Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
groupama_small.png

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg
groupama_medium.png

Présent sur le premier Forum de l’Emploi, décliné par la Mission Locale d’Auxerre, le spécialiste de la gestion de la relation client, télémarketing et centres d’appels est venu pallier son besoin anticipatif de main d’œuvre en vue de futures embauches. Une opportunité stratégique à laquelle participait la nouvelle chargée de recrutement de l’entreprise, Cassandre SAGET. Elle a pu y exercer son sens pratique du relationnel afin d’identifier et d’attirer de nouveaux talents…

AUXERRE : Aux côtés de l’incontournable Aurélie VALLOT – la référente historique du recrutement au sein de la structure auxerroise-, la nouvelle chargée de recrutement du groupe ARMATIS-LC a profité de l’événementiel concocté autour de l’emploi pour prendre la température de ce marché très fluctuant.

L’un des plus gros pourvoyeurs d’emploi du bassin d’Auxerre ne pouvait se soustraire à ce rendez-vous qui aura vu une forte affluence de jeunes gens arpenter les travées de la salle Vaulabelle. Dès l’ouverture de la manifestation, le stand du gestionnaire de la relation client, télémarketing et centres d’appels était déjà fréquenté.

Questionnements, interrogations, renseignements…bref, le lot de données précises qui nécessitait des réponses appropriées de la part de la nouvelle chargée de recrutement, Cassandre SAGET. Issue du milieu du travail intérimaire, la jeune femme occupe la fonction depuis le 01er février dernier.

Plus de cent cinquante nouveaux emplois créés depuis le début de 2019…

Depuis le début de cette année, ARMATIS-LC a géré l’intégration de cent cinquante compétences supplémentaires au sein de son unité de production d’Auxerre.

« Ce fut une période très faste, explique Aurélie VALLOT qui travaille à la nouvelle configuration de son poste, positionné dorénavant dans la dimension nationale du groupe, notre présence sur ce forum nous permet d’anticiper nos prochaines phases de recrutement qui sont liées aux demandes de campagnes marketing de nos clients… ».

Cette action de sourcing était donc la bienvenue pour que le groupe puisse récolter CV et autres prétentions de futurs collaborateurs susceptibles de faire carrière. 85 % des postes proposés au sein de l’entité sont en contrat à durée indéterminée.

Le site d’Auxerre, septième de ce réseau qui est opérationnel à l’international dans vingt-trois pays, est ouvert depuis une décade. Le groupe emploie aujourd’hui plus de dix mille collaborateurs et réalisait en 2016 environ 230 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Une trentaine d’exposants ont validé leur acte de présence sur ce rendez-vous annuel qui fait la part belle à l’innovation technologique. Mobilité, énergies renouvelables, maîtrise de l’éclairage public ou réseaux connectés constituent les principaux pôles de convergence d’une manifestation destinée à informer élus, décideurs locaux et responsables techniques. Le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne joue ainsi son rôle de pédagogue et de précurseur en la matière…

VENOY : Depuis plusieurs années, le domaine de l’éclairage public et les nombreuses innovations technologiques qui en découlent disposent de leur vitrine intéressante à l’estampille du SDEY. Un salon qui sera accueilli comme à l’accoutumée salle des Jonchères en périphérie de la capitale de l’Yonne, à Venoy.

C’est à une immersion exhaustive parmi cet univers de produits et de technologies originales que nous invite le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne. Au-delà des élus, beaucoup de responsables des services techniques des collectivités ne manqueront pas de se rendre à cette présentation démonstrative.

Cette année, les visiteurs n’auront que l’embarras du choix. Le président du SDEY, Jean-Noël LOURY, ayant suggéré à ses proches collaborateurs d’élargir le champ d’action de ce nouveau rendez-vous qui ouvrira ses portes à davantage de possibilités matérielles et technologiques à dévoiler.

Puisqu’il sera essentiellement question de transition énergétique, les élus et leurs techniciens pourront arpenter les travées de la salle des fêtes en découvrant moult innovations : caméras de supervision permettant le pilotage de l’éclairage public ainsi que la gestion du flux de la circulation des véhicules, armoires techniques permettant la recharge de véhicules électriques de type bicyclettes ou scooters, démonstration du logiciel de GMAO (gestion assistée d’un logiciel pour le réseau d’éclairage d’une commune), présentation de lampadaires solaires, présentation de la route solaire et d’un film sur la route intelligente, etc.

La présence de cet ensemble de technologies ultra modernistes est loin d’être incongrue sur cet événement. Rappelons que, et grâce au travail de sensibilisation et d’implication du syndicat d’énergies, trente-et-une communes de l’Yonne disposent d’un éclairage public connecté ; 113 localités possèdent une ou deux bornes de recharge pour véhicules électriques et une commune propose même l’autopartage d’un véhicule communal électrique.

 

Basée sur des aspects collaboratifs, formant des écosystèmes renouvelables, l’économie symbiotique représente une alternative heureuse à la réalité économique traditionnelle. Elle permet de créer un nouveau paradigme où la place de l’humain se revendique à tout instant dans un environnement positif. Au cours de sa découverte du fabricant de mobilier en bois MOBIL WOOD, structure adepte de l’holacratie et novatrice en de nombreux domaines, la candidate de la liste « RENAISSANCE » a laissé de côté sa vision politique des choses pour redevenir l’ancienne étudiante de polytechnique (X) et de l’Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts qu’elle a été jadis avant d’être nommée ingénieur…

CRAVANT : Diplômée d’un Master en économie obtenu à la prestigieuse université de Berkeley (Etats-Unis), l’Alsacienne Fabienne KELLER apprécie tout ce qui se rapporte de près ou de loin aux innovations technologiques et au savoir-faire inhérent aux entreprises. Durant son immersion lui permettant de découvrir l’univers atypique de cette entreprise icaunaise, elle n’aura donc pas été déçue !

La sénatrice du Bas-Rhin a endossé sa vêture d’ingénieur des ponts, des eaux et des forêts pour mieux appréhender les aspects pragmatiques et techniques de cette entité. MOBIL WOOD, comme chacun le sait, fait figure de précurseur et de pygmalion dans bon nombre de domaines entrepreneuriaux. A commencer par la manière dont la structure pratique le management ouvert et participatif.

Construire le modèle économique différemment…

D’autant que cette visite initiée sous le prisme de la campagne électorale des Européennes, aura donné l’opportunité au responsable de la société, Alexis NOLLET, de démontrer à un aéropage de personnalités politiques (le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste LEMOYNE, le président de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre et conseiller régional, Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, la sénatrice Noëlle RAUSCENT, les candidats icaunais de la liste RENAISSANCE, Irène EULRIET et Pascal HENRIAT…) le bien-fondé de cette alternative économique.

Certes, le principe vertueux lié à la déclinaison de l’holacratie a évolué chez MOBIL WOOD. « On a pris les fondements de cette éthique, précise Alexis NOLLET, c’est-à-dire le management participatif avant de l’adapter à nos besoins de gouvernance… ».

Pionnière en la matière sur le territoire de l’Yonne septentrionale, l’entreprise a fait depuis des émules, convertissant quelques patrons à revoir la ligne stratégique de leur management en adepte convaincu de l’entreprise libérée.

   

Habile, le mentor de MOBIL WOOD profitera de l’intérêt de ses visiteurs pour leur glisser qu’il serait judicieux de suivre de près ces évolutions à l’avenir.

Du grain à moudre pour Fabienne KELLER qui, visiblement très satisfaite de ce déplacement dans une entreprise aux méthodes futuristes du management,  aura pris attache, échange de coordonnées oblige, avec le dirigeant de la société.

 

Préconisée par la Région Bourgogne Franche-Comté, la technologie « R Cube » permet de couvrir de manière optimale nos huit départements grâce à l’Internet de très haut débit. Afin de mieux en expliquer les enjeux, l’organisme institutionnel décline des réunions publiques d’information. La Puisaye-Forterre faisait l’objet de deux d’entre elles ces jours-ci…

TOUCY: La solution de très haut débit permettant de booster les connexions du multimédia nécessite quelques explications de texte. Surtout dans les zones rurales qui sont encore très loin de bénéficier à bon escient de tous ses avantages.

Aussi, n’était-il point étonnant de pouvoir assister à deux rencontres informatives assurées par la Direction de l’aménagement du Territoire et Numérique les 09 et 10 mai à Ouanne et Charny Orée de Puisaye la semaine dernière, pour en appréhender les contours spécifiques.

Se situant aux alentours de 30 euros pour 30 Mbits/s, l’offre grand public mise à la disposition des habitants devait être longuement expliquée. En effet, la Région souhaite par cette technologie apporter un accès Internet de qualité aux territoires ruraux qui en sont dépourvus.

Le principe de fonctionnement du réseau repose sur la mise en place d’antennes émettrices installées sur des pylônes ou tout autre support assez haut, de type château d’eau.

Les abonnés sont alors équipés d’une antenne extérieure qui est installée sur le toit de leur habitation ou de leur entreprise. 

Correctement orientée vers l’émetteur le plus proche, cette antenne permet d’optimiser la qualité du signal transmis et d’améliorer ainsi le débit disponible.

Maître d’ouvrage de cette infrastructure, l’entité régionale assume financièrement les charges d’exploitation et les coûts d’installation. Dans l’absolu, elle a mobilisé trois fournisseurs d’accès Internet (FAI) nationaux, afin de proposer un service de type « Triple Play » au grand public (Internet, téléphone et télévision).

Quatre autres opérateurs nationaux ou régionaux ont également été sélectionnés pour proposer un service à destination des professionnels, soit des possibilités d’exploitation comprises entre 10 Mbit/s à 100 Mbit/s.

Ce n’était pas des mots de circonstance. Mais bel et bien des paroles fondatrices autour du partage des espaces publics que le président de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois Guy FEREZ a prononcé lors de son discours inaugural de la Maison des Mobilités. Lors de sa prise de parole, l’édile d’Auxerre a fait part de sa vision personnelle autour de la mobilité telle qu’il l’envisage à l’avenir dans la capitale de l’Yonne…  

AUXERRE : « Les villes doivent devenir des espaces de cohésion et de rencontres. Des lieux où la santé peut retrouver un élan vertueux qui avait disparu jusqu’alors, du fait de l’accroissement de la sédentarité... ».

En quelques minutes, le temps de son intervention à la tribune officielle de la phase inaugurale de la Maison des Mobilités de l’Auxerrois, Guy FEREZ a brossé les contours de la mobilité de demain.

Celle qui englobe diverses composantes que l’on se déplace en engin motorisé, mais aussi à bicyclette, en trottinette ou à pied, lui qui est un fervent adepte de la marche.

Ouvrir une autre voie, incarnée par la mobilité douce, cette alternative heureuse qui préfigure nos déplacements en ville et dans sa périphérie, s’inscrit dorénavant parmi les réflexions prioritaires de l’élu icaunais.

En cela, Guy FEREZ n’a pu que saluer avec satisfecit le travail effectué rue de l’Horloge, un labeur qui se concrétise sous la forme de cette vitrine flambant neuve à la gloire du réseau LEO et de ses multiples services.

Questionné par l’une des invitées de cette cérémonie protocolaire, le maire d’Auxerre a pu faire toute la lumière sur la signification de ce terme qui n’est pas un énième acronyme de plus.

« Ce réseau de transport aurait très bien pu se nommer OLA ou LULU, précisait-il avec un zeste d’humour, le plus important avec LEO, c’est que chacun de ses usagers doit s’approprier cette appellation qui reste facilement identifiable… ».

Un exercice de pur marketing inhabituel, nourri d’explications, dans lequel Guy FEREZ devait exceller !

Les alternatives ne se limitent pas aux seuls transports en commun…

Observant le comportement de ses concitoyens et l’évolution de leurs demandes en matière de mobilité, l’élu auxerrois a été amené à réfléchir et à travailler avec ses équipes sur la nécessaire complémentarité et le meilleur partage des espaces publics.

« Trop souvent, poursuivait-il, nous considérons au niveau des alternatives possibles que les seules offres à proposer se rapportent aux transports en commun. Mais, cela est très réducteur. Il faut désormais y ajouter obligatoirement la marche, la pratique du vélo, la trottinette, voire d’autres choses encore… ».

Fort de cette analyse, le président communautaire réfléchit aux conséquences inhérentes à cette addition de ces mobilités, devant conduire à l’aménagement des espaces publics. Tout en assurant la continuité au-delà de la zone urbaine.

« Ce n’est pas copier sur ce qui se passe ailleurs, affirma l’interlocuteur, mais il est clair que nous ne pouvons plus conserver des espaces qui soient isolés les uns des autres… ».

Faudra-t-il pour autant envisager de construire des espaces spécifiques, dédiés à tel ou tel type de mobilité ?

Réponse catégorique de l’élu : « je ne crois pas qu’il faille concevoir des choses particulières au cœur de la ville. Le partage des espaces publics est la manière de voir les choses. Si l’on se réfère à la littérature historique consacrée à la ville et au développement urbain, avant l’invasion de l’automobile, l’espace public se partageait. Il nous faut retrouver cette volonté de cohésion citoyenne et sociétale autour de ce partage… ».

Un dossier à suivre de près pour en découvrir les phases applicatives…

 

Page 1 sur 34
Bannière droite accueil
Bannière footer