Cinq décès, trente blessés dont dix-sept hospitalisés : le bilan de l’accidentologie n’est guère fameux sur les routes du territoire icaunais à la fin du mois de juillet. Malgré une baisse de 29 % par rapport à la période équivalente de 2016, automobiles, deux roues et piétons sont toujours aussi exposés avec  le non-respect des règles de circulation comme cause prioritaire…

 

AUXERRE : A peine installé, le nouveau préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, a dû découvrir les chiffres des services de la Sécurité routière, faisant état de l’accidentologie sur les routes du département. Et au vu des premières indications, et de l’analyse de ces statistiques, il devrait rester inflexible à toute velléité d’assouplissement des règles de circulation.

Au contraire, le représentant de l’Etat a même souhaité renforcer les opérations de contrôle de vitesse et d’alcoolémie en cette fin de période estivale. Pour s’en expliquer, son service de communication a insisté sur la hausse du nombre de véhicules circulant sur les autoroutes et routes de l’Yonne ; cela entraînant une dégradation des conditions de circulation.

Si la conduite sous l’emprise de l’alcool représente 17 % des accidents, soit 6 personnes tuées depuis ces douze derniers mois, les pertes de contrôle imputables à une vitesse excessive occasionnent encore 20 % des sinistres (7 décès). Mais, l’essentiel de l’accidentologie prend sa source dans le non-respect du code de la route et de l’application des bonnes règles de conduite. 32 % des accidents sur la saison 2016/2017, ce qui aura engendré 11 morts.

Un taux de gravité des accidents supérieur à la France

Rapporté à la population, le nombre de personnes tuées par million d’habitant demeure très élevé dans l’Yonne, avec un taux de gravité de 102 alors que l’indice de référence nationale n’excède pas…54 !

Seule lueur d’espérance dans ce tableau assombri par tant de mauvais chiffres, les résultats de la plupart des indicateurs de l’accidentalité de ce mois de juillet sont en diminution : baisse de 29 % du nombre d’accidents (22 sinistres contre 31 en 2016), baisse de 21 % du nombre de blessés (30 blessés contre 38 en 2016) et baisse de 35 % du nombre de blessés hospitalisés (17 personnes hospitalisées contre 26 en 2016).

Mais, hormis le nombre de tués sur nos routes (il s’élève à cinq décès en juillet 2017 contre sept l’année antérieure), les évolutions du cumul de ces indicateurs sont par contre toutes en hausse pour 2017. Et le mois d’août, point culminant des départs en vacances, n’a pas encore livré son verdict.

Six heures à peine après sa prise de fonction, Julia CAPEL-DUNN, nouvelle sous-préfète d’Auxerre et directrice de cabinet du préfet de l’Yonne Patrice LATRON, a pris ses premiers contacts avec les médias du territoire icaunais. Histoire d’évoquer son futur mode opératoire, de se présenter au travers un parcours plutôt flatteur et d’en savoir davantage sur le nouveau département qui l’accueille…

 

AUXERRE : « Je ne suis présente dans le département de l’Yonne que depuis quelques heures, mais je sais déjà que certains dossiers importants m’attendent sur le coin d’un bureau ! ». Avec un zeste d’humour, la nouvelle sous-préfète d’Auxerre, Julia CAPEL-DUNN, sait que les prochaines journées de son emploi du temps seront très chargées.

Entre les visites protocolaires aux milieux institutionnels et économiques, la gestion de dossiers quelque peu brûlants et la découverte de ses collaborateurs, la directrice de cabinet du nouveau préfet, lui-même en poste depuis le 21 août, ne devrait pas chômer un seul instant.

Agée de 41 ans, la diplômée de l’Institut régional d’administration (IRA) de Lyon troque une fonction similaire de sous-préfète des Ardennes (elle occupait le poste depuis avril 2013 à Sedan) pour une double activité de sous-préfète et directrice de cabinet dans l’Yonne.  

Un binôme efficace avec le nouveau préfet

Durant deux saisons, la jeune femme, passionnée de littérature et civilisations étrangères (licence obtenue en université à Dijon) s’applique à gérer de manière optimale d’importantes problématiques liées à l’économie dans une contrée plutôt éprouvée par la crise tout en abordant ses aspects sécuritaires. La Belgique n’étant distante que d’une trentaine de kilomètres de la seconde ville de ce territoire excentré…

Chef du département des réfugiés et de l’accueil de demandeurs d’asile au secrétariat général à l’immigration et à l’intégration au ministère de l’Intérieur en 2008, Julia CAPEL-DUNN remplace Emmanuelle FRESNAY, entre-temps nommée au sein d’une direction de ce grand ministère d’Etat.

« Je ne vois que des avantages à mon affectation dans l’Yonne, devait-elle préciser pour conclure, nous devrions former un binôme complémentaire avec le nouveau préfet, Patrice LATRON, prêts à prendre en main la gestion de tous les dossiers prioritaires… ».

Une équipe efficace au service de l’Yonne : c’est tout ce que l’on peut souhaiter aux habitants de ce territoire…

Les premières commandes d’agneaux français issus de la sélection très qualitative de la boucherie de l’Yonne viennent d’être acheminées vers la ville état du sud-est asiatique. Avec cette nouvelle corde internationale à son arc, la société de Jean DENAUX devient l’unique entreprise artisanale de ce corps de métier en France à avoir obtenu les agréments nécessaires qui lui permettent d’exporter vers ce pays…

 

SENS : Déjà bien représentés parmi les meilleures vitrines gastronomiques de l’Asie du Sud-Est (Thaïlande, Japon ou Vietnam), les produits carnés des établissements DENAUX trouvent avec ce nouveau débouché vers Singapour un point d’ancrage supplémentaire qui optimise le savoir-faire de ce fleuron de l’artisanat à la française.

Fondée en 1986, la PME de Sens procure aujourd’hui un intense bonheur pour les chefs tricolores de par le monde qui souhaitent servir une viande quasi unique à leurs convives.

Les méthodes d’affinage usitées par Jean DENAUX, cet arrière-petit-fils de boucher, ont anobli les vertus gustatives de ce produit dont les consommateurs demeurent encore très friands malgré les campagnes de sensibilisation propagées çà et là en défaveur de la viande.

Source d’approvisionnement préférée des restaurateurs français exerçant leur art culinaire en Asie, la boucherie familiale de l’Yonne s’est très vite positionnée à l’international. Le continent asiatique est devenu en l’espace de quelques années une terre de prédilection grâce à des accès privilégiés vers l’archipel japonais ou Hong-Kong, une métropole cosmopolite porte d’entrée obligatoire vers l’ex-Empire du milieu chinois.

Le volume d’exportation vers l’Asie ne cesse de progresser d’année en année pour la maison DENAUX. L’ajout de Singapour dans cette liste non exhaustive de pays si éloignés est en cela révélatrice d’une stratégie efficace, basée principalement sur les atouts essentiels de cette viande, travaillée autour de la tendreté et du goût. Ville état à la puissance économique mondiale, Singapour représente la vitrine commerciale idoine où un entrepreneur Français doit y laisser sa griffe et ses cartes de visite.

Au printemps, les établissements DENAUX avaient obtenu deux nouveaux points de chute dans cette course très réfléchie à l’export : l’île de Saint-Martin et l’île Maurice dans l’océan Indien. Un exotisme qui ne détonne pas, par rapport aux autres cibles visées par l’entreprise. Car, le potentiel de développement économique de ces paradis insulaires y est une réalité constante pour de nombreux entrepreneurs de l’Hexagone. Dont Jean DENAUX et sa fille Anaïs, en charge de l’export et de la commercialisation…

S’accorder le temps nécessaire à la réflexion et à la découverte de la physionomie du département : c’est en substance le premier chantier que le haut fonctionnaire de l’Etat a mis en exergue depuis son arrivée à Auxerre le 21 août. Une fois opérationnel, cet ancien militaire et professionnel du corps préfectoral ira à la rencontre des acteurs clés de l’économie, agriculteurs et industriels, mais aussi d’une population qu’il qualifie d’accueillante...

 

AUXERRE : De l’Yonne, il possède encore dans sa mémoire quelques lointains souvenirs de travaux agricoles vécus à l’âge d’être étudiant. Patrice LATRON l’avoue avec humilité et un sourire aux lèvres : sa connaissance de ce territoire est encore assez restreinte mais le nouveau préfet qui a succédé à la mi-août à Jean-Christophe MORAUD entend réparer cette lacune de manière très rapide.

D’ailleurs, il ne faut pas s’y tromper. Et cette petite note d’humour introductive sur ces anodins aspects géographiques, exprimés lors de sa première rencontre avec les médias, n’enlève en rien ni les qualités intrinsèques du nouveau représentant de l’Etat ni son dynamisme.

Le haut fonctionnaire, affecté au préalable à la direction du cabinet du préfet de police de Paris, connaît déjà sur le bout des doigts les grands dossiers laissés par son prédécesseur et ses équipes.

Aide de camp de deux anciens Premiers ministres…

Pragmatique, et avant de s’immiscer plus en avant dans ceux-ci et de rendre des arbitrages que beaucoup attendent, l’ex-commandant de la compagnie de parachutistes de Pamiers (Ariège) dans les années 1990 souhaite se faire sa propre opinion. Quinze années vécues dans ce corps d’élite de l’armée forgent de la pugnacité et surtout une méthodologie, faite de rigueur et de sérieux.

La preuve, Patrice LATRON ne devait-il pas être nommé en sa qualité d’officier supérieur aide de camp du Premier ministre entre 1994 et 1997, au service tout d’abord d’Edouard BALLADUR, puis de son successeur, Alain JUPPE.

Nommé préfet, après avoir gravi tous les échelons de la préfectorale, aux antipodes de la métropole en décembre 2011 (Saint-Pierre et Miquelon et ses températures hivernales n’ont plus de secrets pour lui), il est chargé de mission auprès du secrétaire général du ministère de l’Intérieur entre septembre et décembre 2014. Avant de rejoindre la préfecture de police de Paris en qualité de préfet.

« Avec mon épouse, nous sommes satisfaits de retrouver la nature et…la province en arrivant à Auxerre, confie-t-il entre deux questions.

Inquiet par le phénomène de radicalisation observé dans la partie septentrionale de son nouveau département (« c’est le phénomène de la Grande couronne semble-t-il »), le préfet sera scrupuleux sur les aspects sécuritaires et la vigilance à y apporter. Sans pour autant tomber dans la peur. Fort de l’expérience accumulée à l’issue de la mission que lui avait confiée le 30 mars 2015 Bernard CAZENEUVE, ministre de l’Intérieur à la préfecture de police de Paris, Patrice LATRON sera attentif aux moindres détails, même si l’Yonne n’est pas encore la banlieue francilienne.

Pas d’inflexion à attendre sur la sécurité routière

Mais, le dossier de l’accidentologie et les mauvais chiffres enregistrés sur les routes de l’Yonne depuis le début d’année ne devraient pas infléchir les mesures prises par son prédécesseur. « Il n’y aura pas de modifications à attendre de ma part sur certains dossiers… ». On peut penser d’ores et déjà à la fameuse limitation de vitesse à 80 km/h sur une majeure partie du tronçon de la nationale 151, reliant Auxerre à Clamecy.

Pédagogue, le haut fonctionnaire de l’Etat devait rappeler le corpus de sa mission : « le rôle du préfet est de faire appliquer la loi et d’accompagner le développement économique du territoire où il intervient ».

Saluant la gentillesse et le sens de l’accueil des Icaunais, Patrice LATRON accordera sa première visite au milieu agricole d’ici quelques jours afin de prendre le pouls d’une filière en souffrance.

« Il me faut aussi comprendre les causes des sinistres qui ont détruit bon nombre de récoltes au printemps ».

Si le dossier de la fermeture du collège Bienvenu Martin supposera des contacts directs avec l’ensemble des parties (Ville d’Auxerre, le rectorat et l’inspection d’académie) avant le rendu d’une décision, en revanche, le nouveau préfet de l’Yonne ira dès que possible à la rencontre des forces vives de l’économie, qu’elles soient industrielles, artisanales et commerçantes. Le tourisme représente aussi un vecteur non négligeable de ce territoire qu’il sera opportun d’encourager.

Quant à l’épineux dossier migratoire, le préfet devait conclure en rappelant « que les fonctionnaires de l’Yonne n’étaient là que pour appliquer les textes de loi et traitaient les personnes déplacées de la manière la plus humaine qu’il soit… ».

 

Vendredi 18 août aux alentours de 11 heures, les salons de la préfecture de l’Yonne à Auxerre recevaient pour son ultime apparition officielle Jean-Christophe MORAUD, préfet en poste depuis plus de deux années. Ce dernier devait faire ses adieux devant des invités issus des milieux politiques, institutionnels et militaires du département. Sa directrice de cabinet, Emmanuelle FRESNAY, était également saluée pour les mêmes circonstances, nommée dans une direction du ministère de l’Intérieur à Paris…

 

AUXERRE : Erudit et passionné d’histoire, matière dont il était professeur à ses débuts, Jean-Christophe MORAUD, préfet de l’Yonne en fonction depuis le 01 décembre 2014, devrait trouver avec sa nomination dans la Cité des Papes en Avignon un lieu propice pour y assouvir sa soif de connaissances et de découvertes culturelles. Mais, surtout pour y poursuivre une brillante carrière de commis de l’Etat.

Le 18 août dernier, l’Yonne institutionnelle, politique, économique et militaire rendait un ultime hommage à l’homme qui a su marquer de son empreinte ce poste de représentant de l’Etat sur le territoire nord-bourguignon.

C’est la secrétaire générale de la préfecture, Françoise FUGIER, qui devait le mieux cerner le profil de l’ancien préfet, « homme de dialogue et d’écoute, qui a su impulser une réelle dynamique à la gestion des nombreux dossiers en regardant vers l’avenir ».

Crise agricole, sinistres et inondations, sécurité routière, problématique migratoire, immersion auprès des forces vives de l’économie, réformes des structures intercommunales, éducation et formation, assouplissement de la commande publique…autant de dossiers importants qui ont permis à Jean-Christophe MORAUD de s’exprimer et surtout d’agir dans l’intérêt général du territoire départemental dont il avait la charge.

Préfet de l’Orne auparavant, Jean-Christophe MORAUD a reçu son affectation pour le Vaucluse à l’issu du conseil des ministres du 29 juillet. Il se substituera à Bernard GONZALEZ, nommé quant à lui dans le Maine et Loire.

Le nouveau préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, a pris ses nouvelles fonctions le lundi 21 août.

 

Articles

Bannière droite accueil