L’évènement commercial et festif de l’automne débute ce mercredi 13 septembre dès 10 heures. Six longues journées de rencontre, divertissement et découverte plus ou moins insolites composeront ce rendez-vous fréquenté la saison dernière par plus de 30 000 visiteurs. L’accent sera déployé autour de l’angle culturel et musical grâce à la présence d’une cohorte d’artistes, exotiques et locaux…Un moyen sympathique de conjuguer l’utile à l’agréable pour celles et ceux qui y feront des affaires !

AUXERRE : Grâce à une journée d’ouverture supplémentaire par rapport à l’édition précédente, la foire d’Auxerre se distingue déjà dans sa forme conceptuelle. Ses 12 000 mètres carrés d’exposition, répartis en trois pavillons et deux chapiteaux, devraient permettre aux 180 exposants dont 80 % d’entreprises locales d’y trouver leur compte et de pouvoir s’exprimer pleinement sur leurs espaces.

L’envie de moderniser ce support communicatif ne date pas d’aujourd’hui pour l’équipe organisatrice ayant à sa charge la destinée du site. Les nouveautés étaient en nombre en 2016 ; occasionnant un net regain d’intérêt de la part d’un public parfois en dilettante autrefois. Certains en venant presque à regretter les lointaines foires qui venaient s’ancrer sur les quais de l’Yonne !

En 2017, la foire promet d’être séduisante avec ses expériences originales et multiples. Une escapade au temps des dinosaures y sera proposée ; de même, l’Air Parc qui avait obtenu un franc succès l’an passé avec ses modules gonflables procurera son lot de défoulement garanti aux jeunes enfants mais aussi aux adultes désireux de conserver leur fougue ! A tester pour les amateurs de sensations fortes : la VR Machine, un simulateur 5 D mettant les sens en éveil !

Des univers professionnels à forte identité

Les différents espaces de l’infrastructure, celle-ci a subi une cure de jeunesse pour la circonstance, accueilleront les pôles incontournables de l’activité commerciale inhérente à ce rendez-vous : l’habitat, du gros œuvre à la décoration, sans omettre l’isolation, le chauffage et les nouvelles énergies ; l’alimentaire avec les produits du cru à l’instar des vins, champagne, salaisons, fromages, confiseries et autres bonbons artisanaux ; l’esthétisme et la mode, trois thématiques essentielles où les produits naturels aux vertus thérapeutiques côtoieront l’équipement de la personne et les articles de mode ; l’automobile et la mécanique avec une large gamme de véhicules présentées par les concessionnaires de la région mais aussi des camping-cars, des quads et des motos ; la culture et les loisirs où l’on notera la présence de l’écrivaine Marie-Claude CASSEGRAIN pour deux séances de dédicace les 16 et 17 septembre (« L’Improbable complicité » paru aux éditions CNK).

Mais, cette année, la foire d’Auxerre fêtera aussi les cariocas du Brésil (un an après les Jeux Olympiques, certes) et les antipodes en recevant des danseurs sud-américains et tahitiens. Quant aux récitals de la chanteuse Indra ou de Jessy MATADOR, ils prolongeront ces moments de fête tard dans la soirée…

Depuis le 01er juin, le réseau commercial de l’assureur mutualiste GROUPAMA Paris Val de Loire accueille toute personne ayant besoin d’une carte grise à la suite d’un achat automobile. Ce nouveau service, qualifié de citoyen par ses auteurs, se décline en collaboration avec un partenaire, « cartegrise.com ». Ce système avantage le possesseur du véhicule, en lui faisant gagner beaucoup de temps, et aussi…de l’argent !

 

SENS : Responsable du marché des particuliers sur le nord de l’Yonne, Loïc CHIRIOT est parti d’un simple postulat pour suggérer l’implication stratégique de l’entreprise dans ce projet.

« Ce n’était qu’une question de pure logique, explique-t-il, car pour assurer un véhicule, nous avons besoin du permis de conduire, d’un relevé d’information sur les trente-six derniers mois et de la carte grise, obtenue sous un délai d’un mois. Je me suis aperçu après analyse qu’il existait un vrai cadre de non-conformité sur les cartes grises. La plupart du temps, ces documents ne sont pas fournis dans le mois qui suit leur souscription. Deux raisons à cela : la durée de traitement en préfecture et le manque de temps pour les assurés car il n’est guère aisé quand on est actif de se rendre disponible en semaine aux horaires de bureaux pour effectuer les démarches nécessaires… ».

Une prise en charge globale des aspects administratifs

Précision qui possède son importance : si cette pièce administrative n’est pas conçue dans ce fameux delta temporel de trente jours, une amende qui s’élève à 135 euros peut s’appliquer au futur acquéreur du véhicule. L’absence de carte grise dans le portefeuille de l’automobiliste, en outre, peut même aboutir à…deux ans d’emprisonnement...

Pour contourner ces problématiques délicates, la direction de GROUPAMA Paris Val de Loire a décidé de mettre en place un véritable service clientèle en prenant à sa charge toutes les démarches administratives. En les traitant, du lundi au samedi en agence, en face à face avec le sociétaire.

« En fait, ajoute Loïc CHIRIOT, afin d’éradiquer les tracasseries habituelles liées à l’attente de ce genre de démarche, nous créons ensemble le dossier et gagnons un temps considérable…Le coût, lui, reste très modique pour la personne…».

Quelques mois après la mise en route de cette phase expérimentale au sein du groupe (seule la caisse régionale Paris Val de Loire la teste à l’heure actuelle), les retours s’avèrent très positifs pour celles et ceux qui en sollicitent la demande.

« Jusqu’alors, nous étions le troisième interlocuteur rencontré après le garage et la banque. Le fait de pouvoir gérer les cartes grises nous positionne dorénavant après le garage, voir le vendeur particulier. Nous répondons donc à l’ensemble de l’administratif qui entoure le véhicule, nous l’assurons, nous le finançons et nous l’immatriculons » confirme le cadre de l’assureur mutualiste.

Déjà 300 documents effectués depuis le lancement de ce nouveau service

Aujourd’hui, sur la zone de couverture de GROUPAMA Paris Val de Loire dont celle de l’Yonne, les sociétaires reçoivent leur carte grise sous une semaine de délai, après envoi du dossier initial.

Et Loïc CHIRIOT de conclure : « Pour nous, les délais ont été raccourcis car nous sommes en copie du mail adressé au sociétaire ; de ce fait, nous possédons les documents nécessaires sous un délai maximum de cinq jours... ».

Côté chiffres, plus de 300 cartes grises ont déjà été réalisées dans la caisse régionale dont une centaine d’unités pour le seul territoire de l’Yonne. Cet acte citoyen se veut différenciant pour l’entité, à l’heure actuelle seule structure à proposer cette prestation parmi les professionnels de l’assurance.

Une enveloppe de 877 000 euros a été consentie par la Ville d’Auxerre à la rénovation quasi intégrale de l’infrastructure, vielle de quelques décades. Le parc des expositions, géré aujourd’hui par Centre France Evènements, filiale du groupe de presse auvergnat, profitera de l’affluence de la 87ème foire pour dévoiler au public les nouveaux espaces entièrement relookés et aménagés de cet édifice. Un prétexte supplémentaire afin de ne pas bouder son plaisir cette année…

 

AUXERRE : Après plusieurs mois de travaux, la cure de jouvence est apparente pour le parc des expositions de la capitale icaunaise. AUXERREXPO se dévoilera sous ses meilleurs atours dès le mercredi 13 septembre, date de l’ouverture de la 87ème foire à vocation commerciale.

Au-delà de ces six jours, synonymes de découverte, de rencontre et de divertissement, le public aura toute la latitude d’apprécier les multiples transformations de ce lieu qui draine au fil des mois des spectacles, salons et autres rendez-vous culturels.

