Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

La charte départementale de la promotion de l’apprentissage a été paraphée par le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON aux côtés des représentants de l’Education nationale et des présidents des chambres consulaires il y a quelques jours à Auxerre. Lever les freins d’accès à l’apprentissage en valorisant cette filière mais aussi faciliter l’intégration des apprentis dans l’entreprise et le monde du travail constituent deux des points essentiels déclinés par cet engagement que le préfet souhaite pérenne…

AUXERRE : Parfois associé à certaines typologies de métiers, l’apprentissage souffre d’une carence de notoriété en matière d’image. La plupart des parents regardent avec défiance ce parcours pédagogique, pouvant apporter cependant bon nombre de motifs de satisfaction du côté de celles et ceux qui s’y aventurent.

Avec 70 % d’accès à l’emploi dans les sept mois qui suivent le terme de la formation, l’apprentissage est synonyme d’une insertion professionnelle réussie. En légère augmentation par rapport à l’année antérieure, 1 469 contrats ont ainsi été signés dans le département de l’Yonne en 2017.

Il est vrai que l’apprentissage offre aux jeunes gens des opportunités d’accès à une qualification qui sera validée par un diplôme ou un titre ouvrant vers une expérience professionnelle.

Vers un renforcement de la coordination des actions…

Objectivement, ce cursus est plutôt le bienvenu au niveau des entreprises. L’apprentissage leur donne la possibilité de former aux métiers dont elles ont besoin et de transférer leurs compétences et savoir-faire.

Favorable à engager le service public de l’emploi dans une démarche promotionnelle et valorisante vis-à-vis de l’apprentissage, Patrice LATRON, préfet de l’Yonne, n’a pas hésité à proposer l’officialisation de cet engagement via la signature d’une charte départementale de promotion.

Les présidents des trois chambres consulaires (Etienne HENRIOT, pour la Chambre d’agriculture, Alain PEREZ, au nom de la Chambre de commerce et d’industrie, et Jean-François LEMAITRE, pour la Chambre des métiers et de l’artisanat) ont apposé, eux-aussi, leurs paraphes au bas de ce document. Il en a été de même de la part de la directrice départementale des services de l’Education nationale.

Grâce à cette mobilisation de ces acteurs, un renforcement de la coordination des actions pour faciliter l’accès des jeunes à l’alternance professionnelle est à prévoir au cours de ces prochaines semaines.

 

Du 21 au 23 juin, la filière bois et forêt se retrouvera avec toutes ses composantes professionnelles et structurelles en Saône et Loire, à Saint-Bonnet de Joux. Le septième rendez-vous de ce concept EUROFOREST aura à cœur de démontrer à l’ensemble des observateurs que cette filière a fait de l’innovation un vecteur essentiel de son développement et de sa modernisation…

SAINT BONNET DE JOUX (Saône et Loire) : Créé par les professionnels de la filière, le salon EUROFOREST demeure une animation incontournable pour les acteurs économiques évoluant sur le marché du bois et de la forêt en France.

Alors que les objectifs de cette corporation sont de développer les emplois de solutions novatrices et performantes, cet évènement qui fonctionne sur un rythme biennal, confirmera que l’innovation est constante sur ce segment de l’activité économique nationale.

Les enjeux sont importants pour les organisateurs. Il s’agira d’accueillir autant de visiteurs et d’exposants sur cette nouvelle édition que lors des précédents rendez-vous.

Mais, l’autre intérêt développé par ce salon grandeur nature, localisé dans cette commune au cœur du Morvan, sera de proposer aux entreprises des outils à forte potentialité opérationnelle pour exploiter les forêts dans les conditions les plus rentables et les plus respectueuses de l’environnement. Tout cela devant s’appliquer dans le respect du confort de travail de la ressource humaine et de la sécurité.

Interrogé sur l’état d’esprit qui résulte de cette nouvelle concentration de professionnels, le président d’EUROFOREST, Jean-Philippe BAZOT, a souligné que « cette septième édition sera l’occasion de prouver que les gains de compétitivité, de sécurité, de réduction de la pénibilité au travail, permis notamment par la mécanisation et la robotisation galopante des activités forestières, contribuent largement au développement global de la filière forêt bois… ».

Un rendez-vous que les professionnels de Bourgogne Franche-Comté ne devraient manquer sous aucun prétexte.

Un nouvel acronyme qui devrait catalyser les velléités positives de l’insertion à l’emploi de bon nombre de jeunes gens, issus de quartiers prioritaires ou de milieux modestes, vient de faire son apparition originelle dans le sérail icaunais. Pour faciliter l’implantation de cette structure novatrice en Bourgogne Franche-Comté en matière d’accompagnement et de parrainage au retour vers l’emploi, « Nos Quartiers ont des Talents » (NQT) a reçu l’adoubement officiel de plusieurs soutiens de poids dans sa configuration protocolaire. A l’initiative du député Les Républicains de la première circonscription de l’Yonne, Guillaume LARRIVE, la Maison de l’Entreprise, la présidence du Conseil départemental et la structure associative, porteuse de ce réseau opérationnel depuis 2006, ont paraphé une convention de partenariat, devant aboutir d’ici septembre, à l’ouverture de cette antenne novatrice aux contours régionaux…

AUXERRE : Proposant un système de parrainage unique en France, qui s’appuie sur la pertinence fonctionnelle des réseaux et relations publiques des dirigeants et cadres d’entreprises eux-mêmes, NQT ne s’apparente pas à un dispositif supplémentaire évoluant dans l’univers de l’accompagnement et de l’aide vers l’emploi.

Conçu en 2006 par un entrepreneur qui arborait également à cette époque la casquette de président du MEDEF 93, Yazid CHIR, ce procédé à la dimension sociétale et humaine repose sur la mise en relation directe et personnalisée d’un parrain ou d’une marraine, inféodé aux milieux professionnels, et à un filleul, devant respecter un certain nombre de critères d’éligibilité.

Accueillant des jeunes gens, âgés de moins de trente ans et titulaires d’un BAC + 3 au minimum validé, NQT représente une véritable fenêtre ouverte sur le monde actif pour celles et ceux qui résideraient dans les quartiers prioritaires de la ville (QPV) ou en zone de revitalisation rurale (ZRR). Qu’ils aient déjà gagné en autonomie immobilière ou qu’ils résident encore au domicile de leurs parents. Les personnes issues d’un milieu sociale modeste (bénéficiaires du RSA, situation de handicap, boursier, selon la catégorie socio-professionnelle des parents) intègrent les axes de développement de ce programme.

Une mobilisation en faveur de l’emploi grâce au parrainage…

Ce réseau, inconnu de la Bourgogne Franche-Comté où il ne possédait pas encore de délégation opérationnelle, a reçu la totale bénédiction du député de l’Yonne, Guillaume LARRIVE, en vue de son implantation. Histoire de réparer cette carence. Mais aussi, parce que l’homme politique auxerrois entend apporter sa contribution personnelle à la mise en œuvre d’un projet favorisant l’emploi. Commentaires de l’intéressé…

« J’ai proposé à cette structure associative nationale de se déployer sur le territoire de l’Yonne, en s’appuyant sur le réseau du Conseil départemental et la Maison de l’Entreprise. Après leur avoir expliqué la démarche, Patrick GENDRAUD, président du Département, et Claude VAUCOULOUX, délégué général de la Maison de l’Entreprise m’ont donné leur feu vert. Nous avons pu convier le directeur général de « Nos Quartiers ont des Talents » à se rendre à Auxerre afin d’entériner cette convention de partenariat… ».

Grâce à cette signature, NQT nommera un délégué régional dans la capitale de l’Yonne, dès l’automne, qui aura en charge le pilotage de cette opération d’ancrage sur le terrain. L’objectif sera également de développer les relations entre les parrains/marraines et les jeunes gens qui seront volontaires pour suivre ce travail de mise en relation par binômes. Au-delà des différents acteurs mobilisés, Guillaume LARRIVE pourra compter sur l’implication de son ancienne suppléante à la députation, Michèle BOURHIS, mais aussi à l’élue du Département, Isabelle JOAQUINA, qui prendront toutes deux une part active à la déclinaison de ce projet sur l’Yonne.

Informer les jeunes et les intégrer dans ce dispositif…

« Comprendre les parcours de ces jeunes gens, analyser leurs problématiques afin de mieux les aider à leur trouver en adéquation avec leur cursus la piste la plus adaptée au niveau du choix du parrain fera partie des priorités, expliqua Jean-Jacques BLANC, directeur général de NQT France ; notre credo est simple : favoriser l’égalité vers l’emploi… ».

Parmi les premiers objectifs que l’association mettra en place dès la désignation de la personne référente dans l’Yonne : la connaissance du dispositif auprès des jeunes diplômés. A grand renfort d’information et de communication mais aussi de réseaux physiques et sociaux.

Pour Claude VAUCOULOUX, de la Maison de l’Entreprise, « notre structure fédèrera les acteurs de l’emploi pour qu’ils puissent accompagner et aider ces jeunes gens en quête d’un emploi ». Une idée renforcée par Patrick GENDRAUD, du Département, qui mettra tout en œuvre auprès des collectivités pour faire connaître ce nouveau support, plutôt prometteur sous sa formulation.

Douze ans après sa création, NQT a déjà accueilli 42 940 jeunes diplômés dans cette phase d’accompagnement novatrice en France. Les statistiques plaident en faveur de ce système de relation directe et constructive : 70 % de ces jeunes gens dont 63 % de jeunes femmes ont pu décrocher le sésame suprême en intégrant une entreprise avec ce parcours initiatique vertueux. Tout cela dans des délais record de moins de 6 mois !

Pas étonnant devant un tel succès que l’ancienne présidente du MEDEF France, Laurence PARISOT, avait cautionné ouvertement le dispositif, installé à ce jour dans 11 régions françaises. Curieusement, la Bourgogne Franche-Comté était passée jusque-là à côtés des mailles de ce filet qui pourrait s’avérer miraculeux d’ici quelques mois pour des centaines de jeunes diplômés en attente d’un emploi sur notre contrée…

Une quinzaine de jeunes gens ont partagé leurs ressentis avec le président de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois et édile d’Auxerre, Guy FEREZ et la secrétaire générale de la préfecture de l’Yonne, et sous-préfète, Françoise FUGIER, sur les réelles opportunités offertes par cette formidable expérience professionnelle vécue lors de ces huit derniers mois. En présence des partenaires associatifs et institutionnels ainsi que les représentants de la gendarmerie nationale et du SDIS, qui favorisent l’éclosion de cet engagement mobilisateur auprès des jeunes, ces témoignages ont démontré tous les bienfaits vertueux de ce dispositif…

AUXERRE : Sous des conditions météorologiques peu enclines à écouter les propos pourtant optimistes d’une jeunesse ayant trouvé ses repères, la table ronde informelle voulue par les organisateurs de cette étape auxerroise de la « Tournée de la Quinzaine promotionnelle du service civique » n’aura pas été dénuée d’intérêt. Bien au contraire, tant l’enthousiasme de ces jeunes filles et jeunes garçons, âgées d’une vingtaine d’années à peine, était palpable à l’énoncé de leur vision personnelle de cette expérience encore toute fraîche.

Aux côtés de quelques-uns de leurs tuteurs, ces étudiants ou futurs professionnels en instance d’intégration dans la vie active ont pu deviser sur les moments forts de cette participation à la vie publique.

Une immersion intéressante au plus près de la vie active…

Pour bon nombre d’entre eux, et parfois après avoir échoué à un examen scolaire (baccalauréat ou supérieur), la tentation du service civique fut une véritable aubaine pour se refaire une virginité pédagogique, mentale et intellectuelle. Outre l’envie d’approfondir leurs connaissances humaines, au contact de leurs encadrants, ces volontaires au développement de la citoyenneté ont découvert la réalité des défis sociaux et environnementaux, occasionnés par cette immersion de plusieurs mois au plus près du monde professionnel.

Qu’il s’agisse de côtoyer les services de l’Etat et ceux des collectivités, mais aussi à travers des incursions approfondies auprès des Missions locales, d’EHPAD, de services à la personne, de la Ligue de l’enseignement, voire de la gendarmerie ou de compagnies de sapeur-pompiers. Bref, on l’aura compris : ces jeunes adultes en voie d’apprentissage de la vie professionnelle se sont littéralement ressourcés en écoutant et en apprenant les bases de ce qu’il les attend dans leur future existence.

Evoquant leur avenir, certains ont déjà des idées bien arrêtées concernant leur carrière. Qu’elle soit exercée parmi un environnement viticole dans un château du Bordelais ou dans l’Armée de terre, voire de tenter le concours permettant d’être recruter parmi l’élite des pompiers au sein de la célèbre brigade des soldats du feu de la capitale.

Aujourd’hui, le Service Civique constitue le vecteur privilégié de l’engagement des jeunes et contribue à la cohésion nationale et à la mixité sociale. Sa généralisation doit permettre à cette nouvelle génération de s’engager dans une mission d’intérêt général et de bénéficier d’une expérience reconnue et valorisée au sein d’une association, d’une collectivité ou d’un service public.

Un parcours fait de générosité et de courage que ne manqueront pas de saluer Françoise FUGIER et Guy FEREZ durant leurs interventions…

Conseils, outils et préconisations devaient composer le fil d’Ariane principal de ce rendez-vous, concocté sous la forme de petits ateliers ludiques et pédagogiques, lors des dernières retrouvailles des représentants de l’Association des entrepreneurs du Tonnerrois (AET). Le bien-être, la santé et le positionnement positif de l’humain au cœur de l’entreprise auront permis des réflexions riches et abouties…

TONNERRE : Replacer l’humain parmi les axiomes majeurs de l’entreprise ne représente pas une utopie. Plus qu’une nécessité, cette thématique aura été la trame prioritaire de la dernière séance de travail de l’AET, l’Association des entrepreneurs du Tonnerrois, qui a passé à la moulinette ce sujet quasi philosophique, au cours d’un mini-salon très instructif.

Une quarantaine de chefs d’entreprises et de cadres dirigeants avaient répondu par l’affirmative pour suivre ces échanges, nourris de belles rencontres selon l’avis des participants.

Coaches spécialistes en santé, en pratique de la sophrologie, de l’hypnose, de techniques de relaxation comme le qi-qong, les fascias ou l'hypnose, mais aussi dans l’approche des gestes et des postures purent présenter ouvertement leurs théories quant à l’inéluctable bien-être conféré à celles et à ceux qui en sont de friands adeptes.

Ces discussions de belle facture entre les différents intervenants se prolongèrent durant le cocktail où les convives eurent tout le loisir de pouvoir déguster des produits naturels à base de fruits et légumes, sains à la morphologie humaine.

Trouver un équilibre dans son quotidien au plan du mental et du bien-être influe nécessairement sur l’impact professionnel. Comme devait le préciser le président Eric MONNOYER, lors de son allocution introductive, « pour être bien avec les autres, et efficace dans son travail, il faut être en phase positive avec soi ! ».

Pleine d’originalité et de tonus, cette séance plénière de l’association économique aura permis d’appréhender une facette importante de la vie des entreprises : le bien-être dans sa vie professionnelle, l’ergonomie des espaces de travail et l’équilibre de vie sous tous ses aspects.

Le choix original de boissons et verrines de grande qualité, en adéquation avec le sujet pour une alimentation équilibrée, devait compléter avantageusement cette soirée très réussie.

Articles

Bannière droite accueil