Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Priorité à l’avenir, synonyme de relance économique ! A la tête de la puissante Fédération régionale des travaux publics (FRTP), Vincent MARTIN tirera les enseignements de la saison écoulée, ballottée entre crise sanitaire et atonie de la commande publique, lors de sa prochaine conférence de presse. Une commande publique qu’il souhaite encore plus dynamique dès la rentrée…

 

DIJON (Côte d’Or) : C’est un exercice qu’il affectionne tout particulièrement, le président de la FRTP de Bourgogne Franche-Comté. Le 28 juillet prochain, au siège de la fédération, Vincent MARTIN conviera les représentants de la presse régionale afin d’analyser les conséquences d’une saison riche en péripéties, perturbée par la présence du COVID-19.

Une prestation oratoire qui arrive à point nommé pour le responsable de l’un des secteurs professionnels qui aura, sans doute, le moins souffert des affres de la pandémie en France. Quelques jours après la tenue de l’assemblée générale statutaire de la filière, accueillie non loin d’Avallon dans l’Yonne, le président de la FRTP a des messages, on ne peut plus clair, à transmettre par le biais des médias. Cible potentielle pouvant les réceptionner de prime abord : les responsables de la classe politique, via leurs collectivités.

Il est clair que parmi les perspectives à court et à moyen terme devant être abordées ce jour-là en terre dijonnaise un large volet sera consacré au renforcement de la commande publique. U levier qui est indissociable de la relance économique pour les entreprises du secteur !

 

Une stabilité politique rassurante pour la filière professionnelle…

 

A Avallon, où il retrouvait pour la première fois, et ce depuis très longtemps les adhérents de la filière fin juin, Vincent MARTIN avait montré des signes de satisfaction au lendemain des résultats électoraux, tant au plan des régionales que des départementales, avec la stabilité dans les verdicts, annonciateurs d’une continuité opérationnelle des actions en cours.

« C’est plutôt rassurant… s’était même fendu d’une déclaration soulagée l’entrepreneur de Dijon en croisant les doigts pour que les budgets déjà votés puissent permettre aux projets infrastructurels de se poursuivre. 70 % de l’activité des entreprises des travaux publics dépendent précisément de cette commande publique. D’où le poids des collectivités territoriales dans la balance de l’attribution de ces marchés.

 

 

A ce propos, Vincent MARTIN est catégorique : « il faut que nos métiers soient alimentés dans les mois à venir par le fruit de cette commande publique… ». Il en va sans doute de la pérennité d’une corporation qui aura pu continuer d’exercer durant le paroxysme de la crise, hormis quelques courtes semaines d’arrêt. L’obtention d’importants contrats d’entretien des routes et des ouvrages d’art s’avère impérieux pour le syndicat de la filière en vue de la relance économique.

 

Recherche collaborateurs pour honorer les carnets de commandes…

 

L’autre fait marquant de cette stabilité politique à l’échelle des deux organismes institutionnels que sont la Région et les départements concerne la formation. Largement cofinancée par l’organe régional qui alloue les subsides nécessaires à la modernisation des CFA et de l’Ecole des Travaux Publics, fonctionnelle depuis Besançon.

Attentif au devenir du contrat de plan Etat/Région, Vincent MARTIN évoquera également un autre item nourricier de ses combats actuels : le dossier brûlant du GNR (Gazole Non Routier) suscitant bon nombre de réactions.

Enfin, l’emploi, le saint des saints des problématiques des entrepreneurs actuels, devrait nécessairement susciter son lot d’interrogations avisées de la part de la sphère médiatique. D’autant plus que les entreprises de la filière éprouvent de très sérieuses difficultés à recruter à l’heure actuelle alors que les carnets de commandes commencent à se remplir.

Donner envie à la jeune génération de s’orienter vers ces métiers, par le prisme de l’alternance, est une chance que nul ne doit négliger. Un gage supplémentaire à apporter à l’attractivité de cette filière…

 

Thierry BRET

 

 

Un nouvel acteur économique de poids rejoint les rangs déjà bien pourvus des soutiens inconditionnels au mouvement citoyen international. La mutuelle AESIO apportera dorénavant sa contribution financière aux diverses actions promotionnelles déclinées par la JCE sur son territoire…

 

DIJON (Côte d’Or) : Et une signature de convention supplémentaire à ajouter dans l’escarcelle de la JCE de Bourgogne Franche-Comté ! La dernière en date, notifiée le 16 juillet, se rapporte au soutien d’AESIO Mutuelle qui officialise ainsi son titre de partenaire.

Reconnue d’intérêt public, la Jeune Chambre Economique proposera des ateliers thématiques en y associant l’expertise des professionnels à l’estampille d’AESIO. Un partenariat qualifié de « gagnant/gagnant » par ses signataires, en l’occurrence Selma BACHIR, conseillère au sein de l’entreprise assurantielle et membre du club JCE de Chalon-sur-Saône depuis juin 2020, et Ludovic BERTEAU, vice-président régional en charge du développement et du partenariat.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

 

Bientôt une déclinaison de l’écosystème régional BFC Numérique sur le territoire de l’Yonne ? Nous ne sommes plus au stade des hypothèses les plus folles puisque le pendant départemental du fameux cluster aux couleurs des deux contrées devrait voir le jour officiellement le…01er août prochain. Nom de baptême de la nouvelle structure : « NumYco »…

 

AUXERRE : Que les professionnels de la filière numérique évoluant dans l’Yonne se rassurent ! Ils auront toute la latitude de pouvoir se retrouver et de participer à de nombreuses opérations à la visibilité évidente dès la rentrée prochaine au sein d’un organe associatif 100 % Yonne.

C’est en toile de fond le message officiel, délivré par le futur président de l’entité « NumYco », Alexandre FOULON, ce lundi après-midi, qui devrait tenir les rênes de ce concept dès sa phase d’amorçage.

Le relais départemental du cluster BFC Numérique, structure opérationnelle depuis 2017 qui rassemble plus de deux cents acteurs majeurs de la région, devrait être porté sur les fonts baptismaux à la date du premier août. Au beau milieu de l’été, sur un plan strictement administratif.

 

La jeune structure « NumYco » déjà présente sur les RIDY 2021…

 

Toutefois, c’est aux côtés de la « maison mère » que la jeune « NumYco » devrait se révéler au grand jour lors de la vingtième édition des RIDY, les Rencontres régionales de l’industrie, proposée le 09 novembre à Auxerre.

Profitant de ce véritable carrefour d’échanges avec les régions Bourgogne Franche-Comté, Champagne et Centre, BFC Numérique et la toute jeune structure associative, ayant pour objectif de fédérer les entreprises de la filière technologique recensées sur l’Yonne, feront connaître leurs projets sur leur propre stand.

Vice-président de BFC Numérique, Alexandre FOULON, gérant de la société BRAINYTECH, s’est exprimé ce lundi 19 juillet lors d’un entretien lui permettant d’aborder les grandes lignes de ce futur concept.

La vocation de « NumYco » sera d’animer une vraie communauté de professionnels à l’échelon du territoire, où une vingtaine d’entreprises sont déjà clairement identifiées. Mais, le concept pourra adjoindre dans ses rangs les entreprises support au numérique ainsi que les centres de formation dédiés.

L’association devrait être présidée par Alexandre FOULON dès sa sortie des starting-blocks. Il y sera secondé par Katia JEANSON qui en assurerait les fonctions administratives.

 

Trois départements dans les starting-blocks dont l’Yonne…

 

Si le dépôt des statuts associatifs est prévu en date du premier août auprès des services de la préfecture, le lancement officiel de la structure s’effectuera lors des RIDY où cette vitrine pourrait lui servir de réel tremplin promotionnel.

D’autres projets similaires concernent à l’heure actuelle les départements du Doubs et du Territoire de Belfort, toujours sous l’égide originelle de BFC Numérique.

