Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Champ d’action géographique de l’entité : l’Hexagone. Rien que cela ! Mais, de manière plus régulière, les parts de marchés de la Bourgogne Franche-Comté à conquérir. Une chose est sûre, l’acquisition d’une société d’imprimerie en Côte d’Or, toute proche de sa capitale Dijon, aura permis à la structure pilotée par Nicolas MAISSE depuis douze ans de gagner en maturité et surtout en efficacité. 2023 se présente donc sous de bons auspices pour l’enseigne de Vermenton, dans un secteur pourtant en crise…

 

VERMENTON : Les indicateurs sont orientés vers le beau fixe pour la PME, installée depuis cinq ans dans la commune du sud Auxerrois. Une dizaine de salariés y exercent leur savoir-faire avec professionnalisme, bénéficiant du matériel adéquat de dernier cri.

Et même si le secteur de l’imprimerie vit des moments particulièrement tendus, pour ne pas dire difficiles au vu du contexte, ADN Imprimeur semble surfer sur la crête des vagues sans risquer de se noyer, précipitée la tête la première dans un rouleau aux effets ravageurs.

Connaissant une belle progression au niveau de ses résultats – un chiffre d’affaires qui excède désormais le million d’euro – ADN (la bien-nommée) est une entreprise ambitieuse qui ne fait pas de bruit dans le landerneau entrepreneurial, cheminant à son rythme.

Disposant d’une vitrine commerciale à Dijon intra-muros, la société n’a pas hésité à investir au plus fort de la crise sanitaire il y a un an, profitant des aides de France Relance, dans du matériel indispensable à son évolution commerciale. Une nouvelle presse numérique d’un budget de 180 000 euros y a été installée dans l’atelier, renforçant ainsi les potentialités offertes par la chaîne graphique. Et lui garantissant de tenir des délais hyper concurrentiels, sur la journée !

 

 

Une entité positionnée sur la petite série comme sur les grands tirages…

 

L’appareillage propose l’offre cinq couleurs et de l’impression quadri ainsi que l’embellissement des documents en variante or et argent. Le must, car l’effet visuel est de loin très agréable. Des arguments graphiques qui n’auront pas manqué de faire tilt auprès des entreprises, des collectivités et du milieu associatif. Les clients habituels qui sollicitent la PME pour leurs besoins de plaquettes, flyers, bulletins de liaison, cartes de visite, papier en-tête, signalétique, etc.

Ne boudant pas son plaisir de se lancer dans les investissements, Nicolas MAISSE a aussi changé sa presse offset depuis peu, prenant sur les propres deniers de l’entreprise, les 200 000 euros nécessaires à l’achat de ce matériel performant.

Aujourd’hui, avec ses deux « bécanes » qui occupent l’unité de production, ADN imprime à plein régime, en petite série comme en grand tirage. Un sérieux plus pour la réactivité, le développement de l’attractivité commerciale et…de facto la rentabilité !

Le développement, en parallèle, de la partie « enseigne » s’est donc faite tout naturellement pour ce spécialiste de l’impression. Le marquage, la sérigraphie n’ont pas de secrets pour les techniciens qui s’affairent dans l’établissement. Cerise sur le gâteau (et pour être en phase avec l’air du temps !), le textile est également une matière qui s’est rajoutée aux potentialités publicitaires où le marquage sur des pulls ou des casquettes est devenu désormais monnaie courante pour véhiculer l’image d’une entreprise.

« Nous allons dans la bonne direction, confie Nicolas, dirigeant de la boîte, l’objectif est de conserver le cap en 2023 ! ».  

En Côte d’Or, ADN Imprimeur jouit d’une solide notoriété qui lui aura permis de s’ouvrir les portes du centre hospitalier universitaire de Dijon à la suite d’appel d’offres : plus qu’un bonus, le bon filon pour accroître son maillage relationnel dans la capitale bourguignonne dont les entrepreneurs aiment encore communiquer à travers la palette de produits éclectiques proposés par la profession.

Mais, d’autres frappent déjà à la porte, afin d’être ajoutés à la liste des clients. Des laboratoires pharmaceutiques, la Caisse primaire d’assurance maladie, entre autres…La rançon du succès, en somme, pour cette pépite icaunaise.

 

Thierry BRET

 

 

 

Quinze ans de réflexion en faveur de la transition énergétique déclinable au sein  de l’entreprise ! Les dirigeants du second transporteur indépendant d’Ile-de-France, parallèlement implanté dans l’Yonne, avec près de huit millions de voyageurs annuels, n’a pas limité ses efforts pour respecter les principes vertueux du développement durable, et la démarche de RSE, la Responsabilité Sociale des Entreprises. L’entité pousse le bouchon un peu plus loin en mettant des véhicules électriques à disposition de ses personnels…

 

PROVINS (Seine-et-Marne) : En gérant au quotidien un parc de trois cents véhicules, ProCars fait figure d’acteur économique incontournable de la mobilité dans le paysage régional. Une structure entrepreneuriale qui se développe également dans l’Yonne depuis de nombreuses années.

Engagée dans la transition énergétique depuis plus de quinze ans, la société dirigée par Frédéric JOUY vient de prendre la décision de faciliter la mobilité de ses agents devant converger entre les différents dépôts que compte le groupe à Provins. Pour se faire, la direction a décidé de mettre à disposition de ses collaborateurs des véhicules électriques, de type Citroën AMI ou Renault Zoé, afin d’aider aux déplacements verts. Des moyens de transport simples et efficaces.

Utilisés journellement sur des parcours de moyenne distance, environ 250 km aller/retour, ces modèles électriques ont supposé en amont l’installation de bornes afin d’en assurer le rechargement et l’autonomie sur site. Des bornes de type « EVlink » qui sont fabriquées par le groupe SCHNEIDER Electric. A date, 90 % des véhicules de fonction de ProCars fonctionnent à l’électricité.

 

 

Une stratégie RSE tous azimuts dans la société…

 

Le développement durable demeure l’une des grandes priorités stratégiques de l’opérateur public de transport de voyageurs. Parmi les actions marquantes qui permettent à la structure d’atteindre ses objectifs, signalons sa politique d’achat d’autocars très performants écologiquement (aux normes antipollution les plus récentes, c’est à dire aux normes Euro 6 depuis 2014), une maintenance intégrée et rigoureuse des climatiseurs des autocars, permettant une réduction de – 20 % de consommation, la formation du personnel roulant à l’éco-conduite afin de réduire la consommation de carburant et les émissions de C02, et la distribution automatisée avec enregistrement automatique des données du carburant afin de faire un suivi précis des consommations.

Côté investissements, le groupe a su innover dans l’utilisation de nouvelles énergies alternatives, en gonflant sa flotte de véhicules électriques, voire fonctionnant au biogaz pour certains de ses autocars.

La gestion de l’eau a été optimisée grâce à un système de récupération sur tous les sites exploités par l’entreprise (70 % de recyclage). Quant aux bâtiments récents, ils ont été construits ou rénovés dans le respect de la démarche HQE, Haute Qualité Environnementale, notamment à Torcy-le-Grand, où la filiale, « ProCars Champagne » bénéficie d’un édifice en ossature bois.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

L’évènement ne passe pas inaperçu parmi la caste exponentielle des initiés de l’univers crypto. De l’Hexagone comme de l’Europe, d’ailleurs. Puisque les organisateurs, les dirigeants de la société MUGI – le siège social est implanté à Toucy dans l’Yonne et commercialise la marque METIS MINING – s’attendent à une convergence identitaire internationale de la part des suiveurs de cette opération, première du genre, accueillie dans l’antre d’AUXERREXPO. En provenance de Belgique, du Luxembourg, d’Espagne, d’Italie, voire de l’île Maurice, les amateurs de crypto-monnaies se donnent rendez-vous le 21 janvier pour la grand-messe du CRYPTOx’R !

 

AUXERRE : « Il s’agira surtout de démystifier et de vulgariser ce que sont les crypto-monnaies et leurs intérêts pour les celles et ceux qui s’intéressent aux actifs numériques… ». Ainsi s’exprime Maxime CHERY, l’une des pierres angulaires de la jeune structure « MUGI METIS MINING », start-up qui se développe à la vitesse grand « V » autour de solutions matérielles adossées à l’écosystème des « blockchains » et portée sur les fonts baptismaux depuis juin 2019 sur le territoire de l’Yonne.

Avec ses quatre autres acolytes dont la très communicante Fanny VIAUT (COMMUNIK & VOUS), le jeune homme à la tête bien remplie dirige un concept ultra novateur, faisant figure de véritable « OVNI » dans le landerneau entrepreneurial icaunais qui a pourtant reçu l’appui de plusieurs organismes tels la BPI ou la Région Bourgogne Franche-Comté. La French Tech apporte elle aussi sa contribution financière en guise de soutien à la pérennisation de ce modèle économique vertueux qui possède déjà son lot d’indécrottables aficionados.

METIS MINING est le nom de code de cette société novatrice, voire révolutionnaire. Une enseigne devenue emblématique, dont la renommée a largement dépassé les frontières du territoire le plus septentrional de Bourgogne.

