Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Le déploiement de la fibre dans le paysage auxerrois se poursuit. Après Villefargeau la semaine dernière, c’était au tour de Quenne ce jeudi 15 avril de rejoindre le club très prisé des communes équipées du Très Haut Débit. L’opérateur historique ORANGE a installé une armoire optique au cœur du village. Ce sont ainsi 82 % des 265 logements de la commune qui peuvent aujourd’hui souscrire à une offre auprès de leur fournisseur d’accès Internet de leur choix.

QUENNE : Le vieux rêve d’Alphonse ALLAIS de transposer les villes à la campagne est-il en passe de se réaliser… ? L’arrivée de la fibre optique en milieu rural dans le cadre du plan France Très Haut Débit pourrait pour le moins, y contribuer fortement.

Et ce ne sont pas les maires des dix-neuf communes de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois qui s’en plaindront, à l’image de Francis HEURLEY premier édile de Quenne qui attendait cela avec une certaine impatience : « La commune restera rurale, au calme et on y tient. Nous sommes une sorte de quartier résidentiel dans la ruralité, avec des habitants qui se sont échappés des villes pour venir chez nous et aujourd’hui, être connectés, cela répond à une forte demande de mes administrés… ». Remerciant au passage sa collègue de Monéteau, Arminda GUIBLAIN, pour l’aide précieuse apportée.

 

 

Favoriser les « petits poucets » en connectant davantage…

 

Cette armoire de connexion inaugurée ce 15 avril porte à 118 le nombre d’installations dans l’agglomération auxerroise, pour plus de 32 600 foyers éligibles, sur les 39 216 recensés sur le territoire. Un maillage qui est prévu s’achever fin 2022 et représente un « véritable projet industriel » selon Véronique MORLIGHEM, délégué régionale d’ORANGE en Bourgogne, bien consciente des attentes impérieuses de la population : « Les besoins ont été amplifiés par le confinement, d’autant que l’on multiplie les outils de communication. En 2022, la moyenne devrait atteindre douze objets connectés par foyer, d’où une explosion de débits et de besoins exponentiels… ».

Pour sa part, Francis HEURLEY ne veut pas en rester là : « 82 % c’est bien, mais peu par rapport à de plus grandes communes dépassant les 95 % de connectés. Les petits poucets, il faut les favoriser ! ».

 

Dominique BERNERD

 

Il ne faut pas se fier à la première impression. Elle n’est pas nécessairement la meilleure des conseillères. La suite de bureaux traversés au pas de charge par la petite délégation qui en a visité le moindre de ses aspects ne signifie nullement que l’activité professionnelle y est absente ! C’est là toute la subtilité du télétravail quand il est réussi. D’ailleurs, chez l’assureur mutualiste régional, la productivité demeure excellente. Que l’on soit à domicile ou sur son lieu de travail !

 

AUXERRE: D’ordinaire, le siège social de la direction départementale de GROUPAMA Paris Val-de-Loire bruisse de mille sonorités. Ces signes de vie traduisent l’effervescence qui y règne.

Tapotements rapides de mains expertes sur les touches d’un clavier, réception d’appels  téléphoniques sans discontinuer afin de résoudre les besoins des sociétaires, voix des occupants qui communiquent des informations : bref, c’est le rythme de croisière d’une entreprise d’assurance et de prévoyance dans son jus quotidien.

Quarante-sept personnes s’y affairent avec âpreté et se répartissent les différents espaces prévus à leur accueil.

Or, ce n’est pourtant pas la vision naturelle qu’aura aperçue le préfet de l’Yonne Henri PREVOST lors de sa récente visite des lieux.

Accompagné de Jean-Michel LOUYER, responsable de l’unité départementale de la DIRECCTE (Direction Régionale de l’Economie, de l’Emploi, du Travail et des Solidarités), le représentant de l’Etat se sera très vite rendu compte que cette enfilade d’espaces professionnels qu’il aura franchie en compagnie de ses hôtes demeurait vide de tout occupant.

Ou presque à de très rares exceptions. Logique, seuls neuf collaborateurs de l’entreprise mutualiste exercent encore leur activité en présentiel. Parce que leurs tâches ne sont pas transposables à leur domicile.

 

 

L’épine dans le pied du télétravail : l’isolement du personnel…

 

Curieux sentiment de solitude pour celles et ceux de ces collaborateurs qui avaient les yeux rivés devant les écrans de leurs ordinateurs au passage de la délégation préfectorale. Pour autant, interrogées par le haut fonctionnaire, ces personnes affichaient plutôt avec un sourire facile de l’enthousiasme à pouvoir exercer leur métier dans ces conditions si inhabituelles. 

Mais, cet isolement est aussi vécu avec appréhension par une large frange des autres employés de la fameuse maison séculaire : celles et ceux qui restent à demeure. La vraie épine dans le pied de ce bel édifice qui se décline sous nos yeux et se nomme le télétravail.

