Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

A la base de cette initiative, il y a de la pédagogie. Un facteur important pour mieux s’approprier l’ensemble des outils qui sont mis à la disposition des acteurs de l’économie afin qu’ils améliorent le volet de la transition énergétique. En ce sens, l’animation portée conjointement par le MEDEF et l’UIMM de l’Yonne se sera soldée sur un sentiment de réussite. Au vu de l’intérêt et du questionnement qui résulteront de cette matinée en immersion au sein de l’écosystème spécifique, développé depuis plusieurs années sur le bassin de l’Auxerrois…

 

AUXERRE : Bon, c’est vrai que sur le papier, on y perdrait presque son latin si l’on est un tantinet néophyte ! Savoir à quelles catégories thématiques appartiennent les différentes appellations qui sont déclinées par l’écosystème de la transition énergétique de l’Auxerrois, suppose un certain nombre d’explications en amont ! Afin d’en comprendre le lexique ! Entre « Aux’R_Lab », « Aux’_HYGen » ou « Aux’R_Factory », même une mère poule dans une basse-cour n’y retrouverait pas ses petits, sans l’once de quelques informations complémentaires !

Sans doute est-ce le terreau de cette connaissance des choses à exploiter à titre intellectuel qui ont conduit le MEDEF et l’UIMM (Union des Industries des Métiers de la Métallurgie) de ce territoire, deux entités accueillies au sein de la Maison de l’Entreprise de l’Yonne, à proposer cette séance immersive au cœur de ce noyau dur, synonyme du développement économique de la  transition énergétique dans notre département. Plusieurs dirigeants d’entreprise avaient répondu favorablement à cette invitation qui se voulait à la fois ludique, démonstrative, explicative et relationnelle.

 

 

Une visite entre différents sites à bord d’un bus à hydrogène

 

Des chefs d’entreprise qui pour la plupart découvraient pour la première fois les différents sites visités, en débutant en guise de préambule avec celui de l’avenue des Plaines de l’Yonne, près du Parc des expositions, avec ce qui fut autrefois « le Pôle de l’Environnement », baptisé désormais avec une toute autre configuration organisationnelle, « Aux’R_Lab ».

Ce périple fut accompli d’un site à l’autre en utilisant un moyen de locomotion tout à fait adéquat et adapté aux circonstances, soit un bus alimenté à l’hydrogène, devant emmener ensuite avec les explications fournies par le responsable de l’exploitant du réseau de transport KEOLIS à son bord, les visiteurs jusqu’à la station de production située à deux encablures de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, gérée par HYNAMICS.

Là s’en suivirent moult explications techniques et détaillées sur les potentialités de cette énergie « verte » qui assurera demain l’alimentation des réseaux de bus de l’Agglomération auxerroise – cinq de ces cars sont déjà opérationnels avant que l’ensemble de la flotte ne bascule dans cette transition -, mais aussi ferroviaires.

 

 

 

Chacun de commenter les possibilités futures de cette énergie et de comparer avec l’existant, en matière de coûts et de rentabilité.

Les responsables de la société HYNAMICS mirent à profit le remplissage du bus convoyant les entrepreneurs avec de l’hydrogène pour répondre à toutes les interrogations d’un public ayant soif de curiosité.

 

Comprendre les enjeux de la décarbonation…

 

Après la découverte de l’incubateur de start-ups point de ralliement de cette visite, la station de production d’hydrogène auxerroise – elle fut l’une des premières à être inaugurée en France en 2021 – offrit une autre facette concrète des opportunités stratégiques existantes avec la mutation de nos moyens énergétiques à l’avenir.

L’après-midi fut consacré à la découverte immersive du nouveau « Fab Lab » baptisé sous la déclinaison sémantique « Aux’R_Factory », un lieu entièrement dédié à l’innovation, avec à l’intérieur des espaces de travail et de réflexion consacrés à la modélisation, le prototypage ou encore l’impression en 3D.