Une grande première dans l’Yonne soutenue par la Ville d’Auxerre…

 

Les observateurs devraient s’en apercevoir à l’heure « H » ce samedi sous le coup de 14 heures au parc des expositions auxerrois. Le cofondateur de la start-up a décidé de réunir les passionnés de bitcoin et de cryptos lors d’un salon placé sous le sceau de la vulgarisation et de l’explication de texte, histoire de raccrocher aux wagons toutes celles et tous ceux qui voudraient en connaître davantage sur cet écosystème en pleine expansion. Tel un univers parallèle qui n’aurait pas fini sa croissance avant d’atteindre son plein zénith…

Si cet écosystème des crypto-actifs peut sembler être de l’hébreu, voire de l’araméen, pour le commun des mortels, ce rendez-vous, baptisé « CRYPTOx’R » tombe à point nommé pour en vulgariser l’essentiel. Une manifestation d’envergure hexagonale, mais pas que, qui pose donc ses jalons à Auxerre mérite que l’on s’y intéresse de près d’autant que les amateurs de crypto-monnaies sont beaucoup plus nombreux en France qu’on ne peut le penser !

 

 

Les férus de « NFT », de finances décentralisées, de « tokenisation » devraient y trouver leur compte- c’est le cas de le dire !- au vu du plateau de spécialistes et d’esthètes en la matière qui feront le déplacement en terre de l’Yonne, capitale nationale le temps d’une journée de rencontres et d’échanges instructifs. Mais que l’on ne s’y méprenne pas, le principe fondamental de ce rendez-vous à haute valeur ajoutée pour l’Auxerrois – l’Agglomération a apporté son soutien à la réception de cet évènementiel – sera la vulgarisation à outrance destinée aux néophytes, béotiens et autres « ignares » de la spécialité ! Une initiative rare en province, se plaît à le préciser le très pédagogue, Maxime CHERY.

Cinq grandes tables rondes seront proposées lors de ce salon. Une trentaine d’intervenants, experts en la matière, y participeront pour éclairer de leur lumière un public en quête d’informations.

 

 

 

En savoir plus :

 

Salon CRYPTOx’R

Samedi 21 janvier 2023

Parc des Expositions AUEXRREXPO

1 rue des Plaines de l’Yonne à Auxerre

A partir de 14 heures jusqu’à tard dans la soirée.

Entrée : 30 euros, tarif étudiant 15 euros.

Programme

14h00 – ouverture des portes

14h30 – mot de bienvenue de Maxime CHÉRY, cofondateur & CEO de Mètis, et des élus de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois

15h00 – 15h45 – Table ronde sur les protocoles Blockchain, BTC & co… Pour comprendre l’essentiel à cet écosystème et des technologies mobilisées

16h00 – 16h45 – Table ronde sur le Mining et la transition énergétique. Les actifs numériques, freins ou accélérateurs de la transition énergétique ?

17h00 – 17h45 – Table ronde sur la régulation. Fantasmes & controverses : cryptomonnaies, blanchiment et régulation…

18h00 – 18h45 – Table ronde sur la Finance Décentralisée (DEFI) & les NFT. Finance décentralisée (DEFI) versus centralisée (CEFI), un nouveau paradigme ?

19h00 – 19h45 – Table ronde sur l’univers des Metaverses et du Gaming. Du jeu vidéo aux metaverses : espaces des innovations futures ?

20h00 – mot de clôture

20h30 – Cocktail offert à tous les participants et visiteurs

 

Thierry BRET

 

Mine de rien : il entame la dix-huitième année de bons et loyaux services pour faire fructifier son outil de travail, Jérôme TETU ! Déjà ! Comme le temps passe. Même si celui-ci n’a pas de réelle emprise sur sa volonté farouche de toujours faire progresser une entreprise qui a le vent en poupe auprès de la clientèle de particuliers, des entreprises, voire des collectivités. Bienvenu dans le monde du dépannage et du supplément d’âme, une valeur déclinée chez AS Informatique !

 

SAINT-GEORGES-SUR-BAULCHE : 2005/2023 : dix-huit ans que Jérôme TETU déroule avec passion le fil de son existence professionnelle dans le landerneau auxerrois. Un fil qui revêt de la plus haute importance surtout lorsque l’univers d’intervention au quotidien se concentre essentiellement sur le dépannage et la maintenance des appareils informatiques !

Seul à bord de sa structure entrepreneuriale, le dirigeant aborde la nouvelle année avec sérénité. AS Informatique ne fait guère de bruit ni ne s’affiche à grand renfort de publicité autour d’elle mais cela ne l’empêche nullement d’accroître d’année en année son cercle de plus en plus distendu de prospects et de clientèle. Le bouche à oreille fonctionne à merveille et à ce jeu-là, Jérôme TETU s’en sort plutôt bien, sa silhouette est familière de bon nombre de décideurs économiques et institutionnels qui lui accordent leur pleine confiance !

 

 

Ses ambitions se résument en quelques mots lorsqu’il évoque 2023 : continuité, réactivité, disponibilité, écoute…Le propre de tout responsable de société qui se respecte, en somme.

Il est vrai que depuis bientôt deux décennies, les PC, Mac, tablettes ou encore smartphones n’ont plus de secrets pour lui. Alors, ce n’est pas demain que les sollicitations qui émanent de ses clients particuliers et professionnels, localisés dans l’Yonne, s’arrêteront…Un chef d’entreprise, heureux…

 

Thierry BRET

 

 

Pas si simple de manipuler les simulateurs qui sont accueillis depuis le mois d’octobre par l’EPL des Terres de l’Yonne ! A l’occasion de la réception officielle de ces précieux appareils, conçus par la pépite hexagonale ACREOS, plusieurs personnalités s’y sont essayées avec plus ou moins de bonheur sous le regard attentif du fabricant et des responsables de l’établissement pédagogique à vocation agricole. Et à ce jeu-là, Nicolas SORET et Gilles DEMERSSEMAN, élus de la Région, se sont très bien débrouillés !

 

VENOY: La fiche se révèle aux yeux de tous sur le double grand écran. La vitesse d’exécution de l’exercice accompli par le tracteur-enjambeur dans sa version virtuelle est correcte. Pas de dégâts observés au niveau des plants de vigne fictifs qui ne sont pas arrachés pour autant par une malencontreuse et inexpérimentée manœuvre du pilote.

La conduite de l’engin de simulation s’affiche au vert. La note, enfin, traduit la parfaite dextérité de l’apprenant, soit un 16 sur 20 du plus bel effet. D’ailleurs, c’est simple ! Satisfait de son résultat, le vice-président de la Région en charge des Finances, de l’Economie et de l’Emploi, Nicolas SORET, sortira de sa poche son portable afin d’immortaliser le bon résultat obtenu en le photographiant !

Commentaire à chaud de l’intéressé : « j’ai déjà conduit des tracteurs ! ». Bref, on aura constaté que le président de la Communauté de communes du Jovinien n’a pas perdu la main, visiblement, au volant de cet ersatz de « jeu vidéo » qui n’en est pas un.

 

 

L’ultra modernisme au service de la pédagogie…

 

Huit de ces simulateurs de dernier cri occupent la toute petite salle dédiée à les recevoir dans le complexe des Terres de l’Yonne. Un investissement de plus de 673 000 euros obtenus avec la Région et la manne utile des Fonds européens de développement régional (FEDER)  – une première en France – qui rappelle que cette présence n’est pas ludique mais bel et bien pédagogique. Contrairement à ce que l’on aurait pensé en voyant les élus tester ces machines.

Autre élu régional à se retrouver au volant du même tracteur-enjambeur numérique : Gilles DEMERSSEMAN. Son approche rapide de l’engin démontre indéniablement des capacités à le dompter en réalisant des manœuvres lui permettant de progresser dans un rang de vigne sans l’abîmer.

Un peu plus loin, Christophe BONNEFOND, vice-président du Conseil départemental, se passionne par ce qu’il voit. Des jeunes gens qui proposent une démonstration aboutie de cette technologie utile à l’apprentissage des métiers de la filière agricole et viticole. La secrétaire générale de la préfecture de l’Yonne, Pauline GIRARDOT, observe attentive et avec intérêt les gestes pleins de maîtrise de ces apprenants, relève de la corporation, en compagnie du DASEN (directeur des services départementaux de l’Education Nationale), Vincent AUBER.

Bluffant et incroyable ! Economique et vertueux, aussi, car ces systèmes d’apprentissage au maniement des engins agricoles en toute sécurité ne nécessitent nullement le besoin de rejeter du Co2 et de polluer l’environnement !

Une initiative stratégique étonnante qui mérite d’attribuer la note de vingt sur vingt à l’EPL des Terres de l’Yonne et à ses acteurs qui ont opté pour la voie de l’ultra modernisme au service de la pédagogie ! Mention très bien !

 

Thierry BRET

 

 

 

Page 1 sur 119

Articles

Bannière droite accueil