Elle est « tout feu, tout flamme » l’incandescente Silvana VUCIC ! L’artiste polymorphe nous revient au zénith de sa forme, en cette période bénie des dieux et de féérie, avec les festivités de la Noël, pour illuminer la scène de ses exploits. Un spectacle de danse avec le feu où accompagnée de ses deux comparses, Olivier et Laurent, la « brûlante » artiste illumine la nuit de figures oniriques et sensuelles…

 

AUXERRE : « Light my fire » clamait à la face du monde le bondissant et imprévisible Jim MORRISON, apôtre des DOORS, en 1967 ! Ce feu brûlant qui lui coulait dans les veines a su faire des émules de génération en génération à travers le monde. Incontestablement, l’égérie de la culture hybride et décalée de l’Yonne, la fantasque et troublante artiste d’origine serbe Silvana VUCIC, se consume des mêmes envies que l’éternel Roi Lézard californien. Dont on a commémoré dans une indifférence quasi générale (surtout en France alors que l’auteur de « The End » est inhumé au Père Lachaise depuis juillet 1971 le cinquantième anniversaire de sa disparition).

Ce feu rédempteur et purificateur, si mystérieux et tellement fascinant, la « Belle » tente de le dompter avec aisance et après beaucoup de travail depuis plusieurs semaines. Pas toute seule et avec précaution, certes. Aux côtés d’Olivier et de Laurent. Formant ainsi un trio atypique et inattendu, baptisé les CATS’FIRE. « Les Chats du feu » ?!

 

 

Une touche-à-tout de génie qui ose se mettre à nue…

 

L’avant-première de ce spectacle enflammé a eu lieu à Charbuy il y a peu. Vibrant, captivant, enivrant. L’ensorceleuse Silvana se transcende intérieurement avec sa grâce et par sa gestuelle sous les sonorités de la musique lénifiante, faisant rêver les spectateurs aux yeux écarquillés. De la magie, sans aucun doute. Noire, peut-être, à l’identique des tenues sombres portées par ces trois esthètes de l’art absolu qui n’hésitent pas à cracher le feu et à jongler avec l’incandescence ?

Eclectique jusqu’au bout des ongles, Silvana VUCIC accumule les talents. L’imaginaire est débridé. Les idées fourmillent dans un esprit qui tourne bien rond celui-là, à la différence du regretté MORRISON !

Photographie, plasticienne, peinture (y compris sur le corps car la jeune femme aime se « mettre à nue » même dans l’interprétation de ses œuvres), dessins, compositions, explorations multi-sensorielles composent cet incroyable patchwork de créativité qui fait de cette auxerroise d’adoption une artiste libre et complète. Tout ce qu’elle touche se mue en or côté inventivité !

Alors, travailler sur un projet où elle deviendrait la muse du feu sacré originel qui a su façonner l’humanité depuis la nuit des temps ne lui fait pas peur.

 

 

La recherche d’une créativité encore plus aboutie…

 

Sous la tutelle de l’association CREASIS & Cie, voilà que naît ce trio à l’appellation animalière qui fait penser au ronronnement du feu dans la cheminée ! Un doux feulement sur le papier mais très expressif dès sa représentation scénique. L’exercice est complémentaire. Chacun muni de ses accessoires offre sa technicité, sa fluidité harmonieuse à l’ensemble. Le plaisir est bien là, palpable, entre ce trio à l’esthétique parachevée. Preuve d’une grande complicité ouvrant sur l’amitié.

Et puis, par-dessus tout, il y a ce symbole de la puissance domptée, en apparence. Ce feu qui crée une atmosphère hypnotique, presque surnaturelle, faisant de Silvana VUCIC cette grande prêtresse toute de noir vêtue qui se livre là à un étrange rituel. Entre arts martiaux et jonglerie, immersion dans la période moyenâgeuse et univers circassien. Un melting-pot finement orchestré.

 

 

 

Féline, sauvageonne, indomptable (« Angélique marquise des Anges » pour les plus anciens ayant des références cinématographiques !), Silvana VUCIC endosse tous les qualificatifs, au vu de sa brillante prestation. L’artiste s’ouvre à une créativité encore plus aboutie, faisant éclore ses envies à fleur de derme, entre sensibilité et intuition. L’émotivité est présente.  

La performance ne fait que débuter. Ce soir à Bazarnes, si les conditions météorologiques le permettent car le feu, c’est bien connu, n’aime ni la pluie ni le vent. Un peu plus tard à Auxerre, à la mi-décembre.

