Une journée perturbée et pluvieuse, initialement dévolue à une ballade en moto qui était prévue de longue date, et se transformant en un déjeuner, ici. Il y a pire comme changement, songeai-je alors en m'attablant ! Le « Martin Bel Air » : c'est d'abord l'histoire d'un cuisinier trentenaire. Son créateur, Jean-Raphaël PERSANO, fils de bistrotiers avec plats du jour (de ces établissements qui hélas disparaissent peu à peu de notre horizon), hésita entre une carrière dans la maréchaussée ou la cuisine. C’est elle, finalement, qui l'emportera !

 

SAINT-MARTIN-DU-TERTRE : Ancienne arpète de la prestigieuse « Côte-Saint-Jacques » de Joigny, Jean-Raphaël PERSANO travailla ensuite dans quelques beaux établissements de Côte d’Or – encore une côte, décidément ! - avant de s'installer, sur le plat de cette paisible commune du Sénonais fin 2017.

Immédiatement, le succès fut au rendez-vous. Le bouche à oreille fonctionna de plus belle. Il faut dire que l'incroyable rapport qualité-prix du menu-déjeuner,  impeccablement calligraphié au tableau noir, fit l'unanimité depuis ses débuts.

Le tout était assorti d'une originale sélection vineuse du caviste local Christophe DUCASSOU. Pour parachever l’ensemble, un article flatteur du journaliste François SIMON, publié dans « Le Monde », indiqua l'adresse prisée aux bobos parisiens....mais pas que !

 

 

Une mise en bouche aussi goûteuse qu’originale…

 

Ce cuisinier talentueux,  au caractère bien trempé (comme l'acier de ses couteaux !) se donne du mal chaque jour, avec sa petite brigade et cela se ressent dans l'assiette. Pour le plus grand plaisir d'une clientèle fidèle, il est recommandé de réserver car s'attabler ici n'est pas toujours chose simple ! Ce menu-déjeuner à deux choix  pour  21 euros se mérite, morbleu !

Ce midi-là, c'est complet à l'intérieur et en terrasse. La mise en bouche est aussi goûteuse qu'originale : soupe de melon au pineau des Charentes (délicieux apéritif injustement passé de mode peut-être...). L'assiette d'entrées soignée arrive, très bien dressée avec ses rillettes de maquereau et pickles de légumes.  Evidemment, cela est servi avec du pain croustillant. Cela donne ainsi de la texture au mets. C'est fort bon, même si, la chair du maquereau eût mérité de ressortir mieux encore.

 

 

On craque sur la sauce d’une savoureuse onctuosité…

 

Mention spéciale, ensuite pour la lingue : ce poisson moins connu dont la chair s'apparente quelque peu à la dorade. Son impeccable cuisson meunière évite le ruissellement aqueux dans l'assiette des convives : nous ! La sauce est onctueuse, les courgettes « al dente ». Un fort joli plat des plus appréciés, tout comme la viande rouge qui constitue le second choix !

En dessert, la variation citronnée entre le crémeux et son sorbet, offre une belle harmonie. Sans certitudes aucune, mais peut-être que ce délicieux crémeux supporterait…un brin moins de sucre.

 

 

 

A quand la distinction du « bib gourmand » ?

 

Café et mignardises pour terminer cet excellent déjeuner, dans ce restaurant légitimement référencé depuis quelques années au Michelin, qui y relève une cuisine moderne et enlevée, au bon rapport qualité-prix. 

Une distinction « bib gourmand » ne semblerait pas usurpée, ici. Il semble cependant, que les équipes Michelin aient du mal à venir dans l'Yonne depuis quelques années. On peut le regretter : la sénatrice Dominique VERIEN écrivit même au directeur du guide l'an passé ! Gardons espoir  d'une meilleure reconnaissance des valeureuses tables icaunaises à l’avenir...
Longue vie donc au « Martin Bel Air »  et sa table de vraie cuisine. Bravo à ce chef qui possède l'âge du Christ ! Un bravo légitime qui est à partager aussi  avec l'équipe de cuisine et de salle !

 

 

En savoir plus :

 

Les - : c'est sûrement moderniste, mais pour réserver, c'est un peu l'usine à gaz, via je ne sais trop quelle application futuriste du XXIIème siècle ! Ce midi-là, sympa : cela se fit, par téléphone à l'ancienne. Naturellement, si l'on réserve, l'on vient !

Les + : un service qui est attentionné, aimable et souriant. Signalons un joli vin de Tonnerre du réputé domaine Mathias à découvrir.

 

 

Contact


Le Martin Bel Air

3, place du 19 mars 1962

89100 Saint-Martin-du-Tertre

Tel : 03.86.66.47.95.

Etablissement fermé dimanche soir, lundi/mardi.

 

Gauthier PAJONA

 

 

Au soir du second tour des législatives, l’Yonne s’est colorée un peu plus de bleu marine en envoyant deux députés du Rassemblement National siéger au Palais Bourbon. Dans l’Avallonnais, André VILLIERS signe un nouveau bail de cinq ans, mais de justesse. Des élections marquées une fois encore par une participation en berne…

TRIBUNE : A la pénurie d’huile, de moutarde, de pâtes, il faut désormais rajouter à chaque élection un manque d’électeurs ! Particulièrement les plus jeunes générations, dont la défiance vis-à-vis du monde politique n’a jamais été aussi grande. Les chiffres de l’abstention pour ce second tour des législatives sont tombés et la République n’en sort pas grandie : 53,77 % au national, pour 51,8 % dans le département. Une seule consolation, dont se sont emparés les médias : ces chiffres sont en léger retrait par rapport à 2017. A qui aura profité cette abstention ? Difficile à dire alors que les instituts de sondage ont toujours affirmé qu’elle pénalisait en priorité les partis extrêmes. Les résultats, notamment dans l’Yonne, ont fait preuve du contraire !

 

 

Le rouge a hissé le drapeau vert…

 

Dans la première circonscription, l’élimination dès le premier tour du député sortant a rebattu les cartes. Longtemps dévolue à Jean-Pierre SOISSON, puis à son poulain, Guillaume LARRIVÉ, la Puisaye a cette fois-ci tourné casaque et voté massivement pour le représentant du Rassemblement National Daniel GRENON. Un enfant du pays, né à Saint-Fargeau et ancien commerçant à Toucy, mais novice en politique. Arrivé en tête au second tour dans 70 communes de la circonscription, dont une grande partie de celles de Forterre et de Puisaye. C’est à Saint-Privé que le nouvel élu fait son meilleur score, avec 69,6 % des suffrages alors même qu’il n’était crédité que de 27 % des voix au soir du premier tour. Preuve s’il en était besoin d’un report massif sur sa personne, des 40 % d’électeurs qui avaient choisi Guillaume LARRIVÉ le dimanche précédent. Un scénario partagé par nombre communes du territoire. Si Florence LOURY l’emporte largement à Auxerre, comme dans d’autres communes de la périphérie auxerroise, c’est grâce notamment à un bon report de voix du candidat de la majorité présidentielle, Victor ALBRECHT. Cela n’aura pas suffi à la représentante écologiste qui ne cachait pas son amertume et sa colère ce dimanche soir. Elle pourra toujours se consoler autour d’un verre d’Irancy, la commune où elle a obtenu le meilleur résultat, avec plus de 67 % des suffrages exprimés. Le rouge a hissé le drapeau vert !

 

 

  

La déferlante Julien ODOUL s’abat sur la troisième circonscription…

 

Dans la troisième circonscription, la plus peuplée du territoire, avec 89 743 inscrits, mais au taux de participation le plus faible, 46,25 %, le résultat final n’aura pas été d’une grande surprise, tant la victoire du candidat RN, Julien ODOUL, était attendue. Quasiment un carton plein, avec près de 90 % des communes du territoire le plaçant en tête à l’issue du second tour. Un véritable camouflet pour la députée sortante et rivale, Michèle CROUZET, qui n’aura obtenu la pole position que dans une douzaine de communes. Le maillage du Rassemblement National est total, avec des résultats à plus de 60 % dans plus de la moitié des communes de la circonscription, dont sept à plus de 70 %. Julien ODOUL obtenant son meilleur score à Villeperot, avec près de 80 % des suffrages exprimés.

 

 

 

 

Migennes ou le triste record de l’abstention…

 

Le duel était inédit : d’un côté, un baron local, bien ancré dans ses bottes et dans le territoire, André VILLIERS, député sortant et de l’autre, une parachutée du RN dans cette deuxième circonscription, Audrey LOPEZ, élue d’opposition à Villeneuve-sur-Yonne et Conseillère régionale aux côtés de Julien ODOUL. Une circonscription qui a pour particularité d’être la plus étendue du département, avec des cantons qui s’étendent de Migennes à Quarré-les-Tombes, en passant par Brienon-sur-Armançon, Chablis et Tonnerre. Si le match a tourné en faveur du premier, ce fut de justesse, André VILLIERS ne l’emportant qu’avec 857 voix de plus que son adversaire. Sans surprise, l’ancien maire de Vézelay est sorti victorieux dans la majorité des communes de l’Avallonnais et pour partie, dans celles du Tonnerrois, mais également, dans la plupart des communes revendiquant l’appellation chablis. Comme quoi, en sa qualité d’éleveur de charolais, le « blanc » reste sa couleur fétiche ! Audrey LOPEZ pour sa part, profite d’un ancrage marqué de l’extrême droite sur les secteurs du Migennois et du Florentinois, pour sortir en tête dans un grand nombre de communes de ces territoires. C’est à Pimelles, village du Tonnerrois qu’elle réalise son meilleur score, avec 84,4 % des suffrages exprimés, là où au premier tour, elle était créditée de 54,5 % contre un peu plus de 24 % à son adversaire le plus direct, Philippe VEYSSIERE, de la NUPES. Un résultat semblant confirmer une certaine porosité entre les électorats de ces deux formations. Taux de participation sur la circonscription : 48,55 % avec de tristes records, comme à Migennes, où près de 63 % des électeurs inscrits ne se sont pas déplacés. Même constat à Brienon et Saint-Florentin, où la participation ne dépasse pas la barre des 38,5 %.

 

Dominique BERNERD

 

Les fins observateurs de la chose politique n’auront pas manqué de les apercevoir, au soir du second tour des législatives, salle des pas perdus à l’hôtel de la préfecture. L’un et l’autre sont en pleine discussion. Ils affichent un visage décontracté. Le verre à la main, ils scrutent l’écran, placé à l’autre extrémité de la pièce. Les résultats des trois circonscriptions de l’Yonne s’y affichent de manière très régulière. Minute après minute, les scores obtenus par les candidats se dévoilent. Farah ZIANI et Daniel DELVERT – ils revendiquent leur appartenance au Centre droit- analysent la situation…

 

AUXERRE : Ils le disent et le martèlent encore et encore auprès de qui veut les entendre : ces deux-là restent et resteront au Centre droit ! Même s’ils se sentent actuellement orphelins.

« Tous les partis du Centre perdent leurs électeurs donc a fortiori leurs élus ! C’est leur existence en propre qui est menacée… ». Une quasi-certitude, en effet !

Conseillère d’opposition à la Ville d’Auxerre, Farah ZIANI disserte avec Daniel DELVERT, féru de la chose publique. Leurs constats convergent dans la même direction.

« Le Centre possède tellement de chapelles différentes ! Entre UDI, Nouveau Centre, Parti Radical, MoDem, Horizons, il y en a pléthore ! Nous devons sûrement en oublier ! ».

De là à se remémorer avec une ironie souriante, l’une des références livresques de feu l’ancien Président de la République Valéry GISCARD D’ESTAING dont un de ses ouvrages, « Deux Français sur trois », était une invitation ouverte à rejoindre le Centre, il n’y a qu’un pas !

Soutiens de Maud NAVARRE – cette dernière s’est faite plutôt discrète durant le processus des législatives -, Farah ZIANI et Daniel DELVERT partagent le plus souvent des opinions identiques. Entre les deux tours de scrutin, ils ont appelé à voter blanc. En leur âme et conscience. Ils s’en expliquent et ne le regrettent pas…

« Les électeurs en 2022 sont des citoyens avec des opinions toutes personnelles et depuis des années, très motivées. Il n’est pas certain qu’il faille essayer de diriger leurs votes avec des consignes particulières. Il est même possible d’observer qu’à trop vouloir essayer de leur indiquer ce qui serait « le bon choix », on peut provoquer des réactions inverses… ».

Leurs positions, elles ont été connues de tous, à force de moult messages relayés via les réseaux sociaux. « D’ailleurs, rétorquent-ils en chœur, nous n’avons pas été les seuls ! ».

 

Les votes blancs sur l’Yonne : une analyse pertinente…

 

Il est vrai que la première circonscription de l’Yonne, pour le second tour, donne 9,76 % de votes blancs auxquels il convient d’y ajouter 2,78 % de votes nuls. Si l’on complète ces chiffres, il apparaît qu’au niveau national, les votes blancs s’établissent à 5,6 % et les nuls à 2 % au soir du 19 juin. Lors du premier tour de cette joute électorale guère enthousiasmante, sur la première circonscription icaunaise, les votes blancs représentaient 1,45 % des suffrages quant aux votes nuls, ils s’élevaient à 0,52 %.

Conséquence : les taux de votes blancs et nuls de la première circonscription sont bien supérieurs à ceux des deux autres circonscriptions de l’Yonne qui sont respectivement de 6,51 % (la deuxième) et de 5,87 % (la troisième).

 

 

Mais, in fine, à quoi servent ces chiffres ?

 

« A bien comprendre en le démontrant que la première circonscription a voté davantage blanc car les candidats ne faisaient pas recette de manière unanime, expliquent les deux interlocuteurs du jour. Ici, on parle des candidats, de leur profil, pas des partis politiques sous lesquels ils se présentaient. Ni Daniel GRENON, ni Florence LOURY, voilà le sens exact de ces votes blancs ! Et relisez nos prises de positions, vous pourrez vérifier que cela a été en grande partie la motivation de notre décision… ».

Conclusion évidente pour le tandem centriste de droite : « Peut-être que nos publications, nos déclarations faites auprès de nos réseaux relationnels ont eu un certain poids dans la balance le jour J. Certains de la justesse de notre position avant comme après les votes, si nous avons été des influenceurs, alors nous en sommes ravis ! Nous vous rappelons que notre engagement politique au Centre Droit existe pour créer des tendances… ».

Toutefois, à la sortie des courses, et au terme de ce scrutin engendrant son lot de  suspense, Florence LOURY sera battue de plusieurs centaines de voix face au représentant du Rassemblement National, l’imprévisible Daniel GRENON. Fustigeant les « irresponsables » qui ont appelé au vote blanc, brisant ainsi le front républicain, la candidate de la NUPES aura piqué une froide colère sur le parvis de la préfecture, soutenue par ses partisans défaits. Un résultat final qui satisfait pour autant Farah ZIANI et Daniel DELVERT ?

 

« Notre vote blanc : ce n’est pas le rejet de partis, mais bel et bien des candidats »…

 

« Faut-il vous rappeler, soulignent ensemble les deux interviewés, que pour les présidentielles, celles de 2017 comme celles de 2022, nous nous sommes clairement opposés à la candidate RN, Marine LE PEN ? Donc, ce vote blanc sur la première circonscription est davantage qu’un simple rejet de partis politiques, ni RN, ni NUPES, mais bel et bien, un refus de donner sa voix à Daniel GRENON ou à Florence LOURY. Ne pas voter Daniel GRENON, c’est clair : c’est à cause de son appartenance au RN et pour l’extrême faiblesse de sa campagne. Ne pas voter pour Florence LOURY correspond à ses positions successives prises avec son binôme habituel qu’elle forme avec Denis ROYCOURT. Tous les deux se présentent partout et à chaque élection : aux municipales à Auxerre, puis aux départementales, puis aux sénatoriales et maintenant aux législatives !

Nous avons donc le droit de douter de leurs convictions, de leur intérêt à l’élection où ils se présentent comme candidats. Nous pensons plutôt qu’il s’agit d’une tactique pour se faire connaître et collecter ainsi des voix en vue des prochaines municipales où ils chercheront probablement à diriger une liste. Encore en duo ? Dans quel ordre cette fois ? On recommence mais inversera-t-on l’ordre à la fin ? ».

On sent que les acrimonies sont nombreuses envers le duo d’Auxerre Ecologie Solidarités. Des reproches qui sont liés à « l’activisme presqu’obsessif à vouloir attaquer le maire d’Auxerre en organisant des concerts de casseroles, en introduisant des micros et de la sonorisation pour troubler les séances du Conseil municipal, voire de crier à la démission de l’édile dès que possible…».

« Les électeurs ne sont pas aveugles, expliquent Farah ZIANI et Daniel DELVERT, le duo LOURY/ROYCOURT, battu aux municipales, s’entraîne inlassablement en appliquant à la lettre la devise de Pierre de Coubertin pour les Jeux Olympiques, à savoir que le « plus important n’est pas de gagner mais de participer ». Ils oublient sans doute que la démocratie et le vote ne sont pas de ce registre-là ! ».

Cette réponse du berger à la bergère après les sous-entendus de la candidate écologiste qui ne cautionnait pas celles et ceux qui avaient appelé à voter blanc – en substance contre elle et le front républicain – augure de sacrées passes d’armes pour les futures municipales qui s’amorcent d’ici quatre ans du côté de l’opposition au maire sortant !