Une activité qui est fortement encouragée depuis le retour du confinement de troisième génération par Henri PREVOST lui-même (à lire l’article consacré à ce sujet à paraître).

Conscient des aspects psychologiques que cette situation peu commune peut engendrer sur le moral de ses « troupes », le directeur d’établissement de GROUPAMA Yonne Jacques BLANCHOT (il est aussi lieutenant-colonel de la réserve citoyenne de la Gendarmerie nationale) a mis en place un système de rotation favorisant le retour avec parcimonie du personnel qui souhaite évacuer leur stress.

 

 

 

 

Ce n’est pas le seul outil dont il utilise les saines vertus. Les managers de la place s’appuient sur des plannings de présence en essayant de redonner un supplément d’âme dans ce lieu qui manque singulièrement de convivialité.

Exit la kyrielle d’opportunités où chacun des salariés pouvait allègrement célébrer une fête ou un anniversaire, partageant le gâteau et le verre d’un nectar de notre terroir !

Fini les accolades et les bises matinales entre collègues afin de se souhaiter la bienvenue : le monde du travail a perdu de sa superbe en termes de relations humaines. Même si quelques velléités de recréer une atmosphère chaleureuse réchauffent les âmes affectées par l’imprévisible.

A l’instar du corner café accueilli sur TEAMS et décliné à distance entre les collaborateurs.

 

 

Tous les indicateurs sont orientés vers le beau fixe…

 

Seul rayon de soleil dans cet univers un peu morne de tant d’absences physiques : les résultats du groupe. La productivité de l’entreprise n’a pas disparu, loin s’en faut. La qualité de service, non plus. Chacun y trouve son compte. Surtout les clients de la société assurantielle devant faire face aux problématiques, nées de sinistres automobiles.

Côté investissement, GROUPAMA Paris Val-de-Loire n’a pas ergoté sur les moyens technologiques pour équiper son personnel afin qu’il puisse exercer ses tâches dans les configurations les plus optimales.

La direction régionale a consacré une enveloppe budgétaire de 800 000 euros à la dotation des 1 600 collaborateurs en matériel numérique adéquat : écrans, unités et webcams ! D’ailleurs, d’ici peu, de nouvelles webcams seront déployées sur le territoire. 

Commentaire avisé de Jacques BLANCHOT à ce propos : « La pandémie nous a fait faire des efforts colossaux en un laps de temps record ! ».

Au mois d’octobre 2020, l’entité avait proposé à ses salariés un accord d’entreprise, reposant sur le volontariat, permettant de réguler au mieux le télétravail. Accord qui concerne le personnel en contrat à durée indéterminé (CDI), d’une ancienneté de plus de douze mois.

Cet accord a fait l’objet d’un avenant au contrat de travail des collaborateurs. Clin d’œil anecdotique mais révélateur de l’art d’anticiper les choses : GROUPAMA évoquait déjà la possibilité de mettre en place tôt ou tard le télétravail, et ce à partir de janvier 2020.

Cela se déroulait il y a dix-huit mois. Depuis, on connaît la suite…

 

Thierry BRET

 

 

Loin d’être une évidence même si l’on possède des facilités à l’expression orale, la technique du « pitch » représente un sérieux raccourci pour expliquer dans un délai imparti (très court en général) les rudiments de son métier et les atouts de son entreprise. Le dirigeant de PACK SECURITE Karim BOUCHROU s’est essayé à l’exercice en dévoilant en moins de trois minutes la vocation de sa nouvelle structure PFM. Pas si simple !

 

AUXERRE : Il aura été le premier à ouvrir le bal de cette session spéciale le PDG de PACK SECURITE ! En demeurant le plus stoïque possible face aux caméras placées çà et là et aux endroits stratégiques par les équipes d’IDXPROD dans l’amphithéâtre de la Maison de l’Entreprise.

D’ailleurs, elles n’auront manqué aucune des miettes de cet exercice d’éloquence à la sauce managériale ! Une première du genre à vivre à Auxerre !

Déclinaison minutieuse de la communication visuelle des temps modernes, le « pitch » offre l’opportunité à un dirigeant d’entreprise de pouvoir convaincre un interlocuteur de la pertinence de son projet.

Le tout servi dans un laps de temps record : soit de la singulière minute pour sa forme la plus édulcorée en matière de contenu aux cinq longues minutes de causerie qui se pratiquent selon l’envergure du projet.

L’enjeu est de savoir mettre en écoute son auditoire, tout en conservant le fil d’Ariane de sa trame linguistique, additionné d’un rythme gracieux et adapté à la locution qui rappelle instantanément votre griffe ! Rien que cela !

Bref : on ne s’improvise pas à la pratique du « pitch » comme cela à la légère sans un minimum de préparation.

Le patron de PACK SECURITE 89 aura eu le privilège d’être le premier de la petite liste de chefs d’entreprise invités la semaine dernière par le MEDEF de l’Yonne et l’UIMM (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie) à essuyer les plâtres d’un exercice oratoire où finalement il ne s’en sera pas trop mal sorti.