Moyennant quoi, les entrepreneurs eurent tôt fait de bien assimiler cette somme d’informations intéressantes, leur permettant de se projeter sur ce que sera le bassin de l’Auxerrois, d’ici peu, avec cet écosystème hydrogène, porteur de fortes potentialités de développement à la économiques mais aussi éducatives dans le but de créer de futurs emplois.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Logiciels pour apprendre et autre progiciels, internet, réseaux sociaux, tutos papier, audio et vidéo, et surtout aujourd’hui, l’IA (intelligence artificielle) visent à nous apprendre un certain nombre de savoirs en se passant de la parole. Pour autant, la transmission des maîtres et des experts va-t-elle réellement disparaître ?

 

TRIBUNE : Depuis des temps immémoriaux, la « parole » faisait partie de la seule voix de transmission, celle des savoir-faire, de l’histoire, des traditions locales et familiales, et même de la religion. Les religions musulmanes et hébraïques sont au départ, liées à la tradition orale. Les textes seront écrits bien plus tard après leur naissance. Les chrétiens transmettront oralement à partir des écrits (évangiles et épitres de Paul de TARCE). L’apparition de l’imprimerie facilitera la formation sur les contenus théoriques.

Au coin du feu, le grand-père transmettait l’histoire de la famille, l’histoire de sa vie… La parole donnée était sacrée et nul ne pouvait la trahir. Certains sont persuadés qu’écrire l’information, c’est la tuer ! Raison pour laquelle certains secrets (d’Etat ou autres), dévoilés à tort, sont publiés dans des journaux populaires peu crédibles… Au Moyen-Age, avant les taxes, on réunissait les notables du village et le dialogue était le suivant : - « Moi Jean Dubois, je suis bien le propriétaire de la ferme dite « les Hauts Près » ? ».  Et, les notables d’acquiescer. « Je vous présente Pierre Garnier. Il achète ma ferme pour 500 écus ». On se frappait dans la main et la vente était réalisée sans autre forme de procès !

Ce fondement de la tradition orale dans la création d’entreprise est toujours valable. Le principe d’ «affectio societatis » définit l'intention de s'associer. Il est l’élément indispensable lors de la création d'une société. Il traduit la volonté des associés, traduite oralement, de collaborer ensemble à l'exploitation de son objet. Les applications en droit sont importantes et dangereuses pour qui les ignore ! Lorsque Rome envahit la Gaule, cette nouvelle civilisation va progressivement imposer la primauté de l’écrit sur l’oral.

 

La transmission intergénérationnelle est-elle toujours essentielle ?

 

Les seniors ont le sentiment que les chaînes de transmission s’affaiblissent avec le temps, et que les jeunes vivent sur une planète très éloignée de la leur. Nos anciens éprouvent le besoin de préserver le lien, de transmettre les valeurs essentielles dont ils estiment être les dépositaires : le respect de l’autorité et l’ouverture à l’altérité. Cela répond aussi à une angoisse existentielle. On poursuit sa vie par ce que l’on dépose chez les plus jeunes, que ce soit des idéaux ou des recettes de cuisine. Les jeunes générations sont plus ambivalentes : elles n’ont aucune envie de recevoir des leçons de morale, mais restent friandes d’histoires du passé, de réflexions philosophiques…

Elles sont aussi demandeuses d’échanges intergénérationnels articulés autour du partage de savoir-faire, comme la cuisine, le bricolage ou le jardinage !

 

 

Quelles pistes pour assurer la transmission ?

 

Autrefois, la cohabitation intergénérationnelle était subie. Parents, enfants et aïeux habitaient ensemble, par tradition ou sans autre possibilité. Aujourd’hui, les familles se dispersent aux quatre coins de l’Hexagone ou de la planète : divorce, travail… Cette situation constitue des freins à la transmission, la rendant même impossible dans certains cas.

