’IA, a permis de prédire la date de la mort des individus. Après quatre années d’expérience, les résultats indiquent une fiabilité à hauteur de 74 % pour la réussite de la prévision. Il est précisé que les « sujets » n’ont jamais été informés de la nature de l’expérience ! On commence à voir poindre les dérives des applications de l’IA, d’autant plus que l’IA peut générer elle-même des idées d’application !   

Depuis l’expérience menée par les accélérateurs de particules (on peut dépasser sur Terre la vitesse de la lumière), nous entrons dans un monde sans limites…

 

Fin de la seconde partie

 

Jean-Paul ALLOU

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Dire qu’il n’y a que des avantages à l’utiliser à bon escient ressemble presque à s’y méprendre à une vérité de La Palice ! Que l’on soit généralistes, parents, patients ayant besoin d’être accompagnés, pharmaciens, infirmiers... : tous ne peuvent que constater les bienfaits émérites du nouvel outil, porté par le ministère de la Santé et de la Prévention : « Mon Espace Santé ». Sauf qu’à date, alors que 95 % des assurés de l’Hexagone disposent déjà d’un profil dédié, seuls 15 % ont réellement activé leur espace personnel en BFC ! Un curieux déficit qui fait l’objet d’un vaste chantier de sensibilisation et de communication auprès de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Yonne.

 

AUXERRE : Comment expliquer ce troublant décalage, à défaut cette sérieuse carence dans l’utilisation de ce nouvel outil, pourtant beaucoup plus approfondi et efficient dans ses performances que ne le fut jadis le fameux « DMP », le dossier médical personnalisé ? Manque d’informations ? Difficultés à la compréhension ? Tendance coutumière à la procrastination, chère aux Français ?!

Toujours est-il que la vulgarisation, voire la démocratisation de ce nouvel et précieux auxiliaire à l’amélioration des soins de nos concitoyens s’inscrit en lettres majuscules chez les responsables de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Yonne (CPAM) qui entendent bien mettre les bouchées doubles en cet an de grâce 2024 pour que les choses changent. De manière positive !

Une récente conférence de presse, concoctée par la direction de la communication de la grande maison l’a attestée, démonstration à l’appui : « Mon Espace Santé » - ce fameux outil numérique que 95 % des assurés hexagonaux possèdent à date – représente une magnifique opportunité de reprendre la main sur sa santé, aux côtés des praticiens et autres professionnels de la filière.

Oui mais voilà, aujourd’hui, ils ne sont que 15 % des habitants assurés de notre contrée, à titre d’exemple, à avoir activé l’outil, un sésame dont on ne peut manifestement plus se passer une fois l’avoir essayé !

 

Un appel solennel aux assurés pour activer leur Espace Santé

 

Le message direct et subliminal de la CPAM de l’Yonne – à l’instar de ses homologues départementaux du reste de la région – est donc clair : il faut rendre actif le système afin de le pérenniser et de l’utiliser.

D’autant que la Bourgogne Franche-Comté est loin d’être ridicule dans l’approche basique de ce concept. Six millions de documents ont déjà été enregistrés par les professionnels de santé sur cet espace, digne héritier et complément du DMP. Ordonnances, résultats d’examens et d’analyses, comptes rendus de radiologie,… : autant d’éléments factuels qui constituent aujourd’hui une importante base informative, consultable si l’assuré le désire par les professionnels des soins via la magie de l’informatique.

Mobilisés pour aller encore plus loin et faire en sorte que ce concept s’harmonise sur notre territoire vers le plus grand nombre de ses habitants, la CPAM, l’Agence régionale de Santé (ARS) et le GRADES (groupement régional d’appui au développement de l’e-santé) lancent un appel solennel à l’ensemble de la patientèle bourguignonne et franc-comtoise à franchir le Rubicon en activant d’un simple clic leur espace personnel !

D’autant que les fonctionnalités proposées par la plateforme témoignent de son  utilité. En parcourant et en alimentant lui-même cet espace sanitaire personnalisé et en le transmettant aux praticiens et aux acteurs de la filière, l’assuré gagne ainsi un précieux temps dans la transmission de ces données médicales, on imagine aisément le degré d’urgence, parfois.

« C’est simple, insiste Thierry GALISOT, directeur adjoint de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Yonne, les patients peuvent consulter, ajouter, organiser leurs documents et informations de santé comme ils le souhaitent, pour ne plus les perdre et les partager avec les professionnels de santé de leur choix et en toute confidentialité… ».

Vu sous cet angle, on n’a toujours du mal à saisir le fait que si peu d’assurés aient validé leur dossier !   

 

Déjà de nouvelles fonctionnalités sont envisagées en 2024…

 

Chez les médecins, l’apport de cet espace est vu d’un très bon œil. Financée dans le cadre du Ségur du numérique, la mise à jour du contenu informatif est fournie aujourd’hui par un praticien sur deux, en règle générale. Cocorico : la Bourgogne Franche-Comté s’en tire plutôt bien, au niveau des statistiques, puisque 60 % des généralistes ont alimenté de leurs renseignements précieux le dossier médical de leur patientèle.

Quant aux informations recueillies, non seulement elles bénéficient d’une sécurisation du système mais en outre, elles permettent de compléter le profil médical (allergies, traitements, contre-indications, poids, taille, groupe sanguin, tension, glycémie…) et de désigner une personne de confiance à prévenir en cas d’urgence.

En sus, il existe également un catalogue de services et d’applications de santé référencé par les services publics. Le concept est même déclinable sur smartphone via une application ad hoc !

Des aides – c’est toujours salvateur pour pouvoir utiliser ces outils numériques ! – sont disponibles avec des questions/réponses sur le site monespacesante.fr, une assistance téléphonique gratuite en composant le 3422 où des conseillers assurent la maintenance du dispositif du lundi au vendredi en journée ou, on n’arrête pas le progrès technologique, via des « tutos vidéo » pour apprendre à activer son espace personnel tout en découvrant l’ensemble des fonctionnalités majeures proposées.

 

 

De nouvelles perspectives se développeront dans les mois à venir. A savoir l’agenda de santé, qui permettra de centraliser en un seul endroit les rendez-vous médicaux et de les partager simplement mais en toute sécurité avec les professionnels de santé. Il est prévu de recevoir à terme des rappels se rapportant à la vaccination et aux dépistages. Notons aussi que la personnalisation sera plus affinée, selon les différentes étapes de la vie, notamment avec le volet des nouveau-nés et des enfants.

Précisions qui revêtent d’une grande importance : hormis les professionnels de santé qui y sont autorisés par la loi et les textes réglementaires, nulle autre personne n’a accès aux données portées dans cet espace personnel du patient. Ni l’Assurance maladie, ni les mutuelles. Toujours sous le sceau du respect du secret médical.

Bon, c’est simple : après une telle démonstration, il ne reste plus qu’à y souscrire de ce pas !

C’est facile, c’est gratuit et ça peut rapporter gros, surtout dans le cadre de ses propres consultations ou interventions médicales. Ne dit-on pas que la santé n’a pas de prix !

 

En savoir plus :

Le site monespacesante.fr ou l’application mobile sont consultables.

Le numéro de téléphone 3422 (service gratuit et prix d’un appel) fonctionne de 08h30 à 17h30 du lundi au vendredi. Pour les personnes sourdes et malentendantes, les conseillers sont joignables par une visioconférence sur la plateforme dédiée aux mêmes jours et horaires.

A voir sur You Tube les tutos vidéo pour activer son espace personnel, compléter et partager son profil médical…

Depuis 2023, tous les établissements hospitaliers privés et publics remplissent le dossier médical partagé contenu dans le cadre de l'Espace Santé Numérique. Un vrai service supplémentaire pour les assurés ! Sachant que 100 % des établissements publics/privés hospitaliers le complètent et ce sont 60 % des praticiens libéraux qui alimentent son contenu, voire certaines professions à 85 % de remplissage... 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Elle a de l’allure, la nouvelle salle de coaching de la Mission Locale de l’Auxerrois ! Le lieu a été intégralement repensé, peaufiné, amélioré afin d’offrir un espace plus accueillant, propice au développement professionnel du jeune public fréquentant le site. On y retrouve désormais une gamme complète de services personnalisés, allant de l’assistance à la rédaction d’un CV et de lettres de motivation, à des simulations d’entretiens d’embauche mais aussi à des ateliers informatiques. Cerise sur le gâteau : la conduite virtuelle y est proposée afin de mieux se préparer au code de la route.

 

AUXERRE : Ce n’est pas une pièce ordinaire. Elle y accueille le nouvel espace de coaching. Avec à la clé, l’arrivée d’un nouveau venu dans l’aventure : Habib IFIRES HAVET, en charge de ce passionnant challenge, voulu par la Mission Locale de l’Auxerrois, le développement du coach emploi.

Le garçon y animera des séances de travail personnalisées. Axant ses interventions autour de thématiques cruciales, indispensables à l’insertion dans la vie active. Un coach devant guider pas à pas ses ouailles à se sentir bien, au maximum de leurs capacités.

« Notre salle de coaching est équipée pour permettre de travailler au rythme de chacun, d’explorer toutes les options, et utiliser nos ressources en toute autonomie, tout en ayant accès à un soutien personnalisé au besoin, explique-t-il, en outre, il y a des ateliers innovants pour booster votre employabilité ! En plus du coaching individuel, la Mission Locale de l’Auxerrois propose une gamme variée d'ateliers conçus pour renforcer vos compétences… ».

 

Un simulateur de conduite et la réalité virtuelle en appui…

 

Outre l’usage efficient des outils informatiques, la Mission Locale de l’Auxerrois met à disposition de son public un simulateur de conduite innovant. Apprendre à se préparer à l’examen du code de la route est une plus-value indéniable. C’est Christopher DELORT qui en aura la maîtrise au sein de l’entité auxerroise. Mais, ce n’est pas tout. La découverte des métiers à partir d’un casque de réalité virtuelle enrichit considérablement le parcours de découverte avant l’insertion professionnelle.

Cette combinaison révolutionnaire transporte au cœur des différents univers professionnels, offrant une immersion complète dans une variété de métiers. C'est une façon unique et interactive de découvrir les professions, de comprendre leur quotidien et les compétences requises, aidant ainsi à mieux orienter le choix de carrière en fonction des affinités et compétences.

Précisons que chaque vendredi, la Mission Locale de l’Auxerrois organise des visites exclusives d'entreprises, de centres de formation et d'autres établissements clés. Ces excursions sont une opportunité de découvrir des environnements professionnels et de nouer des contacts dans le secteur corporatiste visité.

 

 

En savoir plus :

 

La Mission Locale de l’Auxerrois

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par téléphone au 09 70 19 89 89

 

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il y pense très sérieusement, le responsable de la radio icaunaise. Recruter un technicien à mi-temps pour assurer le développement de la fréquence sur l’Auxerrois ? Pourquoi pas ! D’autant que l’auditoire, fidèle à la programmation très éclectique de RNB (Radio Nord Bourgogne), s’accroît chaque jour un peu plus, d’année en année. La refonte du site numérique de la station devrait permettre à celle-ci d’ancrer davantage sa présence sur le territoire. De quoi satisfaire pleinement Alain DEBENNE, aux commandes de la structure associative depuis…1988 !

 

PONT-SUR-YONNE : Il vient de fêter avec satisfaction les trente-quatre années de présence de la station radiophonique dans le paysage médiatique départemental, Alain DEBENNE. Diffusés via deux fréquences (pour mémoire, 97.2 à Sens et 99.9 à Auxerre), les programmes de RNB (Radio Nord Bourgogne) distillent en 24/24 et sept jours sur sept, informations et rendez-vous musicaux, fort appréciés de son auditoire. Des fidèles d’entre les fidèles qui suivent avec réel bonheur l’évolution de ce média dont le slogan se veut d’une simplicité extrême en termes de message mais qui semble faire mouche : « un max de hits » !

Avec son logo aux couleurs vives, chaudes et chatoyantes reconnaissable de tous – une déclinaison chromatique pas mal ficelée qui s’inspire de jaune, d’orange et de rouge -, RNB dont la structure juridique repose sur les principes de la loi de 1901, propre à toutes les associations qui se respectent, continue son petit bonhomme de chemin dans le paysage radiophonique départemental, fort de plusieurs représentants dignes de cette appellation.

On aurait tort de croire au vu de la signification de son acronyme – RNB égal Radio Nord Bourgogne – que le média audio ne rayonne pas au-delà de ses frontières naturelles. Même si le siège de l’entité est accueilli dans les locaux de la mairie de Pont-sur-Yonne, chère à Grégory DORTE, RNB diffuse ses programmes dans un périmètre nettement plus large. Sur l’ensemble de l’Yonne, voire chez nos voisins du Loiret, de l’Aube et de la Seine-et-Marne. Et même de plus loin comme la Nièvre et la Côte d’Or.

 

Un site totalement refondé opérationnel depuis décembre…

 

Plus de trois décennies après avoir été portée sur les fonts baptismaux de la création, Radio Nord Bourgogne ne cesse d’innover et de se doter des outils nécessaires à la promotion de son essor.

Dernier accessit en date ? Le relooking de son site Internet. Indispensable pour présenter à tout un chacun la diversité de sa programmation musicale, les annonces commerciales de ses partenaires, le contenu informatif de ses points relais d’actualité, son agenda et calendrier de manifestations associatives.

« J’ai sollicité Jérôme CASSEGRAIN de CREATIVE COCKTAIL – tiens, tiens, voilà une figure connue et reconnue dans le landerneau de la créativité graphique puisque webmaster et hébergeur de votre site d’information préféré, le nôtre ! – pour qu’il me rénove de A à Z le site existant, devenu obsolète, s’en explique Alain DEBENNE, pianotant les touches de sa console de mixage, le résultat est probant et j’invite les auditeurs à le découvrir… ».

Une stratégie de communication qui augure de la volonté du patron de la station – il travaille aussi en famille aux côtés de son fils, Hugo – d’étendre son champ d’action plus loin encore, en touchant de nouveaux auditeurs via le canal numérique. Y compris au plan sectoriel puisque l’Auxerrois intègre également le cœur de cible à privilégier à l’avenir pour le responsable de la station septentrionale. Un poste de technicien pourrait y créer, à mi-temps, dès l’année prochaine selon les opportunités.

Il est vrai que tout un pan de la jeune génération n’écoute plus la radio que par le prisme des ordinateurs et du multimédia. Nécessité, fait donc loi dans la vision pragmatique d’Alain DEBENNE.

Fonctionnel depuis début décembre, le nouveau site recueille déjà des suffrages positifs en termes de commentaires des fans de la première heure. Etre le trait d’union informationnel entre les collectivités, les associations et les habitants de l’Yonne alimente le moteur de cette antenne qui puise ses ressources musicales dans un mix, finement ciselé, de morceaux dans le vent, entre tubes hexagonaux et références internationales.