Si le parvis présente une physionomie peu différente de l’ordinaire, en revanche, le hall d’entrée gagne en modernisme et se dote d’équipements design. Le mobilier s’avère être très tendance ; la banque d’accueil s’adapte aux besoins du public. Quant à la présence visible de matériels à la pointe de la technologie, elle confère à l’ensemble attractivité et dynamisme.

L’univers restauration n’est plus à l’identique qu’auparavant. Repensé par les architectes, il se distingue par un style sympa, plutôt cocooning, qui devrait plaire aux futurs consommateurs.

Mais, l’effort significatif de ce toilettage indispensable à la pérennité du site se constate dans l’espace Congrès. L’objectif étant pour les équipes de Guy ROS, le directeur du parc, de capitaliser sur des événementiels importants, à la fois issus des spectacles mais aussi du monde des entreprises (séminaires et colloques). L’accent a été mis sur une prédominance de l’équipement vidéo, son et lumière de très belle facture.

« Cet espace pourra désormais répondre à toutes les exigences de nos partenaires et à nos clients » souligne Sébastien FUENTES, directeur-adjoint du complexe, satisfait du résultat.

Quarante années vécues dans le design à l’international forgent les expériences, le savoir-faire et le caractère. C’est ce qui a poussé l’ancien professeur de l’ENSAAD et designer industriel de l’Yonne à concevoir un ouvrage sur les dix étapes essentielles de la création au lancement commercial des produits dont nous sommes friands. Créateur de plus de 2 000 appareils, Michel MILLOT a déjà écrit le second volume de cette trilogie pédagogique à destination des industriels et des étudiants…

 

AUXERRE : Bel opuscule de plus de 200 pages, le « Guide du design industriel », paru aux éditions DUNOD, offre une approche passionnante de la conception des produits qui entourent notre quotidien ménager. Grille-pain, système de douche, station de repassage, cafetière électrique, sèche-cheveux…les objets les plus disparates constituent l’univers professionnel de cette référence incontournable du design à travers le monde. Car tel se définit Michel MILLOT. Un personnage aux multiples talents en matière de créativité qui ne pratique jamais la langue de bois mais avec un cœur gros comme ça !

La désobéissance est source d’innovations

« Ce guide s’adresse tant aux étudiants qu’aux professionnels des domaines concernés par l’activité de conception en général et celles des produits en particulier. C’est surtout un travail de clarification qui a nécessité de la méthodologie avec des informations précises étayées par des recommandations pour le design… ». Dans cet opus, Michel MILLOT aborde aussi les relations parfois tendues et complexes qui existent entre les designers et leurs collègues qu’ils soient techniciens, marketeurs ou directeurs de société. Une chose est sûre : le designer bénéficie le plus souvent de liberté et d’autonomie pour faire jaillir la lumière de la création.

« Aujourd’hui, le design industriel souffre d’un manque de consensus quant à l’identification et à la définition des notions les plus élémentaires. Le verbiage qui peut en résulter constitue une sérieuse entrave au développement de la discipline, tant au niveau de sa pratique professionnelle, que de son enseignement et de l’information sur les produits… ».

Découpant son livre en dix chapitres, l’auteur nous plonge dans les étapes clés d’un processus créatif menant au développement du concept. Entre tests de prototypes et études concrètes. Entre analyses des produits concurrents et participation à la mise en production.

« Les nouveaux concepts doivent être dotés de réelles qualités d’usage, esthétiques, environnementales, techniques et commerciales. En clair, le design ne se cantonne pas à une simple affaire de belles formes ni à une meilleure mise en œuvre de matériaux ou de procédés de fabrication… ».

Une présence affirmée en Asie pendant une décade 

Ayant dispensé un enseignement du design pendant de nombreuses années à travers l’Europe, Michel MILLOT a trouvé avec la Chine, et surtout à Canton, un terrain de prédilection durant une décennie où il a démontré son sens absolu de la créativité.

« J’ai exercé mon métier au Centre Beaubourg de Paris durant quatre ans avec un pôle d’une vingtaine de collaborateurs en recherche et développement, explique-t-il, mais c’est sur le continent asiatique que j’ai donné libre cours à ma vocation… ».

Là-bas, il a conçu notamment un nouveau prototype de quad pour un industriel de Taïwan. Mais, le designer bourguignon a aussi développé des partenariats pour le compte de géants de l’électroménager et de l’automobile, à l’instar des sud-coréens Daewoo et Hyundai.

La liste de ses créations est loin d’être exhaustive : des produits d’électroménager de type sèche-cheveux, fers à repasser, des créations d’objets pour l’environnement cuisine et salle de bains, du high-tech, du matériel d’outillage, des rasoirs électriques, de la serrurerie, des jouets, du mobilier, des coffre forts, des ustensiles de puériculture, des enceintes acoustiques et des haut-parleurs, et même une collection de sex-toys !

Pour celui qui considère que « le design est devenu un concept très galvaudé aujourd’hui et peu maîtrisé par de véritables spécialistes, ceux-ci se comptant sur les doigts de la main », le temps du témoignage pédagogique fait office de nécessité. D’où la rédaction de ce premier tome. Il suscitera peut-être de nouvelles vocations professionnelles parmi des étudiants pugnaces. Mais, il encouragera sans doute les entrepreneurs à appréhender autrement cette discipline fondamentale de la créativité industrielle…

Les créateurs d’entreprise constituent une cible à privilégier pour les responsables du Crédit agricole Champagne Bourgogne. Après le succès rencontré lors des trois « Cafés de la création », menés au printemps à Dijon, Troyes et Avallon, l’établissement bancaire pense déjà capitaliser sur la poursuite de cette démarche incitative dès la saison prochaine.

 

DIJON (21) : « Les Cafés de la création sont devenus le rendez-vous incontournable où les futurs entrepreneurs de la région Champagne Bourgogne obtiennent les réponses indispensables à leurs interrogations. Et surtout des contacts précieux et utiles, propres à les aider dans le développement de leur projet… ».

Directrice des marchés des particuliers, des professionnels, du marketing, du multicanal et de l’innovation, Isabelle AUGRAIN résume ainsi la philosophie de l’opération, déclinée entre avril et juin, dans les trois départements couverts par le groupe.

Depuis le lancement de cet événement, ce sont 170 porteurs de projets aux profils différents qui ont ainsi pu bénéficier de ces échanges, vécus dans un esprit constructif.

Soutenu par une dizaine de partenaires, et non des moindres (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre de Métiers et de l’Artisanat, Ordre des avocats du barreau d’Auxerre, Ordre des experts-comptables de Bourgogne Franche-Comté, Chambre départementale des notaires, Pôle emploi ou le Régime social des indépendants de Bourgogne-RSI), le Crédit agricole a conçu le temps de cette rencontre conviviale un espace de discussion où étudiants et demandeurs d’emploi mais aussi les personnes en reconversion professionnelle, voire des retraités s’exprimaient en totale liberté. Qu’ils soient d’ailleurs clients ou pas de l’établissement bancaire, tous étaient les bienvenus à ces rendez-vous.

Quant aux informations glanées çà et là par les entrepreneurs en devenir, elles portaient sur les fondements de la création d’un outil de travail personnalisé : comment construire un projet ? Quelles formalités engager ? Quel budget et comment le financer ? Quelles sont les aides à solliciter et auprès de quels organismes ? La récurrente question du statut social occupait un point essentiel de ces séances informatives.

Autant de sujets qui n’auront pas manqué d’interpeller les personnes en quête d’un véritable projet professionnel…et qui ne savent pas toujours comment s’y prendre parmi les méandres juridiques, fiscaux et administratifs.

 

Articles

Bannière droite accueil