La sixième édition de la Journée des Restaurateurs et des Commerçants Indépendants a été organisée chez METRO. Plusieurs personnalités dont la députée Michèle CROUZET y participaient. Répondant ainsi à l’invitation de Philippe BULANT, le directeur de l’enseigne, qui proposa un rendez-vous placé sous le signe de la fête des papilles et de l'enchantement…

 

AUXERRE : Ce fut un déjeuner de partenariat servi au restaurant éphémère, installé de toute pièce chez METRO. Et quel déjeuner ! Un vrai menu gastronomique, confectionné par l’un des maîtres étoilés du Michelin dans l’Yonne : Franco BOWANEE.

Le chef du Château de Vault-de-Lugny a su faire rayonner au fond des assiettes des produits de saison, agrémentés à ses recettes culinaires.

« C'était une très belle journée, une très belle initiative », commenta ravie Michèle CROUZET, députée de la troisième circonscription, présente en ce rendez-vous des plus agréables.

METRO et toute son équipe avaient mis en effet les petits plats dans les grands pour faire de cet instant exceptionnel, un moment inoubliable placé sous l'entente chaleureuse, conviviale et constructive.

L’enseigne a honoré les restaurateurs et commerçants de l’Yonne qui ont su se mobiliser durant les périodes difficiles de ces confinements successifs imputables à la crise sanitaire. Ce sont ces mêmes restaurateurs qui se sont démenés, en essayant d'innover, de construire des stratégies économiques pour ne pas perdre courage face aux aléas conjoncturels. Ils ont eu la volonté de continuer à distribuer des repas, sans pour autant rentrer en concurrence avec les producteurs locaux.

 

 

 

De son côté, le directeur de METRO Auxerre, Philippe BULANT, a mis en place une stratégie s’appuyant sur la création d'un marché d'intérêt local en vue de favoriser la présentation et l'essor des produits de saison. Le but étant de redynamiser la filière des producteurs locaux, agriculteurs, céréaliers, maraîchers certifiés bio...

Cette vitrine locale est encouragée par des centres de formation professionnelle à l’instar du CIFA ou de l'IFAG, d’organisations patronales dont le MEDEF, des établissements spécialisés dans la confection de produits alimentaires du cru comme « Le BORVO » ou les « FESTINS » de Bourgogne.

On notait aussi la présence de Géraldine HERQIX, de la gérante de la pizzéria « SHACKNP (La Cabane à pizza) à Vincelles où ses produits sont concoctées avec du fromage de chèvre venant de la chèvrerie  de Saint-Bris-le-Vineux ou des légumes de la Ferme de Saint-Georges.

Acteur économique incontestable au cœur de la filière des métiers de bouche, METRO se positionne sur cette dynamique de valorisation des produits de saison, prenant en compte la qualité nutritionnelle de notre alimentation. Un item qui titille positivement aux oreilles de Michèle CROUZET puisque la parlementaire a présenté différents travaux sur cet item dans le cadre de la commission d’enquête sur l’alimentation au Palais Bourbon.

 

Merouan MOKADDEM

 

 

 

Issu du plan « 1 Jeune 1 Solution », le Contrat Initiative Emploi (CIE) offre l’opportunité à un salarié de moins de 26 ans (ou à un travailleur handicapé de moins de 30 ans) de bénéficier d’une formation aux pratiques d’une entreprise évoluant sur le secteur non marchand. Le PEC (Parcours Emploi Compétence) repose un triple volet emploi-formation-accompagnement, avec l’inclusion durable vers l’emploi des personnes les plus éloignées du travail. Trois de ces contrats ont vu le jour à Avallon la semaine dernière.

 

AVALLON : Timide, la jeune femme s’exprime devant l’assistance. Prenant sur soi pour raconter dans les moindres détails un parcours plutôt erratique, semé d’embûches, au niveau professionnel. Son jeune âge, elle n’a que 17 ans, n’explique peut-être pas tout. En choisissant de s’orienter vers des formations ou métiers dominés pour l’essentiel par la gent masculine, nécessitant une bonne condition physique, ses tentatives de s’insérer dans le monde professionnel se sont soldées par des échecs répétitifs.

Cuisante réalité de l’existence pour cette jeune femme. Pourtant, Marie POUPEE n’a jamais perdu espoir. C’est en discutant avec une conseillère de la Mission Locale d’Avallon, à laquelle elle avait remis son cursus, que la lumière s’est faite au grand jour dans sa vie.

Cette dernière lui propose un emploi en maçonnerie du fait de son sérieux, son engagement et sa motivation observé tout au long du parcours. La jeune fille est en effet l’une des signataires de ce fameux Contrat Initiative Emploi (CIE). Son employeur témoigne. Faisant part de ses difficultés à recruter pour son entreprise, et plus globalement dans le secteur du bâtiment. Un segment de l’économie dont les carnets de commandes regorgent cependant. Mais, où la main d’œuvre peine à se manifester.

 

Accompagner, former, acquérir : un triptyque efficace…

 

Nonobstant, le dirigeant de la société PRESTIGE Construction (une entité spécialisée dans la construction et la rénovation dont le siège est situé à Montillot) M. FERREIRA exprime sa volonté à accueillir des jeunes gens très motivés par le travail, de les former, de les accompagner et de leur permettre d’acquérir les compétences requises en vue de s’insérer dans le monde professionnel.

Un témoignage qui fait chaud au cœur. Il prouve sans ambages du bien-fondé de ce dispositif qui a été au centre des intérêts, une fois le petit déjeuner des employeurs terminé.

Rappelons que cette agape matinale se veut être une réunion d’échanges constructifs avec des entreprises du territoire, des organismes de formation, des structures d’insertion, la Mission Locale et Pôle Emploi. Objectif de ces retrouvailles régulières : aborder les problématiques du territoire dans l’optique de pouvoir travailler ensemble avec les services de l’Etat afin de proposer des préconisations utiles.

Assistaient à cette réunion matinale la Mission Locale, la DDETSPP, mais aussi la sous-préfète de l’arrondissement d’Avallon, Cécile RACKETTE qui suit avec pugnacité les dossiers traitant de l’emploi et de l’insertion des jeunes. On notait aussi la présence de Jamilah HABSAOUI, maire d’Avallon.

 

 

La motivation de deux jeunes filles décidées !

 

Dans un second temps, la représentante de l’Etat s’intéresse à l’association ATOME. La structure a signé un contrat PEC (Parcours Emploi Compétence) en secteur non marchand avec une jeune fille âgée de 18 ans, Célia PAULA.

But de la manœuvre : privilégier le recrutement de néophytes dans la filière de l’aide à domicile, pan de l’économie qui ne trouve pas toujours aisément des salariés auprès des plus jeunes. Logique, il existe une noria de freins à l’emploi dont le permis de conduire, les conditions de travail, l’image du métier et la rémunération.

Célia explique avant de déposer sa griffe au bas du document qu’elle a toujours été attirée par le métier de l'aide à domicile. Elle a accompagné sa grand-mère dans une maison de retraite. Un déclic personnel qui s’est mué en une formation suivie au GRETA d’Avallon.

« J’ai obtenu mon diplôme d'auxiliaire de vie en juillet 2021, ajoute-t-elle ravie.

Un sésame qui lui aura permis d'être orientée par la Mission Locale auprès de l'association ATOME. Celle-ci lui ayant proposé un contrat de travail dans le cadre du PEC.

Au travers de ces deux parcours qui ont illustré cette cérémonie de signature, ce sont les motivations des deux jeunes filles qui demeurent. Malgré les difficultés, elles ont toujours continué à persévérer en cherchant des formations puis en cherchant un emploi par l'intermédiaire de la Mission Locale de Tonnerre-Avallon, qui a fait un travail remarquable d'accompagnement et de ciblage du besoin des entreprises. Présentant les profils adéquats de jeunes gens motivés aux employeurs.

« C’est également le pari et l'engagement d'entreprises ou association qui font confiance à des jeunes pour leur offrir une opportunité de s'insérer dans la vie professionnelle à travers des contrats aidés par l'Etat dans le cadre du Plan 1 Jeune 1 Solution, devait ajouter la sous-préfète Cécile RACKETTE.

 

 

En savoir plus :

Le Contrat Initiative Emploi (CIE) est un dispositif issu du plan « 1 Jeune 1 Solution » à destination du secteur non marchand dont l’objectif est de former un salarié aux méthodes pratiques, de lui transmettre un savoir faire et  de l’aider à s’insérer professionnellement. Il concerne les jeunes de moins de 26 ans ou un jeune reconnu travailleur handicapé de moins de 30 ans.
Chaque mois une aide à l’insertion professionnelle est versée par l’État de 47 % du Smic horaire brut, soit le maximum légal.
De plus, l’entreprise est exonérée des cotisations patronales (dans la limite du Smic), de la taxe sur les salaires, de la taxe d’apprentissage, des participations dues au titre de l’effort de construction,  des indemnités de fin de contrat pour un CDD.
Le contrat de travail peut être soit un CDD d’une durée minimale de 6 mois renouvelable dans la limite de 24 mois ou un CDI pour une durée hebdomadaire d’au moins 20 heures payées au Smic.)

Le PEC repose sur le triptyque emploi-formation-accompagnement: un emploi permettant de développer des compétences transférables, un accès facilité à la formation et un accompagnement tout au long du parcours tant par l’employeur que par le service public de l’emploi, avec pour objectif l’inclusion durable dans l’emploi des personnes les plus éloignées du marché du travail.

Dans le cadre du parcours emploi compétences, les employeurs peuvent bénéficier d’une aide mensuelle à l’insertion professionnelle versée par l’État d’un montant de 30 % du SMIC horaire brut. 
Pour ce qui est des PEC jeunes le montant de l’aide est de 60 % avec une majoration à 85 % en cas de recrutement d’un jeune issu d’un QPV (Quartier Politique de la Ville) ou d’une ZRR (Zone de Revitalisation Rurale).

Thierry BRET

 

Nouvelle rubrique dans les colonnes de Presse Evasion ! Notre chroniqueur Dominique BERNERD passe en revue les faits essentiels de l’actualité de la semaine écoulée. Avec son regard scrutateur un tantinet ironique et sa plume aiguisée ! Un rendez-vous que nous partagerons chaque semaine pour le plaisir d’en savoir plus sur ces faits qui ponctuent l’actualité de notre monde au quotidien…

 

BILLET : Lundi : l’Yonne se singularisait déjà en étant le seul département de Bourgogne Franche-Comté traversé par le TGV sans qu’il ne s’y arrête. Bis repetita après que la SNCF ait annoncé le retour de trains Corail entre Paris et Lyon, avec arrêts à Melun, Dijon et Mâcon. Oubliant au passage la gare de Laroche-Migennes ! Nous regarderons donc une fois encore, passer des trains qui offraient des prix attractifs et auraient pu mettre notre département à moins de trois heures de la capitale des Gaules.

Mardi : ils gisent un peu partout, ces pauvres « papillons » de polypropylène, aux ailes brisées et il est de plus en plus fréquent d’en rencontrer, que ce soit sur les trottoirs, dans les caddies de supermarché, dans la campagne ou les caniveaux… Combien de masques jetables sont ainsi dispersés chaque jour au regard des 50 millions utilisés chaque semaine en France ? Un nouveau type de pollution qui s’alimente de l’incivisme de certains. Pour mémoire, jetés ainsi dans la nature, il leur faut plusieurs siècles pour se dégrader !

 

 

Le sens de l'accueil s'apprécie à Saint-Fargeau...

 

Mercredi : le Qatar s’est acheté un nouveau jouet pour son club de foot parisien et les médias nationaux sont en transe… Le premier but de Lionel MESSI sous les couleurs du PSG a fait le tour de la planète footballistique. MESSI va toucher la balle ! MESSI s’élance ! MESSI va marquer ! MESSI communie avec le public ! MESSI a parlé ! MESSI marche sur les eaux ! MESSI guérit les paralytiques ! Mais non… Mais si !

Jeudi : la commune de Saint-Fargeau met depuis longtemps gratuitement à disposition de ses visiteurs, un espace d’accueil où il est possible de pique-niquer à l’abri. Situées au cœur même du village, à deux pas du château qui en fait sa renommée, ces halles en bois, au sol carrelé, avec point d’eau, toilettes, tables et bancs, voient ainsi passer des milliers de touristes chaque année. Une initiative qui redonne au mot « accueil » son sens premier et qu’il est impérieux de saluer de belle manière.

