Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Près de 160 000 visiteurs ont arpenté les travées de cet évènement qui faisait la part belle à l’Italie pour son édition 2018. Comme à l’accoutumée, et à la totale satisfaction de ses organisateurs, la Foire internationale et gastronomique de Dijon a tenu ses promesses et rempli ses objectifs, malgré un jour d’ouverture en moins par rapport à 2017…

DIJON (Côte d’Or) : Que ce soit dans le secteur de la restauration et de l’alimentation, ou dans celui de l’équipement de la maison et de la personne, la traditionnelle foire de la capitale régionale a connu le succès.

Analysant les informations statistiques inhérentes à l’évènement, la direction de Dijon CONGREXPO a confirmé par la voix de François CONTET la bonne tenue de ce 88ème rendez-vous.

En effet, la foire internationale et gastronomique a maintenu son nombre de visiteurs. Soit une jauge de 160 000 personnes à l’instar de ces dernières saisons. A l’énoncé de ce résultat positif, le directeur de la structure organisatrice n’occultait pas sa satisfaction.

Un pavillon d’honneur assailli par le public…

Un satisfecit partagé par l’ensemble des exposants qui avaient pris soin de dévoiler leurs nouveaux produits et prestations sur les stands.

Le pays hôte, l’Italie, a su lui aussi capter l’intérêt de ses aficionados. Celles et ceux qui désiraient retrouver les senteurs et saveurs d’une cuisine méridionale, élaborée toute en finesse et avec de la subtilité jusqu’au fond de l’assiette.

Littéralement pris d’assaut par le public, le pavillon d’honneur n’aura jamais désempli. A la grande joie des exposants qui se sont dits ravis de leur présence en ces lieux.

milieu articles

« Le succès a été tel, précise François CONTET, qu’il est envisagé pour les prochaines éditions de créer un espace dédié à leur pays en dehors du pavillon de l’invité d’honneur ! ».

Preuve que la réussite était totale sur ce site particulièrement apprécié des gourmands et gourmets.

L’Italie a su remporter tous les suffrages de popularité !

D’ailleurs, en parallèle, le salon VINIDIVIO, consacré aux vins du Piémont, a connu une hausse spectaculaire de sa fréquentation, dépassant de 14 % la précédente édition, avec plus de 2 300 visiteurs en quatre jours.

Quant aux animations qui se sont déroulées dans le cadre des Rencontres Gourmandes, mises en exergue par l’Amicale des cuisiniers de la Côte d’Or, elles ont comme de coutume enthousiasmé les férus de bonne table. Certains épicuriens n’ont pas hésité à prendre quelques cours de cuisine auprès des chefs.

Côté concours, toujours plus nombreux d’une année à l’autre, ils ont permis à de nouveaux talents de pouvoir s’exprimer avec maîtrise et dextérité. Permettant aussi à cet évènement d’atteindre un autre de ses objectifs.

Enfin, pour les puristes qui en ont apprécié la quintessence culinaire, précisons que la Table de Lucullus a su retrouver ses attraits d’antan que beaucoup regrettaient avec une once de nostalgie.

Désormais, la direction de Dijon CONGREXPO regarde déjà l’avenir et l’horizon 2019 avec la future foire qui se déroulera du 31 octobre au 11 novembre.

Durant trois jours, plus de 150 personnes ont pu prendre part aux rencontres professionnelles de l’association « Quintessence », fédérant  des compagnies théâtrales du Grand Est. Elles ont été organisées dans différents univers de la capitale de l’Yonne. Avant-projets de spectacles, mutualisation des réseaux et réflexions autour des modèles économiques ont ponctué ces échanges, qualifiés de constructifs…

AUXERRE : Une cinquantaine de directeur de théâtre avaient confirmé leur participation. Sept réalisations y ont dévoilé en avant-projet tandis que plus de 70 artistes effectuaient le déplacement en terre de l’Yonne. La venue de ces rencontres nationales, autour du spectacle vivant, s’est soldée par une très belle réussite pour les initiateurs de ce projet, dont la Ville d’Auxerre et l’association Yonne en Scène.

Que ce soit à l’Abbaye Saint-Germain, au SILEX ou à la salle VAULABELLE, ces trois journées de retrouvailles des exégètes et acteurs de la culture du Grand Est de la France furent intenses. Tant au niveau des idées que sur le développement de réseaux.

D’ailleurs, des rendez-vous avec des structures analogues, opérationnelles au Luxembourg, en Suisse romande et dans la région Rhône-Alpes pourraient se développer à l’avenir. Et enrichir les débats.

