En marge de leur prestation scénique très attendue lors de la nocturne de la Foire exposition d’Auxerre ce samedi 15 septembre (19 heures), la légendaire formation, star de la Disco, remettra à l’édile de la ville Guy FEREZ le disque d’or saluant ses quarante années d’existence synonyme d’une carrière aboutie. Une distinction élégante de la part des trois filles qui constituent désormais l’ossature de ce combo mythique, aujourd’hui encore auréolé par la grâce musicale, et ce malgré le décès de son leader masculin, le charismatique Bobby FARREL, disparu le 30 décembre 2010…

AUXERRE : Groupe de référence de l’époque « disco », inoubliable formation dansante et musicale auprès d’une multitude de nos concitoyens, BONEY M figurera en tête d’affiche principale de la 88ème Foire exposition d’Auxerre cette année. Un retour en force sur scène pour ce trio qui a conservé deux de ses membres originelles, Maureen et Anthéa, choristes de chic et de charme.

Usine à tubes (« River of Babylon », « Daddy cool », « Belfast », « Raspoutine », « Sunny », « Ma Baker »...), ce groupe vocal créé et dirigé au milieu des années 1970 par le producteur allemand Franck FARIAN, pur produit de la filière électronique d’Outre-Rhin avec Giorgio MORODER, aura connu la gloire en vendant plus de 50 millions de singles et 60 millions d’albums dans le monde.

L’évènement point d’orgue de la 88ème Foire exposition…

Maintes fois remodelés, le groupe connaît un regain de jouvence depuis le début des années 2000 sous l’appellation « BONEY M The Original Tribute » avec la petite dernière, Beckie.

Ce phénomène musical d’une époque dont beaucoup ont encore la nostalgie profitera de ce mouvement revival et passéiste positif pour se produire pour la première fois en terre icaunaise.

Un rendez-vous qualifié de point d’orgue exceptionnel pour le directeur de Centre France Parc Expo, Guy ROS, à la veille de l’ouverture du premier évènement commercial de l’automne dans la région.      

Au terme de leur concert, les filles de BONEY M salueront leur passage à Auxerre de la plus belle manière qu’il soit : elles offriront le disque d’or de leur quarantième année d’existence au maire d’Auxerre, Guy FEREZ, certainement conquis par l’élégance du geste.

L’inauguration des nouveaux travaux ayant permis à l’aérogare d’Auxerre d’être en conformité avec les normes européennes offrira une excellente opportunité à l’entreprise EDEIS qui en assure l’exploitation commerciale de pouvoir dévoiler sa stratégie aux autorités institutionnelles, politiques et économiques du territoire ce dimanche 16 septembre. Et pour que la fête soit complète, dans le cadre des Journées du Patrimoine, l’aérodrome auxerrois ouvrira grande ses portes au public avide de découverte et de démystification du milieu professionnel de l’aéronautique…

AUXERRE : Ce sera une opération de communication conçue sur la base pratique du deux en un pour les responsables de la société EDEIS ! En cette journée dominicale du 16 septembre, de 10 h à 18 h, les dirigeants de la société recevront sur le site de Branches tout un aéropage de personnalités officielles (élus, préfet, syndicat mixte de l’aéroport, milieux économiques…) lors de la phase inaugurale. Celle-ci venant mettre un terme définitif à une période de travaux. Ils concernaient la mise en conformité des points de passage aux frontières, notamment avec la transformation du hall d’accueil qui répond aux exigences normatives européennes.

En parallèle, le grand public bénéficiera de séances portes ouvertes, une première sur le site de l’aérodrome, pour visiter l’ensemble des installations techniques. La tour de contrôle et la caserne des pompiers, antenne du Service départemental d’Incendie et des Secours (SDIS), figureront en pole position de ce copieux et alléchant programme.

Des démonstrations de simulation de vol sur Boeing 737…

L’encadrement de la société EDEIS présentera les métiers liés à l’univers de l’aéronautique dans la salle d’embarquement. Plusieurs stands y seront accueillis : ceux de l’Armée de Terre, de l’Ecole de gendarmerie de Dijon, ainsi que celui de l’entreprise DELTA TANGO AVIATION, basée sur site, une entité professionnelle spécialiste de la mécanique aéronautique. Notons aussi la présence de l’association AVIATROGLO (présentation d’une exposition de photographies consacrée au Musée de Cravant).

En quête d’une orientation ou ayant soif de connaissances, les jeunes gens auront l’opportunité, tout comme leurs parents, de tester le module de démonstration d’un simulateur de vol depuis le cockpit d’un Boeing 737. Quant aux pilotes chevronnés de l’Aéroclub de l’Yonne, ils assureront des vols de découverte tout en expliquant les principes pragmatiques des cours de pilotage.

 

 

 

 

 

 

 

La sélection départementale du concours des Meilleurs Apprentis de France (M.A.F.), catégorie cuisine, organisée dans les locaux du CIFA de l’Yonne à Auxerre, aura comblé d’aise les membres prestigieux d’un jury, composé de fines fleurs de la gastronomie française. C’est un jeune garçon aux origines indiennes, souriant et esthète en la matière, qui a glané ce précieux sésame, le qualifiant pour l’épreuve régionale…

AUXERRE : Tout sourire à l’énoncé du verdict définitif, après une rude journée à peaufiner recettes et ingrédients mis à sa disposition, le jeune Mohammad ZIARUL, apprenti chez le chef Jany PRIVE (Auberge d’Augy), n’a en rien altéré sa joie de vainqueur de ce challenge départemental.

Remporter le titre de Meilleur Apprenti de France de l’Yonne, dans sa catégorie de prédilection, celle de la cuisine, lui aura procuré le plus grand bien. Et l’admiration de tous.

S’attelant à travailler avec dextérité le menu imposé par l’impitoyable jury (une croustade d’œufs pochés florentine, un médaillon de veau sauté Duroc et sa fondue de tomates et pommes cocotte, et un œuf à la neige aux pistaches et au miel du Morvan), le jeune homme n’aura pas failli.

Malgré une très belle concurrence, identifiée par la présence de sept autres apprentis, le garçon s’imposera au final devant Aude BRIOLLAND, apprentie accueillie chez Davide LE CORRE (Paris Nice à Joigny) et Mathilde VOISIN, en formation au « Petit Marmiton » chez Manu DELANNOY à Auxerre.

Une promotion de très belle facture au plan qualité…

Les autres candidats de cette compétition très relevée aux dires du jury terminèrent tous à la quatrième place, ex-aequo, et sous les applaudissements nourris malgré quelques larmes de déception. Rendons hommage à ces futurs talents qui ont pour nom : Laura LEBARZIC, Nathan BAUCHET, Mathias OJALVO et Eva FARIA DA CRUZ.

Le jury, présidé par le talentueux chef Marc MARCHAND au parcours caractéristique de la réussite de cette filière dès lors que l’on sait la maîtriser avec finesse et subtilité, a confirmé sa satisfaction d’avoir noté le travail qualitatif de cette promotion 2018.

Mohammad ZIARUL représentera le département de l’Yonne lors du prochain concours interrégional avec Mathias OJALVO, apprenti qui exerce son jeune talent chez Patrick GAUTHIER, l’emblématique toque du restaurant « La Madeleine » à Sens. Il a en effet obtenu la meilleure note pratique au dernier CAP.

Face à l’inflation galopante des remboursements liés à la récurrence des transports médicaux sur notre territoire, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie tire la sonnette d’alarme. Ce poste représente aujourd’hui près de 31 millions d’euros et ne cesse de progresser depuis plusieurs années. Soucieuse de préserver les équilibres budgétaires, la CPAM s’est fendue d’une nouvelle communication sur ce sujet d’actualité qui concerne l’ensemble des assurés…

AUXERRE : Vigilance et préconisation. La Caisse primaire d’assurance maladie veille au grain dans cet épineux casse-tête que représentent chaque année la gestion des transports médicaux et leurs onéreux remboursements.

Depuis plusieurs années, au plan comptable, le coût des remboursements s’envole, suivant une courbe ascendante progressive. A l’échelle de la région Bourgogne-Franche-Comté, la somme équivaut à 145 millions d’euros. Pour le seul territoire de l’Yonne, le montant de ces dépenses supplémentaires s’établit à 31 millions d’euros à la charge de la structure de santé départementale.

Dans les deux cas, les responsables de la CPAM souhaitent mettre le holà sur cette dérive inflationniste qui perdure dans le temps.

Une récente communication à destination des assurés est venue rappeler les bonnes pratiques à respecter à ce propos. Et de repositionner le rôle déterminant du praticien comme un élément essentiel à la prise de décision de préconiser un mode de transport approprié selon l’état de santé du patient.

Le médecin est le seul à prescrire le transport médical…

Si le transport médical peut générer un remboursement à partir d’un acheminement du malade vers un centre hospitalier ou de soins via son véhicule personnel ou les transports en commun, en revanche, il n’est pas prescrit de façon systématique lors des déplacements d’un patient. La décision relève uniquement du professionnel de la médecine.

C’est une question de pure logique puisque son remboursement obéit à des conditions très strictes. En ce sens, la direction de la Caisse primaire d’assurance maladie se veut insistante sur ce point : « la prescription médicale de transport relève d’une décision médicale pure et ne s’apparente nullement à une quelconque facilité sociale… ».

Dans l’absolu, elle doit être réalisée avant le déplacement et transmise pour l’obtention d’un accord de principe dans un délai de quinze jours précédant l’acte auprès du service médical de l’assurance maladie.

Un message clair et précis qui a été relayé, sans l’once d’une ambiguïté de la part du service Communication de la CPAM, vers les assurés de l’Yonne qui sont invités à le connaître et surtout à l’appliquer.

 

 

Bannière droite accueil
Bannière footer