Tout ce qui correspond en fait à la personnalité d’Alain DEBENNE, musicien à ses moments perdus – ils sont plutôt rares ! – en qualité d’organiste et amoureux des ondes, de celles qui furent le creuset des plus belles heures aventureuses de la FM, issue de la mouvance des radios des années 80. Que vivent encore longtemps toutes ces radios au cœur de notre paysage !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

La performance est remarquable. Avec des débits annoncés, dix fois plus rapides à terme que la 4G afin de pouvoir mieux répondre aux besoins des utilisateurs. De quoi séduire les représentants de la sphère institutionnelle que sont Paul-Antoine de CARVILLE, l’édile de Sens, et le président de l’Agglomération du Grand Sénonais, Marc BOTIN, séduits par les démonstrations proposées. Aux manettes de cette séance initiatique : ORANGE. Le réseau 5G se déploie avec son concours dans l’Yonne septentrionale et l’opérateur en télécommunications le fait savoir !

 

SENS : Cela fait plusieurs mois déjà que l’un des principaux opérateurs de télécommunication exerçant sur la planète – le chiffre d’affaires s’élève tout de même à 43,5 milliards d’euros en 2022 pour un effectif de 136 000 collaborateurs dont 74 000 interviennent dans l’Hexagone – prend ses marques progressivement sur le développement de la 5G. Au 01er janvier 2023, ORANGE disposait de plus de 5 600 sites opérationnels, facilitant le déploiement de ce réseau ultra nécessaire à nos communications qui est en passe de remplacer petit à petit la 4G sur le territoire national. Naturellement, l’Yonne est concernée par cette ramification puisque qu’après Auxerre, Sens et son agglomération bénéficient de ce maillage technologique à l’importance considérable pour les usages du numérique. Qu’ils soient d’ordres privatifs ou professionnels.

Autant dire que les séquences démonstratives assurées par les techniciens de l’entreprise aux 291 millions de clients (une paille !) aux élus locaux que sont Paul-Antoine de CARVILLE, maire de Sens, et Marc BOTIN, maire de Dixmont et président du Grand Sénonais, ont eu de quoi leur montrer les prouesses visuelles et techniques de cette 5G dans son optimisation finale, derrière un écran de télévision, une tablette, sur ordinateurs ou via les smartphones. Le futur de la communication toque à la porte et le Sénonais lui tend les bras !

 

 

Un vrai confort de navigation sans latence !

 

Débutée l’an dernier sur le secteur septentrional de l’Yonne, à Sens et autour de la capitale des Sénons, cette mise à niveau de la télécommunication en mode très accéléré (la couverture 5G en 3,5 GHz multiplie les débits à la puissance dix, voire plus !) se présente comme un puissant levier de compétitivité pour les entreprises qui vont en profiter. Comme l’aura fait remarquer Cyprien MATEOS, directeur régional de l’opérateur en Bourgogne Franche-Comté : « La 5G va permettre un véritable confort de navigation, une latence réduite et une vitesse de téléchargement quasi instantanée, même en mobilité… ». On croit rêver et chacun se prend à se pincer en souhaitant que cela arrive le plus vite possible dans son bureau ou à domicile !

A date, hormis la ville phare (Sens) qui accueille déjà cinq boîtes recevant 128 micro-antennes fonctionnelles, d’autres communes disposent du processus technologique performant. On peut citer Paron et Saint-Denis-les-Sens. Et ce n’est pas fini, promet-on du côté d’ORANGE.

 

 

De nouvelles opportunités pour les acteurs économiques…

 

La stratégie de l’opérateur est simple. « Cela va changer la façon dont les utilisateurs vivent la connectivité, explique Cyprien MATEOS, le successeur de Véronique MORLINGHEM, la 5G va modifier l’existence. Grâce à son très haut débit, sa faible latence, de nouveaux services vont ainsi pouvoir se mettre en place comme les télémédecines, la réalité virtuelle, les villes connectées. Offrant de nouvelles opportunités aux entreprises, aux innovateurs, et à la société dans sa globalité. Pour le territoire, les entreprises, l’attractivité touristique, la connectivité avec la 5G représente une occasion incroyable de progrès… ».

Ah, si ce réseau 5G, salvateur à plus d’un titre, pouvait arriver jusqu’au fin fond de nos campagnes !

 

Thierry BRET  

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99
Page 1 sur 66

Articles

Bannière droite accueil