Le rendez-vous mensuel des entrepreneurs orchestré par BGE Nièvre Yonne tente une percée sur l’Avallonnais. Elle y a organisé sa première séance officielle en ce mois de juillet. Un choix de stratège qui n’est pas pour déplaire à l’un des partenaires de l’ex-Boutique de Gestion, l’AET. L’Association des Entrepreneurs du Tonnerrois, emmenée par son responsable Benjamin LEMAIRE, a tout à gagner en se rapprochant des milieux économiques de la zone méridionale de l’Yonne… 

AVALLON: Présent depuis cinq ans sur ce secteur géographique grâce à une permanence tenue par un conseiller en création d’entreprise, BGE renforce son influence sur l’Avallonnais.

Chère à son président Arnauld MERIC, la formule du « BGE Club », structure informelle regroupant un réseau de chefs d’entreprise, vient en effet de faire une entrée remarquée dans le sérail local.

Le 09 juillet, alors que la période estivale battait son plein, ce sont vingt-cinq entrepreneurs issus de TPE locales qui ont ainsi répondu favorablement à l’invitation de la structure, conduite dans sa phase événementielle par l’animatrice Amandine BENOIST.

Conviés dans l’un des bars mythiques de la ville (il vient d’être intégralement restauré après plusieurs mois de travaux), les participants de cette première mouture du « BGE Club » furent accueillis au « BHV ».

Une fois les échanges initiaux effectués, Benjamin LEMAIRE, président de l’AET, venue se greffer à cette opportunité en sa qualité de partenaire de ce « BGE Club », et Amandine BENOIST traitèrent dans leurs prises de parole des bonnes pratiques du réseautage.

On notait parmi l’assistance des représentants de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté, de GROUPAMA Paris Val-de-Loire, de CERFRANCE,  du groupe EXCEL, de l’APAVE, du CIBC ou encore du FabLab d’Avallon.

Chaque année, BGE Nièvre Yonne propose une formation à la création d’entreprise d’un mois. Celle-ci est dédiée aux porteurs de projet désireux d’étudier la faisabilité de leur future entreprise.

Aujourd’hui, la structure associative souhaite accroître cette proximité auprès des entrepreneurs de l’Avallonnais afin de les accompagner dans leur développement.

Gageons que la formule « BGE Club » réponde à ces besoins. Elle pourrait perdurer dans le temps avec d’autres séances de travail tout aussi motivantes…

Repenser le commerce et l’artisanat du centre-ville constitue une nécessité. La cause prend ses sources dans l’évolution constante de la technologie numérique et l’essor exponentiel du e-commerce. Des éléments exogènes qui ont totalement chamboulé les aspects consuméristes des acheteurs. Pour en savoir davantage afin de mieux anticiper l’avenir, la Ville s’est rapprochée de ses  deux partenaires consulaires : la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Ensemble, ils vont travailler à la réalisation d’une étude afin de recueillir les besoins, perspectives et projets des professionnels de la filière…

SENS : Il est question d’attractivité dans ce projet tripartite mené sous la touffeur de la chaleur estivale. Celle qui se rapporte à l’amélioration du centre-ville par le prisme de sa dynamique commerciale. L’étude, menée conjointement par la Ville de Sens, la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, accouchera d’une analyse fine du tissu économique local. L’objectif in fine est connu : définir une stratégie applicable sous la forme d’un plan d’actions.

Connaître les desideratas des spécialistes du commerce au plus juste de leur réalité quotidienne s’est traduit, il y a peu, par l’envoi d’un questionnaire détaillé. L’idée est de tâter le pouls des professionnels. D’autant que, dans le cadre du plan national, Action Cœur de Ville, dont bénéficie Sens (l’une des 222 villes sélectionnées par l’Etat), un dispositif spécifique est décliné en matière de redynamisation du territoire.

Celui-ci vise à améliorer l’attractivité de ces communes et de leur agglomération dans divers domaines dont l’habitat, la mobilité, le transport, l’enseignement, la culture, le numérique et de surcroît l’économie, sous sa physionomie commerciale et artisanale.

Du 22 au 25 juillet, deux représentants des chambres consulaires étayeront grâce à des entretiens individuels ce processus d’enquête. Ils rencontreront méthodiquement les professionnels destinataires du questionnaire.

On l’aura compris : la mobilisation est donc totale pour recueillir les avis des professionnels du commerce et de l’artisanat ; une première étape indispensable à cette quête efficiente menant à la dynamisation du cœur de ville de Sens.

Un article réalisé en parteneriat

avec la Ville de Sens et la Communauté du Grand-Sénonais.

 

Adepte de nouvelles déclinaisons commerciales, le réseau national de salons de coiffure ajoute une nouvelle corde à son arc en matière de partenariat. Il propose depuis peu à sa clientèle une valeur ajoutée gustative grâce à la complicité de la maison LADUREE, grand spécialiste des macarons et du thé. Pour l’heure, deux des dix-neuf vitrines de la franchise peuvent conférer ce supplément d’âme sous la forme d’art de vivre puisque équipées de corners. Avant que l’ensemble du groupe ne puisse en faire autant !    

AUXERRE : « On a choisi les variantes les plus connues avant de les proposer en dégustation à notre clientèle… ». Aussi insolite que cela puisse paraître, le thé, boisson séculaire si apprécié des épicuriens,  vient de faire une entrée inattendue dans l’univers cocooning véhiculé par les salons de coiffure YSEAL.  

Le réseau national concrétise un nouvel accessit après ceux réalisés avec ses partenaires naturels que sont L’OREAL et KERASTASE. Déclinée sous la forme d’un corner très visible, la présence de la célèbre enseigne LADUREE, chantre de la gourmandise et des arts de vivre, intègre pour l’heure deux des dix-neuf vitrines de la franchise.

Celle d’Auxerre Clairions où la belle aventure du groupe devait débuter il y a quelques années et à Reims, l’une des pièces maîtresses stratégiques de l’échiquier.

Mais que l’on ne se méprenne pas sur les intentions réelles de son pygmalion, l’entrepreneur Laurent PICOUET, ces espaces détente et consommation, où il ne manquerait peut-être que la succulence des célèbres macarons, essaimeront ailleurs d’ici peu.

Les dix-neuf salons de coiffure possèderont à leur tour leur corner à brève échéance, afin de respecter l’uniformisation qui prévaut au sein de cette structure. Celle-ci a réussi à accroître sa notoriété dans cette filière si caractéristique de l’artisanat et du commerce en harmonie.

L’opportunité de déguster des thés au goût emblématique…

Dans le salon auxerrois, la clientèle profite de ce nouveau supplément d’âme instauré depuis une courte semaine. Les clients sont invités à découvrir la gamme de thés de la maison mythique dirigée par la famille HOLDER. La possibilité d’acquérir la précieuse substance complète l’offre mise en place.

Neuf parfums sont ainsi soumis à la sagacité gustative de la clientèle. Parmi lesquels les références qui y ont fait la renommée de ces produits haut-de-gamme. Elles s’extraient de la collection unique conçue par LADUREE autour de quatre grandes familles de produits : les créations spécifiques, les classiques incontournables, les thés à vocation gourmande et même les infusions.

Mention particulière à l’esthétisme apporté aux écrins de présentation. Suscitant le désir consumériste, les contenants répondent à un grand principe vertueux qui a établi la réputation de la marque de luxe : « le beau et le bon restent leur plus belle signature ».

Quant à Laurent PICOUET, il savoure non pas une tasse du précieux breuvage mais la reconnaissance de sa marque par l’un des fleurons internationaux du luxe et des arts de vivre.

Eloge de la gourmandise pâtissière, LADUREE est appréciée de la clientèle chic londonienne (une boutique dans l’antre du commerce britannique chez HARRODS) ou new-yorkaise sur Madison Avenue. Sans omettre bon nombre d’endroits huppés du reste du globe…

Quatre cents mètres carrés de bureaux et un cadre propice à l’épanouissement professionnel : le cabinet d’avocats d'affaires auxerrois dispose désormais d’un siège social digne de son développement. Une réception inaugurale aura permis de faire toute la lumière sur ce nouveau site opérationnel depuis peu…

AUXERRE: Spacieuse, ergonomique, facilitant l’accueil de multiples bureaux, l’imposante bâtisse du 34 avenue Denfert Rochereau offre désormais la configuration idéale pour y exercer son métier de l’avis des collaborateurs du cabinet d’avocats d'affaires.

Depuis peu, ceux-ci ont emménagé en ce lieu, leur nouveau siège social. Celui de FIDAL, l’une des enseignes phare qui exerce son savoir-faire dans le paysage de la filière du droit et des chiffres.

Quatre cents mètres carrés servent dorénavant de vitrine professionnelle à ce spécialiste du droit sous toutes ses variantes : patrimoine, fiscal, immobilier, civil, affaires, propriété individuelle, etc.

Plusieurs étages permettent ainsi une optimisation de l’espace et de pouvoir bénéficier de salles de réunion, très utiles lors de moments de brainstorming préfigurant les stratégies de développement de l’entité.

Directeur du bureau d’Auxerre, l’un des quatre-vingts dix points de chute que compte FIDAL en France, Me Harold FORESTIER s’est félicité en présence de nombreux invités de pouvoir accueillir sa clientèle en ces murs. Sept spécialistes travaillent à ses côtés.

