La signature d’une convention tripartite entre l’AJ Auxerre SAS, l’association Famille AJA et le District de l’Yonne de football représente déjà un premier temps fort dans l’actualité de ce début de saison pour le club pensionnaire de Ligue 2. Cet accord a pour but de rapprocher le monde des sportifs amateurs et des professionnels dans un esprit citoyen. 

 

AUXERRE : Ne jamais oublier ses racines et sa base historique tout en prônant les valeurs vertueuses de la citoyenneté : c’est en substance la finalité de la convention de partenariat qui a été paraphée le 04 septembre entre le président de l’AJ Auxerre SAS, Francis GRAILLE, le représentant du District de l’Yonne de football, Christophe CAILLIET et le responsable de l’association Famille AJA, Alain HEBERT, au siège du club.

Cet exercice empreint d’humilité et de réalisme favorisera dans l’absolu la jonction nécessaire entre les milieux de l’amateurisme et le monde professionnel incarné par les joueurs de la Ligue 2. Un théorème profondément humain qui impliquera aussi par ricochet les supporters de l’AJA…

Dans les faits, le nouveau président de la structure sportive Francis GRAILLE inscrit cette initiative dans le besoin de renouer les liens avec le territoire. Et de jouer la carte de la proximité.

« On sait qu’il existe un vrai élan populaire autour de ce club, et ce depuis très longtemps. Le complexe de l’Abbé Deschamps est l’une des rares infrastructures en France où ses différents stades demeurent ouverts en permanence et peuvent accueillir des adeptes du ballon rond. En ce sens, et pour faire honneur à l’esprit du patronage voulu par l’Abbé Deschamps, ce club développe une politique sociale très forte autour de lui… ».

A l’avenir, les professionnels s’immergeront davantage dans les quartiers de la ville afin d’y rencontrer les jeunes autour d’un cadre pédagogique et participatif.

  

Soutenez l’AJA, faites gagner votre club !

Près de 11 500 licenciés s’adonnent chaque week-end à la pratique de la première discipline sportive au monde sur les terrains de l’Yonne. Le District départemental, instance officielle régie par la Fédération française de football, ne pouvait manquer pareille opportunité pour qu’il y ait grâce à cette démarche un renforcement des liens entre le monde professionnel et les amateurs.   

« Ce partenariat instillera plus de rapports et d’actions communes entre le poids lourd du football icaunais et les autres structures, expliquait Christophe CAILLIET, nous voulons que cet accord soit gagnant pour tous ! ».

Rappelant, lors de la conférence de presse, que la puissante fédération de football a initié un programme éducatif auprès des jeunes et des clubs amateurs, le président du District de l’Yonne s’est dit très satisfait de la complémentarité de ces nouvelles actions avec Famille AJA et l’AJ Auxerre SAS.

Un volet financier est également inclus dans ce protocole. Une rétrocession sur la vente de billets par les petits clubs (il en existe 117) lors des matches disputés par l’AJA est d’ores et déjà effective. Elle s’élève à 10 %.

Les entraînements des professionnels sur les terrains des amateurs !

Quant aux séances d’entraînements décentralisées sur les pelouses des clubs amateurs, elles se multiplieront au cours de ces prochaines semaines. De prime abord, elles concerneront quatre clubs labellisés par le District, à savoir le Football Club de Sens, l’Union sportive d’Héry, celle de Joigny et le club d’Avallon.   

Délivrés pour saluer les performances sportives et administratives de ces structures associatives, ces labels espoirs, valables une année, reposent sur des critères spécifiques ayant attrait à l’encadrement, la présence de techniciens diplômés et surtout l’état d’esprit qui y règne.  

Comme le soulignait Alain HEBERT, président de Famille AJA, en résumant ses missions : « le football reste avant tout une école de tolérance et du civisme à partager entre tous…».

Octobre 2017 : il y a cent ans la révolution russe bouleversait la planète et provoquait une onde de choc irréversible. Ce tsunami politique donnera naissance au communisme et à l’empire soviétique au travers de ses figures de proue (Lénine, Staline, Brejnev…). Auteur d’un ouvrage consacré à l’évolution de ce pays, et spécialiste de l’histoire de la papauté, l’ancien rédacteur en chef du « Figaro Magazine », Bernard LECOMTE, abordera lors d’une conférence débat le destin hors normes de ces hommes d’état. Ce sera le 15 septembre prochain à Champignelles…

 

AUXERRE : « La Russie de Raspoutine à Poutine… ». L’analogie existante entre ces deux puissants personnages de ce pays continent sont-elles aussi frappantes que cela ? Une interrogation que beaucoup se posent et qui trouvera sans aucun doute des réponses concrètes lors de la conférence débat proposée par le journaliste écrivain Bernard LECOMTE.

A l’occasion du centenaire de la révolution d’octobre de 2017, notre confrère s’installera à la halle culturelle de Champignelles dès 18 heures le temps d’une causerie passionnante sur ce vaste sujet de pure géopolitique.

Répondant à l’invitation de l’édile de la commune, Jacques GILET, Bernard LECOMTE éclairera de ses lumières ces pans d’histoire, teintés de mystères et de complots, qui permettront à l’auditoire de mieux appréhender la Russie contemporaine et surtout les racines du mode opératoire du chef du Kremlin, Vladimir POUTINE.

Au terme de ces échanges, le journaliste Icaunais qui a suivi le déclin du communisme en qualité de correspondant pour « L’Express », dédicacera son dernier opus, paru aux éditions Perrin.

Alors que la biodiversité est menacée partout, y compris en Bourgogne Franche-Comté, la Région, sous la houlette de sa présidente Marie-Guite DUFAY, renforce plus que jamais sa politique volontariste et partenariale dans ce domaine. Et ce dès la prochaine saison. Une décennie après avoir pris conscience de la réalité sur le terrain, l’organe institutionnel poussera encore plus loin ses éléments constructifs, en créant d’ici le premier semestre 2018, une entité spécifique à la gestion de l’environnement…

DIJON (21) : Avec le développement de la transition énergétique, le dossier écologique s’inscrit parmi les grands axes prioritaires de l’actuelle mandature de la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté. La période estivale a été propice, en cela, à la réflexion sur cette thématique puisque le sujet ô combien important de la sauvegarde de la biodiversité est venu se greffer parmi les entretiens.

Réunissant plus de 300 acteurs au cours de trois séances de travail dès ce printemps, la présidente voulait connaître et confronter les points de vue de ses interlocuteurs sur cette thématique capitale. S’appuyant sur le texte de loi promulgué le 08 août 2017, la Région possède désormais toute latitude pour mettre en exergue la constitution d’une structure régionale, inféodée à l’Agence nationale de la biodiversité.

Ce nouvel outil, opérationnel d’ici le terme du premier semestre 2018, assurerait une coordination optimale de la l’action publique en faveur de la biodiversité sur le territoire. Cette instance bénéficierait dans sa phase élaborative du concours d’un ensemble de partenaires dont la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, des agences de l’eau Loire-Bretagne, Rhône-Méditerranée-Corse et Seine-Normandie. En outre, d’autres acteurs des tissus économiques, institutionnels et associatifs seraient aussi sollicités.

Un projet participatif où chacun peut exprimer un avis…

Avant que ne se déroule l’ultime séminaire annonciateur de la création effective de cette agence régionale (la date n’est pas encore définie par les instances dirigeantes), la Région invite chacun d’entre nous à apporter ses réflexions personnelles sur une plateforme numérique spéciale : https://jeparticipe.bourgognefranchecomte.fr/

Une piste participative de bon aloi pour les habitants du territoire bourguignon franc-comtois qui peuvent par ce biais réfléchir au rôle tenu par la future agence régionale.  

Pour mémoire, rappelons que la biodiversité en Bourgogne Franche-Comté se traduit par la présence de seize réserves naturelles régionales, onze réserves nationales, plus de cinquante espaces naturels sensibles portés par les départements, un futur Parc national couvrant aussi le Grand Est, plus de 500 espèces animales et végétales protégées, plus de cinquante espèces animales de vertébrés terrestres (mammifères, amphibiens, oiseaux nicheurs, reptiles) menacées de disparition. Cela mérite que l’on s’y intéresse de plus près !

Sous le parrainage du Conseil régional de la province de Gôh (Côte d’Ivoire) se déroulera du 07 au 09 septembre un premier rendez-vous culturel insolite et teinté d’exotisme dans la capitale de l’Yonne. Portée par LUNE D’AFRIQUE, une structure associative ayant pour objectif de promouvoir les valeurs d’un continent empli d’authenticité, la manifestation gagne déjà en popularité en Afrique équatoriale…

 

AUXERRE : Bénin, Cameroun, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Burkina-Faso…les pays de l’Afrique équatoriale ne se passionnent pas uniquement pour les éliminatoires de la Coupe du Monde de football qui s’y déroulent à l’heure actuelle.

Nombreuses sont les nouvelles en provenance de France qui évoquent les ultimes préparatifs d’un événement très attendu depuis plusieurs semaines : le premier festival « AFRICA Tresses Fashion ».

L’enthousiasme est tel que la seconde édition de ce rendez-vous, conçu autour de la mode capillaire africaine, circule déjà dans tous les esprits, y compris ceux des organisateurs.

Des pré-sélections en terre africaine…

Le Burkina-Faso devrait confirmer d’ici peu son choix d’accueillir dans sa capitale, Ouagadougou, une pré-sélection de mannequins lors de demi-finales. Celles-ci qualifieraient les concurrentes de ce trophée international pour la grande explication de texte, disputée ensuite sur le territoire français à Auxerre.

Investi dans le projet, le ministère de la culture du Burkina-Faso dépêchera à cette occasion l’un de ses représentants en Bourgogne. Histoire de prendre le pouls de ce challenge aux multiples facettes qui rassemblera aussi bien une exposition de costumes africains ou un tournoi de football féminin au profit de la lutte contre le cancer du sein.

Autre pays à soutenir et à financer ce festival où la culture africaine sera reine : la Côte d’Ivoire. L’un des enfants du pays, Joachim Djedje BAGNON, président du Conseil régional de la province du Gôh, a choisi d’en assumer le parrainage.

Quant à cette première sélection officielle de mannequins, elle se composera de jeunes femmes originaires du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la République centrafricaine, voire peut-être du Maroc, qui n’a pas encore arrêté de manière définitive son engagement à ce concours.

Du côté de l’organisation, la Ville d’Auxerre a été sollicitée, en amont, par l’association LUNE d’AFRIQUE et son responsable, Dieusmonde TADET. Favorable à ce projet portant des valeurs humanistes, elle a alloué à l’organisation le gymnase Serge Mésonès, pour y accueillir un évènement qui ne devrait laisser personne indifférent…

Partenaire majeur du sport français depuis plus de 25 ans, le groupe EDF a initié dès 2015 un programme de détection des futurs talents. Quatre jeunes athlètes évoluant dans autant de disciplines et aux résultats déjà prometteurs intègrent en cette période de rentrée le Team EDF Espoirs pour la saison 2017/2018…

 

PARIS : Favoriser l’éclosion des compétiteurs de demain figure parmi les priorités de l’opérateur français dans sa politique de mécénat consacrée à la cause du sport. La seconde édition de son Team Espoirs accueillera dès la saison prochaine quatre jeunes gens, sélectionnés sur la base de leurs performances et envies de réussir dans les milieux sportifs.

Ils se nomment Océane CASSIGNOL (17 ans, natation), Mylène CHAVAS (19 ans, football), Thomas DUBOIS (17 ans, ski de fond handisport) et Lucas ROISIN (20 ans, canoë-kayak) et tous auront le privilège de se voir accompagné par le puissant groupe international.  

Choisis sur des critères objectifs, mêlant résultats, état d’esprit ou exemplarité sportive et scolaire, ces quatre lauréats profiteront de conseils dispensés par des d’athlètes et illustres ambassadeurs du sport à l’instar du champion olympique de natation, Alain BERNARD ou de la footballeuse, Laura GEORGES.

En parallèle, une bourse sera également attribuée à chacun des représentants de cette seconde session du Team EDF Espoirs. Initié en novembre 2015, ce club de futurs sportifs de haut niveau avait accueilli cinq personnes qui se sont révélées depuis dont Camille PRIGENT, en kayak monoplace.

Responsable du Pôle marque et sponsoring chez EDF, Alexandre BOULLERAY explique l’engagement de son entreprise dans le monde du sport : « depuis plus de deux décennies, EDF est aux côtés des athlètes français. Normal que le succès de la première édition se transforme en une seconde édition avec la sélection de ces quatre sportifs aux profils variés et avec l’aide des fédérations partenaires. Ce programme n’a pas d’autres prétentions que d’accompagner toutes les générations de sportifs et de favoriser la transmission entre les athlètes confirmés du Team et les jeunes qui représentent l’avenir de leur sport… ».

Engagé auprès des fédérations françaises handisport (FFH), de natation (FFN), de canoë-kayak (FFCK) et de football (FFF), le groupe EDF souhaite par le biais de cette démarche populariser l’ensemble de ces disciplines vers le plus grand nombre. C’est aussi l’autre facette de cet acteur essentiel de la transition énergétique qui compte 37,1 millions de clients dont 26,2 millions en France et pèse 71 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016.

Articles

Bannière droite accueil