Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
groupama_small.png

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg
groupama_medium.png

L’assemblage quadripartite, socle novateur de la liste RENAISSANCE, semble fonctionner à merveille entre ses diverses composantes. Réunir sous le même sceau des représentants du parti présidentiel, La République en Marche, ceux de la droite constructive, AGIR, des éléments du Mouvement Démocrate (MODEM) et les membres du parti radical constituaient sur le papier une prouesse relationnelle inéluctable. Mais, au fur et à mesure de la campagne, force est de constater que ce schéma constructif porte ses fruits. Après la récente visite de la sénatrice Fabienne KELLER, ce fut le tour d’une autre prétendante au Parlement européen, la vice-présidente du département de la Mayenne, Valérie HAYER, de venir à la rencontre des électeurs de l’Yonne. En présence d’un secrétaire d’Etat, Jean-Baptiste LEMOYNE, très en verve lors de sa prise de parole, notamment contre l’UDI…

AUXERRE : Une tribune. Et la présence de différentes mouvances politiques qui ne font qu’une au service de la même cause présidentielle. Les aficionados de la liste pro-européenne RENAISSANCE ont pu apprécier de visu l’existence de cette belle unité qui prévaut entre les quatre forces motrices réunies derrière ce ticket insolite.  

LAREM, le MODEM, AGIR et le parti Radical entremêlent donc leurs orientations stratégiques pour ne répondre qu’au seul objectif de la victoire ; celle que beaucoup espèrent au soir du dimanche 26 mai. Malgré l’écueil du Rassemblement national qui vire en tête dans les sondages à quelques jours de l’échéance (24 %) ; mais en caracolant largement en tête devant les autres poids lourds de la politique française que sont Les Républicains, la France insoumise ou les écologistes.

Face à une assistance studieuse et convaincue, les intervenants – les candidats icaunais de la liste nationale, Pascal HENRIAT et Irène EULRIET, la députée de l’Yonne, Michèle CROUZET – devaient rappeler en se succédant les enjeux de ce scrutin capital.

L’auditoire découvrira ensuite l’une des candidates de cette liste, la vice-présidente du département de la Mayenne, Valérie HAYER, venue prêter main forte à ses condisciples nord-bourguignons. La jeune femme pointe à la 19ème place et possède de réelles chances de s’asseoir dès le 01er juillet sur les bancs du Parlement européen.

Troisième vice-présidente du Conseil départemental de la Mayenne, Valérie HAYER de trente-deux ans a collaboré longuement auprès de Jean ARTHUIS, l’eurodéputé.

« Je déplore l’absence de l’UDI à nos côtés… »…

Mais, ce fut la prise de parole du secrétaire d’Etat à l’Europe et aux Affaires étrangères qui retiendra en haleine un public tout acquis à sa cause. Jean-Baptiste LEMOYNE évoqua le caractère perfectible de l’Union européenne.

« Le 26 mai, nous aurons un choix majeur en faveur du sursaut européen à effectuer. Certes, le système est perfectible : mais nous avons plus que jamais besoin de nous retrouver derrière ce projet de construction continentale. Et ce n’est pas ce que propose le Rassemblement national qui peut nous inciter à l’optimisme… ».

Puis, le ministre énumérera les enjeux de l’Europe de demain. Sa lutte contre le terrorisme (il en profitera pour rendre hommage aux deux soldats Français tués au Burkina-Faso) ; la lutte contre le protectionnisme aveugle et la concurrence agressive des états, les égoïsmes et les dysfonctionnements.

« Nous avons besoin d’Europe. Mais, nous désirons plus que tout une Europe souveraine, indépendante, prête aussi à accueillir celles et ceux qui fuient leurs pays… ».

Etre dans le juste échange plutôt que le libre-échange semble être le credo de la liste RENAISSANCE et de ses acteurs. Ceux-ci veulent incarner aux yeux de leurs concitoyens les valeurs de la France qui gagne.

Constatant que le temps de la conviction s’amenuisait avant le jour J, le représentant de la gouvernance implora l’assistance de se mobiliser pour ne pas laisser le champ libre à l’autre concurrent sérieux de cette joute électorale, le RN. Interpelé par le public sur l’absence fondamentale de divergences entre les programmes de l’UDI et de la liste RENAISSANCE, Jean-Baptiste LEMOYNE ne se fit pas prier pour répondre. « Nous aurions dû travailler ensemble avec l’UDI. Mais, ses représentants n’ont pas voulu de rapprochement ; ce que je déplore. Les différences existent bel et bien entre nos deux listes. L’UDI est créditée à 3 % dans les sondages, nous, nous le sommes à 23 % ! ».

On notera également l’intervention de Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, référent départemental d’AGIR et président de la CC de Puisaye Forterre qui insista sur les soixante-dix années de paix qui règnent sur l’Europe. Un argument capital à ses yeux, pour ne pas laisser les extrêmes maîtres du jeu…

 

Entre l’Europe et le lycée des métiers de l’hôtellerie/restauration et des services à la personne d’Auxerre, c’est déjà une belle histoire d’amour qui perdure depuis plusieurs mois. Rare établissement de Bourgogne Franche-Comté à posséder un label officiel émanant du Parlement continental, le site pédagogique piloté par la proviseure Capucine VIGEL ne pouvait passer sous silence les enjeux inhérents aux futures échéances européennes du 26 mai. Une soixantaine d’élèves ont vécu à leur manière une matinée de scrutin très formatrice…

AUXERRE : La plupart des jeunes gens concernés par cette phase initiatique n’ont jamais eu l’opportunité d’accomplir leur devoir de citoyen dans l’isoloir. Agés de 18 ans, voire davantage pour quelques-uns, les élèves des classes de terminale des sections bac pro de l’hôtellerie et de la restauration, ainsi que de la filière des métiers de services à la personne, ont eu le loisir de découvrir les arcanes pratico-pratiques d’une élection.

Répartis en quatre ateliers thématiques (pour qui voter ?, pourquoi voter ?, comment voter ? les réels enjeux de ce scrutin), les apprentis citoyens se sont prêtés avec grand intérêt à ce jeu de rôle concocté par l’un des enseignants, Franck BENOIT, « ambassadeur » au même titre que d’autres de ses collègues à ces échanges avec le Parlement européen.

Une relation pédagogique intense avec l’Europe…

S’appuyant sur les ambassadeurs « juniors » de l’établissement, les enseignants ont pu mener à bien cette action de sensibilisation à la citoyenneté alors que le taux d’abstention risque malheureusement d’atteindre un niveau record au soir de cette journée dominicale.   

Ces dernières semaines, les élèves du lycée des métiers VAUBAN ont eu maintes occasions de parler de l’Europe. Depuis sa construction dans les années 1950 jusqu’aux objectifs actuels.

En février, plusieurs pensionnaires du lycée eurent l’opportunité de visiter le siège du Parlement européen à Strasbourg où ils furent accueillis par l’eurodéputé socialiste Edouard MARTIN.

Un habitué du lycée Vauban car ce dernier avait rendu une visite de courtoisie aux corps administratifs et enseignants lors d’une animation spéciale comme l’établissement sait le faire. A cette occasion, de petits clips présentant les particularismes des 28 états membres de l’Union européenne avaient été dévoilés ; traduisant le travail et l’intérêt que les élèves portaient à la vénérable institution.

 

Bannière droite accueil
Bannière footer