Vendredi : un ancien Président de la République condamné à un an de prison ferme pour financement illégal de sa campagne présidentielle, après une première condamnation à trois ans dont un ferme pour corruption et trafic d’influence… Son ancien Premier Ministre, amateur de rillettes, condamné à cinq ans de prison dont deux ferme pour détournement de fonds publics, complicité et recel… D’autres encore déjà passés sur le banc de justice, comme cet ancien Ministre de l’Intérieur, qui écopera d’un an ferme pour le même motif, ou ce Ministre de l’Economie, pris la main dans le sac, coupable de fraude fiscale et condamné à ce titre à quatre ans de privation de liberté dont deux ferme… Un cauchemar ! Ma France était devenue une « république bananière »… Ouf ! Le réveil a fini par sonner, m’extirpant de ce qui n’était qu’un mauvais rêve. A la radio, l’on disait que le cours des bananes avait brusquement flambé durant la nuit…

 

Z comme Zorro ou Z comme zozo !

 

Samedi : renard rusé qui fait sa loi, Eric ZEMMOUR, le cavalier néo candidat non déclaré, a surgi hors de la nuit et court vers l’aventure au galop… Laissant dans son sillage ces affiches placardées aux quatre coins du département. Pâle copie du célèbre film éponyme de Costa-Gavras sorti en 1969, dénonçant l’assassinat du député grec Grigoris LAMBRAKIS et la dictature des colonels. Un « Z » qui avait alors valeur de symbole pour tous ceux qui défendaient la liberté, initiale du mot grec ancien se traduisant par « Il est vivant ». A chacun aujourd’hui d’en déchiffrer le message selon ses convictions : un Z comme Zorro, un Z comme zozo… !

Dimanche : acrobate aux mille vies, il fut à la fois vendeur de télévisions, repreneur de sociétés en faillite, chanteur, capitaine d’industrie, boxing partner de Jean-Marie Le PEN, ministre, taulard, patron de presse, comédien, président de l’Olympique de Marseille… Escroc et bateleur de foire pour les uns, chef d’entreprise hors pair pour les autres, Bernard TAPIE a fini par monter à son tour dans le train du crabe et s’en est allé aujourd’hui à l’âge de 78 ans. Salut l’artiste !

 

Dominique BERNERD

 

Les vacances. Un thème cher aux français, déclinable à souhait pour les personnes âgées. Logique : elles ne sont plus soumises aux sempiternelles contraintes imposées par la loi du travail. Alors, forcément, le sujet est fédérateur et ne peut que séduire l’assistance. D’ailleurs, la thématique a été largement exploitée lors de ce 4ème salon, concocté par le Département. Avec un invité qui a coiffé sa casquette de parrain : Philippe CANDELORO.

 

AUXERRE : Colliers à fleurs à la tahitienne autour du cou, l’un après l’autre, les élus du Conseil départemental de l’Yonne gagnent le centre de l’estrade, le temps des allocutions officielles. Et de poser pour la photo de famille !

Parmi eux, quelques personnes étrangères au sérail politique. Dont le nouveau délégué départemental de l’Agence régionale de Santé (ARS), Yann de KERGUENEC. Déjà aperçu il y a quelques jours lors de l’inauguration de la clinique de Régennes à Appoigny.

Ce dernier prend ses marques petit à petit sur son nouveau territoire de prédilection : l’Yonne. Il y découvre les fastes et les typicités de l’un des premiers évènements de la saison : le Salon des Seniors. Quatrième de rang. Un concept évènementiel informatif, géré conjointement par le service communication du Département et Centre France Parc Expo.

 

 

L’empathie des « Cheveux d’argent » pour ce rendez-vous…

 

Non loin de lui, et pour l’heure en proie à une très grande discrétion, Philippe CANDELORO. Une figure. « LA » figure du patinage artistique dans sa version moderne. Il est si loin le temps d’Alain CALMAT. Champion du monde et médaillé d’argent aux Jeux Olympiques d’Innsbruck en 1964. Qui fut aussi ministre de la Jeunesse et des Sports sous l’ère Mitterrand. Autre temps, autre époque. Un chemin vers lequel le partenaire audiovisuel de l’inénarrable Nelson MONTFORT qui écoute posément les discours envisage d’emprunter un jour ?

Pendant ce temps, Sébastien FUENTES, directeur de Centre France Parc Expo, filiale quasi éponyme du groupe de presse régional,  rappelle les raisons d’être de ce rendez-vous qui nous revient tous les ans dès l’automne.