Il sera très difficile, pour ainsi dire improbable, de pouvoir recoller les morceaux entre les diverses composantes de l’opposition et de présenter une liste unie pour s’attaquer au bilan de Crescent MARAULT…

 

Thierry BRET

 

 

 

Cinquante ans. Pile poil ! Le bel âge pour ajouter une ligne supplémentaire à un CV qui est déjà bien fourni. Un parcours illustrant une carrière bien remplie au sein de l’un des corps préférés de nos concitoyens, les sapeurs-pompiers ! Successeur du colonel Jérôme COSTE – ce dernier a fait valoir ses droits à une retraite amplement méritée mais sans doute très active au printemps ! -, Sébastien BERTAU, colonel de son état, a pris ses nouvelles fonctions, celles de chef du corps départemental des sapeurs-pompiers de l’Yonne et de directeur départemental des services d’incendie et de secours le 01er juin…

 

AUXERRE : Il a réalisé sa première prise de commandement, le nouveau « patron » des sapeurs-pompiers de l’Yonne. Sous une étouffante chaleur estivale à l’occasion de la Journée nationale des sapeurs-pompiers, une manifestation qui s’est déroulée à travers l’Hexagone, ce samedi 25 juin. Sobre et solennelle, la cérémonie auxerroise rassemblait sur le site de la Plaine des Isles plusieurs personnalités de la sphère institutionnelle et politique. Dont le président du conseil d’administration du SDIS 89 (Service départemental d’incendie et de secours), le vice-président du Département Christophe BONNEFOND ou Marion AOUSTIN-ROTH, directrice de cabinet de la préfecture de l’Yonne.

L’opportunité pour le nouveau directeur du SDIS 89 de humer l’atmosphère ambiante de ce casernement qui lui sera désormais familier au fil de l’eau. Détenteur d’un master de droit et de gestion des collectivités territoriales, possesseur d’un certificat en sciences politiques, Sébastien BERTAU présente un parcours diplômant très riche. Il a ajouté à son escarcelle un master de gestion des risques de sécurité civile, obtenu à l’Université de Haute Alsace.

 

 

 

 

En provenance de la Moselle, où il assumait la direction adjointe et chef de corps départemental adjoint du SDIS de ce territoire de Lorraine, le colonel a connu de nombreux lieux d’affectation par le passé depuis ses premiers pas en qualité de sapeur-pompier.

Parmi ceux-ci : citons le Loiret, l’Ille-et-Vilaine ou encore Paris où l’officier supérieur exerça en qualité de lieutenant-colonel les fonctions de conseiller social du directeur général et du directeur des sapeurs-pompiers au ministère de l’Intérieur à la DGSCGC (Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises). Il va désormais devoir s’acclimater avec les typicités de l’Yonne…

 

Thierry BRET

 

 

Avis aux amateurs : les premiers kilomètres nécessitent de la force dans les mollets pour appréhender de la meilleure manière possible l’obstacle. Une grimpette de plus de deux mille mètres qu’il s’agira de négocier à son rythme sans trop se mettre la pression. D’autant qu’il restera ensuite près de seize kilomètres pour boucler cette randonnée pédestre champêtre, baptisée « la Tétée » ! Ce sera le samedi 02 juillet...

 

TONNERRE : Pour cette première édition, les organisateurs attendent près de deux cents participants. Les inscriptions s’effectuant encore auprès des offices de tourisme de l’Yonne. La randonnée pédestre à la belle appellation campagnarde (la Tétée) est le fruit d’une collaboration entre les établissements SCHIEVER, via l’une de ses enseignes distributrices, AUCHAN, la SAS DAVID, exploitée par son dirigeant Stevens DAVID, bien connu dans les milieux viticoles de l’Yonne, et l’Office de Tourisme de Tonnerre.

Le circuit empruntera de beaux chemins bucoliques, serpentant un axe qui relie Tissey à Tonnerre, soit un total de 18 kilomètres qui devrait nécessiter un effort d’environ quatre heures au total.

L’idéal pour se mettre en excellentes conditions avant les vacances estivales qui approchent…

 

En savoir plus :

Départ, retour et ravitaillement au Pâtis,

Heures de départ entre 08h30 et 09h30

Ravitaillement à la mairie de Tissey

Présence de produits locaux, artisans, viticulteurs, etc.

Tarifs :

Deux options sont possibles.

Option 1 : 10 euros par personne avec marche, accueil, ravitaillement, dégustation de vins de Bourgogne.

Option 2 : idem que l’option 1 avec en sus un menu au choix à base de charcuteries et tarte, ou pizza et tarte pour 20 euros.

Renseignements et inscriptions auprès de l’Office de Tourisme de Tonnerre

12 rue général Campenon à Tonnerre

Tel : 03.86.55.14.48.

Possibilité de régler sur place.

 

Thierry BRET

 

 

 

Page 1 sur 708

Articles

Bannière droite accueil