Meilleure ouvrière de France depuis 2015, possédant à 38 ans les qualités mentales requises pour s’imposer dans ce milieu peu paritaire que représente la haute gastronomie mondiale, Virginie BASSELOT a été choisie par les organisateurs du fameux défi culinaire « IRON COOK » pour présider le jury de…grandes toques masculines au printemps 2018 à Auxerre. Présentation d’une star de la cuisine nationale qui officie aujourd’hui dans la ville la plus cosmopolite de la planète, à savoir à Genève aux abords du lac Léman, mais du côté suisse !

 

AUXERRE : Marraine de la seconde édition d’un défi culinaire hors normes et d’envergure hexagonale (les quatre finalistes se départageront en réalisant la bagatelle d’un menu intégral, entrée, plat et dessert, destiné à sustenter les 36 jurys VIP de la manifestation !), Virginie BASSELOT n’a pu refuser la proposition faite par Marcel FONTBONNE de présider ce rendez-vous prévu au printemps 2018.

Brillante représentante de la gastronomie française à l’international, la jeune femme quittera le temps de quelques jours l’établissement étoilé de Genève, « La Réserve », où elle magnifie son savoir-faire derrière les fourneaux. Réjouie d’avoir biffé sur son agenda la date du 21 mars, symbolique renouveau marqué par le printemps, Virginie est déjà prête dans sa tête à contribuer au succès de cette opération unique sous sa forme conceptuelle.

« J’ai accepté de présider ce jury sans l’ombre d’une hésitation et de venir encourager la jeunesse qui a choisi de s’épanouir dans cette filière d’excellence. La grande cuisine à la française s’exporte aux quatre coins de la planète et je me retrouve également à travers ce défi dans mon propre parcours professionnel... ».

Succédant à Michel ROTH, l’ancienne toque du Ritz à Paris, Virginie BASSELOT appréhende son futur rôle sans l’once d’une appréhension. Bien au contraire…

Une chef de talent aux côtés d’une pléiade de stars de la gastronomie !

« A mes côtés, je profiterai de l’expérience aiguisée de Romuald FASSENET, étoilé et coach de la sélection du Japon sur le Bocuse d’Or. Il apportera son concours en qualité de directeur technique de la manifestation. Quant aux membres du jury, ils seront tous aussi prestigieux avec Fabrice PROCHASSON, président de l’Académie culinaire de France, Eric BRIFFARD, l’ex-chef du Georges V à Paris, Christian MILLET, président des Cuisiniers de France, Bernard VAUSSION, ancienne toque de l’Elysée, Pierre MIECAZE, directeur des Cuisiniers de France, Christian REGNIER, membre émérite de l’Académie culinaire de France, Daniel AUBLANC, président de l’Amicale des cuisiniers de l’Yonne ou encore Jean-Michel LORRAIN, le double étoilé de la Côte Saint-Jacques à Joigny…».

Un parterre de professionnels qui laisse rêveur la jeune femme, heureuse de pouvoir œuvrer aux côtés de 17 chefs à la renommée internationale dont 5 meilleur ouvrier de France. Comme elle !

A 38 ans, la jeune femme ne regrette nullement ses choix d’avoir quitté la France et le « Saint-James » à Paris pour se poser de l’autre côté de la frontière helvète. La cuisinière normande ne pouvait manquer une telle opportunité que de s’illustrer au bord du lac Léman dans l’un des sublimes hôtels situés à Genève. « La Réserve » dispose de cinq restaurant dont un étoilé, le « Tse Fung », dans un cadre idyllique où se marient les charmes bucoliques des rives du plus grand lac européen et les paysages environnants. Sa cuisine, elle l’a définie comme d’inspiration classique, directe et simple. Timide et réservée, la jeune femme n’en demeure pas moins déterminée. Parmi ses spécialités, elle concocte à merveille les ravioles de châtaigne et de potimarron servies dans un coulis de cresson, le cabillaud nacré à la cuisson douce entouré de petits légumes sur un disque de tapioca et betterave, le turbot frotté de moutarde et flanqué d’une duxelles de champignons…

On l’a bien compris, Virginie BASSELOT ne sera pas dépaysée aux côtés de la fine fleur des maîtres de la gastronomie française !

Un modèle économique basé sur l’autofinancement et le sponsoring…

Quant au rythme de ce défi culinaire, porté par le CIFA de l’Yonne depuis Auxerre, il se fera sur un cycle de 18 mois. Une décision unanimement partagée avec les partenaires du centre de formation, l’UMIH, Union des métiers de l’industrie hôtelière et l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne.

« L’âge des candidats a été porté à 23 ans, explique Marcel FONTBONNE, c’est l’idéal pour démontrer toute la maturité de ces futurs talents de demain ».

L’an passé, une trentaine de dossiers de candidature avaient été déposés. Pour, in fine, ne retenir que quatre finalistes, dont deux Icaunais, Vincent TOURNAYRE, le futur lauréat et aujourd’hui chef exécutif du « Palais Brogniart » dans le XIIème arrondissement de la capitale, et Gaëtan QUILIN, responsable du pôle traiteur du « Bourgogne » chez Eric GALLET.

Si le paleron de bœuf avait tenu la vedette lors de la précédente épreuve d’octobre 2017, il n’en sera pas de même le 21 mars 2018 puisque les recettes de ce menu spécial seront articulées autour d’un dos de sandre et écrevisses, avec ingrédients aux choix, en guise d’entrée chaude, une selle d’agneau français, proposée avec trois garnitures dont l’asperge qui est imposée, et des fruits exotiques, servis froids ou chauds pour le dessert. Les candidats disposant d’un budget global de 400 euros TTC pour acheter leurs ingrédients !

Avis aux professionnels désireux de briller lors d’un défi hors du commun : les inscriptions seront closes au 01er novembre inclus. Le CIFA de l’Yonne conserve la parfaite maîtrise de ce concept, avec ce challenge qui s’autofinance sans subventions mais avec l’aide du sponsoring (enveloppe conséquente de l’organisme qui finance les formations de la filière, le FAFIH) pour un prévisionnel de 25 000 euros.

" Le défi culinaire IRON COOK 2018 est né d'une triple initiative émanant du CIFA de l'Yonne, de l'UMIH 89 et de l'Amicale des Cuisiniers du département. De gauche à droite : Delphine ENGELVIN, du CIFA, Jean-Marie LAMOUREUX, de l'Amicale des Cuisiniers, Corinne ROGUIER, de l'UMIH et Marcel FONTBONNE, directeur du CIFA de l'Yonne".

« L’Espace Côté Pro », nouvel écrin unique de LA POSTE en Bourgogne, aura nécessité près d’un mois de travaux en mai dernier. Implanté sur le site courrier d’Auxerre, ce concept de 150 mètres carrés se veut intelligent, ergonomique, agréable et surtout novateur pour accompagner les professionnels dans leur démarche de développement. La capitale de l’Yonne bénéficie de ce privilège et rejoint le cercle très restreint de la dizaine de pôles opérationnels de la sorte en France…

 

AUXERRE : Intégralement réhabilité après sa cure de jouvence printanière, le site courrier de LA POSTE à Auxerre traduit la volonté intrinsèque de la part de ses responsables de vouloir jouer un rôle optimal dans le paysage économique régional. Aux côtés des 130 boîtes postales ornementant les murs d’une partie de l’édifice (elles sont identifiées à autant de TPE et PME ayant recours aux services quotidiens de l’opérateur) et à l’environnement préparatoire de l’envoi de courrier et de colis, le nouvel « Espace Côté Pro » version 2017 possède une fière allure.

Destiné à accueillir la clientèle de professionnels (artisans, commerçants, mais aussi professions libérales, travailleurs nomades et représentants des milieux associatifs), l’endroit, résolument moderne, se définit à l’instar d’un « business center » très fonctionnel dans lequel les décideurs économiques auront l’opportunité de concevoir toutes leurs démarches nécessaires à la viabilité et à la réussite de leurs projets.