Une manifestation accueillie avec empathie par celles et ceux de la population qui possèdent déjà des cheveux blancs. Les « cheveux d’argent », selon la formule élégante du terme pour désigner les seniors. Celles et ceux qui sont âgés de plus de 45 ans selon les codes officiels de l’INSEE.

 

 

 

Pour autant, l’édition 2021 de ce rendez-vous pluriculturel n’engendre pas la mélancolie. Le public est présent et c’est une bonne chose après de si longs mois de privation. En nombre. Massé derrière les barrières pour apercevoir et échanger quelques mots lors d’une séance de dédicaces avec l’ancien sportif de très haut niveau reconvertit depuis en animateur de télévision.

A son palmarès : « Danse avec les Stars » où le double médaillé de bronze olympique de Lillehammmer (1994) et de Nagano, quatre ans plus tard, a excellé avec sa partenaire en matière de chorégraphie.

Mais, pour l’heure, ce sont les vacances qui occupent la vedette. Normal, c’est le thème fédérateur qui a été choisi par l’organisation pour positionner leur projet. Des vacances que les retraités apprécient tout particulièrement en fonction de leur emploi du temps allégé.

 

 

« Nous n’avons pas à rougir de notre politique senior dans l’Yonne »…

 

Quatre-vingt professionnels répartis selon huit univers thématisés bénéficieront de ces deux journées d’exposition pour évoquer le meilleur de leurs opportunités. Démonstrations à l’appui. Via leurs services et produits. Carnets de commande dans la poche ! On ne sait jamais : un salon justifie aussi son existence pour les bonnes affaires que l’on peut aussi y réaliser.

Astucieusement, comme le fera remarquer lors de sa prise de parole Patrick GENDRAUD, le salon a ouvert ses portes un premier octobre. A la date de la Journée internationale des personnes âgées !

« Nous sommes leurs héritiers. Ils ont bâti notre monde. C’est-à-dire cette société moderne dans laquelle nous vivons. Il me semble que nous leur devons plus qu'un simple respect. C'est en tout cas ce que je pense en tant que président du Conseil départemental de l'Yonne. Mes collègues le partagent, j'en suis persuadé...confiera le patron de l’exécutif.

Il est vrai que le Département exerce une politique des plus dynamiques à destination des aînés. Une politique qui agit pour l'autonomie. Une politique qui privilégie le maintien à domicile. Une politique structurée au cœur du schéma départemental de l'autonomie. Applicable dans le cadre d’un schéma directeur, fruit d'une concertation avec l'ensemble des partenaires de la politique autonomie sur le territoire.

Et le président d’en évoquer les grandes lignes à travers une noria d’objectifs.

« Il est question de préserver l'autonomie des personnes âgées et ou en situation de handicap en développant la prévention, en favorisant le maintien à domicile tant que faire se peut, de conforter la qualité de l'accueil en établissement et diversifier l'offre en valeur de fluidité des parcours de vie et de l'inclusion. Il est de notre devoir de renforcer encore l'attractivité des métiers du grand âge et ou du handicap et d’accompagner enfin la professionnalisation. Cette politique, nous n'avons pas à rougir. Et si, comme j'ai coutume de dire, si tout est perfectible, bien vieillir dans l'Yonne, c'est possible ! ».

Au vu des mines réjouies qui assistent à la célébration parmi l’assistance, on se dit que c’est la réalité. Les seniors sont heureux de prendre le temps de vivre et d’arpenter en toute quiétude les allées bien garnies du grand espace d’AUXERREXPO pour y glaner des renseignements utiles. Opération réussie pour les organisateurs !

 

Thierry BRET

 

Le choix s’avérait judicieux. Adapter un bureau postal, en l’occurrence celui de Noyers-sur-Serein pour qu’il puisse accueillir pas moins de huit opérateurs permettant à la population d’accéder à l’essentiel des services publics. Le résultat est à la hauteur des espérances. France Services dispose désormais d’un relais opérationnel en investissant la vitrine de La Poste…

 

NOYERS-SUR-SEREIN : L’accès aux services publics. Un parcours du combattant à accomplir parfois avec célérité et patience pour leurs utilisateurs, reclus dans certaines zones de notre territoire. Pas facile d’y accéder avec aisance lorsque l’on est une personne âgée, ignorante des subtilités envahissantes du numérique. Voire submergée par le flot continu de paperasseries administratives malgré l’ère de la dématérialisation !

En labellisant son bureau de Noyers-sur-Serein aux couleurs de France Services, La Poste imagine-t-elle réellement tout le bonheur qu’elle va procurer dorénavant à ces citoyens qui vivaient jusque-là dans l’exaspération de ne savoir comment faire pour résoudre ce problème kafkaïen ?     

Leur apporter sur un plateau doré et en un lieu unique, clairement identifié (quoi de plus naturel en somme qu’une agence postale ?!) une offre de prestations réunissant huit opérateurs tient presque du miracle dans ce monde rural si éloigné de tout.

Il suffit donc de gravir les quelques marches séparant de la structure, de pousser la porte et de se retrouver nez-à-nez avec le support explicatif présentant toutes les possibilités requises. Sans omettre de suivre les précieux conseils d’un personnel postal jouant les « bons offices ». 

 

 

Dépasser la trentaine de sites référencés France Services dans l’Yonne…

 

Voilà une initiative, déclinée par l’Etat, qui se veut pragmatique et efficiente. Sur le territoire de l’Yonne, le concept se porte plutôt bien. Faisant de nouveaux émules de semaine en semaine.

Dix-huit de ces vitrines France Services sont d’ores et déjà fonctionnelles. Deux autres suivent dans les cartons : à Paron et à Ancy-le-Franc. Mieux, une dizaine de projets devrait aboutir dans un laps de temps très court. Conformément à l’objectif initial de disposer un maillage représentatif de points d’accueil sur chacun des 21 cantons que compte le département. Or, il s’avère qu’in fine, le chiffre atteint sera plus élevé que le prévisionnel. Plus d’une trentaine de sites.

Une tendance statistique qui ravit le préfet de l’Yonne Henri PREVOST. Présent aux côtés de la sous-préfète de l’arrondissement d’Avallon, Cécile RACKETTE, à l’occasion de la découpe du fameux ruban tricolore officialisant l’inauguration de cet endroit que ne manqueront pas de fréquenter les habitants de la localité et de ses environs.

 

 

La retraite et la fiscalité parmi les origines de la fréquentation…

 

Satisfait de la finalisation de ces travaux, ayant considérablement amélioré les conditions d’accueil de l’agence postale pour ce public en quête de conseils, le représentant de l’Etat devait rappeler, lors de sa prise de parole, le travail effectué en synergie avec les élus pour arriver à ce résultat.  

Un résultat s’inscrivant sous l’égide de l’égalité, voire de l’équité de traitement dans les besoins d’accéder aux services publics. Une offre qui fut d’ailleurs présentée au Premier ministre Jean CASTEX lors de son déplacement immersif dans l’Yonne via la version itinérante qui stationnait à Bassou. Et le préfet de poursuivre qu’aucun des habitants de ce territoire ne devait être éloigné de ces dispositifs d’accueil aux services publics.

Parmi ceux-ci, la constitution de dossiers préparatifs à la retraite explique le niveau de fréquence de ces endroits devenus stratégiques dans le champ rural. Mais, il y a aussi toutes les démarches faisant écho à la fiscalité ! Telle la déclaration d’impôt sur le revenu.

 

 

 

En savoir plus :

 

Parmi les invités du jour, on notait la présence de Xavier COURTOIS, président de la Commission départementale de la Présence Postale sur le Territoire (CDPPT) de l’Yonne. Une structure dont on attend la désignation de la nouvelle présidence ces prochaines semaines…

Le coucou de Marielle SOMMET : l’ancienne déléguée territoriale de La Poste dans l’Yonne assistait à cette cérémonie. Elle y a croisé sa remplaçante Christine MORANGE qui assure la fonction depuis cet été…

Le conseiller régional Gilles DEMERSSEMAN, représentant la Région au sein du CDPPT depuis plusieurs années, assistait à cette cérémonie protocolaire.

L’Isle-sur-Serein accueillera très prochainement un point relais France Services…

Les huit opérateurs présents à La Poste de Noyers-sur-Serein sont la CAF, Pôle Emploi, CPAM, CARSAT, MSA, Ministère de l'Intérieur, Ministère de la Justice, DGFIP.

 

Thierry BRET

 

 

 

Page 1 sur 216

Articles

Bannière droite accueil