Bénéficiant d’un accompagnement individuel ou d’une formation avec la Chambre d’agriculture de l’Yonne, les professionnels du monde agricole ayant opté pour la télédéclaration PAC 2018 ont déposé plus de 3 200 dossiers auprès des services de l’Etat cette année. Comme la saison dernière, la Chambre consulaire a proposé des formules clés en main aux agriculteurs. 20 % d’entre eux ont pu profiter de cycle formatif, voire d’une aide directe et personnalisée…

AUXERRE : Etre accompagné par les services de la Chambre d’agriculture dans le cadre de la déclaration de la PAC (Politique agricole commune) devient chose courante désormais parmi les professionnels des milieux agricoles icaunais.

44 % d’entre eux sollicitent leur organisme partenaire pour remédier à cette étape importante dans la vie de leur exploitation. Source de stress si elle n’est pas bien exécutée, cette formalité peut très vite tourner au cauchemar si les éléments informatifs sont mal remplis dans les cases de cet imposant dossier. En outre, est venu se greffer cette année un certain nombre de nouveautés dans la règlementation telle que le zéro phyto sur les SIE et la période de présence obligatoire départementale inter-cultures SIE (Surfaces d’intérêt écologique).

En quête de simplification et de sécurité…

596 exploitants de l’Yonne ont fait appel aux équipes de la Chambre d’agriculture pilotées par Sandra MARTINET, responsable de la cellule PAC dans l’Yonne. Il est vrai que le rôle des conseillers du partenaire consulaire est prépondérant. Car, les agriculteurs ne possèdent pas tous les connaissances spécifiques inhérentes à la règlementation. Ainsi, la Chambre d’agriculture permet d’éviter un certain nombre d’erreurs lors de la constitution du dossier.

Comme le précise Sandra MARTINET, l’action menée par l’organe consulaire est importante : « Certains viennent pour être rassurés sur leurs saisies, d’autres nous confient entièrement leur télédéclaration pour gagner du temps. La déclaration, via Mes p@rcelles, simplifie les enregistrements et l’export vers TéléPAC en quelques clics. Que ce soit pour les abonnés Mes p@rcelles ou les non abonnés, la saisie de l’assolement en groupé et les outils de découpe des parcelles permettent un réel gain de temps. Ainsi, le temps moyen passé par déclaration a été de soixante minutes…».

Un nombre élevé de conversions vers l’agriculture biologique…

2018 aura été marquée par la recrudescence du nombre de demandes de reconversions en agriculture biologique. Plus de 60 dossiers ont été enregistrés par les services de la chambre de l’Yonne. Une première, dans les annales. Ce chiffre confirme l’augmentation de 28 % du nombre d’exploitations en agriculture biologique sur le territoire nord-bourguignon. Cela place l’Yonne dans les toutes premières places à l’échelle nationale en surfaces bio…

L’agence de marketing et de communication « B3C » vient d’éditer le neuvième numéro de ce magazine apparu à l’automne 2017. Un opus où l’art de vivre et les actualités du nord de l’Yonne fleurissent au fil des seize pages qui composent ce support informatif de proximité. Couvrant l’ensemble de la période estivale, au même titre que son « grand frère », « OUSORTON » dans le domaine des loisirs et de la culture, l’existence de ce média est devenue pertinente dans l’Yonne septentrionale. A la grande satisfaction de son auteur, Christophe DEBURGHRAVE…

SENS : La première saison est bouclée ou presque pour le jeune média de la presse gratuite, « Yonne Côté Nord ». Son neuvième numéro est paru il y a quelques jours à l’amorce de l’été. C’est un produit de seize pages où se croisent informations pratiques, rubriques juridiques, publireportages et agenda culturel.

Conçu par Christophe DEBURGHRAVE, dirigeant de l’entreprise de communication « B3C », et édité à plusieurs milliers d’exemplaires, ce média gratuit est venu étoffer l’offre actuelle sur le Sénonais et le nord du territoire icaunais.