Présidente de l’association Yonne en Scène et vice-présidente du Conseil départemental, Isabelle FROMENT-MEURICE a confirmé que l’intervention budgétaire du Département serait conservée au cours des quatre prochaines années en faveur du développement du théâtre d’Auxerre, nouvellement certifié « scène conventionnée d’intérêt général ».

AUXERRE : L’élue du Département de l’Yonne, Isabelle FROMENT-MEURICE, s’est exprimée, lors de la soirée de présentation de l’appellation « scène conventionnée d’intérêt national » qualifiant désormais le théâtre auxerrois.

Pour elle, « il est était légitime que la représentation exécutive du territoire encourage le développement de la politique culturelle... ».

Puis, de rajouter : « Nous avons fait valoir la spécificité du théâtre d’Auxerre et nous désirons soutenir plus activement ce complexe. Ce sont des efforts que nous souhaitons institutionnaliser… ».

milieu articles

Favoriser l’unique scène conventionnée du département intègre donc les priorités de l’élue. Quant à la ligne budgétaire actuellement consentie, elle devrait être conservée sur une période de quatre ans.

Il n’est pas exclu, selon les commentaires de la présidente de la structure Yonne en Scène, que d’autres sites culturels de l’Yonne puissent à l’avenir bénéficier de précieux subsides, indispensables à leur essor artistique et culturel.

Depuis qu’elle a succédé à Frédéric THIRIEZ en novembre 2016 à la présidence de la Ligue de football professionnel (LFP), Nathalie BOY DE LA TOUR n’avait encore jamais eu l’opportunité de se rendre dans l’Yonne de manière officielle. C’est chose faite depuis ce vendredi 21 septembre où la dirigeante de la discipline sportive la plus populaire dans l’Hexagone a apporté sa caution suprême à l’initiative partenariale qui unit désormais l’AJ Auxerre, ACADOMIA et DOMANYS autour d’un concept éco-citoyen et civique dans l’air du temps…

AUXERRE : Première représentante de la gent féminine à siéger au conseil d’administration de la Ligue de football professionnel (LFP), Nathalie BOY DE LA TOUR en est aujourd’hui la présidente. Une ascension pas aussi insolite qu’elle n’en a l’air pour cette diplômée d’ESCP Europe (anciennement Sup de Co Paris), titulaire d’un Mastère et ayant fait ses gammes auprès des milieux professionnels du commerce et de la communication.

Elue pour un mandat de quatre ans, au sein de cette vénérable institution qui gère le cadre opérationnel, disciplinaire et juridique des clubs de football professionnels français, cette « tête blonde » bien remplie s’est immergée dans ce milieu longtemps hermétique aux femmes en devenant l’un des deux créateurs du premier salon grand public consacré à cette discipline.

« Cela se déroulait en 2004, confie-t-elle, c’était le « GALAXY FOOT » dont j’ai assuré la direction jusqu’en 2007 avant de rejoindre la Fondation du football… ».

Une fondation pour promouvoir la vision citoyenne du football…

Proposer un concept de formation incitative en direction de la jeunesse locale telle que l’a conçu l’AJ Auxerre et ses deux partenaires, ACADOMIA et DOMANYS, ne peut que la réjouir dans les faits.

Elle-même s’y est attelée il y a quelques années en arrière. Aux côtés de Philippe SEGUIN, puis de Patrick BRAOUEZEC, Nathalie BOY DE LA TOUR impose son style et sa méthode d’entrepreneuse au service de la Fondation du football. En y insufflant de la volonté citoyenne et de l’engagement, en y développant des vertus éducatives et de l’innovation sociale. En rebaptisant d’ailleurs l’appellation de cet instrument promotionnel qui deviendra « FondaCtion ». C’était en juillet 2014.

« Ce sont des démarches très encourageantes, poursuit-elle, et qui apportent une autre vision véhiculée par le sport. Par exemple, au sein de « FondaCtion », les opérations se déclinent autour de l’initiation à la santé, l’égalité des chances, l’environnement et le développement durable ou encore le fair-play et le respect d’autrui. Des valeurs semblables à celles que le club d’Auxerre vient de mettre en place avec la signature de cette convention de partenariat… ».

Là, où le challenge devient novateur et spécifique, c’est qu’il est la résultante profonde d’un club. En l’occurrence celui de l’AJA et de son président Francis GRAILLE qui n’a jamais caché ses intentions de prioriser un certain nombre d’actions à caractère humaniste et sociétal parmi ses projets.

90 % de jeunes ne deviendront jamais des joueurs professionnels…

Ce sont plus de 4 500 jeunes, vivant parmi près de 20 000 familles locataires des biens immobiliers de DOMANYS, qui en deviennent les vrais bénéficiaires. Grâce à un accès à une plateforme pédagogique conçue et optimisée par le leader national du soutien scolaire à domicile et spécialiste de la formation, ACADOMIA (voire l’article spécifique).

« J’apprécie l’initiative prise par les dirigeants de l’AJA, insiste Nathalie BOY DE LA TOUR, ce club demeure l’un des fers de lance de l’histoire du football professionnel en France. Ses origines évoquent déjà cette forte appétence à la transmission d’un savoir-faire et d’un savoir-être. Le concept qui a été officialisé ce soir s’inscrit dans une pure lignée d’évènements et de faits qui vont dans ce sens.

Les jeunes sportifs qui se dirigent vers le haut niveau éprouvent toujours ce cruel dilemme entre leurs études à poursuivre et une éventuelle future carrière de joueur professionnel. Or, 90 % des jeunes gens qui fréquentent les centres de formation à l’heure actuelle ne deviendront jamais des professionnels du football. Il est grand temps de s’intéresser à eux et de leur préparer aussi un avenir digne de leurs ambitions… ».

Une préoccupation que la Ligue de football professionnel prend aussi à son compte.

« Les instances officielles de ce sport doivent agir en responsable et faciliter l’insertion de ces 90 % de jeunes dans la vie active en leur octroyant les meilleures bases possibles. Tant au plan intellectuel par le biais de l’enseignement qu’au niveau de la citoyenneté, du civisme et du respect… ».

Motivés depuis l’âge de 15 ans, parfois un peu plus tôt, les jeunes pensionnaires des centres de formation, à l’instar de celui de l’AJ Auxerre, bénéficient dès lors d’une attention particulière des dirigeants de la Ligue professionnelle. Préparer leur avenir professionnel sans briser leurs rêves sportifs serait la plus belle des réussites pour la présidente de la vénérable institution.

Pour y parvenir, Nathalie BOY DE LA TOUR peut dorénavant compter sur un allié de poids supplémentaire sur cette voie de l’engagement sociétal et citoyen : le président de l’AJA Francis GRAILLE qui occupe désormais l’un des 23 sièges du conseil d’administration de la LFP.

C’est une obole généreuse de 1 400 euros qui tombe dans l’escarcelle de la jeune structure associative icaunaise apparue en février 2016. Ayant pour vocation de sensibiliser les publics au handicap visuel, Ensemble pour Voir 89 convertira le chèque offert par l’assureur mutualiste à l’achat de matériel pédagogique et d’accessoires utiles à la locomotion des malvoyants.

AUXERRE : Portée sur les fonts baptismaux à l’hiver 2016, l’association caritative Ensemble pour Voir a pour credo la sensibilisation la plus éclectique à la dure problématique du handicap visuel. Si les jeunes scolaires et les étudiants constituent une cible privilégiée pour accueillir cette source de renseignements, le grand public et les professionnels du bâtiment ne sont pas oubliés pour autant dans cette politique de communication volontariste.

Etre soutenue financièrement (et de manière altruiste) par GROUPAMA Paris Val de Loire représente une opportunité quasi providentielle pour la présidente, Isabelle PLEUX. Cette dernière, accompagnée de représentants de son comité exécutif et de personnes déficientes visuelles, a pu apprécier le don qui lui a été remis par le président de la Fédération départementale des caisses de l’Yonne, Pascal MAUPOIS, lors d’une cérémonie protocolaire aux accents sympathiques et chaleureux.

Un acteur économique mais aussi prévenant sur le plan de la solidarité…

L’enveloppe financière, un total de 1 400 euros, a été collectée lors d’une manifestation de relations publiques, les « Rencontres départementales » déclinée auprès des clients et sociétaires du spécialiste de l’assurance et de la prévoyance au cours de ce printemps. GROUPAMA Paris Val de Loire procède ainsi chaque année. Et offre une somme d’argent sous la forme d’un chèque à une association solidaire et caritative.

Précisons que le groupe régional n’est pas qu’un simple acteur économique. L’environnement sociétal lui parle au gré de son quotidien. En témoigne ses aides et interventions diverses, relayées par sa propre fondation santé au plan national, en faveur de la Fondation des maladies rares ou à travers des opérations menées auprès de l’Association des petits princes.

Oscillant entre 30 et 60 euros selon les variantes, le coût des cannes de locomotion constitue un budget conséquent que ne peuvent supporter les personnes malvoyantes. Aussi, Ensemble pour Voir a décidé d’acquérir ce type de matériel indispensable à la mobilité grâce à la générosité de l’assureur mutualiste.

Page 1 sur 9
Bannière droite accueil