A terme, les huit départements de Bourgogne Franche-Comté devraient s’ancrer davantage sur le tissu de la proximité grâce à ces outils associatifs départementaux qui ne manqueront pas de collaborer ensemble…Une manière de relier les spécialistes du numérique les uns aux autres avec plus d’efficacité : n’est-ce pas là le fondement même de tout réseau fédérateur ?

 

Thierry BRET

 

Onze millions d’euros. C’est la coquette somme qui aurait dû être versée chaque année à l’Université Bourgogne Franche-Comté en cas de reconduction du label « I-Site » dont elle était dépositaire depuis 2016.

Une certification, synonyme d’excellence, lui permettant une optimisation favorable de sa visibilité tant au niveau de l’Hexagone qu’à l’international.

Oui mais voilà, un jury se réunissant le 09 juin dernier en a décidé tout autrement. Rejetant le renouvellement du précieux sésame qui prive l’établissement universitaire régional de sa reconnaissance qui apparaissait pourtant légitime au vu de ses nombreux investissements.

 

Des projets aux dimensions internationales offrant de la visibilité…

 

C’est un véritable coup dur qui engendre d’autres conséquences aux multiples inconnues. C’est-à-dire la disparition de leviers financiers non négligeables. De ceux qui encourageaient les trois axes de recherche impliquant des laboratoires et des unités dédiées à ces passionnants travaux.

Depuis la création de l’université, ses équipes ont su se mettre au diapason des contraintes techniques et réglementaires afin de rivaliser avec les meilleurs pour remporter de nombreux projets nationaux et internationaux.

Une dimension scientifique représentant un indéniable atout pour la Bourgogne Franche-Comté, l’ensemble de ses collectivités qui sont partie prenantes en les soutenants dans ses divers projets, mais aussi de ces entreprises qui bénéficient des résultats de diverses expériences abouties et reconnues.

Secteur de la santé, de l’énergie, de l’agro-alimentaire, tant d’autres encore voyaient d’un œil bienveillant jusque-là les réflexions pertinentes de ces doctorants et chercheurs à la pointe de la performance intellectuelle. Une source d’avenir indéniable pour susciter des vocations parmi les jeunes universitaires. Un contexte nécessaire en vue de nouvelles prospectives industrielles dont les huit départements de BFC auraient forcément profité.

 

Une première alerte pourtant portée dès novembre 2018…

 

Mais, c’est avec la bouche pâteuse d’un lendemain de « gueule de bois » que les soutiens de l’Université doivent reconsidérer leur position désormais. Même si la Région, par la voix de sa présidente Marie-Guite DUFAY, a pris acte de la décision et réitéré son indéfectible soutien aux équipes impliquées dans les projets en cours.

Quelles sont en réalité les causes de ce refus catégorique ? Le label reposait sur la participation active et collaborative de sept établissements, membres de l’Université régionale. Or, c’est de ce côté-là que le bât aurait blessé dans le choix évaluatif des jurés.

Une osmose participative défaillante qui n’a nullement convaincu les représentants de ce jury (international de surcroît), ne devant pas faire dans la dentelle.

Car, privant d’un seul coup le pôle de Bourgogne Franche-Comté de ses subsides alors qu’il a renouvelé sans l’once d’une difficulté les dossiers portés par les universités de Côte d’Azur, de Lorraine ou de Grenoble Rhône-Alpes.

 

 

L’intérêt du CNRS n’aura pas suffi…

 

Pourtant, dès novembre 2018, une première alerte aurait dû inquiéter les responsables du pôle universitaire. Un coup de semonce, sans aucun effet visiblement. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche s’était déjà inquiété du degré d’intégration des sept établissements, membres de l’UBFC, aux différents projets.

Récemment, le président-directeur-général du CNRS, Antoine PETIT, de passage dans la capitale des Ducs de Bourgogne, saluait néanmoins le travail effectué en ce site régional. Mais, le jury aura, quant à lui, tranché dans le vif.