Ailleurs sans doute dès que ce spectacle bluffant à bien des égards et insolite franchira les frontières de l’Yonne. Une représentation lumineuse qui devrait se propager comme une trainée de poudre à l’échelle régionale, voire nationale, du fait du charisme de son artiste « incendiaire » et éclairée…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

La belle initiative altruiste de la semaine est à mettre à l’actif de la municipalité de Monéteau. Illuminer en orange le bâtiment de la mairie. Un acte non anodin qui ne situe pas dans la prochaine configuration des fêtes de fin d’année. Non, il s’agit là d’un acte militant pour marquer son soutien à la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Un militantisme qui aurait pu déborder dans d’autres grandes localités de l’Yonne, restées elles dans la pénombre…

 

BILLET :

 

Lundi

 

Interrogé sur les vacances de fin d’année, le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme Jean-Baptiste LEMOYNE l’a déclaré haut et fort ce matin sur France Info : « nous sommes outillés pour faire face à cette nouvelle vague de COVID-19… ». La verve et l’enthousiasme de l’ancien président de l’agence Yonne Tourisme sont bien connus. Ce qui l’était sans doute moins ce jour-là, c’était l’arrivée prochaine d’un certain variant sud-africain « Omicron », susceptible de rabattre bien des cartes…

 

Mardi 

 

La Coupe du monde de football 2022 attribuée au Qatar sera-t-elle celle de la honte ? Entachée depuis longtemps de soupçons de corruption, la grande « fête » sportive attendue par des dizaines de millions de personnes devra compter avec le nombre de travailleurs morts sur les chantiers de construction des infrastructures devant accueillir les compétitions. Originaires pour la plupart du Pakistan, d’Inde, du Népal ou du Bangladesh, ils seraient ainsi plusieurs milliers à avoir perdu la vie, exposés à des chaleurs extrêmes. Le chiffre terrifiant de 6 500 victimes a même été avancé ! Transformant les stades en véritables cimetières…

 

 

Mercredi 

 

Des tensions avaient éclaté en août dernier à Auxerre, entre des militants de l’association de protection animale « Respectons » et le cirque de Rome, venu planter son chapiteau quelques jours dans le chef-lieu de l’Yonne. Les premiers accusant les seconds de faire vivre leurs animaux dans des cages et de maltraitance, en leur faisant exécuter des numéros de dressage sous la contrainte. Les camions et caravanes ont depuis repris la route. Mais subsiste pour longtemps encore, trace de leur passage, sous forme d’un affichage sauvage protéiforme, à l’image de ce visuel capté boulevard Vauban à Auxerre, dont les habitants n’ont pas fini de « bouffer » du lion !

 

 

Jeudi

  

Ce jeudi 25 novembre marque la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. L’initiative prise par la municipalité de Monéteau d’illuminer en orange ce soir-là les bâtiments de la mairie, couleur symbole de cette journée est à saluer des deux mains. Et si chaque commune relevait le défi et colorait à l’unisson ses bâtiments les plus emblématiques… ? Tour de l’horloge à Auxerre, Hôtel de ville de Sens, remparts d’Avallon, pont de Joigny, Hôtel dieu de Tonnerre… Belle façon de sensibiliser le plus grand monde et rappeler qu’en 2020, les violences conjugales ont augmenté de 10 %, faisant au total près de 160 000 victimes.

 

Vendredi

 

La 37ème campagne d’hiver des Restos du Cœur vient d’être lancée. Les responsables de l’antenne auxerroise veulent recueillir un maximum de jouets en perspective de l’arbre de Noël qu’ils souhaitent organiser à destination des plus démunis… A leur création à l’automne 1985, il n’est pas certain que COLUCHE ait pu imaginer que 36 ans après, les restos seraient toujours là et même devenus indispensables… « Enfoiré ! ».

 

Samedi

 

Eric ZEMMOUR est à deux doigts de se déclarer candidat aux prochaines présidentielles. Voire même depuis son déplacement à Marseille ce samedi, à un doigt de le faire… Doigt d’honneur ou de déshonneur, chacun jugera mais en tous les cas, un geste déplacé bien loin d’une stature présidentielle. Comme dirait François FILLON : « Imagine-t-on un seul instant le Général de GAULLE, etc… ».

 

Dimanche

 

Depuis l’enquête diffusée jeudi dans le cadre de l’émission « Envoyé spécial », Nicolas HULOT est dans la tourmente. Son nom venant grossir la liste des personnalités politiques ou médiatiques visées ces derniers mois par des accusations de viols ou agressions sexuelles. Longtemps circonscrite à la planète artistique, la déferlante « Me too » balaiera-t-elle un jour ces deux mondes où l’omerta et le non-dit sont encore trop présents ?

 

Dominique BERNERD

 

Elle n’est jamais à court d’idées l’ingénierie du constructeur germanique ! Pour 2022, la marque propose une nouvelle finition de vêtements qui devraient plaire aux adeptes de grosses cylindrées. Une ligne de tenues, davantage orientée sur la qualité et surtout la sécurité du pilote.

 

PARIS : L’année 2022 a été anticipée avec sens du détail par les créateurs de la gamme de produits vestimentaires de la filiale motorisée du constructeur allemand. Une série de nouvelles tenues va investir d’ici peu le marché. Ce sont des produits qui favorisent la haute qualité dans les finitions et surtout l’attention portée à la sécurité.

 

 

Le maître mot en termes d’arguments commerciaux pour inciter les acquéreurs à opter vers ce mode de locomotion. Sachant que cette collection répond aux dernières tendances de la mode et des vêtements qu’affectionnent à l’heure actuelle les motards.

Une touche de coquetterie mâtinée de sécurité que les férus de la marque d’Outre-Rhin auront le plaisir de tester la saison prochaine…

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil