Avis de tempête pour les patrons : les faillites sont là !

« Cette fois-ci, on n’y échappera pas ! Tous les clignotants virent au rouge et annoncent une vague sans précédent de faillites d’entreprises pour la fin de l’année. La crise énergétique n’arrange rien. Quant à la Bourgogne Franche-Comté, elle est mal placée pour pouvoir résister…L’inquiétude gagne le patronat. ». « Cette fois-ci, on n’y échappera pas ! Tous les clignotants virent au rouge et annoncent une vague sans précédent de faillites d’entreprises pour la fin de l’année. La crise énergétique n’arrange rien. Quant à la Bourgogne Franche-Comté, elle est mal placée pour pouvoir résister…L’inquiétude gagne le patronat. ». Crédit Photos : PIXABAY/D.R.

Ils ont le moral dans les chaussettes.  Et des souliers de plomb à porter lourdement dans leur quotidien. D’ailleurs, ce ne sont pas les derniers atermoiements de la classe politique se rapportant à la probable crise énergétique qui va tout balayer sur son passage qui va leur redonner le sourire.

Les chefs d’entreprises sont dans la tourmente en cette période de rentrée des classes. C’est inéluctable au vu des très mauvaises nouvelles qui ne cessent de s’amonceler autour d’eux. A commencer par les hausses imprévisibles des coûts de l’énergie qui remettent à mal bon nombre d’ambitions et de désirs de conquêtes de parts de marché.

A la peine pour assurer leurs recrutements dans de saines conditions, fautes de combattants sérieux et motivés, les patrons ont la gueule de bois d’un lendemain de cuite qui aurait duré beaucoup plus longtemps que prévu.

Une soupe à la grimace qui, certes, ne date pas d’hier puisque les effets sournois de la crise sanitaire se sont fait ressentir sur leurs potentialités économiques depuis le début des années 2020. Mais, c’est un fait : cela perdure avec une ténacité constante.

 

Quatre dépôts de bilan toutes les heures en France…

 

Quand on pense que quatre entrepreneurs mettent la clé sous le paillasson toutes les heures dans l’Hexagone pour ne plus jamais rouvrir leur unité de production, on se pince fortement le bras pour se dire que l’on ne rêve pas.

Plutôt que de parler de progrès social, de croissance et de perspectives heureuses, la plupart des dirigeants de société rasent désormais les murs de leurs bureaux, en croisant les doigts et en espérant que l’avis de tempête qui souffle au-dessus de leurs têtes ne va s’abattre sur eux. Un avis de tempête de type vigilance orange vif, qui vire petit à petit vers le rouge vermillon aux dires de certains.

C’est simple : tous les indicateurs économiques de référence, tous les voyants servant de révélateur permettant d’évaluer l’état de santé des secteurs d’activité de notre pays clignotent dangereusement vers le rouge. Tels que l’avaient prédit bon nombre d’observateurs au début de l’année 2022.

Du fait de l’impact et des conséquences par effet ricochet de la crise sanitaire. Mais, c’était sans compter sur les retombées catastrophiques de la crise engendrée par le conflit se jouant à l’est de l’Europe, entre la Russie et l’Ukraine. Une guerre d’un autre âge entraînant son lot de répercussions inflationnistes (et très spéculatives), sans omettre les risques de pénuries des matières premières, y compris énergétiques.

 

 

Déjà près de 20 000 entreprises dans la case des pertes…

 

Le bilan observé à l’issue du premier semestre 2022 n’est pas bon. En l’espace de six mois, les faillites d’entreprises ont été évaluées à près de 20 000, plus exactement à 18 519 entités passées dans la case des pertes plutôt que des profits.

Attention : ceci n’est pas un épiphénomène. Car, les perspectives du dernier trimestre 2022 ne s’annoncent pas bonnes du tout.

Les premiers touchés sont les dirigeants de PME/PMI. Certains se disent au fond du trou. Obligés de revendre leurs biens immobiliers, afin de tenter de sauver les meubles s’ils en sont encore capables. D’autres essaient en vain de renégocier leurs crédits. Pas si simple quand le robinet financier s’assèche au niveau des recettes et que plus rien ne rentre en trésorerie. A cela, le remboursement des prêts garantis par l’Etat, les fameux PGE dont il faudra bien honorer les traites tombe au plus mauvais moment. Tout comme l’URSAFF qui réclame son dû ! Sans oublier les impôts !  

La situation vire donc au cauchemar. Y compris pour les représentants des chambres consulaires – c’est le cas typiquement en Bourgogne Franche-Comté – qui craignent le pire dans les semaines à venir, tout secteur confondu. Les organismes sont à l’écoute du moindre soubresaut, qui soit précurseur d’un tsunami pouvant emporter des pans entiers de l’économie de proximité avec lui.

 

 

Le recrutement : une gabegie innommable pour les DRH !

 

Que faire avec une inflation qui avoisine les 10 % ? Comment agir lorsqu’il y a pénurie sur les matières premières ; ce qui engendre des délais d’approvisionnement incompressibles ? Comment répercuter les coûts des tarifs de l’énergie qui risquent de s’envoler littéralement dans les semaines à venir ? On parle en effet de plus 15 à 20 % de hausse pour le gaz, d’autant sur la partie électricité…

Pendant ce temps-là, quatre salariés démissionnent de leurs postes toutes les minutes en France, apportant certes de la flexibilité et de la facilité d’embauche à celles et ceux en recherche de jobs depuis longtemps – le seul revers de la médaille positif de cette conjoncture incroyable ! – mais sans aucune garantie de résultats pour les chefs d’entreprise qui peinent à les remplacer, faute de candidats motivés de la part des futurs prétendants à l’emploi !

 

 

Quatre jeunes entreprises sur dix échouent avant le cap des cinq ans…

 

Que dire, enfin, des néophytes de l’entrepreneuriat. Celles et ceux qui ont eu le courage, le mental et cette volonté de faire face au contexte difficile en créant leur propre unité de production après parfois un parcours erratique, ponctué de licenciements secs et de chômage long. Ils ne surfent pas sur la béatitude ni l’aisance pour accomplir leurs missions : apporter de la valeur ajoutée à leur territoire en y développant de l’emploi.

Aujourd’hui, le couperet tombe dans la continuité de ce qui a été écrit auparavant : quatre jeunes entreprises sur dix ne dépassent pas le delta temporel des cinq ans. Entraînant, au-delà de ces échecs, de la frustration, de la fragilité, de l’incompréhension, de l’isolement, de la déprime. Voire plus grave encore…

Au plan catégoriel, ils et elles qui représentent injustement les maillons faibles de notre économie parce que finalement peu soutenus par les pouvoirs publics sont issus de l’artisanat, de l’hôtellerie-restauration, du commerce, des services, de la logistique…

Quant au positionnement géographique où cet état de fait se vit à plein régime, on le retrouve dans les Hauts-de-France, la Bretagne, la Normandie et…une fois encore en Bourgogne Franche-Comté, une région devenue très sensible pour le développement économique ayant connu une nette régression au cours de ces dernières années ainsi qu’une baisse de sa démographie.

Il est de bon ton aujourd’hui de vouloir parler d’attractivité à tout crin sur notre territoire, et cela est fort louable que de vouloir accueillir de nouvelles entreprises sur notre sol. Gageons simplement à ne pas oublier celles qui existent déjà et dont l’avenir est menacé définitivement de disparition…

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil