Après le succès observé sur le Florentinois, le support numérique Icaunais ajoute de nouvelles zones de chalandise dans sa panoplie afin d’optimiser la découverte des commerces traditionnels auprès des particuliers. Le Sénonais et le Chablisien bénéficient désormais de leurs propres éditions dont les annonces sont elles aussi relayées via les réseaux sociaux. Le Tonnerrois constituera la prochaine étape de ce programme ingénieux avant que l’ensemble du territoire de l’Yonne ne soit couvert par cette offre commerciale de proximité…

AUXERRE : Baptisé « RATATATA », en souvenir du roulement de tambour prodigué autrefois par le garde-champêtre lors de ses tournées matinales dans les communes, cet outil de communication numérique permet d’accompagner les commerces de proximité dans leur stratégie marketing.

Plus d’un an après son lancement (juin 2016), survenu sur le secteur de Saint-Florentin, ce support possède déjà ses inconditionnels. Des artisans et commerçant, certes, mais pas seulement puisque les collectivités de la zone (22 communes pour un fort potentiel d’habitants) diffusent elles-aussi leurs annonces promotionnelles sur ce média.

Constatant les tendances prometteuses de l’outil, le spécialiste de communication numérique et consultant, Joël CHAUDY, qui porte ce projet à travers son cabinet J.CONSEIL, a élargi son socle sectoriel. Deux cantons supplémentaires de l’Yonne ont été ajoutés depuis : le Sénonais et le Chablisien.

S’appuyer sur la VDI ou la franchise à l’avenir

« Le mode opératoire de « RATATATA » reste le même : il s’apparente à un service mutualisé qui offre à ses annonceurs un accès facile pour alimenter FACEBOOK. Les réseaux sociaux ne doivent plus être ignorés des indépendants que représentent les commerces de proximité, les artisans, voire certaines associations. Un Français sur deux consulte avec régularité constante le multimédia aujourd’hui. Par le biais d’un ordinateur ou grâce à une application destinée aux smartphones » précise Joël CHAUDY.

Le bilan se veut positif. Non seulement ce service répond aux attentes des utilisateurs particuliers, mais en outre, il accroît l’attractivité des commerçants avec davantage de flux dans leurs boutiques. Cette bourse d’annonces locales requiert une souscription à la base, demandée aux futurs adhérents. Ces derniers perçoivent prospectus et vitrophanie afin de faire connaître leur appartenance à ce réseau.

Le concept génèrera sans doute de l’emploi. Son responsable étudie à l’heure actuelle la possibilité de contractualiser des postes de conseillers commerciaux dans les secteurs respectifs où l’organe est implanté. Selon les principes de la VDI, la vente directe indépendante. Le modèle pouvant se délocaliser hors de l’Yonne, l’hypothèse de son développement par la franchise n’est pas utopique.

Unique établissement en France à proposer à ses étudiants une véritable immersion à l’étranger, cette structure pédagogique se distingue aussi par sa volonté d’inculquer une culture de l’entrepreneuriat. Les 110 élèves de la filière s’y sentent bien avec un taux de réussite qui excède 92 % depuis ces trois dernières années…

 

AUXERRE : Structure pédagogique dépendante de l’Université de Bourgogne, l’IUT d’Auxerre accueille en son sein trois filières de formation dans la zone de la plaine de l’Yonne : le génie civil, le département RT (Réseaux et Télécommunications) et le pôle des Techniques de commercialisation.

Cette dernière entité, conduite par la directrice Sabine BELAMICH et ses équipes, accueille un nouveau contingent d’élèves ce lundi 04 septembre par un séminaire à vocation explicative.

Il s’agira pour le corps administratif de présenter à la fois l’ensemble des aspects réglementaires et fonctionnels du site mais aussi d’y adjoindre l’utile aux modalités pratiques. A savoir, la découverte des possibilités de carrière offertes par le monde de l’entreprise par le prisme de l’entreprenariat. D’où la présence d’une quinzaine d’acteurs économiques et institutionnels, venus en témoins sur l’estrade de l’amphithéâtre (ndlr : voir notre prochain article).

Autre élément distinctif de cet établissement par rapport aux 82 autres filières DUT de techniques de commercialisation existantes en France : une appétence à la découverte de l’international.

Sous l’impulsion de l’une des pièces maîtresses de l’IUT, Pierre DEPLANCHE, le complexe estudiantin auxerrois favorise depuis une décennie les séjours pédagogiques des étudiants vers des destinations pour le moins typique, à l’instar de voyages en terre asiatique (Indonésie, Chine), européenne (Pologne) ou sud-américaine (Brésil, Uruguay).

Sour la forme d’échanges constructifs avec des pôles universitaires, une quarantaine de partenariats facilitent le déplacement de ces jeunes gens dès la seconde année à travers la planète.

Parmi les nouveautés de cette saison, signalons l’ouverture de la licence « MACOM », orientée vers le management commercial et le marketing digital. A l’issue de leur séjour dans ce complexe, 90 % des étudiants poursuivent leur cursus en licence. D’autres envisagent la suite du parcours pédagogique par la voie d’un master.

Jugés le plus souvent trop complexes, voire indigestes par une large majorité d’entrepreneurs, les marchés publics garantissent néanmoins une recrudescence du volume d’affaires pour les artisans qui souhaitent se frotter aux appels d’offres. Dans le cadre de ses Rendez-vous de l’Artisanat, il était logique que la chambre consulaire de l’Yonne se penche en profondeur sur la question en démystifiant ce thème…

 

AUXERRE : L’appel d’offre. Le terme engendre parfois de la nervosité, voire beaucoup de stress, pour les conjointes collaboratrices des artisans. En règle générale, ce sont elles qui, patiemment, compulsent et remplissent les liasses de documents afin de monter le précieux dossier qui permettra à leur époux entrepreneur de décrocher le ou les lots nécessaires, synonymes de business !

Or, la plupart de ces chefs d’entreprise n’osent s’aventurer vers ce marché potentiel qui leur tend les bras. Parmi les dix-sept personnes présentes à la première des trois réunions explicatives proposées par les techniciens de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Yonne, aucune n’avait encore franchi le Rubicon.

Cela n’aura nullement empêché les interrogations de fuser, preuve que la diversification des activités pour les professionnels de ce secteur passe aussi par ce biais.  

Sollicitant les interventions de deux spécialistes de Territoires Numériques, la Chambre départementale voulait apporter le maximum de précisions à ses adhérents lors de cette séance de travail. Durant près de deux heures, Krim HABIBY et Bertrand DUFOUR, se définissant ambassadeurs de proximité, ont approfondi avec démonstration à l’appui les fondamentaux des marchés publics.      

En trois volets, les intervenants balayaient les matières principales à découvrir avant de se lancer dans cette démarche : la plateforme « e-bourgogne », l’ensemble des services déclinés par son intermédiaire, les MPS (marchés publics simplifiés) et le DUME, soit pour les non-puristes de la chose et c’était le cas parmi l’assistance, le Document unique de marché européen.

« e-bourgogne » : la plateforme à consulter gratuitement

Formulaire par lequel les entreprises candidates à un marché public déclarent leurs capacités et leur aptitude à y participer, ce dernier devrait considérablement simplifier les procédures administratives imposées aux sociétés désireuses de candidater.  

A l’avenir, l’obligation de répondre de manière électronique aux marchés publics aura pour heureuse conséquence de bouleverser ce système, facilitant l’accès aux besoins des collectivités dans la plupart des cas. A ce titre, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat délivre une clé favorisant cette signature électronique, valable deux ans pour un coût de 75 euros. Ce support garantit l’identification du signataire et sa fonction. Mais, son pouvoir fonctionnel s’étend aussi à la déclaration de la TVA.

Quant à la plateforme « e-bourgogne », créée par la Région et ses quatre départements sous la forme d’un groupement d’intérêt public, elle propose des services aux collectivités dont une salle de marché public, baptisée « place de marché ». Sa consultation est gratuite pour les entreprises de Bourgogne Franche-Comté. Un choix voulu par ses fondateurs qui souhaitaient mettre à la disposition des entrepreneurs de leur territoire l’ensemble des marchés, y compris ceux commandités par l’Etat.

Forte de quelque 10 000 adhérents, la Fédération nationale des professionnels de l’immobilier (FNAIM) a frappé très fort durant cet été en intégrant les membres du réseau coopératif ORPI. Ce rapprochement entre deux poids lourds de l’immobilier conforte les valeurs et les visions communes de ces deux partenaires nationaux.

 

PARIS : Période estivale studieuse pour Jean-François BUET, président de la Fédération nationale de l’Immobilier. Le Dijonnais, de passage dans la capitale au beau milieu de juillet, en a profité pour parapher de sa griffe la convention de partenariat établie avec le responsable du réseau ORPI, Bernard CADEAU.

« Il est essentiel pour nos professions immobilières d’être représentées par un syndicat fort, devait observer ce dernier, ORPI et la FNAIM collaborent ensemble depuis de nombreuses années : il était donc naturel de pouvoir entériner aujourd’hui cet engagement mutuel avec la signature de ce partenariat ».

Avec un potentiel de 1 200 agences, ORPI a réalisé 44 000 transactions au cours de l’année 2016. Un travail fructueux qui permet de mettre en lumière les 900 associés et les 6 000 collaborateurs de la structure. En l’espace de cinquante ans d’existence, ORPI a permis à quatre millions de personnes de trouver un logement.

Créée en 1966, l’Organisme régional des professionnels de l’immobilier possède un mécanisme insolite pour ce secteur d’activité, en proposant le mode opératoire de la coopérative. Le rapprochement avec la FNAIM était donc tout à fait naturel dans l’esprit de ses responsables.

Après ERA Immobilier, Guy HOQUET, Côté Particuliers ou encore Stéphane PLAZA Immobilier, la FNAIM endosse davantage son rôle de syndicat leader en France, devenant de facto le plus représentatif auprès des professionnels de cette corporation.

Depuis la prise de son mandat, Jean-François BUET a œuvré pour fédérer l’ensemble des acteurs immobiliers. L’objectif est atteint avec cette nouvelle intégration nationale…

Quarante années vécues dans le design à l’international forgent les expériences, le savoir-faire et le caractère. C’est ce qui a poussé l’ancien professeur de l’ENSAAD et designer industriel de l’Yonne à concevoir un ouvrage sur les dix étapes essentielles de la création au lancement commercial des produits dont nous sommes friands. Créateur de plus de 2 000 appareils, Michel MILLOT a déjà écrit le second volume de cette trilogie pédagogique à destination des industriels et des étudiants…

 

AUXERRE : Bel opuscule de plus de 200 pages, le « Guide du design industriel », paru aux éditions DUNOD, offre une approche passionnante de la conception des produits qui entourent notre quotidien ménager. Grille-pain, système de douche, station de repassage, cafetière électrique, sèche-cheveux…les objets les plus disparates constituent l’univers professionnel de cette référence incontournable du design à travers le monde. Car tel se définit Michel MILLOT. Un personnage aux multiples talents en matière de créativité qui ne pratique jamais la langue de bois mais avec un cœur gros comme ça !

La désobéissance est source d’innovations

« Ce guide s’adresse tant aux étudiants qu’aux professionnels des domaines concernés par l’activité de conception en général et celles des produits en particulier. C’est surtout un travail de clarification qui a nécessité de la méthodologie avec des informations précises étayées par des recommandations pour le design… ». Dans cet opus, Michel MILLOT aborde aussi les relations parfois tendues et complexes qui existent entre les designers et leurs collègues qu’ils soient techniciens, marketeurs ou directeurs de société. Une chose est sûre : le designer bénéficie le plus souvent de liberté et d’autonomie pour faire jaillir la lumière de la création.

« Aujourd’hui, le design industriel souffre d’un manque de consensus quant à l’identification et à la définition des notions les plus élémentaires. Le verbiage qui peut en résulter constitue une sérieuse entrave au développement de la discipline, tant au niveau de sa pratique professionnelle, que de son enseignement et de l’information sur les produits… ».

Découpant son livre en dix chapitres, l’auteur nous plonge dans les étapes clés d’un processus créatif menant au développement du concept. Entre tests de prototypes et études concrètes. Entre analyses des produits concurrents et participation à la mise en production.

« Les nouveaux concepts doivent être dotés de réelles qualités d’usage, esthétiques, environnementales, techniques et commerciales. En clair, le design ne se cantonne pas à une simple affaire de belles formes ni à une meilleure mise en œuvre de matériaux ou de procédés de fabrication… ».

Une présence affirmée en Asie pendant une décade 

Ayant dispensé un enseignement du design pendant de nombreuses années à travers l’Europe, Michel MILLOT a trouvé avec la Chine, et surtout à Canton, un terrain de prédilection durant une décennie où il a démontré son sens absolu de la créativité.

« J’ai exercé mon métier au Centre Beaubourg de Paris durant quatre ans avec un pôle d’une vingtaine de collaborateurs en recherche et développement, explique-t-il, mais c’est sur le continent asiatique que j’ai donné libre cours à ma vocation… ».

Là-bas, il a conçu notamment un nouveau prototype de quad pour un industriel de Taïwan. Mais, le designer bourguignon a aussi développé des partenariats pour le compte de géants de l’électroménager et de l’automobile, à l’instar des sud-coréens Daewoo et Hyundai.

La liste de ses créations est loin d’être exhaustive : des produits d’électroménager de type sèche-cheveux, fers à repasser, des créations d’objets pour l’environnement cuisine et salle de bains, du high-tech, du matériel d’outillage, des rasoirs électriques, de la serrurerie, des jouets, du mobilier, des coffre forts, des ustensiles de puériculture, des enceintes acoustiques et des haut-parleurs, et même une collection de sex-toys !

Pour celui qui considère que « le design est devenu un concept très galvaudé aujourd’hui et peu maîtrisé par de véritables spécialistes, ceux-ci se comptant sur les doigts de la main », le temps du témoignage pédagogique fait office de nécessité. D’où la rédaction de ce premier tome. Il suscitera peut-être de nouvelles vocations professionnelles parmi des étudiants pugnaces. Mais, il encouragera sans doute les entrepreneurs à appréhender autrement cette discipline fondamentale de la créativité industrielle…

Articles

Bannière droite accueil