« Ces chefs d’entreprises accéderont à des offres et des services dédiés, tout en bénéficiant de préconisations assurées par trois professionnels, explique Céline DAUTREY, directrice de l’établissement courrier de Monéteau.

Un flux constant de visite journalière de plus de 100 professionnels…

Grâce à cette infrastructure multi-services qui devrait progressivement faire florès sur l’ensemble du maillage postal à terme, LA POSTE change de braquet et même de stratégie. Elle accentue ainsi une politique de diversification indispensable à sa pérennité en se rapprochant davantage du tissu économique et des entreprises. C’est ce que devait expliquer lors de l’inauguration de ses flamboyants locaux, Dominique LEMAIRE, directeur des services Courrier et Colis de Bourgogne, face à ses interlocuteurs de poids : Guy FEREZ, maire d’Auxerre et Guy PARIS, son premier adjoint, satisfaits de l’initiative auxerroise.

A l’heure où le télétravail se développe de plus en plus et intègre même les priorités de la réforme du Code du travail, un concept de business center, digne de ce nom, possède désormais toute sa résonnance à Auxerre et aux alentours encore peu équipés en haut débit. Il est vrai que le site Courrier de la rue Dunand comprend des caractéristiques devant séduire les entrepreneurs.

Le lieu de rendez-vous idéal sur l’ensemble du département…

A l’intérieur de ce bâtiment qui est contigu à celui où s’effectuent les tâches liées à la distribution, un espace libre-service est mis à la disposition des clients, pour toutes les opérations simples et courantes, comme l’accès aux boites postales ou la dépose rapide de courrier et de colis.

Une seconde boutique intégrée, comprenant les produits Courrier, Colissimo et Chronopost, permet de choisir les enveloppes et emballages préaffranchis dont les professionnels ont besoin de manière récurrente. Grâce à un outil très simple sur tablette, ils peuvent, en quelques clics, être guidés et conseillés sur le produit le mieux adapté à leur envoi.

Quant à la situation centrale de ce site de référence dans le département, elle est primordiale : « l’Espace Côté Pro » d’Auxerre deviendra très vite le lieu de rendez-vous professionnel idéal pour les travailleurs nomades. Ils peuvent disposer d’un corner en libre accès et ce, gratuitement, afin de recevoir des clients et prospects, le tout dans un environnement entièrement équipé (wifi haut débit, imprimantes…).

La présence de « toguna » (cases à palabres) qui se concrétisent sous la forme de bulles de confidentialité insonorisées conçues à partir de matériaux innovants, facilite les entretiens privatifs en préservant la discrétion des échanges. Ce sont autant de solutions où les entrepreneurs de l’Yonne, et peut-être d’ailleurs s’ils sont de passage, profiteront à satiété désormais…

Précisons, enfin, que les horaires d’ouverture de cet espace 100 % professionnel auront une amplitude comprise entre 8h30 à 17h30 du lundi au vendredi. Idem pour la matinée du samedi fonctionnelle de 8 heures à midi…

Professionnels de santé, du tourisme, de la nutrition, du bien-être, du service à la personne, de la banque ou de l’assurance : tous avaient biffé sur leurs agendas les dates de cette première manifestation automnale, orchestrée depuis AUXERREXPO au profit de cette force consumériste en puissance, et au pouvoir d’achat parfois conséquent. Proposé conjointement par le Conseil départemental de l’Yonne et Centre France Parc Expo, filiale événementielle du média régional, le rendez-vous a surtout démontré que les seniors disposaient toujours d’une excellente dynamique à l’image de la marraine de cette édition, l’animatrice vedette de la télévision, Danièle GILBERT…

 

AUXERRE : Star incontestable de l’écran cathodique depuis 1967, Danièle GILBERT a pu tester sa côte de popularité au contact des exposants, trop heureux d’immortaliser cette rencontre, faite de sympathie et de curiosité. Le public lui réclamait des dédicaces et de petits mots bienveillants : l’ex-animatrice de « Midi Première » n’aura pas été avare en gestes de bonnes intentions à son égard. Même les représentants de la classe politique locale, qu’il s’agisse du président du Conseil départemental Patrick GENDRAUD ou du député de la circonscription, Guillaume LARRIVE, auront été admiratifs de pouvoir côtoyer le temps de la phase inaugurale de ce salon, la native de Chamalières. Et son sourire éclatant !

Côté exposition, les trois mille mètres carrés du périmètre réservé à cet effet devaient être arpentés par moult visiteurs, de tout âge, durant les deux jours de la manifestation pour y découvrir un univers spécifique qui se précise dès l’âge de 45 ans, selon les codes officiels de l’INSEE. Etre senior, cela s’appréhende très tôt et se vit très bien en venant quérir des solutions idoines à cette évolution naturelle de l’existence.

Cinq univers pour se procurer plus d’informations…

Si le professeur Jean-Noël FABIANI, responsable du service de chirurgie cardio-vasculaire à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris depuis 2000 évoquait à travers la dédicace de son dernier ouvrage les histoires insolites ayant fait évoluer la médecine, les entrepreneurs d’un segment d’activité en pleine expansion (les seniors) proposaient des contacts directs et démonstratifs sur leurs stands. 90 % des enseignes présentes provenaient de l’Yonne, un chiffre qui traduit l’intérêt de ce type d’évènement, premier du genre qui selon toute vraisemblance devrait se réitérer dès l’année 2018.

Répartis en cinq univers distincts, les professionnels représentaient les métiers des sports, loisirs et tourisme ; ceux des solutions de vie avec les résidences d’accueil, le village du droit, du patrimoine et de la prévoyance, celui de la santé, nutrition et bien-être (le plus fréquenté) et l’espace consenti au Conseil départemental qui y déclinait l’ensemble de ses services réservés à cette population.

Au-delà du programme pédagogique très dense, plusieurs animations musicales, sportives et culinaires ponctuaient ces deux journées, avec l’excellente Christelle LOURY, ambassadrice de charme de la chanson hexagonale à travers le monde qui revisita le répertoire traditionnel durant un récital éblouissant ou le combo « Adrien Marco Trio », très inspiré dans ses interprétations des références du jazz manouche.

 

Apparue il y a une trentaine d’années, l’enseigne de textile de Roanne commercialise des articles contemporains qui ont su s’imposer très rapidement grâce à leur originalité, la qualité de leurs matières, le soin de leurs finitions et un style très caractéristique. Le groupe dispose à ce jour d’un excellent maillage stratégique au niveau de l’Hexagone, possédant 250 boutiques. La dernière en date est opérationnelle à Auxerre depuis le 01er octobre…

 

AUXERRE : Créativité et esthétisme constituent le leitmotiv prioritaire des stylistes de cette enseigne référence du linge de maison qui ne cesse d’étendre ses capacités commerciales en France mais aussi à l’international (Afrique). S’imprégnant des tendances actuelles du marché, et collaborant en osmose avec les meilleures agences de style de la capitale, les équipes de créateurs de CARRE BLANC débordent d’imaginaire pour réaliser des concepts correspondants aux attentes consuméristes du moment, basées sur le bien-être de la personne et le développement du cocooning.

La nouvelle collection automne/hiver 2017 a été conçue de la sorte et sera dévoilée dans chacune des boutiques de ce réseau national courant octobre. Le groupe a choisi cette période pour accroître son potentiel de vente, inaugurant une vitrine supplémentaire au cœur d’Auxerre, rue du Temple.

Une spécialiste de la vente et du marketing à la tête de la boutique

Pour se faire, ses responsables du pôle développement et marketing ont accordé leur confiance à une jeune femme de 32 ans, Cindy DEMARTIN, entrepreneuse indépendante et professionnelle de la mode et du textile.

Fonctionnelle depuis quelques jours, la boutique auxerroise possède 58 mètres carrés de show-room et a nécessité plus de deux mois de travaux afin de se mettre en conformité avec le projet conceptuel novateur de l’enseigne. Propriétaire du fonds de commerce, Cindy DEMARTIN espère dépasser son prévisionnel avant le terme de la première année d’exploitation, à savoir plus de 180 000 euros de chiffre d’affaires.

La chef d’entreprise exploitera ce commerce de proximité sous le couvert de sa société, CYDEM, une SARL créée spécifiquement dans le cadre de ce concept, en qualité d’agent commercial autonome.

Gestionnaire auparavant de plusieurs magasins, à la fois à Sens mais également à Migennes, la jeune femme bénéficie aussi d’une sérieuse expérience exercée dans la communication et le marketing, ayant développé aux côtés de son époux, Pascal, l’entreprise d’affichage et de notoriété visuelle DEMARTIN.

Cindy n’a pas hésité à solliciter les aides à l’installation préconisées par l’agence de développement économique « INITIACTIVE 89 » (ex-Yonne Active Création) pour élaborer le montage financier de ce projet. Elles ont été équivalentes à 30 % de la valeur globale de l’emprunt bancaire.

Des univers de vente novateurs, uniques en France…

Grâce au savoir-faire de cette spécialiste de la vente, CARRE BLANC devrait très vite optimiser son implantation dans l’Yonne. D’autant que ce commerce est le premier en France à être équipé du nouveau concept de présentation conçu par les designers de la marque. Différents univers accueillent la clientèle : espaces serviettes et gants de toilette, ceux des peignoirs, de la literie, des éponges, etc. Le tout imaginé avec ergonomie et discrétion. Les zones produits ont vu le jour sous la plume acérée de l’architecte Ingrid DANCER.

Quant au groupe, il a mis en place des sources de fabrication optimales en Europe mais aussi en Turquie, au Brésil et en Asie, en respectant des cahiers des charges drastiques tant au niveau de la qualité que de la sauvegarde de l’environnement. Sans omettre la santé des personnes qui collaborent au développement de la structure…Bref, dans un souci d’éco-citoyenneté.

Principal acteur pétrolier en France dans le domaine des stations-service, des ventes de carburants et de fiouls, le groupe AVIA possède une structure bicéphale à sa tête au niveau de l’exploitation de ses ressources. L’une des deux sociétés exploitantes n’est autre que l’entreprise régionale « THEVENIN et DRUCOT Distribution ». Gérant quatre aires de repos sur l’A6, les responsables de cette structure familiale ont parfaitement appréhendé les desiderata de l’agence Yonne Tourisme afin de mieux promouvoir l’image du département icaunais…

 

AUXERRE : Société indépendante qui existe depuis 1929, l’entreprise THEVENIN et DUCROT Distribution exploite le quart grand est de la France pour le compte de la compagnie pétrolière AVIA. Filiale d’un groupe éponyme, elle intervient aujourd’hui sur un réseau de 42 sites autoroutiers et près d’une trentaine d’unités de restauration. Dont quatre sites localisés dans l’Yonne : la Maison Dieu vers Avallon, la Réserve vers Précy sur Vrin, Villeneuve l’Archevêque et Vauluisant, ces deux dernières desservant les usagers de l’A5.

Depuis cinq ans, l’agence de développement touristique, Yonne Tourisme, également relais territorial des offices du tourisme et des syndicats d’initiative de l’Yonne, a initié une étroite relation de partenariat avec l’entité professionnelle.

Ainsi, une vaste campagne de communication a été relayée en 2017 pour vanter les mérites et particularismes touristiques de notre territoire sur les quatre aires autoroutières.

Installation d’affiches et de chevalets de table, projection d’une vidéo de deux minutes évoquant les caractéristiques attrayantes du patrimoine local sur des écrans placés dans les stations et organisation d’un jeu concours du 13 juillet au 30 septembre avec des séjours découverte à la clé ont conféré une réelle dynamique originale à cette démarche collaborative.

Présidente de l’agence Yonne Tourisme, Anne JERUSALEM, a convié dernièrement les membres du conseil d’administration et ses homologues du Conseil départemental de l’Yonne sur l’aire de la Réserve (A6) afin de dresser un bilan de ces cinq années de parfaite osmose entre le groupe AVIA et l’agence de développement touristique du département.

Celle-ci devrait se poursuivre au-delà de cette rencontre : les deux structures envisagent déjà de nouvelles actions dès 2018…

Articles

Bannière droite accueil