Supprimant de facto l’accompagnement financier prévu dans le cadre du PIA (Programme d’Investissement d’Avenir). Et anéantissant peut-être de nombreuses espérances et des années d’investigations ?

 

Thierry BRET

 

 

C’est une mauvaise nouvelle pour l’ensemble du territoire. Un revers aux conséquences funestes dont se serait bien passée la communauté scientifique et universitaire de Bourgogne Franche-Comté. En concédant la perte de son label « I-Site », l’Université régionale accuse le coup d’une perte irréversible sur son enveloppe budgétaire. Des fonds indispensables qui permettaient de mener à bien des travaux de recherche dans différents domaines…

 

DIJON (Côte d’Or) : Depuis 2016, date de son attribution, le site universitaire de notre territoire profitait de subsides importants offerts par ce label pour financer ses opérations de recherche dans plusieurs domaines.

Or, le non-renouvellement de ce label, prononcé début juillet, fait office de douche froide pour l’établissement d’enseignement supérieur.     

Promu par un jury international, ce label a pour vocation de valoriser des atouts scientifiques thématisés. Tout en y adjoignant de généreuses subventions.

Alors que les universités Côte d’Azur et Grenoble-Alpes ont vu leurs certifications se renouveler, il n’en a rien été pour l’Université Bourgogne Franche-Comté qui est resté en cale sèche.

Le label I-Site (Initiatives sciences innovation territoire économie) est donc devenu lettre morte pour l’établissement universitaire régional. Sachant que trois items majeurs avaient permis son attribution initiale : les matériaux avancés, systèmes intelligents et énergie propre, les transitions socio-écologiques et alimentaires assorties des innovations à réaliser dans les domaines de l’agriculture et l’industrie agroalimentaire ou encore sur le volet sanitaire les traitements innovants des maladies chroniques et inflammatoires.

Soit un potentiel global de 8,5 millions d’euros annuels dans la balance si le label était à nouveau attribué par ce jury.

 

La présidente de Région déplore la perte de ce label…

 

Une fois l’information connue, la présidente de l’exécutif régional, Marie-Guite DUFAY a fait connaître sa position par le biais d’un communiqué de presse.

« Depuis la création d’UBFC, ses équipes ont remporté de nombreux appels à projets nationaux et internationaux. Cette reconnaissance scientifique est un atout majeur pour la Bourgogne-Franche-Comté. Elle a d’ailleurs été saluée récemment par Antoine PETIT, PDG du CNRS, lors d’une visite dans notre contrée.

Mais le label ISITE, qui représentait un accompagnement financier du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) de l’ordre de 11 M€/an, était conditionné à des objectifs en termes d’intégration et de gouvernance des sept établissements, membres de l’UBFC.

Malgré une première alerte donnée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en novembre 2018, malgré le soutien financier et institutionnel des collectivités, les établissements membres n’ont pas convaincu le jury international du degré d’intégration de leurs établissements au sein d’UBFC.

Cette nouvelle est un coup dur pour les communautés de l’enseignement supérieur et de la recherche de notre région, notamment pour celles qui sont le plus engagées et reconnues dans les projets portés par UBFC.

La perte de l’I-Site signifie la disparition de leviers financiers mais aussi un risque de recul en termes de visibilité nationale et internationale.

C’est un coup dur aussi pour les collectivités qui se sont toujours mobilisées pour soutenir cette recherche d’excellence et ses formations associées, vitrines de notre attractivité.

Partenaire de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Région prend acte de cette décision et souhaite apporter tout son soutien aux équipes impliquées dans les projets I-Site.

Face à l’enjeu du développement d’une recherche d’excellence pour notre région, nous resterons, comme nous l’avons toujours été, à l’écoute des établissements et en soutien à l’Université Bourgogne-Franche-Comté pour aborder cette période post-I-Site… ».

Notre territoire pouvait en effet se passer de cette mauvaise nouvelle…

 

Thierry BRET

 

 

Page 1 sur 294

Articles

Bannière droite accueil