Le cabinet d’avocats d'affaires rayonne sur l’ensemble du département de l’Yonne. Il a acquis de nouvelles compétences en matière de droit social au cours de ces deux dernières saisons. Il accueille en son sein avocats, juristes et consultants.

Aujourd’hui, l’une des missions inamovibles du cabinet se décline sous la forme de rencontres pédagogiques. Devant l’instabilité constante en matière de législation, il est fondamental de transmettre les informations réelles à une clientèle de particuliers et de professionnels désireux de transparence face à cette opacité chronique.

Dès le 25 juillet, le triumvirat porté à la tête du projet de construction d’un futur club d’entreprises dans l’Yonne sera déjà sur le pont. Appelé à se rendre à Paris pour y rencontrer le Haut-Commissaire en charge du Plan « 10 000  entreprises », ce trio d’entrepreneurs, désigné sous le prisme du volontariat, sera à pied d’œuvre. L’enjeu, il est vrai, est de taille. Constituer un nouvel organe structurel pouvant accueillir toutes les bonnes volontés entrepreneuriales esquisse les contours de la feuille de route initiale. Adoubée par l’Etat qui en est l’instigateur, l’entité sera étroitement épaulée par les services de la DIRECCTE. Auxquels s’ajouteront des acteurs incontournables de l’économie, à l’instar de la CCI, du MEDEF, de l’UIMM ou de Pôle Emploi…

AUXERRE : Au terme de passionnants échanges nourris par les commentaires pertinents d’une soixantaine de décideurs, le préfet de l’Yonne Patrice LATRON dut enfin se résoudre à poser l’inévitable interrogation. Qui parmi cette assistance se portait volontaire pour former le nécessaire noyau du futur club d’entreprises que le représentant de l’Etat appelait de ses vœux ?

Comme à l’accoutumée, le silence régnait de part et d’autre dans la salle. Même si une irrésistible envie de pousser le bouchon un peu plus loin titilla les esprits des plus véloces !

Contre toute attente, peu imaginait au démarrage de l’explication de texte fournie par les serviteurs de l’Etat, préfecture et DIRECCTE, que le mode applicatif du Plan « 10 000 entreprises » supposerait la création d’une structure.

Il aura donc fallu patienter un long moment, au détour de prises de parole diverses et variées, avant que ne s’ébauche réellement l’éventualité.

Celle-ci, suggérée par Patrice LATRON lui-même, comporte plusieurs avantages. Primo, créer une structure officielle intègre les priorités définies par le programme « 10 000 entreprises ». Secundo, l’initiative répond à ce besoin d’échanges constants et cette quête légitime d’être informé.

Fort de ces arguties, il ne resta plus qu’à identifier un ou plusieurs leaders issus de la caste entrepreneuriale pour poser les jalons. A ceci près qu’il était impérieux de choisir, non pas un chef, mais des coordinateurs volontaires.

Un, puis deux, puis trois volontaires à la candidature !

Avant même qu’ils ne fassent acte de prétention, les candidats furent confortés par les propos de l’UIMM et du MEDEF. Les structures patronales accompagneront la démarche. Idem pour la DIRECCTE. Cette dernière mettra à contribution ses services pour appuyer les managers. L’unité départementale de l’Yonne, dirigée par Gérard MACCES, assurera le secrétariat et les besoins administratifs. Quant à la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, représentée par l’un de ses élus, René CORNET, elle devrait être partie prenante dans ce projet…

Le silence ne resta pas suspendu très longtemps. Le premier à dégainer en confirmant main levée qu’il était très intéressé pour apporter sa pierre à l’édifice ne fut autre que le directeur d’établissement icaunais de GROUPAMA Paris Val-de-Loire, Jacques BLANCHOT. « Cela m’interpelle mais, je ne veux pas porter le projet tout seul ! ».

Il n’en fallu pas plus pour que la dirigeante de BC Entreprise, Emmanuelle BONNEAU, lui emboîte le pas et valide elle aussi sa candidature.

Puis, d’un binôme initial, la tête de pont du futur concept se transforma en un trinôme grâce à l’affirmation du directeur de Pneu LAURENT à Avallon, Arnaud MALECAMP de rejoindre l’aventure.

Les trois volontaires savent que le farniente n’est désormais plus d’actualité pour les jours à venir. Un déplacement à Paris le 25 juillet figure d’ores et déjà dans leurs agendas.

Ce rendez-vous servira de point d’ancrage pour rencontrer le Haut-Commissaire en charge du Plan « 10 000 entreprises ». Une seconde rencontre, organisée à Avallon, réunira le trinôme le 26 août juste avant la rentrée. Elle favorisera la concertation avant d’officialiser définitivement ce nouveau club auquel il sera indispensable de donner un nom avec la bénédiction de l’Etat.

Page 1 sur 182
Bannière droite accueil
Bannière footer