Il y va de la responsabilité de chacun : permettre aux plus jeunes de visiter les grands-parents afin qu’ils jouent leur rôle de courroie de transmission de la culture familiale. Lorsque juniors et seniors travaillent ensemble, dans une même entreprise.

Dans ce cadre, s’ajoute la transmission de savoir-faire et de l’expérience des plus âgés au bénéfice des plus jeunes. Ce n’est pas une relation à sens unique. Les plus expérimentés sont prêts à accueillir les apports de leurs cadets : la maîtrise des nouvelles technologies et des nouveaux processus. L’expérience n’a pas force de loi et les savants l’ont démontré. Mon père et mes aïeux, depuis la nuit des temps, ont témoigné : le soleil se lève chaque jour.

Pour autant, je ne peux en aucun cas, dire qu’il se lèvera demain, un autre jour ou éternellement… Avec la cuisine, on s’inscrit dans le partage du plaisir de faire ensemble et de manger. En transmettant leurs recettes, les anciens savent qu’ils vont laisser une trace.

Fin de la partie un

 

Paul  GUILLON

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

L’aide aux devoirs ? Pourquoi pas ! Maman de deux jeunes bambins, la ministre déléguée en charge du Renouveau démocratique – c’est déjà tout un programme dans les termes ! – et porte-parole du gouvernement s’y est testée lors de son immersion à la maison de quartier Saint-Siméon, à Auxerre, en effectuant les exercices de lecture de jeunes élèves de l’école Marie Noël, installés là, durant leur temps de goûter et d’étude. Une manière pertinente pour la représentante de l’Etat de pouvoir échanger avec les enfants de CP et de CE1 sur la place que prend le numérique dans leur existence…Inquiétant.

 

AUXERRE : Franchement, il fallait être là pour n’en manquer aucune miette ! Une bonne vingtaine de minutes d’une discussion sans fard et à leur portée avec des minots de 7 à 9 ans, scolarisés en classes préparatoires ou élémentaires, niveau première année. Une sorte de récréation, façon bol d’air régénérant et salvateur que s’était accordé le staff organisationnel de ce déplacement ministériel en terre de l’Yonne, après une rencontre se voulant constructive et transparente avec le monde agricole en plein désarroi et en perpétuelle attente des aides promises par l’Etat qui ne viennent toujours pas, et la visite rapide au pas de charge à Chablis de quelques parcelles frappées par la grêle la nuit dernière, après un passage obligé dans les locaux de la coopérative viticole « La Chablisienne ». De cela, nous reparlerons.

C’est donc à la maison de quartier Saint-Siméon que devait s’achever l’après-midi icaunais de la jeune ministre qui en sa qualité de porte-parole du gouvernement ne pratique pas la langue de bois. On l’aura constaté de visu quelques minutes auparavant où lors d’un très succinct point presse d’à peine cinq minutes chrono à Chablis où l’interviewée aura renvoyé dans ses vingt-deux mètres la journaliste de RTL lui posant une question hors sujet (ni le lieu, ni le moment !) sur la démission de huit membres de son cabinet ! Un fait survenu il y a déjà quelques semaines, loin de faire la une de l’actualité depuis alors que les vignerons sont en surchauffe existentielle depuis 24 heures…

 

 

Ils se lèvent tous pour la tablette et le smartphone !

 

Changement de registre à 360 ° donc pour Prisca THEVENOT immergée dans cette ambiance salle de classe élémentaire, fleurant bon la nostalgie qui participera au dispositif d’aide aux devoirs (ah, les droits et les devoirs, voilà une bonne leçon de choses et de civisme à inculquer à certains !) aux côtés des équipes encadrantes de l’école Marie Noël (la fameuse poétesse auxerroise).

Séances photos et crépitements des flashes – surtout ne pas prendre la fillette avec le chouchou vert dans les cheveux dixit la consigne officielle assénée à maintes reprises par l’organisation ! – et voilà que notre ministre, accompagnée du préfet de l’Yonne Pascal JAN, de Carole CRESSON-GIRAUD, première adjointe de la Ville et du DASEN (Direction des services départementaux de l’Education nationale – l’inspection académique), Jean-Baptiste LEPETZ, improvisent séance tenante avec la bénédiction de la ministre une table ronde adultes/enfants !

Un grand moment de communication, ai-je dit, qu’il ne fallait pas louper sous aucun prétexte ! Une fois les présentations faites par la représentante de l’Etat (« je travaille pour Emmanuel MACRON et Gabriel ATTAL… vinrent alors les questions d’usage adressées à ces charmantes têtes blondes et brunes : « connaissez-vous MM. ATTAL et MACRON ? ».

Bon, il s’avère que sur la petite dizaine de gamins présents, peu levèrent la main, à croire qu’ils ignoraient totalement l’existence du duo de l’exécutif hexagonal. Ce serait bien les seuls ! Heureusement, que les sondages réalisés par la noria d’instituts spécialisés ne s’opèrent pas sur ces tranches d’âge avant les européennes ! Tout serait faussé, c’est sûr !

 

 

Voyant cela, Prisca THEVENOT, une petite fille bien calée sur ses genoux, poursuivit l’animation de cette séance impromptue en abordant la grande thématique qui concerne tous celles et tous ceux qui doivent gérer cela au quotidien avec leur progéniture et plus ou moins de réussite : la possession d’un smartphone ou d’une tablette.

Et là, comme une nuée d’oiseaux fonçant à tire d’aile sur les plus belles cerises du jardin – celles qui n’ont pas été touchées par la grêle évidemment ! -, toutes les mains sauf une se dirigèrent vers le ciel !

Le débat pouvait donc commencer entre personnes sachant de quoi elles parlent ! Question de Mme THEVENOT : « quel usage fais-tu de ta tablette ? ». Réponse d’un garçonnet un brin déluré verbalement : « je joue à ça et à ça – listant toute une série de jeux au sabir imprononçable dont beaucoup d’adultes ignoraient jusqu’alors l’existence – et je regarde « You Tube » ! ». Comme si cela ne suffisait pas !

  

Chassez le naturel, il revient au triple galop !

 

Si les garçons sont particulièrement véloces dans leurs réponses en s’arrachant l’index pour être vus de tous et tout en énumérant les innombrables jeux auxquels ils consacrent leurs soirées, les fillettes, a contrario, n’osent prendre la parole. S’évertuant à écouter poliment les échanges sous le regard amusé du préfet de l’Yonne Pascal JAN, dubitatif quant aux usages personnels établis avec les appareils digitalisés par ces enfants, déjà à la limite de l’addiction.

La ministre du Renouveau démocratique en remet d’ailleurs une couche supplémentaire. « Et si l’on interdisait l’usage des tablettes en dessous de 13 ans, est-ce que cela serait grave à vos yeux ? ».

L’un des juniors en herbe ne se démonte pas. Il répond à la représentante de l’Etat du tac au tac : « Ce n’est pas grave, dit-il d’un air sérieux, du moment que je puisse regarder la télévision et aller sur la chaîne « You Tube » ! ».

Chassez le naturel, il revient au triple galop !

Poussée dans son élan, Prisca THEVENOT interroge alors la juvénile assistance sur la lecture. Une question centrale de notre éducation et de notre savoir, comme chacun le sait.

« Et les livres ? Qu’est-ce que vous lisez en ce moment ? ». Un ange passe dans la petite salle où tous les regards des officiels scrutent les gamins qui ne pipent mot. Un silence pesant qui en dit long sur les pratiques livresques à la maison !

Pugnace et ne se contenant pas de cela, madame la ministre revient à l’attaque en demandant aux bambins le message qu’ils auraient à transmettre à l’hôte de l’Elysée ! On ne sait jamais, après tout. Persistante, elle amorce une suggestion : « doit-on dire au Président qu’il interdise « You Tube » pour les jeunes enfants ?! ». Avant de rajouter très vite : « je plaisante, naturellement ! ».

Timide, une petite glisse, enfin, la main dans sa bouche, « je vais passer en CE 2 ! ». Une autre, façon perle de comptoir : « moi, je vais jouer au rugby ! ». Et, ce sera tout ou presque !

Que la délégation ministérielle se rassure : il n’y a aucune connotation d’ordre politique dans ces deux messages livrés par de jeunes Français à leur Président de la République, c’est certain.

Reste en substance, et beaucoup plus sérieusement, que le poids des smartphones et des tablettes sur l’environnement direct de notre progéniture hors de l’école (et ce dès le plus jeune âge) a de quoi inquiéter pour l’avenir.

Tout est consacré dans le numérique et les jeux vidéo à outrance, rien ou si peu n’est accordé aux bandes dessinées et aux bouquins : à défaut de l’appeler la « génération X, Y, Z  ou autre », on appelle cela la « génération perdue »…

 

Thierry BRET

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le chiffre, véritable marqueur référentiel, correspond déjà à une première étape symbolique, venant d’être franchie. 2 500 ! C’est le nombre de systèmes de télé-relève (et non pas de simple « compteur » d’eau comme le rappellera fort judicieusement le directeur de l’agence SUEZ Bourgogne-Champagne Fabrice LABALME) qui vient d’être installé dans l’Auxerrois. Un déploiement  technologique devant s’étendre jusqu’à fin 2025 sur les vingt-huit communes de l’agglomération. Avec in fine, un double objectif : préserver la ressource en eau et surtout apporter des services novateurs aux usagers…

 

LINDRY : « On ne touche pas à l’existant, mais on vient se greffer sur le compteur déjà existant… ».  Il n’est pas avare en commentaires techniques lors de sa présentation, le  patron du groupe SUEZ Bourgogne-Champagne Fabrice LABALME. Invité à expliquer les objectifs et enjeux de ce déploiement de systèmes de télé-relève à tout crin (37 000 foyers seront à terme équipés de cet appareil connecté en l’espace de deux ans sur l’Auxerrois), le responsable de l’opérateur régional devait rappeler lors d’une présentation officielle du dispositif technologique que celui-ci correspondait à une engagement fort, pris par SUEZ, lors de la signature de la nouvelle délégation de service public, signé en 2023. Un contrat baptisé « AuxR_Eau ». Un engagement qualifié de « visible » pour les usagers.

« D’ordinaire, on ne voit pas toujours ce que réalise SUEZ au bénéfice des usagers dans la lutte contre les fuites d’eau ou l’entretien des installations, précisa Fabrice LABALME, mais aujourd’hui, c’est différent avec ce nouveau système connecté dont bénéficient déjà les habitants des communes de Lindry, Villefargeau et Saint-Georges-sur-Baulche. Et ce depuis mars 2024… ».

 

 

Une économie de 100 000 m3 d’eau sur le secteur

 

Il est vrai qu’avec l’apport de ce nouvel appareillage, les usagers ont désormais la faculté de pouvoir être maîtres de leur consommation d’eau. Le suivi de cette consommation est possible. En cas de déperdition ou de surconsommation, des alertes sont ainsi lancées auprès des utilisateurs de ce dispositif performant.

« On a également prévu d’envoyer à l’usager des informations lui permettant d’optimiser sa consommation d’eau, ajoute l’orateur, quant à la facturation, elle ne sera plus établie sur de l’estimation mais bel et bien à partir de la consommation réelle… ».

 

 

Un avantage précieux, dans la gestion de son budget. Concrètement, près de 100 000 m3 d’eau seraient économisés annuellement grâce à ce système. Une télé-relève qui offre aussi des avantages pour la partie exploitation du réseau.

« Nous pourrons connaître à l’aide de cet outil le rendement de notre réseau, commune par commune, souligne Fabrice LABALME, et ce au quotidien et non plus une fois par an ! ».

 

Réduire et optimiser son usage de l’eau

 

Un déploiement tous azimuts sur l’Auxerrois qui se veut vertueux et solidaire, en compagnie de la société d’insertion « IDEES 89 ». Celle-ci assure la pose gratuite de ces systèmes chez l’habitant, comme à l’heure actuelle sur la localité de Perrigny.

« Tout ce que l’on fait là, c’est dans le cadre de la préservation de la ressource, insiste Fabrice LABALME, c’est important car malgré les pluies abondantes actuelles, il ne faut pas oublier qu’en octobre dernier nous étions encore en période de sécheresse avec des arrêtés préfectoraux restreignant la consommation…. ».

D’où le fameux slogan, « je réduis, je décale », adaptable à l’électricité qui s’applique également pour la consommation d’eau, dans la version suivante : « je réduis, je réutilise et j’optimise mon usage de l’eau »…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Il aura profité de la tribune qui lui était offerte à l’issue de la découverte du site d’exploitation de TECHNIP Energies pour lancer un appel à manifestation d’intérêt, le ministre délégué en charge de l’Industrie et de l’Energie Roland LESCURE ! L’expérimentation du stockage du carbone (Co2) en France est donc présente dans les tuyaux ! Une opportunité en or, selon le représentant du gouvernement, pour réconcilier enfin économie et écologie…

 

SENS : Tel un coach ambitieux à la tête d’une équipe qui gagne, il souhaite que le team France devienne le champion du monde du stockage sous-terrain de carbone dans les prochaines années, le ministre délégué en charge de l’Industrie et de l’Energie ! Avec la venue de Roland LESCURE sur le territoire de l’Yonne, ce vendredi 26 avril en fin de matinée, c’est bel et bien à l’écologie du possible que le représentant de l’Etat est venu rendre hommage. Mais, attention pas n’importe quelle écologie. Peut-être pensait-il à celle, punitive et coercitive qui exaspère d’ordinaire ses compatriotes avec ses contraintes ?

Non, là, dans le cas présent, prétexte à la visite de l’entreprise TECHNIP Energies qui profita de ce cérémonial pour célébrer son cinquantième anniversaire, Roland LESCURE a vanté les prouesses et qualités d’une écologie devenant conciliante, enfin, avec la réalité économique du pays.

« Je veux porter l’écologie du possible, répètera-t-il plusieurs fois lors de sa prise de parole. Une écologie permettant de montrer les capacités de la France de décarboner les industries traditionnelles et d’inventer l’industrie de la décarbonation… ».

Bref, inventer dans le même temps les outils d’aujourd’hui et de demain. Une gageure ? Non, une réalité, d’après lui.

 

 

Le stockage du carbone, en Norvège mais aussi sur le sol de France

 

La genèse de l’histoire prend ses sources en 2022. Lorsque le président de la République Emmanuel MACRON avait rassemblé à l’Elysée les cinquante entreprises les plus émettrices de Co2 de l’Hexagone.

« A elles seules, rappelle Roland LESCURE, elles représentaient 60 % des émissions de carbone de l’industrie française. L’enjeu de cette rencontre était de travailler avec l’Etat à la décarbonation de l’industrie nationale. Soit une cinquantaine de contrats passés avec des aciéries, des cimenteries, des fabricants d’aluminium… ».

Aujourd’hui, ce sont 37 de ses sociétés industrielles qui ont changé de méthodologie depuis cette entrevue élyséenne. En modifiant leurs techniques et leurs procédés. Louables intentions, certes, mais in fine, le carbone reste toujours omniprésent dans l’environnement industriel. Et ce pour longtemps.

« Ce carbone, ajoute le ministre, on a besoin de le capturer, de le liquéfier, de le transporter, et de le renvoyer là d’où il vient ! En l’occurrence, en mer du Nord ou pourquoi pas en France… ».

La stratégie de capture de carbone fait petit à petit son chemin parmi les stratégies à mettre en place. Lors de son intervention, jeudi à la Sorbonne, Emmanuel MACRON a souligné que « l’Europe pouvait devenir la première économie décarbonée de la planète ». Comment ? En en faisant un levier industriel très fort !

 

 

 

Etre à la pointe de la transition écologique…

 

« Cette capture de carbone, poursuivit l’orateur, on est capable de la mettre en œuvre de manière pratique en France mais aussi dans le monde… ».

Une adaptation concrète de la planification écologique et de ses actions qui ouvrent la voie à un nouveau chapitre pour le pays. Et Roland LESCURE de réaffirmer en insistant que la capture de carbone sera possible en France, à l’identique du stockage de carbone in fine. Une France qui serait alors à la pointe de la transition écologique dans les années à venir.

Dès lors, les entreprises désireuses de capter et stocker le carbone doivent répondre à l’appel à manifestation d’intérêt, lancé de vendredi matin sur les ondes des radios hertziennes.

« Ces entreprises, nous les encourageons à nous contacter pour nous proposer des tests et pour qu’on aille dans les gisements d’hydrocarbure présents en France afin de sonder ces sites pour y stocker du carbone… ».

Concrètement, dès 2025, quatre à cinq gisements d’hydrocarbure français subiront une série de tests et d’analyses pour voir s’il est possible d’y stocker du carbone. L’objectif étant de transformer ces endroits en de véritables zones de stockage du carbone en 2026, voire en 2027. Confirmant de facto que la planification écologique est bien une réalité.

Le ministre prit soin de se référer à TECHNIP Energies, le lieu idéal pour se mettre en action. « Cette entreprise est en train de passer de l’économie du XXème siècle dans laquelle elle est à celle du XXIème siècle. Depuis cinquante ans, cette structure fabrique des bras de chargement ici dans le Sénonais. Elle intervient depuis cinq décennies sur des plateformes pétrolières, sur des plateformes de méthane ; elle invente l’avenir… ».

 

 

Un ministre ému devant tant de prouesses et de volonté…

 

Evoquant un récent voyage en Norvège, Roland LESCURE témoigne de la pertinence du bras de chargement de Co2 de TECHNIP, l’un des trois premiers appareils conçus par l’entreprise de l’Yonne au rayonnement planétaire.

« La France va devenir au fil des années l’un des champions mondiaux de cette filière industrielle que l’on est en train d’inventer, affirma le ministre de l’Industrie, GRT Gaz, TOTALEnergies, AIR LIQUIDE ou TECHNIP Energies intègrent le nouvel écosystème qui se crée et que nous souhaitons développer. ».    

Ayant apprécié la démonstration d’un bras de chargement en mouvement proposée par deux techniciens de la société icaunaise – « franchement, cela a de la gueule ! dira Roland LESCURE – le ministre fit part de son émotion devant les prouesses techniques, automatiques et…silencieuses de l’énorme engin se mouvant dans les airs.

« Ce qui m’a ému le plus, renchérit-il, c’est vous toutes et vous tous ! C’est les femmes et les hommes qui derrière ces usines, derrière ces innovations, continuent à travailler, à prévoir, à produire, à façonner l’avenir. Ce qui me rend plus que jamais optimiste et déterminé ! ».

Une chance en or, en vérité de transformer l’avenir ? Oui, insiste le représentant de l’Etat. « Oui, car avec ce type d’entreprise, on peut créer de la prospérité et de l’emploi dans tout le territoire. On peut redonner espoir à des gens qui n’en ont plus… ».

Un message en forme de clin d’œil adressé aux jeunes générations qui doivent postuler dans les filières industrielles, porteuses d’emplois pérennes. Avis à celles et à ceux qui ont du talent et qui ont envie de le mettre au profit des filières technologiques de demain ! La France veut être championne mondiale !

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99
Page 1 sur 68

Articles

Bannière droite accueil