Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté

Mondial : le foot entre paillettes, hypocrisie et mirages

 « La Coupe du Monde de football au Qatar ne fait pas l’unanimité parmi les réfractaires à l’organisation de cet évènement international, même chez les sportifs. Entre les Droits de l’Homme bafoués et le non-respect de la transition écologique, l’état hôte ne fait pas recette parmi les consciences bien pensantes. Pourtant, la FIFA a pleinement choisi d’attribuer à ce pays du Moyen-Orient la compétition. Sans en politiser les contours ? ». « La Coupe du Monde de football au Qatar ne fait pas l’unanimité parmi les réfractaires à l’organisation de cet évènement international, même chez les sportifs. Entre les Droits de l’Homme bafoués et le non-respect de la transition écologique, l’état hôte ne fait pas recette parmi les consciences bien pensantes. Pourtant, la FIFA a pleinement choisi d’attribuer à ce pays du Moyen-Orient la compétition. Sans en politiser les contours ? ». Crédit Photos : D.R.

Ca y est, nous y sommes ! Douze ans après que le mondial ait été attribué au pays des « mille-et-une nuits », le surprenant et richissime Qatar, les bonnes consciences et les moralisateurs de notre société sortent enfin de leur léthargie, en poussant des cris d’orfraie à qui mieux mieux, contre la tenue de l’un des tout premiers évènements sportifs de la planète, la Coupe du Monde de football.

Faut-il y participer ? Ne vaudrait-il mieux pas boycotter la nation organisatrice et sa cohorte de préjudices commis au nom du sacro-saint (et légitime) principe des Droits de l’Homme ? Doit-on parler de ce grand raout universel et populaire dans les colonnes des journaux ? La France, championne du monde en titre, aurait-elle dû y prendre part ? Qu’en pensent d’ailleurs les dirigeants de la fédération nationale et les joueurs eux-mêmes, quasiment très discrets sur le sujet ?

Depuis quelques semaines déjà, débatteurs et empêcheurs de tourner en rond s’étripent à longueur de journée dans d’insupportables « talk-shows » diffusés en boucle et au parisianisme éprouvé, se renvoyant à la tête et parfois dans un langage châtié les principes issus du siècle des Lumières, ceux de la liberté de pensée, sans omettre la tolérance des LGBT, le besoin de boire de l’alcool, l’émancipation de la femme et tutti quanti.

Bref, tout cela nous est sorti dans un grand fatras d’arguments et son contraire entre les pour et les contre de ce qui reste finalement un simple évènement sportif à l’échelle mondiale, qui nous revient à la figure tous les quatre ans. Même les professionnels des bars et restaurants se sont invités avec pour certains d’entre eux le désir de refuser de transmettre la moindre image de l’évènement dans leurs établissements…

 

 

Premier revers à la liberté : le refus de vendre de la bière près des stades…

 

D’ailleurs, de mémoire, en 2018, lors de la dernière édition se disputant en…Russie, là même où la France décrocha sa deuxième étoile mondiale à floquer sur le maillot bleu, il n’y eut aucun mouvement d’humeur aussi virulent de la part des consciences et des personnes bien pensantes et zélatrices pour en interdire le déroulement.

A croire que dans un régime aussi « démocratique » et vertueux que celui exercé alors par un Vladimir POUTINE encore très fréquentable aux yeux de la planète, on pouvait s’autoriser un petit écart géographique du côté de la Volga sans que cela ne puisse nous empêcher de dormir ! Que dire aussi de l’Italie fascisante de MUSSOLINI en 1934 ou de l’Argentine des généraux en 1978 qui furent retenus par la FIFA ?

Ceci dit, avec le Qatar, serait-ce si différent en vérité ? C’est vrai, d’une part, les Droits de l’Homme y sont bafoués à longueur de journée – tiens, tiens, cela n’arrive jamais dans l’ex-empire des tsars par exemple ?!- ; les travailleurs immigrés y sont employés dans des tâches dignes de l’esclavagisme moderne en étant payés à coup de lance pierre et leur liberté surveillée puisque les passeports sont confisqués dès leur arrivée ; les femmes y sont traitées comme des « chiens » – c’est même proprement insultant pour nos amis canidés à qui l’ont accordent sur place davantage d’intérêt ! - ; les homosexuels y sont honnis de manière vigoureuse ; quant à déguster quelques bonnes bières au coin des rues de Doha, la capitale de cet état des émiratis, rideau, il faudra repasser !

D’ailleurs, à ce titre, et au nez et à la barbe de fakir des dirigeants de la FIFA qui en sont encore tout éberlués – les mêmes qui ont facilité l’accueil hasardeux et lucratif de la compétition dans ce petit bout de terre du Moyen-Orient qui n’y connaissait rien au football -, les autorités ont décidé subrepticement de ne plus commercialiser d’alcool aux abords des stades, au grand dam des supporters, revenant ainsi sur l’un des arguments promotionnels majeurs pour attirer les touristes !

Un premier pied de nez fait aux principes fondamentaux de la démocratie et à l’état d’esprit de liesse permanente mais maîtrisé qui doit régner dans l’organisation d’un tel rendez-vous, fédérateur de retrouvailles heureuses d’une jeunesse (et pas que !) sachant s’amuser raisonnablement !

 

 

Les consciences ont du grain à moudre même si l’évènement fait rêver…

 

On en n’est donc pas à une surprise près, avec ce mondial pour le moins exotique – ça l’est déjà avec le calendrier totalement inattendu qui nous est proposé là - avec une compétition se déroulant en plein hiver même si le Qatar ne risque pas les gelées matinales et le brouillard humide des jours de grisaille glauques que nous connaissons séant

Bien sûr, ce Mondial 2022 ne ressemblera à aucune autre édition. Avec la construction de ces immenses stades, sans doute loin d’être remplis pendant et une fois la compétition pliée car le Qatar ne possède pas la culture footballistique, ayant besoin d’être climatisés en permanence – à l’heure de la transition écologique et de la récession de l’énergie qui nous guette, cela fait un peu mal aux porte-monnaie des Occidentaux, non ? -, avec ces milliers de décès survenus durant l’édification de ces infrastructures sorties comme des mirages des portes du désert – Népalais et Philippins, esclaves des temps modernes usés jusqu’au trognon dans ce continent de plus en plus outrancier avec l’humain qu’est devenu l’Asie en sont les principales victimes - ; avec les fastes et somptueuses dépenses des pétrodollars injectés à tout crin pour accueillir de « faux supporters » mais peut-être bien de vrais blanchisseurs d’argent sale dans de superbes palaces ; avec certains de ces footballeurs multimillionnaires qui vivent totalement hors sol et imbus de leur personne dans leurs bulles de savon de marque, entre grand luxe et volupté, et qui n’ont que faire de la miséricorde du monde…

Bref, entre grandiloquence et magouilles, c’est vrai que les consciences ont du grain à moudre pour tirer à boulet rouge sur cette épreuve qui fera cependant rêver malgré tout aux quatre coins de la planète, y compris, voire surtout parmi les populations les plus désarmées et les plus précaires face aux affres de la vie, suscitant peut-être un peu d’espoir, de joie et… de répit.

 

 

Il ne faut pas politiser le sport…

 

Le football est le sport roi de la planète Terre. Il le restera pour longtemps quoiqu’on en dise, et quoiqu’on en pense après cette compétition « politiquement incorrecte » à bien des égards. Comme d’autres depuis l’instauration de la Coupe Jules RIMET en 1930.

Toutefois, une question intrigue. Pourquoi aura-t-il-fallu attendre douze longues années pour évoquer enfin de cette problématique « Qatar » qui perturbe tant les âmes bien pensantes ? Tous les arguments évoqués par les détracteurs étaient connus ou semblaient l’être à l’origine de ce dossier, sans qu’il n’y ait eu de la moindre pression politique pour tenter de changer de braquet en cours de route. Même Emmanuel MACRON a avoué ces jours-ci qu’il ne fallait pas politiser le sport…

Entre paillettes, hypocrisie et mirages, c’est bien l’univers du football dans son ensemble qui a choisi en son âme et conscience de donner « sa » Coupe du monde au Qatar, non pas dans un souci de simple équité géographique sportive mais plutôt pour l’appât du gain et de l’argent facile émanant de ces pays du Golfe, grands pourvoyeurs de précieux subsides qui servent ensuite à financer les projets de plus en plus gargantuesques des organisateurs.

La péninsule arabique ne va-t-elle pas accueillir en 2023, grâce à des infrastructures somptuaires dignes des pharaons, les futurs Jeux d’Asie des sports d’hiver alors que l’Arabie Saoudite n’a pas vu le moindre flocon de neige tombé sur son sol depuis 85 ans ?     

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil