Il n’y a pas une minute à perdre pour apporter des solutions concrètes sur le terrain. Confrontée à des défis majeurs importants, propres aux conséquences de la crise sanitaire, aux difficultés d’approvisionnement ou encore à l’inflation galopante sur les tarifs de l’énergie, la filière automobile a un sérieux vague à l’âme, renforcée depuis quatre mois avec les hostilités belliqueuses entre la Russie et l’Ukraine. L’Etat et la Région ont échafaudé un plan en trois volets pour essayer de résoudre les problématiques…

 

DIJON (Côte d’Or) : C’est une évidence, la filière automobile va connaître de très sérieux soubresauts à horizon 2030. Les causes en sont multi factorielles. On le sait. De prime abord, il y a la transition obligatoire vers le véhicule électrique. Mais aussi, la digitalisation à outrance et le changement des habitudes de consommation. Cette profonde mutation fait l’effet de raz-de-marée auprès des professionnels du secteur (et des automobilistes eux-mêmes !), très impactés par les coups de boutoir successifs de la hausse de l’énergie.

Dans notre contrée, l’Etat et le Conseil régional ont proposé dès le mois de mars un plan spécifique au devenir de l’automobile. Logique : la Bourgogne Franche-Comté possède de très nombreux acteurs de la filière industrielle, dont moult entreprises qui interviennent en qualité de sous-traitants.

Objectif de ce plan : aider les entrepreneurs mais aussi les salariés et les territoires à affronter les défis majeurs qu’ils auront à relever dès demain. Et en matière d’automobile, les choses aller très vite en s’accélérant.

 

 

Une stratégie qui est particulièrement naturelle pour les deux partenaires régionaux : on recense en effet quatre cents entreprises positionnées sur cette filière industrielle en proie aux doutes, soit 45 000 collaborateurs.

Selon le préfet de Région, Fabien SUDRY – il se déplaçait ce mercredi 29 juin aux côtés de la présidente de la Région Marie-Guite DUFAY dans le Doubs pour y visiter la société STREIT Mécanique  à Pays-de-Clerval -, « on voit déjà les premiers effets du plan automobile commun… ».

Pour sa part, l’élue régionale a rappelé que « ce plan d’actions Etat/Région est très ambitieux et doit permettre d’anticiper les mutations profondes qui menacent la sous-traitance… ».

Au cours de ce comité de pilotage, un point d’avancement a permis d’évoquer les trois volets de ce plan d’actions. Premier aspect plutôt satisfaisant : la FIMA (Force d’intervention mutations automobile) accompagne depuis un trimestre plus d’une cinquantaine d’entreprises. Secundo : le dispositif spécial, baptisé « Chocs industriels », va être décliné rapidement dans trois nouveaux territoires de Bourgogne Franche-Comté (dont l’Yonne, notamment).

Enfin, pour couronner le tout, les efforts en matière d’emploi et de formation dans l’automobile vont se poursuivre en étant amplifiés.

 

Thierry BRET

 

Ils sont à l’écoute, les entrepreneurs de la filière des travaux publics de l’Yonne ! De la pure logique, tant le projet qui est évoqué devant eux représente une substantifique opportunité de voir grossir leurs carnets de commande, synonymes de chiffre d’affaires en sus à la clé. D’ailleurs, entre la FRTP et WPD, porteur du projet éolien des Hauts de l’Armançon, les choses ont été établies dans les règles de l’art. Grâce à une charte d’engagement officielle qui a été signée en février dernier à Dijon.

 

ANCY-LE-FRANC : Une vingtaine de chefs d’entreprise, représentant la filière des travaux publics de l’Yonne, ont pris place en demi-cercle en mode « bons élèves » face à leurs interlocuteurs d’un jour.

Somme toute, ils connaissent déjà dans leur for intérieur les rudiments explicatifs qui leur seront fournis dans les minutes qui suivent par un tandem d’orateurs peaufinant une ultime fois leur prise de parole.

Devant eux – honneur aux dames ! -, Delphine POIRSON. On ne la présente plus. La directrice management régionale de WPD, groupe international qui développe, finance, érige et exploite les parcs éoliens de France et de Navarre, qu’ils soient en version maritime ou construit sur la terre ferme, connaît le territoire le plus septentrional de la Bourgogne comme le fond de sa poche !

Depuis plusieurs semaines, alors que le projet prend son incontestable essor au plan de la communication et de sa faisabilité, elle multiplie les déplacements dans cet espèce de triangle – rien à voir avec celui plus mystérieux et évanescent des Bermudes ! – identifié par les trois balises que sont les communes d’Aisy-sur-Armançon, Cry et Nuits.

 

Une charte d’engagement qui unit cinq ans durant la FRTP BFC et WPD…

 

C’est ici que sortira de terre ce parc éolien, joliment baptisé « les Hauts de l’Armançon », qui pourrait rappeler la désignation sémantique d’un quartier résidentiel cossu et bourgeois vanté par la gouaille malicieuse de Stéphane PLAZA le week-end sur M6 !

Oui mais voilà, la comparaison stricto sensu avec le pur immobilier s’arrête ici. WPD n’est pas un promoteur de pavillons ! Même si sa vocation première est de les alimenter, entre autres, avec cette énergie renouvelable devenue l’une des grandes priorités étatiques en matière d’indépendance énergétique.

Il incombait ensuite, en sa qualité de président départemental de la FRTP (Fédération régionale des Travaux Publics) de l’Yonne, à Baptiste MANSANTI de lancer la séance de présentation du dossier.

Normal ! En février dernier, son président régional, Vincent MARTIN avait porté à la connaissance de tous les adhérents de la puissante structure corporatiste la mise en place d’une charte d’engagement dûment signée entre les deux acteurs de l’époque : la FRTP et WPD. Un accord qui court par ailleurs sur une longue période de cinq ans.

 

 

15 millions d’euros de retombées pour les PME locales…

 

Cette convention de partenariat a été conçue en toute transparence, en vérité. Le développeur de parcs éoliens et la fédération professionnelle inscrivaient dans le marbre ce désir tenace de collaborer étroitement ensemble. La charte paraphée se positionne en faveur de l’attractivité économique, environnementale et sociale des territoires.

Commentaires avisés de Baptiste MANSANTI, reprenant la balle au bond devant les entrepreneurs de l’Yonne : « Le fait de mettre autour de la table les entreprises des TP et le porteur de projet est un réel vecteur d’acceptabilité de ce futur parc éolien. Tous ces sujets-là sont très importants pour le développement économique de notre territoire… ».

Faciliter le recours aux entreprises du cru lors de ce vaste projet de construction de dix-huit éoliennes aura nécessairement des retombées heureuses pour les PME des travaux publics. On estime en effet à 15 millions d’euros lesdites mannes financières qui ruisselleront alors vers les entreprises locales !

 

 

Une véritable opportunité pour les emplois dans l’Yonne…

 

Quant à l’emploi, il sera placé sous le feu des projecteurs, de manière évidente. Une confirmation faite par Delphine POIRSON lors de son intervention orale : « WPD souhaite mobiliser en priorité les entreprises locales compétentes pour participer au développement et à la concrétisation de ses parcs éoliens en Bourgogne Franche-Comté. Je pense à celles qui interviennent dans le terrassement, la fourniture de béton, le raccordement au réseau public… ».

On peut ajouter à cet inventaire à la Prévert les géomètres, les spécialistes des métiers de la filière carrière, le génie électrique, les sociétés de paysage, les notaires et les huissiers, voire aussi les hôtels et restaurants car il faudra bien accueillir ce potentiel de salariés mobilisés par ce gros chantier.

« Pour les entreprises locales, c’est vrai, confirme Baptiste MANSANTI, ce futur projet éolien représente une véritable opportunité d’emploi… ».

D’où l’impérative nécessité de pouvoir informer suffisamment en amont les potentiels candidats qui seraient intéressés par ce chantier de grande dimension en vue des appels d’offres le moment venu. Ceux-ci se mettront en place à partir de 2024.

 

 

La transition écologique : dénominateur commun aux deux partenaires…

 

Ce rapprochement traduit aussi la volonté des deux acteurs d’œuvrer en faveur de la sauvegarde environnementale. En effet, la prise en compte du bilan carbone des entreprises, voire la sensibilisation du personnel à la transition écologique sont autant de mesures prévues pour répondre à cette volonté d’exemplarité environnementale requise.

Du pain béni pour le président départemental de la FRTP de l’Yonne qui a insisté sur le réel intérêt de sa fédération à propos de ce thème.

« Nous sommes en plein dedans, devait-il préciser, encore plus aujourd’hui avec les phénomènes internationaux liés à la problématique des énergies… ».

Anticipatrice, la FRTP n’avait-elle pas créée il y a quelques années déjà une structure associative en son sein pour mieux étudier tous les sujets de fonds se rapportant aux bouleversements environnementaux ?

Une cellule qui depuis a su plancher, en y apportant des réponses concrètes, sur la transition écologique, la méthode de réalisation des travaux, voire la transformation des matériels et le recyclage des matériaux.

Moralité : ces deux partenaires, FRTP et WPD, jeunes mariés au vu de leur convergence d’intérêts depuis février, étaient fait pour s’entendre durablement !

 

Thierry BRET

 

On aime ou on n’aime pas ! Alors que nouveaux projets de champs éoliens sont en train de voir le jour dans la partie orientale du territoire de l’Yonne, encouragés par des élus et une population qui souhaitent bénéficier d’une électricité renouvelable, d’autres, a contrario, fustigent contre la présence de ces « horreurs » qui engendrent pollutions sonores et désagréments visuels. Pourtant, avec une âme de poète, un peu d’imaginaire et un soleil couchant peuvent les rendre presque attrayantes près de VENOY…

 

BILLET :

 

Lundi

 

Son mentor Jean-Pierre SOISSON avait été député de la circonscription 32 ans durant, sur une période qui couvre près d’un demi-siècle, du 11 juillet 1968 au 18 juin 2012. Un record sans doute difficile à battre pour Guillaume LARRIVÉ, sèchement envoyé au tapis à l’issue du premier tour des législatives, par une droite extrême. « Il est des défaites qui assassinent, d’autres qui réveillent… » a écrit Antoine de Saint-Exupéry dans « Pilotes de guerre ». Nul doute que le perdant du jour a déjà mis son réveil à sonner !  

 

 

Mardi

 

Il avait été condamné à mort et exécuté à 16 ans pour meurtre en 1931. Un tribunal de Pennsylvanie, dans l’est des Etats-Unis, a reconnu 91 ans plus tard l’innocence d’un jeune Afro-Américain, Alexander Mc CLAY WILLIAMS. Depuis 1973, aux Etats-Unis, plus de 8 700 personnes ont été condamnées au châtiment suprême, dont 1 500 exécutées. Parmi elles, combien de victimes d’erreurs judiciaires… ? Une étude américaine affirme que si tous les condamnés à la peine capitale restaient indéfiniment dans le couloir de la mort, plus de 4 % d'entre eux finiraient par être innocentés. « Make America Great Again ! ».

 

 

Mercredi

 

Il n’aura échappé à personne que dans l’univers de la sécurité, le recrutement communautaire fait loi et que nombre de professions comme vigile, agent de surveillance ou videur de boîte de nuit, semblent réservées à certaines nationalités ou conditionnées à leur couleur de peau. Les clichés sur les personnes noires persistent et sont doublement condamnables. La discrimination positive est antagonique avec tout principe d’égalité, mais plus grave encore, une telle pratique contribue à stigmatiser les populations visées. « Y’a pas bon Banania ! » : le black est costaud, il est fort, il fait peur… Une insulte pour tout le peuple noir !

 

 

Jeudi

 

Emmanuel MACRON s’est rendu ce jeudi en Ukraine pour la première fois depuis le début de la guerre dans le pays, aux côtés des chefs de gouvernement allemand et italien et du président roumain. L’on peut bien sur s’interroger sur le sens de ce voyage, à trois jours du second tour des législatives en France. Mais, comment ne pas faire le parallèle avec la visite surprise effectuée, il y a tout juste trente ans, le 28 juin 1992, par François MITTERRAND à Sarajevo, en pleine guerre de Bosnie ? D’un côté un voyage hiératique entré dans l’Histoire, marqué par des images d’un président grimpant dans un véhicule blindé avant un bain de foule dans les rues de la ville assiégée, de l’autre, le « voyage de Monsieur Perrichon » avec sa carte Inter-Rail !

 

Vendredi

 

Bien sûr, elles peuvent paraître trop concentrées, bien sûr, elles entraînent des pollutions sonores et visuelles, bien sûr, pour certains, elles peuvent même provoquer une altération de la santé… Pour autant, n’a-t-on pas le droit de dire qu’elles peuvent aussi être belles, comme ici, au soleil couchant, sur les hauteurs de Montallery, commune de Venoy… ?  

 

Samedi


La canicule s’est abattue sur l’Yonne et le thermomètre a frôlé les 40° dans l’Auxerrois, un record ! Le groupe folklorique des « Peulons » a beau avoir plus d’un siècle d’existence, rien ne semble les arrêter ! Présents à l’inauguration du conservatoire des cépages à la Grange de Beauvais à Venouse, ils ont assuré le show, enchaînant bourrées et rigodons, sous un soleil de plomb… Respect !

 

 

Dimanche

De passage à la préfecture dimanche soir, le tout nouveau député de l’Yonne, Daniel GRENON a fêté sa victoire à… l’eau gazeuse ! Tout de même, deux députés icaunais issus du Rassemblement National pour représenter le département au palais Bourbon, quelle histoire ! Une histoire « d’eau », bien sûr…

 

Dominique BERNERD

 

 

Le covoiturage, il en connaît un rayon, Crescent MARAULT ?! Lors de la séance inaugurale de la 68ème Convention nationale de la Jeune Chambre Economique – celle-ci est accueillie quatre jours dans la capitale de l’Yonne avec plus de cinq cents représentants – le président de la Communauté de l’Auxerrois s’est épanché sur sa vision personnelle de la mobilité durable. Auxerre n’y coupera pas : l’intermodalité s’annonce comme le futur de la mobilité sur ce territoire !

 

AUXERRE : Il cite le nom des start-ups qui ont trouvé un mix entre technologies et communautés. Il se réfère parmi ses exemples à ces structures (KAOS,…) qui se positionnent sur le développement durable en matière de mobilité. Interpellé par quelques membres de la JCE, face à lui dans la grande salle de l’Abbaye Saint-Germain, Crescent MARAULT se livre à un exercice oratoire qu’il a savamment préparé autour de la mobilité de demain. L’un de ces sujets inspirants où l’élu veut améliorer les usages et les besoins tout en respectant le devenir de la planète. Pas soucieux de la protection environnementale, le maire d’Auxerre ?

 

Un nouveau schéma de déplacements à l’échelle du territoire…

 

Entre modèle économique où l’utilisateur du véhicule sera rétribué et le passager qui devra s’acquitter d’un titre de transport, et le nécessaire relais à mettre en symbiose avec les différentes communautés, le maire d’Auxerre expose sa vision des choses automobiles. Un covoiturage dont il défend bec et ongles les avantages, qui commencerait, selon lui, à porter ses fruits sur l’agglomération auxerroise.

« Il y a des expérimentations qui sont en train de se lancer, souligne-t-il, et dès la rentrée, nous allons essayer de trouver de nouveaux axes d’améliorations et des solutions concrètes ».

Des initiatives qui n’auraient d’autres valeurs ajoutées que de rendre du pouvoir d’achat aux Auxerrois tout en réduisant l’impact carbone. Autre point du propos qui aura capté l’attention de l’auditoire : la mise en place d’un nouveau schéma de déplacements à l’échelle du territoire. En le priorisant sur l’usage du cycle. Mais, pour cela, il est indispensable de sécuriser les voies réservées à cet effet.

« Si on ne le fait pas, précise un Crescent MARAULT pédagogue,  cela ne peut pas marcher car les utilisateurs des vélos ne se sentent pas en sécurité… ».

 

 

 

Des « vélibs » et autant de stations qu’il y a de communes dans l’Auxerrois…

 

Puis, l’édile a évoqué 2023. Un déploiement de « vélibs » électriques à l’échelle de l’agglomération y sera programmé dans les vingt-neuf communes qui accueilleront des stations. Il n’est pas exclu de développer, en parallèle de cette future offre, des vélos cargo, des triporteurs qui compléteraient les usages et les besoins des citoyens.

Quant à la mobilité urbaine – celle qui concerne les bus -, l’Agglomération va se pencher davantage sur le sujet, en retravaillant l’offre. Sans doute en revoyant la copie.

De l’aveu de Crescent MARAULT, « nous n’avons pas été assez optimal en essayant de faire plaisir à toute le monde, avoue-t-il, ce qui a été fait en matière de cadencement n’incite pas à emprunter le réseau de bus car il n’emmène pas forcément les passagers là où il y a de grands mouvements pendulaires… ».

Moyennant quoi, le chantier de la mobilité urbaine va être ouvert afin de repenser aux solutions de ces problématiques.

« Nous devons arrêter de faire croire aux utilisateurs du réseau de bus que tout le monde va bénéficier d’une ligne ! Ce n’est pas possible car nous n’en avons pas les moyens ! ». Clair, net et sans bavure comme constatation !

 

L’intermodalité : l’unique credo pour optimiser les transports à l’avenir…

 

Autre schéma tactique qui va se déployer dans les mois à venir alors que le dispositif connaît un réel essor dans l’Hexagone : le concept de la voiture partagée.

Explications de texte du maire-président : « On va mettre à disposition des véhicules dans les villages de l’agglomération, facilitant ainsi les déplacements planifiés. Les personnes s’inscrivent avant chaque déplacement. Le véhicule est ainsi mutualisé… ».

Quant à la clé de voûte de cette évolution en termes de mobilité dans les territoires, elle s’identifie autour de l’intermodalité.

« Il faut créer un pôle d’échange multimodal, constate Crescent MARAULT, c’est vraiment une nécessité. On n’a pas encore cela à Auxerre pour justement pouvoir connecter tous les modes de déplacements, le vélo, le bus ou le véhicule partagé… ».

Un projet qui devrait prendre corps du côté de la gare SNCF. Avec le rachat des terrains qui accueillaient jadis les locaux de la SERNAM, de les démolir, avant de construire le grand pôle d’échanges intermodal qui fait cruellement défaut à l’agglomération auxerroise.

Une manière de repenser l’histoire où les innovations technologiques et les solutions économiques devraient être profitables à terme au bassin auxerrois tant au niveau environnemental que sur celui de l’emploi.

 

Thierry BRET

 

 

Un peu haut « perché », le cadre de cette assemblée générale extraordinaire ? Celle devant accueillir la totalité ou presque des associés qui constituent le premier cercle financier de la SAS Pôle Son Vibration Acoustique. L’atypisme de l’esthétique théâtre de Brienon-sur-Armançon collait à merveille avec l’ambitieux concept, dévoilé par les instigateurs de ce rendez-vous entrepreneurial faisant appel à une levée de fonds. Prometteuse, en vérité, puisque la récolte s’est montrée in fine alléchante, avec 135 000 euros à la clé…

 

BRIENON-SUR-ARMANCON : Pas mal, pas mal, la première levée de fonds proposée par les porteurs du projet, déjà bien avancé, de la future SAS Pôle Son Vibration Acoustique ! Il n’aura suffi que de quelques semaines pour récupérer la coquette somme de 135 000 euros auprès de potentiels investisseurs du cru, entrant au capital social de la future entité, afin de mettre de l’eau dans les rouages de ce qui devrait être à terme une aventure entrepreneuriale très surprenante.

Une déclinaison professionnelle aux réelles opportunités de développement, tant sur l’Hexagone, qu’à l’international. Plutôt rare comme expérience à vivre dans le landerneau icaunais…

Une enveloppe financière qui, ajoutée aux investissements initiaux injectés par les irréductibles supporters du projet, porte les fonds à 150 000 euros. Une levée de fonds qui en appelle désormais une autre puisque les porteurs du projet souhaitent atteindre le chiffre tout rond de 200 000 euros figurant au capital social. Celle-ci devrait se mettre en place dans les prochains jours et se clore vraisemblablement fin septembre.

Des prolongations dont auront évoqué longuement les contours les participants de cette assemblée générale. Ecoutant très attentif les recommandations expertes fournies par Me Harold FORESTIER, du cabinet FIDAL, qui, en bon pédagogue, en expliquera le moindre détail.

 

 

Déjà une vingtaine d’associés dans cette aventure insolite de l’entrepreneuriat…

 

A date, une vingtaine de personnes ont apporté leur contribution financière participative à ce projet. De tout âge (de 22 à 78 ans selon la formule consacrée qui n’aurait pas déplu à HERGE !) et de toutes orientations professionnelles.

Désormais, comme le rappela le président temporaire de la SAS Pôle Son Vibration Acoustique Serge GARCIA (le président de l’association DEFI SON devrait passer la main dès le mois d’octobre conformément à ses désirs), le dépôt de demande d’aides publiques va se concrétiser dans les prochains jours auprès des services ad hoc de la Région Bourgogne Franche-Comté. Objectif : un abondement à montant équivalent de la part de l’organisme régional. La Caisse des Dépôts, via sa filiale, la Banque des Territoires, pourrait être amené à faire de même. Ce serait un sérieux coup de pouce envers le lancement de cette fusée porteuse d’espérance pour l’attractivité économique du territoire et l’employabilité locale.

Les associés de cette nouvelle aventure devaient recevoir au cours de cette rencontre leurs attestations officielles, un document faisant foi de leur investissement financier dans le concept.

Le Pôle Son Vibration Acoustique devrait être opérationnel dès septembre, avec la nomination de trois cadres qui en piloteront la destinée : un directeur exécutif, un directeur en charge de la stratégie, de la communication et de la médiatisation et enfin, un encadrant devant gérer la cellule recherche et développement.

Quant aux perspectives, elles sont bonnes : les premiers contrats avec une dizaine de partenaires industriels déjà en liste d’attente devraient se signer dès le début de l’automne.

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil