Le syndicat des agents généraux d’assurance ne comptera plus qu’une même entité régionale dès le début de l’année prochaine, après le regroupement des structures de Bourgogne et de Franche-Comté. Longue de six années, la mandature du président bourguignon en exercice, Jean-Luc LAROCHE, se terminera en cette circonstance. Il a en effet décliné toute intention de se présenter au poste de responsable de ce nouvel appareil…

 

AUXERRE : Structure fédératrice regroupant les agents généraux d’assurance, AGEA organisera le 19 octobre prochain son ultime assemblée générale d’inspiration régionale en Franche-Comté. Les 260 professionnels de l’assurance se retrouveront pour un ultime rendez-vous sous cette ancienne bannière avant de plus amples retrouvailles dès 2018.

Au 01er janvier, le rapprochement entre les deux syndicats de Bourgogne et de Franche-Comté sera officialisé ; un choix qui devrait permettre dès le mois de mars à l’actuelle responsable franc-comtoise, Caroline DEBOUVRY, de prétendre jouer les premiers rôles en qualité de présidente de ce mouvement si le vote lui est favorable.

Elle ne retrouvera pas, face à elle, l’actuel président de l’AGEA Bourgogne, Jean-Luc LAROCHE. Ce dernier a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat lors de ce scrutin.

« Les travaux facilitant cette fusion avancent très vite, explique le chef d’entreprise d’Auxerre, ensemble, nous devrions être plus forts pour accompagner les profondes mutations à venir de notre métier… ».

Le président du syndicat de Bourgogne restera néanmoins au contact avec la défense des intérêts de ses confrères. Il devrait rejoindre le nouveau bureau de l’organisme.

Lors de cette rencontre à Cléron (Doubs), le président-adjoint du syndicat national sera de la partie : Laurent BOULANGEAT a prévu de s’exprimer et de présenter les services complémentaires offerts par cet organe institutionnel à ses adhérents. Plus de onze mille agents généraux d’assurance ont validé à ce jour leur bulletin d’adhésion au sein de l’AGEA. Le syndicat professionnel a d’ailleurs enregistré un taux de syndicalisation de 63 % cette année.

En accueillant sur un socle commun, Bourguignons et Franc-Comtois, l’AGEA disposera désormais d’une force de 600 adhérents dès l’année prochaine…

Plus de cent-cinquante personnes ont découvert, lors d’une soirée événementielle concoctée par le groupe aubois et son responsable dans l’Yonne, Olivier LANSIAUX, les trois dernières versions de la fameuse référence proposée par FORD. Sportives ou berlines traditionnelles, « Trend », « Titanium » et « ST Line » pourraient connaître une destinée à l’identique des premiers modèles de ce véhicule qui s’est vendu à plus de 18 millions d’exemplaires sur le seul continent européen depuis 1976…

 

AUXERRE : Ce 14 septembre restera à jamais gravé dans les annales du constructeur automobile d’origine américaine. Sa filiale française décidait ce jour-là de procéder à une vague de lancements officiels, autour de trois nouveaux modèles, dans l’ensemble de ses concessions, complétant ainsi la gamme des véhicules Fiesta.

Baptisées selon des appellations originales qui se mémorisent très bien, « Trend », « Titanium » et « ST Line », celle-ci se distinguant par ses aptitudes sportives fougueuses, ne devraient pas rester longtemps dans l’expectative au niveau de leurs ventes. Ni de leur pouvoir de séduction auprès des jeunes conducteurs et de la gent féminine…

Economiques, présentant des châssis relookés, elles gagnent en habitabilité et en surtout performance à divers niveaux. Plus longues de sept centimètres que leurs glorieuses aînées, les petites dernières à l’estampille de FORD se caractérisent comme étant de jolies berlines très maniables, servies selon les principes des deux motorisations les plus usuelles sur le marché : essence et Diesel.

Réceptionnant sa clientèle de particuliers mais aussi de professionnels à l’instar de quelques entreprises industrielles du département ayant choisi cette gamme pour équiper leur flotte, le groupe AMPLITUDE créait une animation spéciale dans l’enceinte du karting au nord de la ville d’Auxerre.

Tapis rouge, karting et galerie de vieux modèles retraçant 40 années d’existence

Une première surprise attendait les invités dès qu’ils eurent pénétrer à l’intérieur de l’édifice : la présence d’un tapis rouge qu’ils devaient emprunter à travers une galerie composée de plusieurs anciens modèles de Fiesta, datant des années 1970 !

Les férus de vieilles voitures et de clichés un peu kitsch s’en donnaient à cœur joie pour immortaliser la scène plutôt distrayante et insolite. Les spectateurs d’un soir pouvaient en revanche apprécier à leur guise les évolutions technologiques qui ont équipé ces différentes automobiles mais aussi comparer leur design.

Depuis huit ans, les adeptes de la marque américaine demeuraient un peu sur leur faim en attendant les nouvelles variantes de la mythique FORD Fiesta. Cette dernière représente le tiers des ventes du constructeur dans le monde ! D’où une certaine impatience, bien compréhensible…

Côtés chiffres, le responsable du groupe AMPLITUDE sur le territoire icaunais se fixe un objectif de 30 % de ventes à réaliser avec ses équipes commerciales dans les meilleurs délais. Il est à noter que la concession de Sens réalisait la même opération ce soir-là.

Même si cette activité ne représente encore que 50 % de ses résultats annuels, la TPE d’Appoigny désire renforcer sa présence sur ce marché à forte valeur ajoutée technologique auprès des entreprises régionales. Sans se soustraire des appels d’offre lancés par les établissements consulaires et les collectivités qui pourraient à termes lui garantir un surcroît de travail appréciable…

 

APPOIGNY : Elles se nomment HAMELIN, SHAMROCK Environnement, les MOULINS DUMEE, YONNE LASER, TPMS ou la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne. Ces entreprises et institutions savent qu’elles bénéficient d’une surveillance optimale de leurs édifices et sites professionnels en ayant recours aux services déclinés par la structure de Morched MASMOUDI.

Vieille de deux décennies, HYPERION INFORMATIQUE a su se positionner avec allégresse sur ce segment de la vidéo-surveillance, génératrice de nouveaux besoins au moment où la recrudescence des vols et des infractions dans les milieux professionnels connaît une nette tendance à la hausse.

Ingénieux, le système mis en exergue par l’entreprise individuelle de l’Yonne repose sur le savoir-faire de l’un des leaders nationaux, ARKAN Technology. Dont HYPERION est le distributeur exclusif sur le territoire nord-bourguignon. La surveillance est effective à l’intérieur et autour des bâtiments dotés de cet équipement d’une rare précision visuelle, ainsi que sur les zones stratégiques définies par les donneurs d’ordre.

Un rayonnement au-delà de son département d’origine…

« Le concept « VISEOX » ne séduit pas seulement les entrepreneurs, concède le responsable de la société, même les collectivités optent désormais pour ce système protecteur rassurant afin de garantir une surveillance minutieuse de leurs édifices communaux. C’est le cas de la localité de Saint-Martin du Tertre qui a choisi de s’équiper récemment avec cet apport technologique de dernier cri… ».

Employant de 4 à 5 personnes selon les tâches qui lui incombent, HYPERION INFORMATIQUE ne se limite pas à une présence accrue sur le département de l’Yonne. Son intervention auprès d’un important cabinet d’experts-comptables de Paris lui a permis de rayonner vers d’autres régions comme l’Ile de France, l’Auvergne et le Limousin où les techniciens effectuent des missions de maintenance des sites sous surveillance ou équipés du matériel informatique, vendu et installé, par l’entreprise.

« C’est l’autre spécificité de notre structure, ajoute Morched MASMOUDI, elle correspond à notre métier d’origine… ».

La diversité s’avère payante pour la TPE

Si 80 % de la clientèle est issue de la caste des professionnels, la TPE ne se prive pas pour autant de la manne intéressante que représentent les particuliers. Conseils, analyses des besoins, études suggérées au juste prix et dans la meilleure configuration possible pour ses utilisateurs forment l’ossature principale des services rendus par ce dirigeant qui ne raisonne que par le mot « qualité ». Auquel pourrait s’ajouter celui de pédagogue puisque les techniciens de l’entreprise facilitent la découverte de leurs réseaux informatiques qu’ils installent sur site grâce à de nombreuses séances de formation.

« Nous n’hésitons pas à intercéder directement auprès des fabricants avec lesquels nous travaillons pour obtenir la plus-value nécessaire au niveau de la technique servant à conforter dans leurs choix nos partenaires clients. » conclut Morched MASMOUDI.

Avec un chiffre d’affaires de 250 000 euros annuels, HYPERION INFORMATIQUE possède de beaux lendemains qui chantent grâce à cette politique de diversité et un segment de niche qui lui génèrent de jolis bénéfices…

Les Universités d’été PROSPACTIVE laisseront la place cette année aux Rencontres PROSPACTIVE ! Elles émanent du réseau d’experts référent dans le domaine du développement commercial qui a choisi de se réunir ce jeudi 14 septembre à Dijon autour d’une thématique ô combien passionnante : le « bien-être de l’entreprise ». Avec en prime, de nombreux témoignages sur ce sujet qui n’a rien d’utopique et dont beaucoup de dirigeants et collaborateurs rêvent de voir appliquer tôt ou tard dans leur quotidien professionnel !

 

DIJON : Le concept se présente sous le sceau de l’originalité. Et de la pédagogie. A l’aide d’un ensemble de reportages, d’émissions, de flashs orientés pour l’essentiel vers la thématique du jour : à savoir, le « bien-être de l’entreprise ». Et plus précisément, « l’écosystème PROSPACTIVE, vecteur de bien-être de l’entreprise ».

Plus de deux cents personnes seront accueillies lors de ce séminaire constructif dans les locaux de notre confrère de Côte d’Or, « Le Bien Public », lors d’un rendez-vous finement concocté depuis près de deux mois par les équipes du réseau, dont Frédéric LIOTARD, le président en tête.

Tout au long de cette journée intense mais aussi ludique, les participants auront le loisir de s’agréger aux success-stories, aux savoir-faire et aux expériences de plusieurs acteurs économiques de poids, apportant leur crédit sur un énoncé parfois complexe à concevoir et à mettre en place.

Parmi ces témoins exceptionnels : on relèvera les présences de Nicolas DOUCERAIN, entrepreneur autodidacte et auteur de plusieurs ouvrages à succès dont les fameux « Ma petite entreprise a connu la crise » et « Lehmann, la crise et moi », de Guillaume MULLIEZ, président de l’association « 60 000 Rebonds » et PDG de la société DIMO SOFTWARE et du président-directeur-général du cabinet de conseil ACCURACY, Frédéric DUPONCHEL, primé à maintes reprises pour le bien-être de ses salariés.

Le bien-être de l’entreprise : une utopie ou un programme ambitieux ?

Dans l’absolu, quels sont les ingrédients qui définissent ce sentiment de bonheur retrouvé sur son lieu de travail ? Pour le président de PROSPACTIVE, Frédéric LIOTARD, « c’est un objectif prioritaire à atteindre désormais au sein du tissu économique régional et national. On entend par bien-être de l’entreprise l’ensemble des facteurs dont elle a besoin pour jouir d’une bonne qualité existentielle. Ces facteurs l’aident à bénéficier d’une existence tranquille, pérenne, durable et praticable ».

La liste des exemples n’est pas limitative pour illustrer ces propos qui seront présentés avec moult détails lors de cette rencontre : des emplois dignes, des performances économiques pour satisfaire les besoins de croissance et d’innovation, des actifs matériels et immatériels pérennes et durables, des relations de qualité avec les fournisseurs et les clients, l’accès à la formation, au modernisme, et le temps nécessaire pour le rayonnement social au milieu de la cité.

« C’est au dirigeant de promouvoir le bien-être de l’entreprise, mais la tâche s’avère ardue parce qu’elle se fait de manière le plus souvent intuitive alors qu’il existe des mesures et des process afin de gommer les dysfonctionnements liés à la structure… ». Dont acte.

Plus de quarante experts au sein de PROSPACTIVE

Concrètement, le bien-être de l’entreprise implique la création de nouvelles richesses, entre autres pour faire face aux charges. Sachant que l’ensemble des acteurs de l’entreprise doivent aussi assurer collectivement cette génération de richesses. Un sérieux challenge, en vérité…

Grâce à sa quarantaine d’experts, issus de la fonction commerciale, PROSPACTIVE impose le premier événement « b to b » de la région Bourgogne Franche-Comté qui sera retransmis en intégralité et en direct sur les réseaux sociaux !

Ce rendez-vous qui se veut facilitateur de synergies et de dynamisme sera propice à la croissance de chacun de ses participants. L’ambition sera de modéliser cet événement et de le rendre itinérant sur le territoire.

Une réalité et un succès palpables que n’avait peut-être pas envisagés le fondateur de ce réseau, Frédéric LIOTARD lors de son ouverture. C’était en 1995…

Plus d’une centaine de représentants des métiers de robe et du barreau de l’Yonne participaient à cette deuxième rencontre, mettant en exergue les vertus fédéralistes de l’interprofessionnelle créée en 2016. Au-delà d’un bilan éclectique de leurs activités, les responsables de chacune des corporations (avocat, notaire, huissier de justice, expert-comptable, commissaire aux comptes, commissaire-priseur et mandataires sociaux) ont tenu à défendre leurs prérogatives face aux nouvelles directives du législateur. Et de rappeler le poids économique que tous représentaient réellement sur le territoire icaunais…

 

PREHY : C’est au cœur du vignoble de Chablis dans le cadre exceptionnel du Domaine BROCARD que se déroulait le 08 septembre au soir une rencontre qualifiée de fondamentale par le bâtonnier du barreau d’Auxerre, Me Christian VIGNET.

En préambule de cette séance de travail à laquelle prenaient part les forces institutionnelles et politiques du territoire, ses propos se focalisaient sur le prolongement légitime de cette initiative, développée dès la saison dernière.

Rares sont en effet les instants où les responsables des sept grandes filières des métiers du chiffre et du droit dans l’Yonne peuvent s’exprimer d’une même et unique voix. Mais, les choses devraient se modifier d’ici les prochaines semaines, vraisemblablement.

Oser se montrer pour faire face à la concurrence extérieure…

« Il est primordial que nos professions puissent communiquer davantage face à la recrudescence d’une concurrence exacerbée, provenant de la capitale ou de Lyon. Nous ne devons plus nous retrancher derrière un bureau : osons enfin nous montrer aux yeux de tous afin de pérenniser nos activités !, plaidait avec vigueur le bâtonnier du barreau d’Auxerre.

Justifiant le principe de ces réunions interprofessionnelles, regroupant experts-comptables, commissaires-priseurs, commissaires aux comptes, mandataires sociaux, notaires, avocats et huissiers de justice, Me Christian VIGNET interpellait l’assistance studieuse devant faire face également au défi du numérique.

« Celui-ci est en marche, plaisantait-il, mais, plus sérieusement, il nous faut nous projeter très vite vers l’avant pour que l’ensemble de nos professionnels montent à bord du train qui nous conduit vers l’avenir… ».

 Bientôt la création de la première société multi-juridique dans l’Yonne ?

Le bâtonnier d’Auxerre ne pouvait occulter de son introduction l’un des thèmes essentiels qui préoccupe la filière à l’heure actuelle : le regroupement des professionnels du chiffre et du droit sur un espace unique au travers d’une société multi-juridique. Pour illustrer ce chapitre essentiel, il précisait que « la première structure multi-juridique de l’Yonne devrait bientôt voir le jour afin d’assurer la pérennisation de leurs métiers…».

Pourtant, alors que cette filière se situe à la croisée des chemins et s’interroge, beaucoup doutent encore de la pertinence ou pas de se fédérer sur un lieu de travail identique pour y exercer son savoir-faire.

« Je le sais, reprenait Me Christian VIGNET, dans ce dossier, il y a les pour et il y a les contre ! Mais, une chose est sûre : on ne peut plus refuser la demande croissante de nos partenaires et clients de pouvoir trouver sous le même toit l’ensemble des professionnels de notre filière… ».

Ce passage obligé révolutionnera les milieux du chiffre et du droit, c’est certain. Pourtant, quelques métiers se positionnent déjà sur une ligne très ténue à l’instar des commissaires-priseurs et des huissiers de justice dans leur mode applicatif.

Quant à la réforme des juridictions, prévoyant la création d’un tribunal unique par département, elle engendrerait si elle était mise en œuvre une remise en cause profonde de la filière.

« D’ailleurs, cet alignement judiciaire sur le cadre administratif n’aurait aucun sens, concluait Me Christian VIGNET, plusieurs notes de synthèses démontrant la véracité de ces propos ont été adressées à la chancellerie ». Dont on attend aujourd’hui la réponse…

Articles

Bannière droite accueil