Semaine fertile pour le jury de la fameuse épreuve qui est organisée sur délégation du Conseil départemental de l’Yonne. L’obtention du label « Villes et Villages fleuris » récompensera cet automne, lors de sa traditionnelle remise des prix, particuliers et collectivités (94 engagées cette année) de l’Yonne. Pas de répit pour les jurés qui sont chargés d’examiner avec soin les plantations et embellissements des communes inscrites à cette édition 2019…

AUXERRE: Sensible à l’harmonie générale des embellissements, de la qualité, des volumes mais aussi de la diversité des plantes et fleurs utilisées, le jury départemental du traditionnel concours de fleurissement est depuis ce lundi sur le pont.

Objectif pour la vingtaine de spécialistes es horticulture : faire passer l’examen de passage de la kyrielle de dossiers reçus en amont. Il s’agira à l’issue de ces observations d’établir le palmarès officiel de l’épreuve annuelle dont les lauréats recevront l’agrément du label « Villes et Villages Fleuris ».

Comme le confirme la présidente de l’agence Yonne Tourisme, vice-présidente du Conseil départemental, Anne JERUSALEM, le cru 2019 s’avère être excellent.

Ainsi, 94 dossiers de candidature ont été déposés par les collectivités de l’Yonne. Soit un surplus de quatre nouveaux compétiteurs par rapport à la saison dernière.

Lors de ce périple intra-départemental, le jury adoptera la grille d’évaluation nationale en ce qui concerne le dossier des communes en évaluant le patrimoine végétal, la gestion environnementale, la qualité de l’espace public. Ainsi que la pertinence des aménagements paysagers, voire l’animation et la promotion de la démarche.

Dans le cas des candidatures des particuliers, les membres du jury s’attacheront à apprécier la qualité de l’embellissement floral, le volume et la diversité des plantes et fleurs utilisées.

Chaque année, ce concours organisé par l’agence Yonne Tourisme a pour vocation de valoriser la diversité paysagère de notre territoire.

Précisions : le jury visitera également les 22 et 23 juillet les campings participant au Prix de la Fédération départementale de l’hôtellerie de plein air.

L’établissement bancaire régional adresse un message concret aux milieux économiques. Notamment sur le Sénonais, qui dispose à juste titre d’un fort potentiel de développement. La nomination de deux conseillères en gestion privée optimise ainsi les velléités de présence de l’organisme financier. Tout en traduisant d’autres ambitions : celles d’être un vecteur clé dans cet accompagnement qui est dévolu à une clientèle patrimoniale, issue des agences et du centre d’affaires des entreprises…

SENS : La désignation de deux nouvelles conseillères en gestion privée à la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté dans l’Yonne ne relève pas d’un simple hasard. Créer une vraie synergie entre les agences et le centre d’affaires qui évoluent dans la zone septentrionale du département répond à cet apport de compétences innovantes.

Alors que l’Auxerrois bénéficiait déjà de telles auxiliaires professionnelles, il devenait impératif pour la direction du groupe de structurer une équivalence dans le nord et le centre de l’Yonne.

C’est dorénavant chose faite. Permettant à la cellule de gestion privée de disposer d’un effectif suffisant, soit cinq éléments, qui couvre le territoire.

Véritables experts dans l’appréhension des problématiques liées à la gestion patrimoniale du dirigeant, les composantes de ce pôle jouissent d’un haut degré de formation bancaire. Initial comme continu.

Neuf cellules patrimoniales constituent aujourd’hui le troisième réseau interne de la banque mutualiste qui englobe également le « retail » (service aux particuliers et aux professionnels) et le « corporate » (service aux entreprises).

Plus de deux mille personnes profitent de ces cellules de gestion privée dans le département icaunais. Il est nécessaire de posséder au minimum 150 000 euros d’avoir pour rejoindre le cercle restreint de cette clientèle haut-de-gamme.

Présentées à la douzaine de managers du secteur Sénonais, Marine DEPUYDT (détentrice d’un master de niveau 2 en gestion de patrimoine) et Elodie INACCIO (elle possède un bachelor patrimonial) seront placées sous la responsabilité de Sébastien THAUVIN.

La première exercera ses activités sur le nord de l’Yonne tandis que son homologue concentrera ses rendez-vous à Sens et dans le secteur centre du département.

Ce fut une première dans le landerneau. Réussie de surcroît ! Le pari au préalable présentait quelques risques en termes de fréquentation : rassembler lors d’une soirée commune l’ensemble des membres de ce réseau d’affaires sous le prisme de la convivialité et de la découverte. Un exercice pas si simple à concocter. Surtout en cette période de l’année, ballottée entre les bilans de fin de saison et l’approche des vacances estivales. Le BNI a su relever le défi. Il a fédéré plus de 130 personnes issues des quatre clubs icaunais à cette réunion multipartite qui en appelle d’autres…

AUXERRE: Sortir de l’isolement. Aussi bizarre que cela puisse paraître, les organisateurs du premier rendez-vous, permettant aux adhérents des quatre clubs BNI de l’Yonne de se retrouver, avaient choisi ce fil d’Ariane thématique pour justifier l’initiative. Isoler les membres du Business Network International ? Pas vraiment !

Plus de cent-trente personnes répondaient par l’affirmative en manifestant leur présence à cette animation unique qui aura pour corollaire d’en appeler d’autres la saison prochaine. Pourtant, rien n’était acquis en amont. Comme devait l’expliquer l’instigateur de la soirée, le président du BNI Auxerre, Baptiste CHAPUIS.

« Il n’est jamais facile de rassembler sur un évènement unique tous les représentants d’une même association répartis dans quatre clubs à l’échelle du territoire. D’autant que c’est la première fois que nous nous lancions dans une telle aventure… ».

Les adeptes du concept d’Outre-Atlantique, implanté dans l’Hexagone depuis 2004, soit vingt ans après sa création initiale, n’ont pas boudé leur plaisir de se rendre en nombre dans les salons d’honneur de l’AJ Auxerre où était organisé cet évènement.

Là, ils furent accueillis par le directeur de développement de la région Grand Est de la structure associative, forte de plus de 15 000 adhérents en France. En maître de cérémonie sachant manier le verbe et le sens de la relation publique, Pascal MANTHE orchestra cette soirée. Aux côtés de Baptiste CHAPUIS, président en exercice de l’antenne auxerroise.

Des volumes d’affaires énormes réalisés par le biais de la recommandation…

Les représentants des clubs de Sens (le premier qui fut créé dans le département), de Joigny et d’Avallon (le petit dernier) assistaient avec enthousiasme à cette cérémonie placée sous le sceau de la convivialité et de l’échange.

Grâce à ses réunions hebdomadaires, le BNI offre aux chefs d’entreprise et décideurs économiques l’opportunité de pouvoir se connaître malgré des typologies sectorielles diverses et variées.

Au terme de l’exercice 2016, plus de 65,3 millions d’euros de volume d’affaires avaient été réalisés par les membres de ce réseau qui fonctionne sur la base unique de la recommandation.

Le BNI atteint même des records en matière de business au plan national avec 19 000 entrepreneurs référencés pour un milliard d’euros de chiffre d’affaires obtenus au terme du premier semestre. Plus de 130 000 salariés exercent leur savoir-faire pour le compte d’un patron « Bniste » aujourd’hui en France !

Qui a dit que les membres de ce réseau apporteurs d’affaires devaient rompre la spirale de l’isolement ?

Les télécommunications 4G sont désormais possibles depuis le cadre de l’impressionnant chantier médiéval ouvert il y a plus de vingt ans. L’installation d’un pylône financé par les quatre opérateurs historiques de la téléphonie offre une ouverture salvatrice vers le monde. Supprimant au passage une des zones blanches endémiques de l’Yonne. Deux membres du gouvernement ont effectué le déplacement en terre de Puisaye afin d’officialiser la première des vingt-cinq infrastructures devant être déployées sur notre territoire d’ici 2020 dans le cadre du déploiement du numérique…

TREIGNY : Etrange paradoxe que celui-ci ! La téléphonie 4 G est dorénavant fonctionnelle avec un débit de très belle facture depuis l’univers à vocation moyenâgeuse incarné par le château de Guédelon. 

Le premier pylône accueillant la 4G mutualisée aux quatre opérateurs de la téléphonie a été inauguré ce jeudi 11 juillet en présence de nombreuses personnalités. Deux ministres avaient fait le voyage pour valider une concrétisation voulue par le gouvernement.

En charge de la politique de la Ville et du Logement, Julien DENORMANDIE était accompagné du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste LEMOYNE.

Une opportunité pour les deux représentants de l’Etat de réaffirmer haut et clair les intentions du Premier ministre dans sa résolution de la fracture numérique dans laquelle l’Hexagone est plongé.

Le numérique n’est pas un luxe, c’est un droit !

Faire de la France un pays connecté à 100 % s’inscrit parmi les prérogatives prioritaires pour le gouvernement. Julien DENORMANDIE avait négocié en son temps les accords avec les quatre opérateurs de la téléphonie (Bouygues, Free, SFR et Orange), donnant naissance au « New Deal Mobile ». C’est dans ce cadre-là que ce pylône a été installé sur l’un des parkings du site touristique de l’Yonne.

Un deuxième pylône verra le jour du côté de Moutiers à la grande satisfaction des élus de cette partie de la Puisaye dont l’édile de Treigny. In fine, l’Yonne bénéficiera d’une dotation de vingt-cinq édifications métalliques favorisant la propagation des ondes. Mille deux cents réalisations complèteront ce dispositif de couverture optimale à l’échelle de la nation.

 

Rejoindre la famille universelle du Rotary International, c’est faire acte d’altruisme et de générosité envers celles et ceux qui en ont le plus besoin dans notre société. Le club service de Puisaye-Forterre ne déroge pas à la règle. Un credo inéluctable où se reconnaissent les vingt-et-un membres de la structure. Deux chèques, fruits de manifestations caritatives réalisées en cours de saison, récompensent ainsi ce soutien infaillible à la jeunesse, l’une des cibles choisie par le mouvement solidaire aux origines américaines. Qu’il s’agisse du Centre de loisirs local ou de la classe à horaires aménagés cinéma du collège, tous deux deviennent les heureux bénéficiaires de ce geste à valeur ajoutée…  

CHARNY OREE DE PUISAYE : L’altruisme demeure une vertu noble de l’humanité dont certaines personnes entretiennent vigoureusement la flamme. Les représentants du Rotary club de Puisaye-Forterre s’inscrivent dans cette pure logique où la bienséance s’invite toujours au premier plan. De manière quasi quotidienne, car un engagement au sein de ce club service international équivaut à ne jamais baisser la garde de la bienveillance et de la solidarité.

Récemment, le nouveau  président en exercice, Philippe GEORGES, maire du Val d’Ocre, a procédé à l’une des cérémonies protocolaires dont le mouvement rotarien use lors de ses instants solennels.

Celui-ci l’était par le poids de sa symbolique. La cible visée n’était autre que le monde de l’enfance. Cette jeunesse dont il est nécessaire d’encourager le civisme et l’acceptation de l’autre sans omettre l’accès à la culture. Une mission qui sied très bien au Rotary.

Un équipement très onéreux pour la mobilité du petit Antonin…

La cause du petit Antonin a dû inspirer les acteurs de la commission des œuvres sociales propre au club. Comment ne pas être sensibilisé par l’existence de ce jeune garçon, souffrant d’une maladie rare, la myopathie de Duchenne, qui ne peut se mouvoir à bicyclette que si l’engin est adapté à ses capacités motrices ?

Malheureusement, un tel équipement est onéreux. Il nécessite pour son acquisition la mobilisation de tous car le siège spécifique devant accueillir tout en confort Antonin coûte très cher. Soit une enveloppe globale de plus de neuf mille euros.

Le don de 1 500 euros émanant du club service mixte de Puisaye-Forterre à l’emblème caractéristique (la fameuse roue rotarienne) est en soi une bouffée d’oxygène pour le Centre de loisirs de Charny Orée de Puisaye, porteur de cette opération solidaire autour du bien-être du garçonnet.

Grâce à cette obole généreuse, le budget s’étoffe considérablement pour atteindre à ce jour plus de 6 500 euros. Il est fort à parier que le reliquat devrait être comblé assez rapidement.

Un bonheur ne venant jamais seul, les élèves fréquentant la CHAC, c’est-à-dire la Classe à horaires aménagés cinéma, sise au collège des « Cinq Rivières », pourront grâce au subside (800 euros) versé par le Rotary s’immerger dans l’univers culturel de la Cinémathèque française à Paris. Un futur déplacement organisé avec le concours des enseignants de l’Education nationale.

Page 1 sur 168
Bannière droite accueil
Bannière footer