D’autant que Karim BOUCHROU venait présenter la nouvelle structure qu’il a portée sur les fonts baptismaux à la fin de 2019, la société PMF (Pack Facility Management).

Cette entité évolue dans le secteur de l’organisation d’évènementiels de type salons, foires et congrès à l’échelle régionale, plus précisément dans l’activité « services aux entreprises ».

D’où l’intérêt un brin légitime de bien maîtriser son discours oral en choisissant les mots justes et les intonations qui l’accompagnent avant que ces fameux « pitch » ne circulent par capillarité en boucle sur les réseaux sociaux afin de créer le buzz.  

 

Thierry BRET

 

 

 

 

L’information a été confirmée en cette fin d’après-midi de vendredi par le service de presse de l’entreprise. La déléguée régionale d’ORANGE en Bourgogne Véronique MORLIGHEM maintient le déplacement qu’elle effectuera le 09 avril dans l’Yonne. Le déploiement de la fibre optique n’attend pas ! Qu’il y ait ou non de nouvelles mesures de confinement…

 

DIJON (Côte d’Or) : Le déplacement, que doit effectuer en fin de semaine prochaine la responsable régionale de l’opérateur sur le territoire de l’Yonne, est maintenu. Il  répond à un double objectif, en vérité.

D’une part, Véronique MORLIGHEM va profiter de sa venue en périphérie d’Auxerre, dans la commune de Villefargeau, pour y inaugurer l’une des armoires optiques qui est installée dans le bourg. Celle-ci se situe rue Paul Gauguin.

Cet équipement représente l’un des nouveaux points névralgiques qui va faciliter l’essor du nombre de connexions auprès des particuliers et professionnels.

D’autre part, la patronne d’Orange Bourgogne ajoutera à cette inauguration officielle faite en présence du maire Pascal BARBERET une conférence de presse.

On le sait : la déléguée régionale affectionne tout particulièrement ce genre d’exercice. Il lui donnera en effet l’opportunité de dresser un point global de la situation en l’étayant de chiffres et de commentaires sur le déploiement de la fibre optique dans l’Yonne. Tout en accentuant le contenu de ce focus sur le secteur de l’Auxerrois.

 

 

 

 

A terme, grâce à cette nouvelle installation, la bourgade en périphérie occidentale d’Auxerre apportera le très haut débit aux cinq cents foyers ou locaux professionnels à desservir.

Le service de communication de l’opérateur par la voix de son attaché de presse Olivier BISIAUX précise par ailleurs que « l’entreprise tiendra cette conférence de presse en qualité de « déployeur » de réseau ».

Moyennant quoi, le client aura toujours le choix in fine de l’opérateur devant assurer le raccordement de la fibre à son foyer ou dans son entreprise.

Enfin, pour les férus de technologie, ORANGE proposera une démonstration d’une soudure de fibre optique qui sera assurée par l’un des techniciens présents ce jour-là.

 

Thierry BRET

 

Programmé la saison dernière à pareille époque, l’évènement ne put se dérouler pour cause de pandémie. De guerre lasse, les organisateurs annulèrent ce rendez-vous, le reportant en 2021. Il nous revient sous une forme 100 % digitalisée les 01er et 02 avril. Cerise sur le gâteau : la déléguée interministérielle en charge de ce thème Claire COMPAGNON en fera l’ouverture officielle…

 

AUXERRE: C’est une certitude garantie à 100 % ! Claire COMPAGNON, déléguée interministérielle chargée de la mise en œuvre de la stratégie nationale autisme au sein des troubles du neuro-développement, ouvrira l’évènement numérisé, concocté les 01er et 02 avril par l’EPNAK et ses partenaires !

Le bras droit de la secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées Sophie CLUZEL a fait savoir via sa responsable de communication par des échanges de mails qu’elle ouvrirait la manifestation ce jeudi 01er avril en milieu de matinée par une brève allocution.  

Ne pouvant être présente physiquement à Auxerre pour les raisons sanitaires que l’on connaît, la représentante de l’Etat a enregistré au préalable un discours retransmis ensuite aux suiveurs de cette manifestation sur Zoom.

L’information a été confirmée ce lundi en fin d’après-midi par le directeur général de l’EPNAK (Etablissement Public National Antoine KOENIGSWARTER) Emmanuel RONOT.

La présence de la responsable numéro un du dossier « autisme » en France confère un crédit supplémentaire à cet évènementiel qui accueillera de nombreux spécialistes de la pathologie et de sa prise en charge durant ces deux journées.

Destinées aux professionnels du secteur de la petite enfance, ces Journées de sensibilisation verront la participation de plusieurs partenaires : le Département, la Ville d’Auxerre, la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) mais aussi un club service, le KIWANIS Club Auxerre, présidé par Jean-François FINANCE qui a succédé à Claude GUILLEMOT.

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 54

Articles

Bannière droite accueil