Distribué dans de nombreux points relais à caractère commercial mais aussi des collectivités et administrations, le magazine propose un modèle économique qui repose sur la diffusion d’encarts publicitaires.

Dans ce dernier numéro, un portrait attachant de l’un des artisans de la région fait office de dossier prioritaire. Il est consacré au forgeron coutelier Richard CIACHERA, figure emblématique de la coutellerie hexagonale. Les férus de conseils immobiliers trouveront également les us et coutumes juridiques pratiqués autour de la location immobilière. Quant aux aficionados de l’automobile, ils découvriront les essais de la nouvelle Mégane Renault RS, un pur bijou de la mécanique au service des puristes du volant, avec ses 280 chevaux au compteur !

Mais, avant d’anticiper la période de rentrée, Christophe DEBURGHRAVE s’est pour l’heure accordé quelques jours d’un repos salvateur et mérité en montagne où il peaufine la stratégie de la future saison II d’un produit qui a pris progressivement sa place au sein du landerneau local…

Le lien pour découvrir le numéro 9 : https://fr.calameo.com/read/005306086f10f068ace8a

AUXERRE : Les services communication de la Chambre d’Agriculture de l’Yonne, de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et de l’assureur mutualiste GROUPAMA Paris Val de Loire de l’Yonne ont annoncé de manière conjointe la date officielle correspondant à l’inauguration de leurs nouveaux locaux.

Identifié sous le vocable de Pôle Agriculture de l’Yonne, cet ensemble de bâtiments, rénovés de manière quasi intégrale depuis plus de deux ans, servira de prétexte à la conception d’un grand raout où se retrouveront des personnalités institutionnelles, des politiques et des représentants de la vie économique à la date du 15 décembre prochain.

Le site de la rue Guynemer à Auxerre, ayant subi la rénovation conjointe de ses bâtiments, propose désormais un complexe modernisé et opérationnel depuis quelques jours au service du monde agricole et rural. Il aura nécessité plusieurs millions d’euros de travaux.

Les présidents de la Chambre d’agriculture de l’Yonne, Etienne HENRIOT, de la Mutualité Sociale Agricole, Dominique BOSSONG en charge de la caisse régionale MSA de Bourgogne, et Pascal MAUPOIS, nouvellement élu à la tête de la Fédération départementale de l’Yonne pour le compte de GROUPAMA Paris Val de Loire, ont cosigné l’invitation. Celle-ci a été adressée à de multiples invités qui ne manqueront pas d’assister à l’un des ultimes événementiels marquant de l’année 2018…

Principale opposante de Laurent WAUQUIEZ, fustigeant la pratique de certaines dérives parfois trop droitières au sein de sa famille politique, Les Républicains, Valérie PECRESSE a décidé de prendre la tangente. Il y a douze mois, elle a créé son propre mouvement idéologique, « Libres ! ». Clin d’œil astucieux à cette date anniversaire, c’est précisément au début de ce mois estival que Valérie LEUGER-DORANGE et Clarisse QUENTIN, toutes deux conseillères départementales de l’Yonne, ont choisi pour implanter de manière officielle ce nouvel outil politique sur leur territoire de prédilection. Premières priorités pour les deux jeunes femmes : convaincre autour d’elles de la pertinence de cet organe et accueillir les adeptes d’une droite sociale, humaine et régalienne…

AUXERRE : L’une s’investit beaucoup à Sens ; l’autre occupe pugnace le terrain sur Auxerre. Les deux ont d’un commun accord décidé de vivre une aventure politique qui leur ressemble au sein d’un nouveau mouvement créé par une femme de conviction, l’ancienne ministre Valérie PECRESSE, présidente de la région Ile de France.

C’est en juillet 2017 que l’ex-figure de proue du gouvernement de François FILLON fait entendre la voix de la dissonance dans la sphère politique à droite. A contrario de quelques-uns de ses condisciples qui préfèrent jeter l’éponge en rejoignant la Macronie ou en prenant du recul vis-à-vis des instances suprêmes du parti, à l’image de Xavier BERTRAND, l’ex-élue des Yvelines se lance dans un ambitieux pari.

Constituer son propre mouvement d’idées qui prend la forme sans le vouloir d’un véritable courant politique agrégé aux Républicains mais qui pourrait à terme la propulser sur le devant de la scène nationale dès les Présidentielles 2022…

Un organigramme qui sera fin prêt dès la rentrée…

Rejetant de manière catégorique les orientations actuelles instaurées par Laurent WAUQUIEZ, soit la radicalisation des Républicains vers une droite plus dure et populaire aux confluents des pensées frontistes, Valérie PECRESSE sait que, pour réaliser ce parcours sans-faute qui pourrait la conduire in fine à l’Elysée, l’essaimage de ses idées devient une impérieuse nécessité au plus près de ses compatriotes.

Référentes départementales de ce mouvement dans l’Yonne, Valérie LEUGER-DORANGE et Clarisse QUENTIN (cette dernière est également la porte-parole nationale) ont été adoubées par la chef de file lors de la semaine nationale des cadres de « Libres ! » à Orléans le 24 juin dans l’optique de structurer cet appareil dans la Bourgogne septentrionale.

Depuis, les deux jeunes femmes ne sont pas seules à piloter cet esquif. Lancien maire de Vézelay, le docteur Bernard CHARDON et l’ex-coprésident des jeunes Républicains dans l’Yonne, Matthieu ROY, par ailleurs conseiller municipal de Chéu, ont décidé de rejoindre le noyau dur de cette fusée en construction, prête pour le décollage dès la rentrée.

Devenir la droite des solutions et des propositions…

Présentant le contenu de leurs réflexions lors d’une conférence de presse, organisée à Auxerre, Valérie LEUGER-DORANGE et Clarisse QUENTIN ont justifié leurs engagements au sein de « Libres ! ». « Les Français ne font plus confiance aux partis politiques traditionnels. Ils aiment se retrouver au sein de mouvements qui portent des idées et des valeurs. Notre cible de conquête est simple : le Centre droit, Les Républicains qui ne se reconnaissent pas dans le programme trop à droite de Laurent WAUQUIEZ et les déçus de La République en marche, de plus en plus nombreux… ».

Autre priorité : le rajeunissement des cadres. Seuls 2 % des adhérents des Républicains sont âgés de moins de 25 ans. Quant au candidat FILLON, il n’avait recueilli que 6 % d’adhésion de la part des moins de 35 ans lors de la dernière présidentielle.

Cependant, les deux élues LR du Département ne souhaitent pas une scission avec leur famille politique d’origine, représentée dans l’Yonne par le député Guillaume LARRIVE.

« Nous voulons à travers ce mouvement d’idées associées tempérer la dérive droitière de notre parti qui s’accentue depuis la prise de pouvoir de Laurent WAUQUIEZ. Le seul moyen d’empêcher le départ en masse de nos militants qui ne se retrouvent pas cette ligne politique est de leur proposer une alternative qui n’ajoute pas de la division à la division. En choisissant le prisme de la concertation et du dialogue serein où tous les grands sujets de société (communautarisme, radicalisation, sécurité…) seraient abordés en parfaite quiétude d’esprit. Nous prônons les vertus d’une droite sociale (en rappelant que ce mot n’est pas l’apanage des seuls socialistes), qui relance la méritocratie, l’espérance et place l’humain au cœur de la vie économique. Le temps de la droite des slogans et de la simple opposition non constructive est aujourd’hui révolue… ».

Une méthodologie de travail ouverte aux échanges d’idées et à la construction positive…

Puiser les idées aux sources de la vie quotidienne des Français, c’est-à-dire directement depuis le terrain, représente la base de travail qui fait foi au sein de ce jeune mouvement qui dévoilera ses arcanes fonctionnels dès le mois de septembre. Ainsi, les élus locaux mais aussi les citoyens lambda ayant choisi de rejoindre « Libres ! Yonne » seront invités à prendre part à des commissions thématiques. Dans l’unique but de valoriser les idées et les talents.

Ces idées seront ensuite utilisées à la rédaction de propositions qui alimenteront des cahiers spécifiques sur les grands sujets d’actualité. Elles seront transmises aux parlementaires qui pourront s’en inspirer dans les textes de loi ou des amendements.

Prononçant le haro contre une communication « à la papa », synonyme de ringardise et d’inefficacité, les deux conseillères départementales de l’Yonne s’appuieront sur une stratégie digitale à base de réseaux sociaux et d’outils multimédia. Enfin, des lieux d’échanges, ouvert à celles et à ceux qui ont des choses à dire, seront proposés sous la forme « apéro Libres ! » à travers le territoire icaunais.

Le 25 août, Valérie LEUGER-DORANGE et Clarisse QUENTIN se rendront à Brive la Gaillarde pour y suivre un nouveau séminaire des cadres de ce mouvement. Ce sera l’ultime tour de chauffe pour s’y ressourcer auprès de la chef de file nationale, avant de plonger dans le grand bain du prosélytisme tous azimuts prévu dès cet automne dans leurs zones d’influence respectives…

Avec sa vingtaine de vitrines commerciales réparties à travers la France, des salons de coiffure qui revendiquent un positionnement haut de gamme sur ce marché, YSEAL représente une très belle réussite de l’entrepreneuriat. Elle est la résultante du travail accompli par ses deux responsables, Laurent PICOUET et de son épouse, Patricia. Concept apparu dans l’Yonne, YSEAL ne cesse dès lors de progresser. Cette ascension lui permet aujourd’hui de travailler avec des références majeures de la coiffure et de la cosmétique internationale telle que L’OREAL…

AUXERRE : Grâce à la déclinaison de son nouveau concept sorti de l’imaginaire en 2014, la franchise YSEAL ne cesse depuis de proliférer et de gagner de nouvelles parts de marché. Déclinant de multiples prestations et services résolument orientés vers la qualité et le bien-être de sa clientèle, le groupe multiplie les ouvertures de nouveaux salons. Les plus récentes l’ont été à Sens au mois de novembre ainsi que dans la capitale de la région Aquitaine, Bordeaux, quelques jours avant les fêtes de fin d’année.

Implantées en zones péri-urbaines, ces vitrines ergonomiques offrent ainsi un outil idéal pour les franchisés, tentés par l’esprit de cette aventure. A raison de deux à trois inaugurations annuelles, YSEAL tend petit à petit une toile d’araignée opérationnelle dans l’Hexagone. L’Yonne, base arrière naturelle, reste représentative de cette marque, qui possède ses entrées dans les milieux de la coiffure française.

Une actualité importante avec le groupe L’OREAL…

Depuis le 01er mai, YSEAL a intensifié ses relations avec le poids lourd mondial de la cosmétique. Quatre salons de l’entreprise ont ainsi été sélectionnés par les bureaux d’étude du géant à l’occasion du lancement d’une nouvelle collection de produits végétaux : une gamme de coloration à base d’indigo, cassia et henné, destinée à la clientèle vegan.

Les commerces de Troyes, Saint Par au Tertre, Gronfeville l’Orcher, dans la périphérie du Havre et la structure des Clairions à Auxerre ont accueilli ces nouveaux produits sur leurs étals, ceux de la ligne BOTANEA. Lors du récent Congrès mondial de L’OREAL, les salons de coiffure de la franchise furent ovationnés pour cette étape collaborative importante pour les deux parties.

Une consécration pour le couple PICOUET qui a intégré en début d’année une autre référence internationale de la cosmétique et de la coiffure parmi ses partenaires, l’enseigne KERASTASE.

Enregistrant une hausse de son chiffre d’affaires de près de 2 % cette année, YSEAL emploie aujourd’hui un effectif de 130 collaborateurs.

Articles

Bannière droite accueil